Maître-Esclave dans le codage ? Waciste, selon les agitateurs simiesques

Aller trop loin, quitte à ce que ça devienne totalement risible, est la spécialité des anti-racistes. La nouvelle inégalité qu’ils viennent de mettre en lumière ? L’emploi de termes maître-esclave dans le domaine informatique.

Le règne de l’imbécilité ne fait que commencer.

Numerama :

La mort de George Floyd  fin mai, la gorge écrasée par le genou d’un policier américain, n’a pas fait seulement que relancer les protestations contre les violences policières. Elle a aussi donné lieu à un débat plus large sur certaines œuvres artistiques et de leur contextualisation, à l’image d’Autant en emporte le vent, mais aussi sur la présence de quelques statues dans l’espace public.

Ces interrogations et mouvements antiracistes traversent aussi le milieu informatique, mais pour d’autres motifs : au regard des évènements récents, des expressions couramment admises dans le langage sont désormais remises en question. C’est ce qu’illustre GitHub, la plus importante plateforme dédiée à l’hébergement et à la gestion de logiciels développés en collaboration, au sujet de l’architecture dite maître-esclave.

Là encore, on retrouve la volonté, suspecte, des journalistes tentant de pointer du doigt l’effroyable meurtrier Blanc. Même si la justice n’a pas encore fait son oeuvre et que le rapport d’autopsie ainsi que les différentes vidéos et tous les faits démentent un meurtre raciste.

Que sont les faits face à l’agitation raciale voulue par (((certains))) ? Rien. Mais la Vérité ne pourra pas être éternellement masquée par les mensonges, elle finira toujours par éclater.

Interpellé le 11 juin par une informaticienne travaillant sur Chrome, le navigateur web Google, le patron de GitHub, Nat Friedman, a annoncé que son entreprise était en train de travailler à une réévaluation des termes « maître » et « esclave », car ils sont à l’évidence connotés historiquement, le système esclavagiste ayant été construit sur des postulats racistes. L’intéressé n’a toutefois pas détaillé les contours de cette révision ni donné de calendrier particulier.

Comme c’est intéressant, (((Nat Friedman))) souhaite travailler à l’éradication de termes racistes qui pourrait rappeler l’esclavage. Surprise.

En informatique, une architecture maître-esclave désigne une situation dans laquelle un processus, un périphérique ou un serveur est en situation de domination et peut ordonner des instructions aux autres processus, périphériques ou serveurs qui se trouvent de fait en situation d’asservissement. L’expression décrit de fait la situation, mais en puisant dans un lexique de l’esclavagisme.

Donc maintenant, il est interdit de se servir de mots, même s’ils sont usités depuis des dizaines d’années ? On devra donc utiliser Leader-Suiveur, Patron-Esclave ou Juif-Goyim ?

De un c’est une stupidité de parler de racisme pour des termes informatiques, de deux c’est une stupidité de se retrouver dans une telle situation. Le pire étant que des gens les applaudissent.

Le plus gros problème en 2020, c’est quand même les mots racistes qui pourraient faire du mal… à tout le monde. Effectivement, l’esclavage a touché toutes les races et touche encore des milliers de personnes. Évidemment, pas la peine d’en parler, seuls les Blancs sont coupables.

On commence à connaître la chanson, et c’est particulièrement gonflant. Les Blancs sont ceux qui ont mis fin à l’esclavage et sont les seuls qui ne le pratiquent plus aujourd’hui, cependant c’est contre eux que toute la haine est dirigée.

Pour la broutille de deux termes dans le langage informatique qui peuvent être aisément remplacés – ce n’est pas si compliqué, si GitHub le fait, la communauté de développeurs le fera aussi avec le temps – ce n’est qu’une pierre de plus sur le chemin de la négrification de nos pays.

D’autres “développeurs” parlent aussi de supprimer liste blanche et liste noire, comme si on parlait d’une liste de courses raciste. Je ne sais pas vraiment ce qui arrive à se passer dans la tête des malades mentaux et des sous-hommes qui veulent interdire de tels termes, parce que ce serait raciste. Ou qui reprochent à Steam, plus gros vendeur de jeux vidéos dématérialisés, de ne pas se plaindre du racisme.

Jouant la carte de la victimisation, leur but n’est pas de faire évoluer la société dans le bon sens, mais de détruire absolument tout ce qu’ils souhaitent, même si ça tourne au ridicule. Et lorsque les Blancs ne seront plus, il se passera exactement la même chose qu’en Afrique : les pays seront des trous à merde que la population tentera de fuir pour parasiter d’autres pays et répéter le même schéma de destruction, en jouant sur la compassion beaucoup trop développée chez les Blancs.

