“White Lives Matter” : 5 minutes de médiatisation, par Génération Identitaire

Nouveau coup d’agit-prop des Identitaires.

Le Parisien :

Le groupe d’extrême droite Génération identitaire a mené une opération choc lors de la manifestation contre les violences policières et le racisme organisée ce samedi après-midi à Paris. Alors que le rassemblement se trouvait sur la place de la République, une petite dizaine de personnes, montée sur un toit voisin, a déployé une banderole portant le slogan « Justice pour les victimes du racisme anti-blanc ». Sous les sifflets et les huées des milliers de manifestants, les identitaires ont également allumé des fumigènes.

Les habitants de l’appartement situé sous la banderole sont sortis sur le balcon pour tenter d’arracher puis de découper l’affiche géante. Un geste applaudi par les participants au rassemblement. La banderole a ensuite été entièrement retirée en milieu d’après-midi.

Saluons déjà un courage certain de cette poignée de jeunes Blancs, face à des milliers de nègres et de moutons anti-racistes totalement zombifiés par le gauchisme mental.

La banderole a été très rapidement la cible des parasites mais ils auraient très bien pu s’en prendre à ceux qui osaient défier le mouvement Black Lives Matter et la sombre foule qui le représentait.

Les voisins, représentant la faune de Paris si l’on se fie aux quelques photos, n’ont donc pas hésité à se saisir de la banderole, montrant à leurs compatriotes qu’ils ne laisseraient pas des Blancs se plaindre de la mort des leurs. Seuls les noirs peuvent se plaindre du racisme, il n’y a pas de place pour les autres.

Logique, les africains comprennent bien que s’ils se plaignent, il pleut de l’argent. Alors, ils ne vont pas laisser la concurrence se développer. Ce n’est pas dans leur intérêt.

Ailleurs en Europe, en Autriche par exemple, on a pu voir un panneau Our Lives Matter dressé devant les manifestations/pillages de la racaille.

L’association Génération identitaire est une habituée des opérations coup de poing. Elle avait notamment mené des actions anti-migrants sur la frontière franco-italienne au printemps 2018. Cela avait valu à trois responsables des peines de six mois de prison ferme. L’association avait été condamnée à l’amende maximale de 75 000 euros.

Au moins 10 000 personnes sont venues manifester contre le racisme et les violences dans les rangs des forces de l’ordre sur la place de la République à Paris, à l’appel du comité Adama Traoré, du nom d’un jeune homme noir décédé en juillet 2016 lors de son interpellation par des gendarmes.

D’ailleurs, si l’on en rajoute, récemment 4 membres de Génération Identitaire ont fait appel pour avoir 6 mois de sursis plutôt qu’un an, pour avoir “occupé” le toit du chantier de la mosquée de Poitiers en 2012.

Encore un terrible “crime de haine”.

Avant la manifestation de la négraille, un collectif d’avocats s’insurgeait contre Génération Identitaire qui constituerait des milices dans le pays. Des milices fascistes, haineuses, crois-le Goy.

https://twitter.com/GIdLyon/status/1266785204091400194

Ah non, en fait c’était juste une opération de distribution de tracts.

On sent les milices haineuses qui tabassent des étrangers au premier coin de rue. Fantasme, vous-avez dit ?

Le décrochage de la banderole a été effectué par un bicot, connu des réseaux sociaux, qui a pu avoir son quart d’heure de gloire, relative somme toute. Les médias n’ont pas hésité à promouvoir cet immonde crapule maghrébine, en comparant l’escalade du bâtiment à une scène d’un film d’action.

Il en faut peu pour que les médias s’enflamment. Les juifs doivent être aux anges.

Parlons d’ailleurs un peu des juifs.

Durant la mise en place de la banderole, certains membres de la foule – composée de “chances pour la France” – des insultes particulières ont fusées.

Le Parisien :

La préfecture de police n’a pas tardé à réagir. Une heure après la mise en ligne d’une vidéo diffusée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles, elle a annoncé qu’elle allait saisir la justice. La raison? Des cris de «sales juifs» entendus dans la foule réunie sur la place de la République, à Paris, où plus de 15 000 personnes étaient rassemblées pour dénoncer les violences policières et le racisme, samedi, à l’appel du comité Adama Traoré.

