Élections régionales en Allemagne : bons résultats de “l’extrême-droite”

On ne répétera jamais assez que notre race ne s’extirpera pas de sa présente situation de la simple suite de votes. Un profond changement est nécessaire, impossible par cette voie. Les médias et autres institutions de pouvoir possèdent une forte emprise sur l’opinion. Il existe différentes variations au sein du système, mais en dernière analyse il s’agit toujours du même système; Il est nécessaire de briser son statut d’autorité inévitable ayant le monopole de la menace et de la récompense avant de pouvoir espérer qu’une majorité des nôtres sympathise avec notre combat.

Mais depuis quatre ans, j’observe les résultats électoraux en Europe et ils constituent une intéressante mesure de la situation politique, tant que l’on en comprend les limitations.

L’AfD devance la CDU de Merkel en Thüringe

Ce scrutin est particulièrement intéressant parce qu’il se produit moins de trois semaines après l’attaque de Halle, menée par un pro-blanc mal organisé.

En Allemagne, la propagande des médias anti-blancs atteignait depuis longtemps de très hauts niveaux de partialité et de malhonnêteté. Mais cette attaque qui avait pour cible initiale leurs juifs chéris a été l’occasion

Un des arguments favoris des mous qui se déclarent pro-blancs mais font tout pour décourager l’action est qu’elle provoquerait la défaite de ces partis vaguement anti-invasion qui sinon nous sauveraient.

Bien sûr, même la victoire de ces partis, qui rejettent le racisme, serait tout à fait insuffisante.

Mais en sourdine, on retrouve dans cet argumentaire des lâches la même rengaine sur la propagande : éliminer des ennemis de notre race éloignerait les Blancs de nos idées, et de toute idée associée à la préservation raciale.

AFP :

L’extrême droite allemande, emmenée par sa figure la plus radicale, a enregistré une nouvelle forte progression lors d’un scrutin régional dimanche en devançant le parti conservateur de la chancelière Angela Merkel et son partenaire de coalition, le Parti social-démocrate (SPD).

Selon les projections des chaînes de télévision publique, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) est avec 23,5% arrivée en deuxième position lors de l’élection régionale en Thuringe, dans l’ex-Allemagne de l’est communiste, faisant plus que doubler son score du précédent scrutin de 2014.

Derrière ce mouvement anti-migrants et eurosceptique, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel termine à 21,8%, soit un repli de près de 12 points en cinq ans dans cet Etat qu’elle dominait jadis sans partage.

Il s’agit de son plus mauvais score jamais réalisé dans cette région depuis la réunification allemande en 1990. Leur chef de file en Thuringe Mike Mohring a reconnu un “résultat douloureux”.

L’extrême droite a elle parlé d’un “séisme” électoral en sa faveur. Sa figure de proue dans cette région, Björn Höcke, tenant de l’aile plus droitière du mouvement, a estimé que l’AfD, en progression constante depuis 2015 et l’arrivée de centaines de milliers de migrants dans le pays, était “en train de devenir un grand parti populaire national”.

Björn Hocke avait été la cible d’une kabbale cherchant à l’exclure du parti parce qu’il avait ouvertement déclaré vouloir la fin de la culture de la repentance.

Ce qui, eu égard à l’emprise de la pensée unique en Allemagne, en fait un homme très courageux.

Ce score est d’autant plus notable que l’AfD a été très critiquée juste avant le scrutin suite à un récent attentat antisémite et xénophobe ayant fait deux morts à Halle, dans l’Etat régional voisin de Saxe-Anhalt, et commis par un sympathisant néonazi.

Björn Höcke lui-même s’est vu accuser d’avoir préparé le terrain idéologique pour l’auteur des faits par ses déclarations contre la culture allemande de repentance pour les crimes nazis.

Il a par exemple qualifié le Mémorial de la Shoah à Berlin de “monument de la honte”.

L’analyse du journaliste de l’AFP est ici correcte.

[…]
En Thuringe, c’est un autre parti classé aux extrêmes du paysage politique qui l’a emporté, celui de la gauche radicale, héritière du parti communiste est-allemand.

Son porte-drapeau, l’actuel chef du gouvernement régional Bodo Ramelow, est arrivé en tête avec 31%, un score en progression, 30 ans tout juste après la chute d Mur de Berlin.

Cet ancien syndicaliste a toutefois bâti son succès sur une politique très pragmatique, où il n’hésite pas à privilégier des thématiques chères aux conservateurs comme la sécurité, plus que sur les slogans de son parti à Berlin dont il s’est distancé.

Il lui sera difficile toutefois de se maintenir au pouvoir car ses deux partenaires actuels de coalition, les sociaux-démocrates du SPD et les écologistes, n’obtiennent respectivement que 8,2% et 5,1%. Ils ne sont plus en mesure de lui fournir une majorité.

Et dans le même temps, le parti conservateur refuse de gouverner tant avec la gauche radicale qu’avec l’extrême droite. Ce qui pourrait bloquer toute formation de coalition majoritaire.

