Finalement, l’application StopCovid coûterait 300.000 euros par mois

Surprenant, encore une promesse qui ne sera pas tenue.

01 Net :

L’application StopCovid lancée hier aurait été développée gratuitement par un partenariat public-privé. Mais à partir de maintenant, les factures vont commencer à tomber.

L’Obs assure que sa maintenance et son hébergement coûteraient entre 200 000 et 300 000 euros par mois. On est donc loin du « prix négligeable » avancé par le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O.

Le studio Lunabee a ainsi précisé que son bénévolat s’arrêtait le jour du lancement ce 2 juin. Il va continuer à corriger les bugs et mettre à jour StopCovid mais désormais de façon rémunérée. Même chose pour Dassault Systèmes qui prend en charge l’hébergement et Outscale qui sécurise les données.

On va donc nous retrouver à payer une nouvelle application qui ne servira à rien, sauf à tracer quelques clampins qui installeront volontairement l’application sur leur téléphone.

Pour rappel, voici comment fonctionne l’application StopCovid, explication en partie par la pédale Mounir Mahjoubi.

Réellement efficace, seulement si la personne contaminée se déclare dans l’application et seulement si tout le monde possède un smartphone avec l’application installée et le Bluetooth d’activé. Beaucoup de paramètres, qui ne seront jamais tous respectés.

L’application ne sera donc pas utile, mais elle coûtera très chère ! Disponible depuis le 2 juin, Cédric O avait annoncé le 31 mai sur (((Radio J))) qu’elle serait donc disponible sur le Play Store (Android) et sur l’App Store (IOS).

Quid de la protection des données – anonymes selon l’Etat… – et de la sécurité de cette application ?

Au Qatar, nous avons pu voir une faille de sécurité sur leur application nationale de traçage, Ehteraz. Là-bas, l’application est obligatoire sur son téléphone et ne pas l’avoir en sa possession vous expose à une amende de 200 000 riyals donc près de 50 000 euros. Malheureusement pour les utilisateurs, non consentants, une faille a exposé les données personnelles d’un million d’utilisateurs.

Nom, numéro de carte d’identité, statut médical, données de localisation… tout est rassemblé dans leur application, bien plus fournie que celle proposée en France.

Pour combien de temps ?

Rien ne nous dit, pour la France, que l’application n’a pas vocation à évoluer dans le futur. Et n’ayez aucune confiance en l’État pour protéger vos données. Les règles de base s’appliquent donc toujours.

Pas d’application de l’État, utilisez des VPN et le réseau Tor pour toute activité militante, évitez les comptes sur les “réseaux sociaux” qui sont des gouffres à données personnelles en temps normal. Car pensez bien que si le gouvernement peut vous ficher sans le faire voir, en prenant comme prétexte l’épidémie de Covid-19, ils ne se gêneront pas.

Refusez tout ce qui émane de l’État anti-Blanc et prenez un maximum de précaution au niveau de la technologie – aussi bien votre ordinateur que votre smartphone, si vous en avez un.

Ils vont nous faire payer pour une application conçue pour tracer un maximum de gens, alors la première étape est au moins de ne pas leur faciliter le travail.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz