Une campagne anti-PMA censurée par Hidalgo

Hidalgo est au dessus des lois, du moins c’est ce qu’elle pense.

C’est donc tout naturellement qu’elle a décidé de censurer, sans aucun droit de le faire, une campagne de publicité à Paris. Une campagne de publicité de l’association Alliance Vita – fondée en 1993 par Christine Boutin – qui lutte contre la PMA, l’avortement et le mariage entre pédales.

Une simple association “pro-vie”, qui réussira cependant à provoquer le courroux d’Hidalgo la rouge.

Rien de choquant à l’horizon, demander de respecter la maternité, la paternité et la vie semble offensant pour les fidèles progressistes.

20 Minutes :

Aussitôt déployée, aussitôt retirée, ou presque. Une campagne d’affichage menée par l’association Alliance-Vita dans les gares franciliennes, et jugée anti-avortement et anti-PMA, a suscité la polémique jeudi, conduisant l’afficheur Mediatransports à enlever les visuels et à s’expliquer vendredi sur le processus de validation l’ayant amené à accepter cette campagne. Celle-ci est apparue tandis que la loi sur la bioéthique, adoptée en octobre par l’Assemblée nationale et débattue au Sénat à partir du 21 janvier, prévoit notamment l’ouverture des techniques de procréation médicalement assistée à toutes les femmes.

Intéressant. (((On))) juge et (((on))) exige des explications ! Sans passer par une quelconque justice, et la société en question plie face à ça. Mediatransports a donc retiré les visuels sur-le-champ en jugeant que : “Deux visuels relatifs à la protection de la maternité et à la protection de la paternité peuvent être entendus comme des messages militants excédant le principe de neutralité qui s’impose dans les transports publics”.

La maternité et la paternité sont donc des messages militants. La Nature n’est donc plus la norme, mais une idée politique.

Quel cauchemar.

Enfin, dur retour à la réalité pour celle qui dirige la ville-poubelle, la justice considère qu’elle n’avait pas le droit d’exiger le retrait de la campagne, et ordonne donc le retour des affiches dans les gares !

Le Monde :

C’est une décision de justice qui passe mal à la Mairie de Paris. Un tribunal a demandé que soit réaffichée dans les gares franciliennes une campagne controversée de l’association Alliance Vita qui milite notamment contre l’avortement.

La Mairie de Paris a en travers de la gorge cette décision de justice, qui remet simplement les choses en place. Hidalgo s’admet très surprise de cette décision de remettre en place les affiches qui seraient “pro-PMA” et “pro-IVG”.

Problème : a aucun moment, elles n’en font écho. L’association porte de telles idées, effectivement, mais ici rien d’illégal.

La jurisprudence a beau être très efficace pour interdire tout ce qui dépasse les limites imposées par le (((Système))), elle ne peut pas non plus – pas tout le temps – inventer des interprétations.

« Très grand étonnement face à cette décision de référé ordonnant la poursuite de la campagne anti-PMA et anti-IVG. J’encourage #Mediatransports à user de toutes les voies de droit possibles pour qu’il soit mis définitivement fin à cette campagne », a réagi la maire de Paris, Anne Hidalgo, sur Twitter, tandis que Mediatransports a annoncé son intention de faire appel. Filiale du groupe publicitaire Publicis, Mediatransports est une régie spécialisée dans l’affichage dans les gares ferroviaires, stations de métro et arrêts de bus.

En clair, c’est un appel à l’élimination. Au moins, les rouges ne cachent pas leurs intentions.

Quoiqu’il en soit, nous ne sommes pas des partisans catholiques pro-vie, mais les slogans affichés n’avaient rien à se reprocher. Sauf un, soulignons le, qui appelait à “respecter les différences”. Le côté chrétien sans doute, qui ressort.

La lutte contre la biologie naturelle n’est plus un secret, les progressistes rêvent de créer une société où tout le monde peut faire un enfant grâce à la science, avec des couples déviants et métissés.