Voyez un peu le désastre arriver.

En fait, il est déjà là.

On peut sortir le nègre de la brousse, mais on ne peut pas enlever la brousse du nègre.

Selon l’article :

[…] Il y a d’un côté certains linguistes qui doutent qu’en changeant un mot on puisse vraiment changer le sens sous-jacent, ou des sceptiques qui encouragent les gens à aller aux urnes plutôt que de vouloir changer les langages de programmation. Reste que le mouvement est en marche, et qu’il n’est pas certain que quiconque regrette vraiment la disparition de ces termes dans les codes sources…

Comprenez donc bien, selon l’article, que les deux côtés sont anti-racistes ET sceptiques. L’un est dépité des mots racistes et ne pense pas que les changer pourra en inverser le sens – pour quel but d’ailleurs – et l’autre souhaite changer les choses par les urnes, plutôt qu’en changeant des mots – donc voter pour toujours plus de remplacement, comme depuis plus de 70 ans.

Les journalistes de BFM-TV parlent de code inclusif, après l’horreur du langage inclusif. Tout est lié et aura pour conséquence la destruction totale de la civilisation Aryenne.

Le bulldozer est en marche. Et tant que certains mettront de l’essence dans le moteur, il continuera de faire des dégâts, irréversibles pour certains.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

21 Commentaires sur "Maître-Esclave dans le codage ? Waciste, selon les agitateurs simiesques"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
hazel
18 juin 2020 10 h 37 min

au début j’ai cru un article du gorafi, mais non, c’est bien la réalité.
Putain mais allô quoi ? ils vont s’arrêter ou leur connerie mentale ?
et les prises mâle et femelle c’est du sexiste ? ça dérange pas les transgenre et non binaire ?

il n’y a rien de raciste dans ces termes, c’est plus simple à comprendre cette terminologie maître esclave.
maintenant ça n’a aucun sens.

sur les deux sites source que vous présenter, regarder les commentaires, tous le monde est contre ce changement.
Ça se voit que ceux qui veulent changer ces termes n’y connaissent rien a la programmation.

C’est quoi la prochaine étape ? On supprime les mots noirs, esclaves, blancs, maître, du dico ?
Je propose aussi de modifier les règles des échecs parce que celui qui a les blancs est celui qui commence. C’est de la discrimination !

On n’est en train de changer l’histoire du monde et ça c’est d’une grande dangerosité.

Rho 2
19 juin 2020 0 h 07 min

C’est aussi parce que je suis raciste que ce que je ponds dans mes chiottes à la même couleur que ces cons de négros ?
Qui souvent puent bien davantage que ma merde et sont moins bien moulés niveau gueule.
Putain, au lieu de nous les briser avec leurs délires de complexés parce qu’ils n’ont jamais été foutus de créer quoi que ce soit et ne savent que foutre le bordel, puisqu’ils sont obsédés par l’esclavage, qu’ils commencent par abolir celui qui sévit en Afrique ! Car, des esclaves, il y en a encore des millions dans leurs trous à rats !
Et qu’ils arrêtent de nous faire chier avec ça ! Ils sucent les bites des juifs et des musulmans alors que les premiers ont eu le quasi monopole du trafic d’esclaves en Europe, dont les Blancs étaient les victimes,
et de la traite transatlantique.
Aux USA, plus de 40% des juifs avaient des esclaves contre 2% des Blancs…en incluant les youpins dans ces derniers !
Les propriétaires Aryens d’esclaves nègres n’étaient qu’une infime minorité.
Et les bougnoules arabes et turcs avaient deux fois plus d’esclaves : 18 millions !
Ce qui correspond en réalité à 80 à 100 millions de négros razziés dans leurs villages car ils les castraient pour les empêcher de se reproduire chez eux ou, pire, de niquer leurs fatmas. Pas si cons, les melons ! Comme à peine un sur six survivait à cette mutilation, sans parler de ceux qui crevaient en traversant le désert à pieds, il faut donc multiplier au minimum par cinq pour trouver le nombre de nègres victimes des arabo-musulmans.
Pourtant, les seuls bamboulas qui défilent en bougnoule centrale, c’est ceux qui font le pèlerinage à la Mecque pour rendre hommage au Momo qui a légalisé, et même déifié, la notion d’esclavage dans le Coran et invité à leur couper les couilles.
Ce sont les Européens qui y ont mis fin !
Et c’est nous que ces abrutis de nègres font chier ! Bon, rien d’étonnant eu égard à leur QI d’amibe. Les rares exceptions qui ont une intelligence convenable sont encore pires car ils cherchent à se reproduire avec des femmes blanches pour que leur descendance ne soit pas aussi abrutie que la majorité du troupeau.
Et ils incitent ces putes à gueuler dans la rue contre l’homme Blanc.
Hors de nos terres les nègres !
Nous, si on met un genou à terre, ce sera pour mieux viser…

