La frontière Grecque en cours de submersion

La décision du gouvernement Turc de ne plus empêcher le passage des envahisseurs fait des émules. Les colons extra-européens se massent donc aux frontières terrestres et maritimes de la Grèce, déterminés à rentrer en Europe.

Le Parisien :

Des photos qui rappellent les migrations de l’été 2015. Après la mort d’au moins 33 de ses militaires dans la région syrienne d’Idleb attribuée au régime syrien soutenu par la Russie, la Turquie a agité le chiffon rouge migratoire qui tétanise les pays européens, en autorisant le passage des réfugiés syriens ou du Moyen-Orient vers l’Europe.

Dans ce contexte, un haut responsable turc a déclaré qu’Ankara n’empêcherait plus les migrants qui essaient de se rendre en Europe de franchir la frontière. La Turquie remet ainsi en cause le pacte controversé conclu avec l’UE en 2016 et qui avait drastiquement réduit les flux via la Grèce. La Commission européenne a précisé vendredi n’avoir reçu aucune notification officielle de la part d’Ankara.

Les flux ne s’étaient pas taris, mais avaient grandement diminué. Après la décision des Turcs, un mouvement de migration, comme en 2015, risque de se reproduire.

Le risque sanitaire étant encore plus grand que d’habitude, avec le Covid19 dont tout le monde craint les effets sur l’économie et les vies des populations, car ce flot de migrants ne peut pas être contrôlé.

Ce n’est qu’un argument de plus pour empêcher des envahisseurs de rentrer. Nos gouvernements feront cependant exception à la règle pour des chances pour l’Europe.

On met en quarantaine ceux qui reviennent de Chine et d’Italie, ce qui fait partie de la procédure dans une telle situation, pourtant les immigrés qui rentreront légalement ou illégalement en France ne seront pas concernés.

En plus de nous remplacer, de nous enrichir avec violence et de nous délester de notre argent, les allogènes pourraient apporter avec eux un virus qui nous touche actuellement dans plusieurs zones.

Le risque sanitaire ne sera cependant pas mis en lumière par les gouvernements traîtres, qui feront passer leurs protégés avant tout.

L’Union Européenne ne craint pas les masses de migrants. Elle craint de ne pas pouvoir tous les accueillir correctement ! C’est bien là tout ce qui nous sépare.

Encouragés par cette annonce, de nombreux réfugiés en Turquie ont profité de la situation. Beaucoup ont quitté Istanbul pour aller en bus ou en taxis à Edirne, ville turque près du poste frontalier grec de Kastanies.

« La frontière (greco-turque) est ouverte […], donc aujourd’hui nous partons pour aller en Allemagne », a confié à l’AFP Sebghatullah Amani, un Afghan âgé de 20 ans, qui vit depuis trois ans en Turquie. Mais la route sera semée d’embûches.

Les autorités grecques et bulgares ont renforcé la sécurité à leur frontière. Vendredi, plusieurs centaines de migrants étaient bloqués dans la zone tampon entre la Grèce et la Turquie. « Je veux être clair : aucune entrée illégale ne sera tolérée », a écrit le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis sur Twitter, soulignant que « la Grèce avait renforcé la sécurité de ses frontières » avec la Turquie.

Si les frontières ne sont pas réellement protégées avec des miradors et des gardes armées, toutes les paroles politiques ne seront que du vent. On voit jusqu’à maintenant où la « protection des frontières » nous a mené. Du vent, du vent, et des migrants qui rentrent sans soucis.

Le chef du gouvernement, qui s’est entretenu avec ses partenaires européens de la situation à la frontière, a prévenu que « la Grèce n’allait pas assumer la responsabilité des événements tragiques en Syrie et ne va pas souffrir des conséquences (découlant) des décisions prises par d’autres ». Plus de 38 000 migrants s’entassent dans des camps sur les îles grecques de Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos, alors que ces installations ne sont prévues que pour 6 200 personnes.

Un nouveau centre de migrant va être construit sur l’île de Lesbos, ce qui provoque la colère des habitants qui craignent que l’île ne soit transformée en prison géante pour les migrants.

[…] Plusieurs migrants interrogés par le site InfoMigrants racontent avoir peur que la population s’en prenne à eux.

« Mi-février un groupe de manifestants [anti-migrants] a essayé d’attaquer le camp de Kartibi, situé à 40 minutes à pieds de Moria », relate Mohammad, un Palestinien du camp de Moria. Ali, un autre migrant palestinien, affirme que « depuis six mois ça devient dangereux la nuit » à cause d’individus parlant anglais qui dépouilleraient les migrants sur leur trajet entre le camp et la ville. Pour se protéger, des migrants ont posé de grosses pierres sur la route principale reliant le camp de Moria et le village éponyme, situé à deux kilomètres de là.

Selon l’AFP, plusieurs associations de commerçants de Lesbos et des syndicats proches du parti communiste grec sont à l’origine de la manifestation. Ces derniers ont par ailleurs appelé à la grève générale et les commerces de l’île étaient tous fermés ou presque depuis mercredi 26 février. La population réclame à la place du centre de détention la construction de petits centres d’enregistrement d’un millier de personnes chacun.

L’île se retrouve donc dans une situation délicate. Tout le monde souhaite que les migrants s’en aillent, sauf que la gauche communiste veut qu’ils s’enregistrent et puisse partir s’installer en Europe alors que les autres ne souhaitent juste que leur retour dans leur pays d’origine.

Dans tous les cas, il faut qu’ils partent. Ce qui provoquera de graves conflits pouvant radicaliser la population.

Conflits utiles : plus la situation est tendue, plus l’on verra se développer une résistance à l’invasion.