Quel rêve magnifique, n’est-ce pas ?

La société progressera, si les Blancs non-déviants reprennent le contrôle.

Auteur: Nico White

Partager cet article sur

Publier un commentaire

15 Commentaires sur "Une campagne anti-PMA censurée par Hidalgo"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
fmgnu
11 janvier 2020 17 h 57 min

Ce pays, désolé mais je n’ose plus dire la France, l’Europe et plus généralement l’Occident sont en train de devenir un véritable cauchemar infernal !

Je ne sais plus où mais l’autre jour, j’ai vu une nana transgenre devenue homme, donc elle se fait couper les seins et prend des hormones, un semblant de glotte pousse avec un peux de système pileux, sauf que le truc en question, ayant gardé sont système reproducteur (Quel romantisme hein pas vrai?) à quand même voulu avoir un enfant.

Résultat des nouilles : On voit une nana poilue enceinte les seins coupé, avec les deux cicatrices qui vont bien, tout sourire.

Mary Shelley était une écrivaine d’anticipation en fait.

Anonyme
11 janvier 2020 20 h 54 min

Il faudrait que quelqu’un s’occupe de cette tarée sérieusement.

Rho 2
12 janvier 2020 9 h 50 min

Mary Shelley était un écrivain. Ne massacre pas la langue française comme le font les gauchiasses, s’il te plaît !
Je trouve ça insupportable.
J’ai eu affaire récemment à une spécialiste des affections respiratoires, et cette femme, dont les compétences sont remarquables, a fait apposer sur sa porte, et sur ses ordonnances, la mention “docteur en médecine” et non ‘docteure”.
On ne s’occupe pas du sexe quand on indique une fonction.
Moi, j’en suis resté à Émile Littrè.
La décadence, ça commence par l’abâtardissement du langage.
Ceci dit, je t’approuve pleinement sur le fond. À ceci près que Mary Shelley n’aurait jamais imaginé que puissent exister des monstres aussi abominables que ceux auxquels nous sommes actuellement confrontés. Ce qui pourrait arriver de mieux au malheureux foetus porté par la dégénérée que tu évoques, eu égard au traumatisme psychologique résultant d’avoir ça comme mère, ou prétendu père, et aux conséquences gravissimes de tels traitements hormonaux durant une grossesse, c’est de crever avant terme.
Son âme ira se trouver un réceptacle plus sain, à supposer qu’il en ait déjà une.
( Vieille croyance Aryenne ).

Anonyme
11 janvier 2020 18 h 53 min
ezengermann
11 janvier 2020 23 h 21 min

Quelle horreur !!! Le progrès ne se fait que dans la science et la technique et non pas dans l’apparence: Si vous me dites que vous avez inventé un moteur qui fonctionne à la combustion d’eau, je vous répondrait que vous avez beaucoup apporté a la science dans le domaine de la thermodynamique mais si vous me dites que vous avez fait avancé le progrès car vous êtes pédéraste je vous répondrait que comme progrès on a vu mieux. Entre le féminisme, la pédérasterie, la compléxé-racialo-latrie, la métissolatrie, et j’en passe ce pays a pas mal de décadences a vaincre. Et puis je présume que c’est encore les mêmes qui sont derrière cet engrenage

Julien
12 janvier 2020 1 h 14 min

– Qu’on me prouve que ça ne s’écrit pas (((Hidalgo))).
– Dans la société d’avant le “progrès”, on respectait tout ça. Donc, si on le respecte à nouveau, ça sera, au sens du Système, une régression. Pourquoi ne pas avoir insisté sur ce point : “à nouveau” ?
– Cette approche est intéressante dans un pays homogène (sans jeu de mot). Mais dans un pays de Blancs envahi par tout le reste, les alloc, les congés maternité et parental ainsi que ce que demande ce genre d’assoc à savoir le “salaire” maternel, seront très majoritairement prélevés sur les travailleurs blancs pour financer l’oisiveté reproductrice invasive des non-Blancs. Mieux vaut donc se concentrer sur le racisme (qui inclut forcément les valeurs ici en question).