Guy Mauve
22 juin 2020 12 h 57 min

J’adore le début qui compare la couleur raciste de la merde : belle trouvaille.

jones
19 juin 2020 7 h 27 min

si le camp des blancs avait un tel chef,,tout irait bien
https://www.facebook.com/oksana.habirova/videos/3977789082291166

Rho 2
19 juin 2020 8 h 00 min

Génial ! Alors ça, ça m’en bouche un coin-coin…

Rho 2
19 juin 2020 8 h 09 min

Les lois de la Nature voudraient qu’on fasse le même effet aux nègres. C’était d’ailleurs le cas avant l’intervention des traitres culs-bénis et des youpins.
Quand des Blancs arrivaient quelque part, les sauvages se prosternaient le front dans la poussière.
Il faudra revenir à cette saine pratique.

Derrick
19 juin 2020 19 h 07 min

Hors sujet
Qu’est ce que vous pensez des pieds noirs (dont je suis en partie issue) et de leurs descendants ?

Pyrrhus
20 juin 2020 0 h 06 min

Qu’ils sont en partie bougne et auraient dù rester en Algérie ?
Quoique j’en connais certes plus tout jeunes blancs yeux bleus et qui ont tout fait pour gommer leur ignoble accent pataouète et ont bien réussi.
Même si méchoui merguez kemia restent leur pêché mignon.
Z’ont toujours cette nostalgie pour Alger “la blanche”.

Certes le sujet est sensible.
Beaucoup votent remplacement national assimilationiste même s’ils n’apprécient pas les bougnoules, mais se rappellent le bon vieux temps des colonies avec leurs larbins arabo-berbères.
Mais comme disait le judéo-berbère Zemmour à Dupont-Moretti, “si t’as besoin d’une fatma pour tenir ta casbah t’es qu’un bourgeois”.
Alors je sais pas. Les remigrer avec leur état perso style Orania ? Faudrait d’abord virer les crouilles, aviser plus tard.
La valise ou le cercueil, ce sera pour les blancs natifs qui n’ont jamais eu d’esclaves ni été colons.
Les pieds-noirs et les harkis ne sont pas ma priorité.

