« Je me réjouis des pires périodes pour que nous puissions créer des temps meilleurs ensemble ! »

En ces temps de pandémie, il convient de réfléchir à ce qui se produira lorsque nous sortirons de cette crise. Simon Lindberg a produit une réflexion sur son site Nordic Resistance Movement.


Le chef du Mouvement de Résistance Nordique nous fait part de ses réflexions sur certaines conséquences potentiellement importantes du Coronavirus qui pourraient être positives pour notre cause.

Dans cet article, je ne tenterai pas de commenter le coronavirus et sa prolifération en général. Je m’abstiendrai d’argumenter sur la nocivité ou l’innocuité du virus pour les personnes à l’intérieur ou à l’extérieur des groupes à risque. Je ne répandrai pas l’idée que l’Establishment et les médias exagèrent les risques dans le but d’effrayer les gens pour les soumettre, ni l’idée qu’ils couvrent et atténuent les dangers pour éviter de provoquer la panique.

Je n’essaierai pas non plus de désigner le responsable, de montrer comment les choses auraient pu être faites d’une autre manière ou combien d’argent il nous resterait pour les soins de santé et d’autres mesures préventives si nous n’étions pas obligés de dépenser chaque année des milliards et des milliards de couronnes pour l’immigration de masse. Pour les personnes plus intéressées par ces aspects, je recommande d’écouter le récent discours de Jimmy Thunlind dans le centre de Stockholm, dont la traduction anglaise apparaîtra sur ce site à une date ultérieure.

Je vais plutôt tenter de commenter très brièvement un fait qui s’est produit à cause du coronavirus, indépendamment de toutes les circonstances mentionnées ci-dessus. Ce fait est que, d’un point de vue économique, nous sommes confrontés à des temps plus difficiles à l’avenir.

Même si nous n’en voyons pas encore toute l’ampleur, nous savons déjà que les finances s’effondrent, que plusieurs entreprises sont contraintes de rester fermées, ce qui les laisse sans revenus et que des personnes perdent leur emploi. Nous savons que des événements sportifs sont annulés, que des agences de voyage se retrouvent sans clients et que d’autres événements attirent également beaucoup moins de personnes. Il s’ensuit naturellement une réduction des recettes fiscales, une augmentation des dépenses pour les allocations chômage et une diminution du pouvoir d’achat. En outre, nous pouvons être certains que l’État, les municipalités et les conseils de comté perdront des milliards en raison de tous les facteurs, depuis les congés maladie jusqu’à l’augmentation des dépenses sociales.

Tout cela va se produire en Suède, dans le Nord et dans le monde entier sur le plan financier. La gravité de la situation reste à déterminer, mais certains analystes économiques prédisent déjà que cette crise financière pourrait s’avérer comme la pire depuis la Grande Dépression des années 1930 et donc pire que la crise de 2008-2009, lorsque l’Islande et la Grèce étaient au bord de la faillite.

Le risque d’être touché, directement ou indirectement, dans une certaine mesure, est inévitable. Il est évident que je compatis beaucoup au fait que tous les travailleurs nordiques soient contraints de subir ce préjudice. Afin d’éviter tout malentendu potentiel, je voudrais également exprimer mes plus sincères condoléances à tous les parents de ceux qui ont succombé au virus jusqu’à présent, et à ceux qui, malheureusement, seront probablement les prochains.

En même temps, je ne peux m’empêcher de suivre avec beaucoup d’enthousiasme ce qui se passe dans l’économie suédoise et dans le monde entier. Je ne peux pas nier avoir pensé et espéré que c’est précisément ce dont nous avons besoin pour provoquer un véritable soulèvement national et un renforcement des forces politiques révolutionnaires, afin que nous puissions remettre les choses en ordre pour de bon !

Ce n’est pas que je souhaite du mal aux gens, mais plutôt que je me rende compte que l’ordre mondial capitaliste dominant est un château de cartes sur le point de tomber. La question n’est pas de savoir si, mais quand et comment. Pourquoi alors ne pas espérer que cela se produise MAINTENANT – et le coronavirus pourrait être une raison aussi bonne que les autres ?