12 janvier 2020 16 h 02 min

Navré de basculer à nouvau dans l’aversion anti-ibérique, mais trop d’espingouins nous causent un immense tort. Hidalgo est l’archétype de la saboteuse rouge d’Hispanie. Si quelqu’un entretient des relations plus amicales avec des descendants d’Espagnols vivant en France, qu’il n’hésite pas à se signaler à l’accueil du site ! Toute cette progéniture d’exilés antifascistes se démarque par son niveau considérable de militantisme d’extrême-gauche, son adulation du poison bolchéviste, ses tendances factieuses et sa perfidie ordinaire. Une ville comme Bordeaux abrite une dose indigeste d’Ibères singulièrement malappris et ces “produits” de la racaille antifranquiste s’acoquinent avec les Barbaresques au point de se confondre avec ces derniers. La capitale n’est pas épargnée par cette expansionnisme “latin”. Il existe sans doute une question d’atavismes derrière ces fâcheuses habitudes, ma foi. Mais cette question est jugée dérangeante par certains et nous devrions nous auto-censurer. Il conviendrait d’assurer qu’un Sang-Mêlé sicilien au regard torve, qu’un saltimbanque andalou mâtiné de conquérants mauresques et qu’un “Grec” orientalisé jusqu’à la moelle seraient tout autant Européens que des Bretons, des Normands, des Flamands, des Saxons, des Scandinaves ou des Lettons.

Permettez-moi de communiquer un léger scepticisme en la matière. Le métissage démentiel qui ravage le pourtour méditerranéen depuis plus de deux millénaires ne peut pas être ignoré ni minimisé quand on a la prétention d’entretenir notre héritage racial. L’hétérogénéité italienne nous le confirme de manière éclatante : on ne saurait faire abstraction du fossé anthropologique qui sépare les Lombards, les Piémontais, les Vénitiens, les Génois ou les Toscans des habitants des Pouilles, de Basilicate, de Calabre et de Sicile. Les réseaux mafieux ne sont pas étrangers à l’imprégnation sémitique qui caractérise le Mezzogiorno. Les disparités sont aussi formidables en Grèce, dans laquelle les somptueux trésors de l’hellénisme sont uniquement décelables à travers le patrimoine architectural, technique, culturel et scientifique – ainsi légué par les Grecs antiques qui ne se trouvent plus parmi nous depuis très longtemps.