La séquence d’un peu plus d’une minute, largement partagée sur les réseaux sociaux, montre des manifestants haranguant des militants d’extrême-droite de Génération identitaire, venus déployer une banderole dénonçant le « racisme anti-blanc » sur le toit d’un immeuble voisin de la place de la République. C’est alors qu’on entend à plusieurs reprises cette insulte antisémite, sans voir qui la prononce ni savoir s’il s’agit d’une ou plusieurs personnes.

C’est magnifique, si les nègres commencent à devenir antisémites, ils risquent de comprendre qui sont les réels esclavagistes et qui organise en ce moment les émeutes. Bien entendu, ce serait sur-estimer le pouvoir de compréhension de l’individu simiesque, mais tout est possible dans cet enfer multiracial. Le pogrom approcherait-il à grands pas ?

Valeurs Actuelles :

Samedi 13 juin, en marge de la manifestation pour Adama Traoré, les militants de Génération identitaire ont signé un nouveau coup d’éclat, dont ils ont le secret. Du haut d’un bâtiment qui surplombait le rassemblement, ils ont déployé une grande banderole sur laquelle il était écrit : « Justice pour les victimes de racisme anti-blanc » et « White Lives Matter » en opposition au « Black Lives Matter » cher aux militants antiracistes. Hués par la foule, les identitaires ont finalement été interpellé par les policiers, mais relâchés seulement trois quart d’heure plus tard, rapporte Le Parisien. De fait, leur action symbolique n’était tout simplement pas répréhensible. 

Aucun propos raciste ou haineux – mais pour combien de temps aux yeux de la justice – leur interpellation n’aura été que très brève.

Cependant, ils seront désormais fichés et surveillés, de près ou de loin, s’ils ne l’étaient pas déjà. C’est toujours ce gigantesque inconvénient que de militer à visage découvert.

La foule scandait aussi “sales blancs de merde”, désignant les courageux militants du jour. Classique et prévisible.

On ne va pas s’en plaindre, pour des militants anti-racistes qui parlent d’égalité et de la non-existence des races, proférer de telles injures ne fait que mettre en lumière le non-sens absolu de leur idéologie.

Si tout le monde il est pareil, alors pourquoi manifester en parlant uniquement de sa couleur ? Pourquoi proférer des injures raciales ?

Cette mascarade n’a qu’un but : asseoir la domination nègre sur les pays Blancs. Et ceux qui leur lèchent les pieds ne méritent que la mort. Mort qu’ils auront le luxe de recevoir par leurs petits protégés, dès qu’ils auront le dos tourné.

Saluons tous ceux qui osent ouvrir la bouche contre la situation actuelle, la guerre raciale arrive à grands pas et ceux qui ne sont pas radicalisés aujourd’hui le seront demain par la force des choses.

Se battre ou mourir, voilà les seules possibilités.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "“White Lives Matter” : 5 minutes de médiatisation, par Génération Identitaire"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rho 2
19 juin 2020 5 h 13 min

Bravo à ces camarades qui agissent à visage découvert et seront donc fiches et surveillés mais donc l’action permet de montrer au public toute l’hypocrisie de ce prétendu antiracisme qui n’est qu’un racisme anti-Blanc.
Bravo aussi à tous ceux qui agissent dans l’ombre en informant notre peuple ou en se préparant à le défendre, ce qui suffirait pour les envoyer au trou ou dans un trou dans notre belle ripoublique kachère.
Vive nous, les Blancs !
Et que crèvent nos ennemis !

Julien
23 juin 2020 13 h 47 min

Nouvelle preuve que cet “anti-racisme” institutionnalisé est finalement du racisme anti-blancs, un avion a survolé le stade de Manchester au début d’une rencontre de jeu de balle au pied, avec une banderole disant que les vies blanches comptent, pour l’équipe visiteuse, ce lundi 22 juin 2020 :

“White Lives Matter Burnley”

Les médias du Système indiquent que c’était “une banderole raciste” et que le club de Burnley rapidement condamné cet action et même présenté ses excuses !

wpDiscuz