La société dans laquelle nous vivons aujourd’hui est en chute libre et ne peut être sauvée. Pour que les choses deviennent vraiment bonnes, elles doivent selon toute vraisemblance s’aggraver d’abord. Il se peut que vous deviez descendre au fond avant de pouvoir monter au sommet. Pour que les gens réalisent vraiment que le système anti-Blanc actuel et les forces corrompues qui nous gouvernent aujourd’hui doivent être remplacés, ils doivent d’abord réaliser pleinement leur vraie nature et comprendre qu’il existe en fait une alternative. Nous ne pouvons pas construire une société qui durera des milliers d’années dans le futur sur les fondations pourries d’aujourd’hui, mais nous devons au contraire la construire sur les ruines de leur création. Je me réjouis donc des temps pires afin que nous puissions créer ensemble des temps bien meilleurs !

Avez-vous, en tant que lecteur, le même souhait et la même envie d’aider ? Pour commencer, je pense que tous les travailleurs nordiques devraient réfléchir sérieusement à la question de savoir s’ils présentent des symptômes du virus et s’ils pourraient avoir besoin de quelques semaines de congé maintenant que le premier jour de congé a été payé par l’État et qu’un certificat médical n’est pas nécessaire. Vous ne voulez prendre aucun risque et éviter de propager ce virus à d’autres personnes ? Profitez plutôt de l’occasion pour passer un peu de temps en famille, pour écouter nos podcasts et pour faire les pompes que vous envisagez de faire.

En outre, je vous conseille de retirer autant d’argent que possible en espèces et de ne pas laisser les banquiers avides utiliser votre argent pour sauver leur peau. Faites également très attention à soutenir les propriétaires et les producteurs de petites entreprises locales plutôt que les grandes multinationales et évitez toute consommation inutile de produits de luxe. Vous pourrez ainsi contribuer à atténuer une partie de l’impact négatif sur les gens ordinaires et le diriger plutôt vers ceux qui le méritent.

Après avoir fait tout cela, nous arrivons au point le plus important : Rejoignez le Mouvement de résistance nordique dès aujourd’hui et aidez-nous à devenir la force puissante vers laquelle les gens se tourneront lorsque les choses se mettront vraiment à bouger et que la crise sera un fait incontestable. Rejoignez-nous et aidez-nous à construire la société de demain avec nous !

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "« Je me réjouis des pires périodes pour que nous puissions créer des temps meilleurs ensemble ! »"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rho 2
18 mars 2020 22 h 15 min

Le problème, c’est que si cette pandémie est orchestrée par (((ceux))) qui nous exploitent, elle ne va sûrement pas les affaiblir…
Leurs profits ne sont pas vraiment indexés sur l’indice de production industrielle ; ils se font souvent plus de pognon quand les usines ferment que quand elles se développent.
Donc les conseils de notre camarade sont des plus judicieux et chacun doit les suivre mais il ne faut pas croire que le coronavirus va suffire pour créer les conditions de notre prise de pouvoir. Cette pandémie va juste faire prendre conscience à davantage de gens de l’incurie et de l’incompétence de nos dirigeants et de leur soumission absolue aux (((financiers))) qui ont sponsorisé leurs élections.
Et que la priorité de ces traîtres est donc de servir leurs maîtres juifs et leurs supplétifs nègres et bougnoules, et non de protéger leur peuple.
Mais c’est déjà un point très positif.
D’un mal peut parfois naitre un bien.

Julien
20 mars 2020 0 h 58 min

Malgré la vaccination, la grippe saisonnière fait, par exemple, 10.000 morts par an en France.
Le coronavirus de cette année en fera combien ? Dix fois moins ?
Et on arrête de vivre pour limiter la grippe ? Non.