Rho 2
13 janvier 2020 7 h 14 min

Mon cher Piotr, je suis entièrement d’accord avec toi sur la nuisance des rouges espagnols dont des centaines de milliers ont été accueillis en France par les rouges communistes et socialistes du Front populaire. Mais je crois devoir relever que ces racailles, souvent, effectivement, assez bougnoulisées ou sémitisées, ne fût-ce que mentalement comme le shabbat-goy Valls ou cette pute d’Hidalgo, n’ont pas grand chose à voir avec la majorité du peuple vivant de l’autre côté des Pyrénées et qui s’est précisément battue contre eux sous la direction de Franco pour les chasser d’Espagne, terminant ainsi le travail commencé lors de la Reconquista.
Je me suis rendu à de nombreuses reprises dans ce beau pays et les camarades qui m’ont accueilli, dont tu peux deviner qu’ils étaient du même bord que ceux qui ont protégé Léon Degrelle, ne m’ont guère paru avoir de points communs avec les youtres et les bougnoules. La première chose qui frappait leurs visiteurs était la splendeur de l’architecture des villes, et notamment de Madrid, et leur propreté.
Et la noblesse de ces gens.
Malheureusement, Franco est mort. L’Espagne s’est intégrée à l’Union européenne et à donc eu aussi droit à une grande dose d’enrichissement culturel et au retour de nombre de descendants des racailles chassées du pays en 1936.
Qui ont une influence des plus néfaste sur son évolution, comme ce fumier de Valls qui a osé se présenter aux municipales à Barcelone après avoir été premier ministre de la France.
Sur l’Italie du Sud et la Grèce, tes propos me semblent un peu excessifs. Si la seconde a bien été occupée par les Turcs, les Grecs ne s’en sont pas pour autant mélangés avec les envahisseurs.
Ils ont conservé leurs traditions, leur culture, et leur créativité. À titre d’exemple, la musique de Vangelis est une merveille typiquement Aryenne.
Nos camarades d’Aube Dorée pourraient t’en dire bien davantage.
Quant à l’Italie du Sud, s’il est vrai que c’est plutôt le bordel et que les organisations mafieuses en sont la cause principale, réintroduites par les “libérateurs” américains, après avoir été totalement éliminées par le préfet Mori mandaté à cette fin par le Duce, elle n’a jamais été occupée par les bougnoules, sa richesse culturelle et son patrimoine architectural ne datent pas que de l’Empire romain, et ni Sophia Loren ni celles qui lui ont succédé n’ont des gueules de moukhères.
On a actuellement plus de chances de se faire piquer son portefeuille à Paris qu’à Naples dont les magnifiques palais et d’innombrables monuments qui ne le cèdent en rien à ceux de Rome ou de Milan méritent à eux seuls le voyage.
Actuellement, les pays les plus bougnoulisés d’Europe, ceux où les nombres des viols, attentats à l’explosif, attaques à l’acide, incendies volontaires, et autres joyeusetés dont la pédophilie, rivalisent avec ceux du Pakistan et de l’Afrique du Sud, où d’innombrables pétasses s’affichent fièrement au bras d’un nègre, ou les youtres et les LGBT font la loi, et où on habille des gamins en filles avant de leur couper la bite,
c’est la Suède et la Grande Bretagne.
Cette dernière a même un paki comme maire de sa capitale, un juif comme premier ministre, et des policières en tchador.
L’Irlande ne voulant pas être en reste a choisi une synthèse, à savoir un bestiau à la fois bougnoule et pédé, comme chef du gouvernement.
Alors, bon, le nordicisme…
Avoir les cheveux blonds n’empêche pas d’être con. C’est certes magnifique d’arborer les couleurs de l’or ou de l’azur et seuls les Blancs Aryens peuvent avoir ce privilège.
Mais, comme chacun peut le constater, ça ne vaccine pas contre la bougnoulisation mentale ni ne confère un QI supérieur à celui des autres Aryens aux yeux et chevelures moins éclatants.
Les gènes qui déterminent les caractéristiques physiques et mentales spécifiques aux Blancs et leur donnent leur supériorité intellectuelle, leur habileté manuelle, et leur force, inégalée par les autres races, sont aussi présents chez les Européens du Sud que chez ceux du Nord.
Madrid est infiniment plus belle que Stockholm et la cuisine scandinave est d’une pauvreté absolue comparée à celles de la France, de l’Italie, ou de la Grèce.
En matière de raffinement, les Vikings n’ont guère atteint des sommets.
Cela étant, force est de constater la supériorité incontestable des peuples du nord de l’Europe dans les domaines de la science et de la musique.
Dans ces domaines, les Germains et les Slaves sont largement en tête du peloton.
Mais c’est peut-être plus parce qu’ils ont largement échappé à l’influence du catholicisme, véritable étouffoir de la curiosité intellectuelle et de la créativité.
Sauf dans les champs de l’architecture et de la peinture, fort goûtés par les princes de l’Eglise, ce qui a permis à l’Italie et à l’Espagne de se couvrir de merveilles de ces deux formes d’art.

