France : depuis mi-mars, 11.500 détenus en moins dans les prisons

Libérer des détenus, pendant la crise de cette épidémie de Covid-19, quel timing parfait. Ils en rêvaient depuis des années, voilà qu’ils peuvent enfin mettre le plan à exécution.

Depuis de nombreuses années, n’importe quel délinquant afrobougne est remis en liberté très rapidement, voire immédiatement, par la justice rouge. On peut le constater pratiquement tous les jours, dans notre pays.

Depuis le début du confinement, des milliers de prisonniers ont été libérés.
Ouest-France :

Une situation “sans précédent”. La libération anticipée de 5 300 prisonniers en fin de peine pour éviter une crise sanitaire dans les centres pénitentiaires et la réduction de l’action pénale liée à la baisse de la délinquance en plein confinement ont déjà entraîné un recul important du nombre de détenus : on en comptait 61 100 le 23 avril, soit 11 500 de moins qu’à la mi-mars.

Le taux d’occupation moyen est désormais “inférieur à 100 % des capacités (61 109 places)”, relève dans un entretien au Monde mercredi, la garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Et la baisse se poursuit. Une occasion inédite et imprévue, dont l’État devrait profiter pour mettre fin une bonne fois aux conditions indignes de détention : des détenus parfois entassés à trois ou quatre dans des cellules de 10 m2, des matelas posés à même le sol, l’absence d’activités, etc. Un scandale souvent dénoncé, jamais réglé.

Les pauvres petits innocents, la prison n’est pas un hôtel de luxe ? C’est scandaleux, dénoncent les avocats et les familles de criminels. Ils doivent être traités comme des rois, tout le monde sait qu’ils sont en prison parce que le Système est raciste et injuste.

Allez dire ça aux victimes, qui doivent être heureuses de voir que tant de personnes se soucient des conditions de vies de leurs bourreaux. Les prisons en France sont bien trop confortables pour les détenus, bien que nous ne sommes pas encore au niveau démesuré des pays Nordiques.

Libérés, les “innocents” s’empresseront de repasser à l’acte. Comme ce crouille, Hocine Hamoudi, qui, libéré malgré une accusation de meurtre, des antécédents de violence et des troubles psychiatriques, a harcelé une ancienne victime. En sortant de prison, il a directement récidivé. Ou alors le cas de ce fiché S, Farid Boukhouch qui sort de prison à 10 heures du matin, et y retourne à minuit.

Deux exemples qui ne devraient pas être libérés. Ni même être emprisonnés, il faut s’en débarrasser.

La surpopulation carcérale a valu dernièrement à la France une condamnation de la justice européenne. Elle avait été saisie par une trentaine de détenus qui pointaient, entre autres, un espace personnel inférieur à 3 m2, une absence d’intimité, la vétusté des locaux infestés de punaises de lit et de cafards… Dans son arrêt, le 30 janvier, la Cour des droits de l’Homme a recommandé à l’État d’envisager l’adoption de mesures générales visant à supprimer le surpeuplement endémique.

Nos pays, adeptes du droitdel’hommisme, peuvent donc se faire condamner, par les prisonniers eux-mêmes. Les détenus vont même avoir une cabine téléphonique dans chaque cellule dès 2021. 

Et ils arrivent encore et toujours à se plaindre, demander plus au contribuable, qui paiera une note toujours plus salée. Les traîtres qui dirigent le pays, si on peut utiliser ce verbe sans s’esclaffer, méritent le même châtiment que la plupart de la racaille qui pullule en prison.

Si la place vient à manquer en prison, libérer les détenus en “trop” est criminel. Il suffit, le plus simplement du monde, de prendre les dossiers les plus lourds – pédophilie, meurtre sauvage d’un non-blanc sur un blanc, crimes répétés, viols en réunions et j’en passe… – et les exécuter.

En plus de faire de la place dans les prisons, cela empêcherait radicalement toute récidive, les victimes ne vivraient pas constamment dans la peur de les recroiser dans la rue, la sécurité du pays ne pourrait qu’être renforcée, cela ferait un exemple pour tous les autres nuisibles qui seraient tentés de basculer dans la violence et ne plus devoir dépenser d’argent pour de tels parasites ne serait qu’un allégement bienvenu de la dépense publique.

Ô doux monde utopiste dans lequel je me projette, nous sommes en France, dirigés par des Juifs et des humanistes à la noix.

Des mesures qui ne peuvent pas se résumer aux seules promesses de nouvelles places de prisons. 15 000 annoncées sur le quinquennat Macron. Objectif revu à 7 000 d’ici 2022. Délai qui ne sera finalement même pas tenu… De toute façon une erreur pour beaucoup, dont Adeline Hazan, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté. Elle répète souvent que 30 000 places supplémentaires ont été créées depuis 25 ans, mais qu’on n’a jamais eu autant de personnes emprisonnées.