Mais, peut-être parce qu’une 3ème Guerre mondiale a été évitée, notamment par Poutine, les faisceaux d’intérêts se retrouvent dans l’exagération démesurée du COVID-19 et dans le confinement. Et une fois terminé,, les États diront que c’est grâce à cette mesure que le pire a été évité… tout en ayant provoqué des faillites et variations financières ayant permis aux (((financiers))) des réaliser des coups de Bourse pour encore + s’enrichir au détriment de ceux qui travaillent… la routine, quoi.

Tout ce qui peut justifier les mesures prises réside seulement dans l’état de déliquescence des hôpitaux dont les urgences servent de résidence secondaire à des tas de sauvages issus des 4 coins de la planète. Quelques centaines de patients en état d’insuffisance respiratoire ou à réanimer par pays entier suffisent à les déborder !
Quant à l’Italie, les décès y sont anormalement nombreux, peut-être est-ce la faute à une souche du virus particulièrement active ? Une contamination collective (par l’eau ?) ? La présence d’envahisseurs « migrants » contaminés ?
La mondialisation y est pour beaucoup et le mondialisme en prend donc un coup.
Et les États se font tyranniques en imposant masques, confinement, interdiction des interactions humaines, contraventions en France ou en Italie, Prison en Serbie… pour avoir enfreint ces nouvelles règles à proprement parler tyranniques.

Pyrrhus
20 mars 2020 17 h 39 min

La grippe c’est 0,1% des infectés qui en meurent. La corona 3-5%. Et vu que le gouvernement juif français a tout fait pour que l’épidémie se répande, on est pas dans la merde. Revendre les masques aux bridés qui pourtant en produisent des millions par jour.
Pareil pour l’alcool. En passant, suffirai d’un alcool à 70%, pareil les masques se bricolent avec des filtres d’aspirateurs ou des filtres à charbon actif.

A part ruiner un peu plus l’économie française et exterminer quelques centaines de milliers de blancs en plus, je vois pas l’objectif de la macronie. Ils nous mettent la négresse de maison pour dire que les masques servent à peau de balle juste pour masquer (haha) le fait qu’ils sont incapables d’en produire.
Ils laissent les rats des villes, toutes ces ordures de socialopes qui éxècrent le populo des campagnes, aller voter pour Hidalgo et consort, puis prendre le lendemain le train, bien entassés et sans protection, pour des zones non-infectés.

52% des habitants vivent dans des communes de moins de 9000 habitants. Sur 35 millions de maisons individuelles, 10% sont des résidences secondaires. 3,5 millions de foyers d’infection potentiels en plus. Je vais pas m’avancer sur les chiffres, on verra dans 3 semaines-1 mois quand les corps vont s’amonceler. Parce que la période d’incubation est très longue.
Les grandes épidémies ont toujours commencées ainsi, dans les villes. D’abord, ne faisons rien, ça va passer, puis l’inquiétude, enfin sauve qui peut et ça se répand partout. Juste pour être sûr, faudrait tirer à vue sur tout ce qui est immatriculé IDF et autres métropoles. Dynamiter les ponts, routes et voies ferrées. Peu de chance. Et après les rats socialopes, les hordes afro-islamiques suivront, quand il n’y aura plus de blancs pour les torcher et les nourrir.

Pour l’Italie, si c’est une souche particulière, c’est parce que la moitié de la péninsule est peuplée de bougnes racialement qui résistent mieux que les blancs.Suffit de voir ce type dont la frangine est morte.
http://www.leparisien.fr/societe/l-italie-nous-a-abandonnes-luca-franzese-acteur-dans-gomorra-passe-24-heures-confine-avec-sa-soeur-decedee-du-coronavirus-11-03-2020-8277231.php
Vraie gueule de bédouin.
Ou juste parce qu’ils ont plus de vieux et de chinois, que le gros de l’épidémie se déroule dans la zone la plus moderne donc diminue les capacités de productions et réactions.
Dans 2 semaines la France en sera au même stade. Vive coronapocalypse.

Jost
19 mars 2020 8 h 00 min

@Rho félicitations pour votre claivoyance et lucidité.Pour l’heure restons encore discrets.

wpDiscuz