Rho 2
20 juin 2020 10 h 00 min

Ni moi ni personne de ma famille n’a jamais foutu les pieds en Algérie ou dans un autre pays d’Afrique ou d’Asie. Je peux donc comprendre la réaction du camarade Pyrrhus qui doit avoir comme moi une certaine aversion pour l’immonde youtre (((Enrico Macias))) et son congénère (((Roger Hanin))) dont le fond de commerce est la nostalgie de leur paradis perdu et dont, malheureusement, les membres de la prétendue communauté des pieds-noirs ont fait la fortune en achetant tous les disques et en allant voir tous les films.
Pour un pur Gaulois comme l’est notre camarade, des admirateurs de ces chancres juifs allant jusqu’à les considérer comme leurs porte-paroles, faisant la promotion des traditions culinaires d’outre-Méditerranée, souvent affublés d’un accent qui évoque quelque peu celui des bougnoules et ayant emprunté à ces derniers de nombreux termes de leur vocabulaire, ne peuvent que susciter la répulsion.
Mais j’en ai appris pas mal grâce à mes contacts avec des anciens de l’OAS ou de régiments dissidents.
Cette communauté “pieds noirs”, qui rassemblerait tous les non-musulmans chassés d’Afrique du Nord par les bougnoules pro-FLN, n’a, en réalité, jamais existé. C’est, une fois de plus, une invention des juifs pour se dissimuler au sein d’un groupe plus important.
En Algérie, comme dans les autres pays du Maghreb, vivaient de multiples communautés totalement distinctes au plan racial et ethnique, et si elles cohabitaient et se cotoyaient, elle ne se mélangeaient pas.
Les chrétiens se mariaient à l’église, les musulmans à la mosquée, les juifs à la synagogue ; les mariages interconfessionnels n’existaient pas et encore moins les couples interraciaux.
De très nombreux youtres étaient présents au Maghreb depuis près de vingt siècles, voire plus. Ils étaient souvent métissés avec leurs cousins sémites comme leurs gueules le prouvent sans qu’il soit besoin d’une expertise génétique. C’est grâce au youpin Moïse dit Gaston Crémieux, dont ce n’était pas le vrai nom, évidemment, grand maître du Grand Orient de France, que ces juifs ont pu acquérir la nationalité française.
Notre beau pays s’est donc “enrichi” instantanément de quelques centaines de milliers de barbus crasseux aux tronches de dromadaire, sauf lorsqu’ils avaient eu l’opportunité de s’accoupler avec de l’Européenne importée par leurs cousins trafiquants d’esclaves ou les pirates barbaresques. Ceux-lâ, quoique sépharades, avaient du coup des tronches d’askhénases comme Rothschild, Strauss, Kahn et compagnie. Par ailleurs, il y avait aussi une communauté maltaise attirée par le développement de ces terres conquises par la France et ayant besoin d’une main d’oeuvre que les bougnoules illettrés, même en arabe, ne pouvaient fournir. Cette politique de développement qui a ruiné la France ( qui a bien plus investi à perte dans ses colonies ) qu’elle n’en a retiré, ont amené des millions d’Européens, Français de métropole mais aussi Italiens et Espagnols, à venir s’y installer.
Ce sont eux qui ont bâti les villes autrefois superbes dont les photos font amplement comprendre que ceux qui y ont vécu puissent avoir la nostalgie.
Le climat et la végétation y rendaient la vie aussi agréable que sur la côte d’Azur.
Et les immeubles haussmanniens d’Alger ou d’Oran n’avaient rien à envier à ceux de Nice ou de Cannes.
Ces Européens vivaient souvent entre eux.
J’ai été surpris de découvrir dans le sud-ouest un groupe de ces prétendus “pieds-noirs” revenus en métropole et qui parlaient encore l’Alsacien. Bien que vivant en bonne intelligence avec leurs voisins européens, ces gens avaient préféré maintenir la cohésion de leur petite communauté dont les grands parents avaient choisi de s’installer loin du Rhin pour tenter de faire fortune ; ce que l’on promettait à tous les colons à l’époque.
Un grand nombre d’Alsaciens et de Mosellans fidèles à la France avaient en effet quitté leur pays natal après la guerre de 1870. D’où le nombre de maisons de Champagne avec des noms aux consonnances germaniques et l’existence d’une école Alsacienne à Paris…où mon père est né pour la même raison.
Ni ces gens là, ni les autres Européens fidèles à leurs racines et à leurs cultures ne sont évidemment des demi-bougnoules.

Rho 2
20 juin 2020 10 h 17 min

Le terme “pieds noirs” a été inventé par les maghrébins en référence aux chaussures des nouveaux arrivants, en général noires, la mode des pompes en cuir marron n’étant apparue qu’au milieu du vingtième siècle en Europe, et encore pas partout.
Les juifs avaient adopté ces accessoires vestimentaires, comme les costumes trois pièces, déjà portés par leurs cousins ashkénazes. Ils abandonnaient ainsi les djellabas et les babouches qui les faisaient passer inaperçus au milieu des bougnoules pour tenter de se fondre dans la population Européenne dont leurs frères avaient du leur apprendre que sa naïveté la rendait encore plus facile à manipuler et à piller.
Bien que, parfois, il lui arrive de se fâcher ; raison pour laquelle nombre d’entre-eux avaient du quitter précipitamment l’Espagne qu’ils avaient permis aux bougnoules d’envahir lorsque ceux-ci en furent chassés.
Pour pouvoir revenir discrètement en Europe, ils ont donc forgé cette fable de “communauté pieds noirs” qui, en réalité regroupe des gens que seule la nostalgie de leurs anciennes demeures et de paysages qu’ils avaient largement contribué à façonner, peut objectivement rapprocher.
La seule chose qu’ils ont en commun, c’est qu’après une vie de labeur, et parfois plusieurs vies, celles de leurs grands parents et parents, qui leur avaient permis d’acquérir une maison et une bagnole, ils ont du tout laisser aux bougnoules.

Derrick
20 juin 2020 16 h 27 min

@Pyrrhus
Quand je parle de Pieds Noirs j’exclu les juifs et les harkis qui ne sont pas des blancs. Moi je les considèrent comme blancs et je pense qu’il n’est pas juste de les traiter de “demi bougnoules” alors qu’ils ont fait la guerre aux arabes (notamment avec l’OAS), ce serait comme traiter les Sud Africains blancs de demi nègre ce serait une erreur, mais ce n’est que mon point de vue.