15 janvier 2020 23 h 40 min

J’en suis navré, mais je ne partage pas du tout ton opinion sur ce sujet épineux. Les Ibères bolchévisés se confondent aisément avec des Barbaresques et leur comportement subversif n’est ni plus ni moins que la traduction de leur profil bâtardé. Tu estimes qu’un laquais illuminé de la juiverie comme Valls ou cette garce d’Hidalgo en seraient guère représentatifs des Espagnols. D’une certaine façon, ce n’est pas complètement faux. Valls est indiscutablement de type sud-européen en dépit de ses tendances consternantes – mais il n’empêche que la matrone hidalguesque arbore une physionomie de sauvageonne échappée de la Maurétanie. Rajoute-lui un voile sombre sur la trogne et imagine-la en train de palabrer en arabe avec des Maghrébines : elle se fondrait parfaitement dans le décor des enclaves islamisées qui fourmillent à travers tout le pays. Il serait quasiment impossible de la distinguer d’une éleveuse de chèvres lambda ne s’installant sur le sol français qu’en vue de vampiriser son système de protection sociale.

Je tiens d’emblée à préciser que je ne suis pas du acquis à un mode de pensée “nordicocentrée” – il existe une myriade d’attributs phénotypiques parmi les Blancs et j’en ai conscience depuis fort longtemps. Les rouquins au teint rosâtre peuvent côtoyer des géants aux cheveux d’or éclatants, de grandes brunes envoûtantes aux yeux noisette ne sont pas moins européennes que de magnifiques demoiselles avec des cheveux châtains ou cendrés. En bref, loin de moi l’idée de me contredire. Mais j’insiste précisément sur les disparités raciales qui caractérisent le peuplement actuel de l’Europe : si le type atlanto-méditerranéen est perceptible jusqu’en Grande-Bretagne, par exemple, des personnages racés comme Sean Connery ou un Pierce Brosnan n’en restent pas moins typiquement anglo-saxons à leur manière.

Un Philippe Martinez, une Ana María Hidalgo ou un Juan Branco sont, hélas, des portraits très stéréotypés de tous ces métèques en provenance du chaos hispanique. Je réitère avec résolution ce discours auquel je suis attaché de tout cœur : le Français de vieille souche gauloise est à mille lieues de ces cortèges de foutriquets brunâtres… et dont le logiciel de pensée soviétisant vise à éradiquer les derniers bastions de résistance celtique qui subsistent tant bien que mal dans nos régions les mieux préservées. Quant au fameux Caudillo en-deçà Pyrénées, contentons-nous de la vérité à l’état pur : cet hâbleur papiste n’a jamais su mettre en œuvre la moindre politique de redressement économique et culturelle dans son pays après l’éviction de la menace bolchéviste. Notre Généralissime ne brillait guère par ses idées novatrices, n’a pas pris la peine d’imaginer des réformes sociales d’envergure et se contentait de règner comme un monarque essouflé sous l’égide du Christ. Le passéisme franquiste est d’autant plus rebutant que l’écrasement de l’hydre rouge en Espagne n’aurait vraisemblablement pas été possible sans les manœuvres des miliciens phalangistes – plus proches de notre “bord” qu’un militaire sénile enfermé dans des archaïsmes du XIXe siècle. Bref, tu comprendras que je ne suis guère friand du régime sclérosé de Franco saupoudré de curaille malapprise. Surtout quand les rares prouesses de cette gouvernance sont à mettre au crédit des phalangistes dans la pratique.