Moins la situation d’invasion est passive, plus elle est violente et sale, plus les gens comprendront rapidement qu’il n’est pas bon pour eux et pour leur peuple de laisser de tels parasites proliférer et infiltrer nos pays.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "La frontière Grecque en cours de submersion"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rho 2
2 mars 2020 15 h 17 min

Si les esprits des « 300 » pouvaient revenir à la vie, comme les fantômes des guerriers devant allégeance au roi du Gondor, ils balayeraient ces orcs avec ardeur !
Les Spartiates étaient peut-être un peu cons mais au moins, avec eux, ça dépôtait !
Hélas, c’est un rêve et nos camarades d’Aube Dorée n’ont pas beaucoup de succès auprès de la majorité des Grecs, qui votent comme les merdias leur disent de le faire.

dakota
3 mars 2020 12 h 47 min

Faudrait bloquer la frontière grecque avec des cochons, affamés, ce serait encore mieux !

Jost
3 mars 2020 18 h 01 min

Malheureusement , que de fausses joies hélas (((ils))) refusent que le Gouvernement grec assume sa souveraineté.Mais pas question de prendre quelques quotas chez (((eux)))
http://dp742web5fzh674o.onion/lonu-declare-que-la-grece-na-pas-le-droit-de-controler-ses-frontieres-pour-stopper-linvasion-islamo-djihadiste/

Pyrrhus
4 mars 2020 2 h 49 min

Les choses peuvent changer très vite.
http://dp742web5fzh674o.onion/larmee-grecque-se-deploie-pour-stopper-linvasion-djihadiste-tire-a-balles-reelles-au-dessus-des-tetes/

Je m’en suis rendu compte hier matin en voulant refaire mon stock de 9 grains et de 308. Peau de balle pour les moins cher de ces articles. Déjà en rupture de stock.
Trop n’est jamais assez.
Si en France les possesseurs d’armes achêtent, c’est dans l’éventualité d’un effondrement de la société et guerre raciale, pas juste pour une partie de chasse dans les landes à la saison prochaine.

La guerre raciale est là. Celle qu’on a cru éviter pendant quelques décénies. Vive les hélènes, soutien à l’armée grecque.
Et à tout les camarades aryens, achetez tant que possible. Le coronavirus ne vous tuera peut-être pas, les adeptes du coran, si.
Puis c’est plus facile de se procurer du plomb que des masques et du désinfectant en ce moment.
Theodoros Kolokotronis (héro grec de la guerre d’indépendance) disait de donner de la hache et du feu à ceux qui se soumettent au sultan.
Accessoirement on le surnomait parait-il le vieux de la Moria (sur Lesbos, pas la terre du Milieu), là où cette émeute populaire contre l’invasion islamique a commencée. Hasard ?
Les hélènes relèvent la tête. Je ne doute pas que vous ferez de même tout en veillant à vos familles, et vos personnes.
Pour le coup, vive Poséidon. Que les hélènes lui sacrifient les orcs de Moria venu les envahirent.

Rho 2
4 mars 2020 8 h 33 min

Salut à toi, Pyrrhus ! Ça fait plaisir !
Et tu as raison ! Je suis allé sur le site de mon armurerie officielle préférée et je vois plein de « en attente d’approvisionnement ».
Et ton explication est la seule qui tienne.
Ceux qui ont des armes ne sont pas des bizounours ; ils ne sont pas naïfs comme les clampins moyens collés à leur télé pour gober les bobards de Macron, Greta, et de leurs (((patrons))).
Un chasseur sait que dans la nature, il faut souvent tuer pour bouffer ou ne pas se faire bouffer. Pour en faire un mouton, ca n’est donc pas évident !
Ces gars là se réveillent donc avant les autres. D’ailleurs, même des notables qui étaient bien incrustés dans le système se mettent à démissionner pour annoncer que ça va péter :
https://youtu.be/v61QqmpggbY
Et si les Grecs retrouvent le courage qui leur a permis de chasser les Turcs, pour envoyer chez Hadès le nouveau sultan et ses orcs, c’est une grande nouvelle !

Pyrrhus
5 mars 2020 9 h 44 min

Heil kamerad.
Le sultan du Mordor a prouvé que ses orcs ne valaient pas grand chose face aux russes.
A part chialer, les envahisseurs ne peuvent pas grand-chose. Violer des nana (des gosses et des animaux, ils sont multitâches) et poignarder des gens c’est une chose, se prendre du plomb en couinant allah snackbar, c’est pas pareil.
Ils nous font tout un foin pour un Mohamerde qui s’est fait éclater à la balle caoutchou.
Si Tsipras avait envoyer l’armée à l’époque, ça aurait été plié.
En 5 ans ça a bien changé. Des gens que je tenai pour des gauchistes patentés se sont libérés et ont fait les courses.
Et j’me dit que j’ai pas fait le dixième de ce qu’il fallait. M’enfin on vera bien.
Entre la corona organisée par la belle-fille de déportés Buzynstein (elle a franchement une trogne de caricature du IIIe reich) et la guerre raciale qui pointe le gouvernement va être bien occupé.
Intéressant ce que dit ce préfet. Ces cafards à la botte de Paris sont rarement cons, j’ai rarement vu des Mohammerde et des Mamadoudemerde comme hauts fonctionnaires.
Ils savent très bien ce qu’ils font en naturalisant des orcs et trolls et en les relocalisants dans nos campagnes bien blanches.
Entre eux et les juges rouges, va y avoir du boulot.

Rho 2
5 mars 2020 14 h 52 min

Si on manque de munitions, un coup de pelle dans la gueule avant de les enterrer fera l’affaire. Comme engrais, ils seront enfin utiles.

wpDiscuz