Pyrrhus
21 juin 2020 12 h 09 min

Certes, camarade Derrick, je faisais dans l’éxagération, comme à mon habitude.
Après, lacher “je suis 1/4 pied noir” ou autre, c’t’un peu comme dire “je suis 1/4 juif, 1/8 noir, suis-je un aryen honoraire ou à plein temps ?”, je vois pas l’intérêt à part se victimiser.
Je pourrai t’en sortir des caisses sur ce que mes ancêtres ont souffert pendant que les tiens se faisaient pomper par des fatmas en buvant leur anisette.

Ceux qui ont fait la guerre aux arabes, quoi que je dirais plutot les bougnoules berbères qui se prennent pour des arabes, c’est les métropolitains. Quand les pataouètes posés sur leur gros cul buvaient leur anisette en bouffant de la kemia.
Mais ça c’est le sentiment des membres de ma famille et autres qui m’ont dit pour les engagés qu’ils ne savaient pas ce qu’ils foutaient dans ce truc entre crouilles, et ceux qui avaient fait l’indo que c’était encore une guerre pour rien.
L’OAS n’aurait probable pas exister sans des mecs comme Salan et le gros de la structure c’était des métropolitains, c’est eux qui ont pris le plus cher.

Les pataouètes règlaient leurs comptes à des petits bougnoules de Bab el Oued avec qui ils avaient vécus en parfaite intelligence avant quand les autres prévoyaient de déssouder général Micro.
Y avait aussi des juifs et des bougnes civilisés, pas des masses, dans l’OAS.
C’était pas la SS.
Quoique y avait des albanais dans la SS, et des juifs dans les miradors des camps de vacances y parait.
Mais ça n’avait rien de raciste, plutot le contraire, l’Alger de Dunkerque à Mostaganem, la France-Afrique éternelle.
Robert “Menorah” Ménard viens d’une famille communiste son père était de l’OAS.

Enfin, long story short, les pied-noirs de la masse ne se sont pas défendus, certes ils étaient freinés par général Micro qui a ordonné aux bidasses de rester l’arme au pied pendant que les égorgeurs du FLN massacraient des milliers de colons et de supplétifs.
Mais ils auraient pu anticiper, faire des stocks, s’organiser. Jusqu’à la fin ils ont cru les mensonges de l’état, les promesses de l’intégration, que l’armée était avec eux.
Comme quoi l’histoire se répète, c’est le même cirque mes chez nous.

Pyrrhus
21 juin 2020 0 h 48 min

Venant du “grand est”, j’ai souvent entendu dire que les pieds noirs étaient appelés ainsi parce que les premiers étaient alsaciens/ lorains avec des pompes noires, certes rien à voir avec li babouches.
Après, est-ce que les pieds-noirs sont tous des demi-bougnes ? Non, j’ai forçé le trait.
Les mecs genre Mélenchon viennent d’une lignée commune, espagnol-italien, normand-breton pour Raoult.
Les pieds-noirs avaient-ils la belle vie avant leur rapatriement traumatique en métropole ?

Pas tous. Ca dépend . La suite était pire j’imagine.
Mon paternel m’a narré que plus jeune il est aller voir un rescapé d’Algérie avec son père qui lui avait fait la guerre.
Le noble déraciné buchait dûr sur un chantier alors qu’avant il était ingénieur ou autre, et aurait dit “aïe aïe elle est dure la vie içi”.
Ca j’en doute pas, la métropole grise et besogneuse était un purgatoire après ce paradis perdu qu’est l’Algérie.

Pyrrhus
21 juin 2020 0 h 55 min

Et l’homme qui trime dur pour faire vivre sa famille peut-importe ce qu’il a perdu et d’où il revient mérite le respect.
Mais après le “je suis un quart pied noir” peut prêter à confusion.

jones
20 juin 2020 17 h 07 min

assa traore la soeur du delinquant tuè est une salariee d’une association juuive financee par rotschild,,
pendant la derniere manif initiee par cette negresse ,la ldj,la licra et l’uejf etaient presentes et lui apportaient leur soutien,parallelement les medias juifs l’encourageaient dans sa haine des l’homme blanc
,des statues d’esclagistes et des noms de rues sont sommees de disparaitre partout en occident sauf celles des negriers juifs qui ont pourtant batis leurs fortunes sur la commerce d’esclaves,,,cette campagne d’humiliation des blancs portent le nom de ceux qui instrumentalisent les marxistes et les negres c’est a dire les juifs,,,

wpDiscuz