La Grèce antique, quant à elle, succombe bien avant l’émergence de la puissance ottomane ; à vrai dire, son orientalisation manifeste atteint des proportions dramatiques avant même l’instauration du Principat augustéen à Rome. Les vrais citoyens de souche grecque rencontraient précisément nos problèmes actuels de dénatalité, une érosion de leurs coutumes traditionnelles et un afflux incontrôlé d’étrangers et/ou d’esclaves (qui étaient le plus souvent des Orientaux “hellénisés” avec des trombines de trafiquants de perles à la Carlos Ghosn). La race grandiose des Alexandre le Grand, des Périclès ou des Aristote s’était déjà en large partie dissoute dans un capharnaüm multiracial dont la “Grèce” contemporaine est la triste émanation. Quelles troublantes coïncidences avec notre époque, n’est-ce pas ? « Les habitants de la Grèce actuelle parlent en grec et s’identifient comme des Grecs ! », pourrait-on sèchement me rétorquer. Les incartades du nationalisme « civique » s’expliquent sans difficulté en l’absence de réalisme ethnoracial, après tout. Un dirigeant spartiate avec une poigne de fer comme Léonidas, s’il devait momentanément ressusciter dans le Péloponnèse, ne manquerait pas de pouffer face aux marchands de tapis phéniciens qui revendiquent son héritage entre deux immeubles inachevés sur le bord d’une plage touristique.

15 janvier 2020 23 h 40 min

Les Turcs ne sont donc en rien “coupables” de la sémitisation des fondateurs de l’Hellade, j’en conviens : les Byzantins n’étaient déjà que le pâle reflet des Grecs antiques sous le prisme de la romanisation. Ainsi, la “nation” grecque est aujourd’hui un pays assez sous-développé et en proie à une désorganisation chronique. Sans compter son mutisme d’un point de vue culturel : les productions scientifiques, les réalisations littéraires et les avancées technologiques ne sont plus du tout le monopole des « Grecs » mais des Italiens du Nord, des Français, des Germains, des Anglo-Saxons, ou encore des Russes et des Asiatiques du Nord-Est. Cette inégalité qualitative serait-elle imputable à l’abus d’huile d’olive, à une indigestion collective de gyros ou au rythme endiablé du sirtaki parmi nos Hellènes pakistanisés ? Ah ! Les déterminismes biologiques ont la dent dure ! Ils sont tenaces comme des meutes de loups enragés et n’épargnent finalement personne en ce bas monde.

16 janvier 2020 0 h 02 min

Ce que j’ai longuement développé à propos des Grecs est plus ou moins valable dans le cas des Italiens méridionaux. Les folâtres siciliens étant les produits les plus manifestes de ce cheminement à rebours dans l’histoire des peuples. Cette impulsivité méridionale, cette anarchie irréductible, ce mépris instinctif de l’ordre et cette indiscipline perpétuelle chez ces braves gens ne sont pas les traits d’une civilisation éminente – bien au contre, ce sont les propriétés constitutives d’une population subvertie jusque dans ses fondations les plus intimes. Cette population serait à l’agonie sans le concours indulgent de ses voisins du Nord. La Sicile est confrontée à une sérieuse impasse lui ôtant toute chance de sursaut évolutif. En-dehors même de la Sicile, Naples est une ville malpropre, insalubre et désordonnée ne possédant pas que le quart du patrimoine architectural de la ville éternelle des Césars. L’immigration extra-européenne est moins pesante qu’à Paris, certes. Mais toute une une frange de la populace est elle-même hybridée avec des vagues de ruffians dégurgités par le Levant et l’Afrique du Nord… Je suis même porté à croire que les Parisiens ressemblent de plus en plus à des Napolitains ventripotents et basanés. Encore une bizarrerie surnaturelle, sans doute (je te taquine, évidemment, mais je n’en démords pas pour autant).

16 janvier 2020 0 h 19 min

(Je te prie de m’excuser pour les omissions et les redondances figurant dans mes derniers messages, par contre : après une relecture tardive, je ne suis plus en mesure d’apporter la moindre correction).