“On” libère donc massivement des détenus, et dans le même temps on baisse la création de nouvelles places de prison. Il est plus qu’évident que l’objectif n’est pas de faire régner l’ordre, mais au contraire d’aggraver la criminalité dans le pays.

D’un point de vue accélérationniste, une telle politique ne peut que nous mener plus rapidement à un gigantesque affrontement. Ce qui nous sortirait de ce Grand Remplacement silencieux, de cette guerre raciale larvée.

La surpopulation s’explique surtout par le tournant sécuritaire pris par la politique pénale sur la même période. Plus encore depuis les attentats de 2015.

La faute serait donc du côté de l’État, absolument pas du côté des criminels. Les pauvres petits innocents.

Et de nombreux afrobougnes criminels, irréguliers par-dessus le marché, sont remis en prison, avant même qu’ils ne ressortent. Le cas de ce sans-papiers, à Nîmes, qui avait déjà été condamné à trois reprises pour violences, qui frappe un policier alors qu’il était en train de sortir de détention n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Il va donc être reconduit en prison, pour la troisième fois – s’il avait bien purgé les peines précédentes, ce qui n’est pas certain – et sera logé et nourri à nos frais. Effectivement, un cas comme ça n’a pas sa place en prison, ni dans notre pays. Rouvrir un bagne, ou bien éliminer les parasites de son espèce sont les deux solutions les plus appropriées. Les laisser moisir en prison, à nos frais, ou les libérer n’est pas envisageable.

Les prisonniers sont donc en liberté, pendant que nous sommes confinés chez nous.

La situation est inversée. Et pendant ce temps, profitant des rues vidées de la plupart des passants, la racaille afrobougne s’attaque encore plus facilement aux femmes seules

La situation ne va pas s’arranger, pour le meilleur et pour le pire. Dans tous les cas, ceux qui ne comprennent pas la situation actuelle doivent se faire du soucis pour leur santé mentale.

Heureusement, des émeutes de la faim en Seine-Saint-Denis pourraient rajouter un peu plus d’huile sur le feu. Un feu destructeur, soyez en certains. N’attendez pas demain pour vous préparer, l’avenir ne sera pas construit par la pensée.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "France : depuis mi-mars, 11.500 détenus en moins dans les prisons"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
qtltmtvmpstg
2 mai 2020 19 h 21 min

Pas une si grande surprise que ça, il faut effectivement dire que pour les traîtres de l’état, médias, justice et autres “dirigeants”, ce confinement est une aubaine, car pour eux c’est l’occasion plus forte que d’habitude de mettre à profit leur fameuse technique de “diversion” tant utilisée sur le peuple, pour mettre à profit tous leurs plans anti-blancs mis de côté, et qu’ils n’avaient pas pu exécuter jusqu’à présent ( comme précédemment le coup du muezzin en Allemagne par exemple et d’autres que j’oublie ) car les réactions au jour le jour du peuple Blanc sont plus compliqués en vue de la situation actuelle. Le youpin en profite bien fatalement et comme toujours.
Espérons l’accélération des choses et nos réactions et représailles le plus rapidement possible, l’envie de voir ces traîtres au bout d’une corde se fait de plus en plus ressentir !

eric
2 mai 2020 19 h 22 min

Il est clair que la situation actuelle est juste hallucinante! L’un des seuls points positifs est que la grenouille dans la casserole vient de tomber de la gaziniére!! Je discute et je discute de vive voix ou par l’intermédiare du clavier de l’ordi et toujours ce déni des réalités!!! La plupart vont passer par ces cinq phases de la défaite. Déni, colère, marchandage, dépression, puis acceptation!! La,je parle des sous hommes!!! Un bon celte germain est deja averti et souhaite le changement!Non!? Donc,il n’en vaut pas deux mais dix!!! Haut les coeurs! Ca va tanguer ferme!!!

zaraoustra
2 mai 2020 19 h 38 min

HS de l’article: dans l’image de présentation du site blancheurope, il y a actuellement les 14 mots en français. Auparavant il y avait une citation équivalente à : “si l’on vous dit que des gens puissants ce servent de vos droits pour leurs propres intérêts vous direz que nous sommes de gauches, si l’on vous dit qui sont ces gens vous nous traiterez de nazis. ”

Est il possible de savoir d’où venait cette ancienne citation et son original ?

hazel
3 mai 2020 1 h 57 min

faut faire de la place pour les blancs français.
on voit bien que l’état se durci contre le peuple français et est doux avec les racailles.

Jost
3 mai 2020 9 h 01 min

Chacun d’entre nous est conscient que les représentants des pouvoirs publics encouragent et importent massivement de la criminalité sur notre territoire depuis des décennies.Cette initiative prise dernièrement pas les représentants des pouvoirs publics en est un exemple et aura probablement dans les semaines à venir des conséquences graves dont nos compatriotes ne manqueront pas d’en être victimes.Donc pour quelle raison chaque victime ne déposerait elle pas systématiquement plainte contre l’Etat et ses larbins pour mise en danger de la vie d’autrui ?

wpDiscuz