Rho 2
16 janvier 2020 9 h 17 min

Mon cher Piotr, je m’attendais à une réponse de ta part, et elle est venue, fort solidement construite et particulièrement bien argumentée, comme toujours. Mais elle ne m’a convaincu qu’à moitié.
Ce que tu dis des Ibères gauchistes et semitisés, tu pourras constater en me relisant que je l’ai dit aussi, même si c’était de façon moins étayée. Je précise donc ma pensée : pour moi, il est clair que les options politiques d’un individu sont largement déterminées par sa qualité raciale ; tous les métêques auxquels tu fais allusion, fort justement, j’en conviens, avaient donc, bien évidemment, rallié le camp de ceux qu’un de mes auteurs favoris appelait les égalitaires, à savoir ceux qui refusent de reconnaître l’existence d’individus supérieurs bien au dessus de leur propre médiocrité.
Et c’est pourquoi toutes les racailles rouges ou anarchistes chassées d’Espagne en 1936 avaient effectivement, et leurs descendants aussi, des gueules fort peu Aryenne.
Mais il n’en va pas de même de ceux qui les ont combattu et de leurs enfants, en particulier des descendants des familles nobles, ou en tout cas de bonne race, qui se sont unies pour chasser les arabes d’Espagne lors de la Reconquista. Et nul ne peut nier la richesse et la beauté du patrimoine artistique et culturel, notamment architectural, créé par ces gens. À côté de Madrid, Oslo et Stockholm ne sont que des bourgades ; je l’ai moi-même constaté.
Comme j’ai également constaté la richesse de celui de Naples, certes sale et désordonnée, mais pas partout, et dont chacun peut visualiser sur Internet les innombrables monuments s’il ne peut, comme je l’ai fait autrefois, les admirer de visu. Et les architectes, les sculpteurs, et les peintres qui ont réalisé ces merveilles ne venaient pas du Nord, pas plus que Sophia Loren ou d’autres actrices somptueuses qui se revendiquent comme napolitaines.
l’Opéra de Naples vaut d’ailleurs bien celui de Milan. Enfin presque…

Rho 2
16 janvier 2020 9 h 43 min

Sur la Grèce, en revanche, je suis bien obligé de reconnaître que tu as raison et que ce pays n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été dans l’Antiquité. Tu as parfaitement raison de souligner que ce qui fut autrefois le phare de l’humanité ne brille plus guère et que l’Art et la Science trouvent désormais leurs sources bien plus au Nord. Mais quand tu mets cette dégénérescence sur le compte d’un excès d’huile d’olive alors que celle-ci est certainement la source d’acides gras la plus saine qui soit et que le régime crétois fait bien plus de centenaires que le beurre et le saindoux, grands pourvoyeurs des cimetières comme le savent tous les cardiologues et oncologues, tu n’es pas vraiment objectif. Peut-être fais-tu ce rapprochement abusif parce que DP a associé l’huile d’olive aux youtrons quand (((Patrick Bruel))) a acheté un domaine oléicole provençal dont les exploitants n’avaient pas les moyens de maintenir la production ? Passons.
En tout cas, pour dire que les Grecs ont des gueules de pakistanais, il faut ne jamais y avoir mis les pieds.
J’ai connu personnellement, mais hélas pas aussi intimement que je l’aurais voulu, deux Grecques qui étaient parmi les plus belles femmes qu’il m’ait été donné d’admirer. Et leurs familles ou leurs voisins dans les patelins dont elles étaient originaires n’avaient nullement des gueules de bougnoules.
D’ailleurs, il suffit d’aller sur les sites ou l’on rapporte les actions d’Aube Dorée pour voir les visages de nos camarades Grecs.
Pas vraiment des pakis, les mecs…
Donc tu n’as pas tort mais tu pousses un peu.

Rho 2
16 janvier 2020 9 h 50 min

Pour ma part, ma position est celle de l’auteur de cet article :
https://grandfacho.com/?p=25905
( Unité Blanche ou Nordicisme )
En fait, elle est peut-être la tienne aussi car tes propos sont bien plus nuancés dans la plus grande partie de tes messages.

wpDiscuz