Les habituels jeux de combinaison d’alliance de la farce parlementaire, qui peut produire des gouvernements très différents à partir du même parlement.

L’AfD recueille un quart des voix en Saxe et au Brandebourg

France24 :

On pourrait appeler ça une défaite à la Pyrrhus. Le parti populiste allemand de droite radicale Alternative für Deutschland (AfD) reste aux portes du pouvoir dans les deux Länder de Brandebourg et Saxe après les élections régionales dimanche 1er septembre. Mais leur très bon score – plus de 20 % des suffrages dans les deux régions – brouille profondément les cartes du jeu politique allemand.

Les résultats précis sont 23,5% au Brandebourg et 27,5% en Saxe.

[…]
Les deux partis victorieux – la CDU (chrétiens-démocrates) en Saxe, et le SPD (sociaux-démocrates) dans le Brandebourg – ont toujours exclu de former des alliances avec l’AfD. Mais il va être difficile de mettre en place un cordon sanitaire démocratique autour d’une formation arrivée en deuxième place avec plus de dix points d’avance sur le troisième.
[…]
L’AfD la plus radicale ne fait plus peur. Ces scrutins régionaux ont aussi démontré que les électeurs en ex-Allemagne de l’Est n’hésitent pas à voter AfD, même si la tête de liste cache à peine ses sympathies pour une extrême-droite aux relents néonazis assumée. Andreas Kalbitz, qui a porté les couleurs de l’AfD dans le Brandebourg, a reconnu peu avant le vote s’être rendu en 2007 à un rassemblement de sympathisants néonazis à Athènes et avoir frayé, à la même époque, avec une organisation de jeunesse qui se plaisait à défiler en uniforme paramilitaire, tout en chantant les louanges des “jeunesses hitlériennes”.

Jörg Urban, tête de liste de l’AfD en Saxe, se revendique, quant à lui, ouvertement comme membre du “Flügel” (l’aile) qui est considéré comme le courant le plus extrémiste au sein de l’AfD, et se qualifie de “populaire et nationaliste”.

À ce stade, il est “difficile de dire si les électeurs ont voté pour ce parti en dépit de sa radicalité ou à cause d’elle”, résume le magazine Spiegel.

Évidemment, la presse anti-blanche en fait toujours beaucoup pour essayer de présenter les partis qui ne sont pas assez anti-blancs à son goût en “crypto-nazis qui aiment Hitler”, ce qui est généralement incorrect.

Les électeurs de l’AfD ne sont pas dupes du fait que les médias dominants forment une incroyable machine à diffamation. Ceux qui veulent penser l’AfD plus radicale qu’elle ne l’est peuvent s’imaginer que ses représentants modèrent délibérément leur discours, alors que ceux qui veulent s’imaginer ses élus comme plus politiquement corrects qu’ils ne le sont vont simplement considérer que les médias mentent à leur sujet. Cela rend une interprétation précise délicate.

Je citerais à ce propos ce passage fabuleux de Mon Combat d’Hitler :

En quelques jours, la presse sait, d’un ridicule petit détail, faire une affaire d’État de grosse importance, et inversement, en aussi peu de temps, elle fait tomber dans l’oubli des problèmes vitaux jusqu’à les rayer complètement de la pensée et du souvenir du peuple.

C’est ainsi que l’on parvenait en quelques semaines à sortir de façon magique certains noms du néant, à y attacher par une large publicité, des espérances inouïes, à leur créer enfin une popularité telle qu’un homme de véritable valeur ne peut de sa vie en espérer autant ; des noms qu’un mois auparavant personne n’avait entendu prononcer, étaient lancés partout, alors qu’au même moment des faits anciens et bien connus, relatifs à la vie de l’Etat ou à la vie publique, étaient enterrés en pleine santé ; parfois même ces noms avaient été prononcés à l’occasion de telles turpitudes qu’il semblait qu’ils eussent dû plutôt rester associés au souvenir d’une bassesse ou d’une coquinerie bien déterminées.

Il faut étudier spécialement chez les Juifs l’infamie qui consiste à déverser d’un seul coup et de cent poubelles à la fois, comme à l’appel d’une baguette magique, les plus basses et les plus honteuses calomnies sur le vêtement immaculé d’un homme d’honneur : alors on pourra révérer comme ils le méritent ces dangereux voyous des journaux.

Il n’est rien dont ne soient capables ces chevaliers d’industrie de la pensée, pour en venir à leurs fins odieuses. Ils vont jusqu’à s’introduire dans les affaires de famille les plus secrètes ; ils fouinent jusqu’à ce que leur instinct de chercheurs de truffes leur ait fait trouver quelque pitoyable événement, capable de porter le coup de grâce à leur malheureuse victime. S’ils ne trouvent absolument rien, malgré tout leur flair, ni dans la vie publique ni dans la vie privée, les gaillards ont simplement recours à la calomnie, fermement persuadés que non seulement quelque chose en restera malgré de multiples rétractations, mais encore que lorsque l’écho aux cent bouches aura fait son œuvre dans quelques journaux complices, toutes les révoltes de la victime resteront le plus souvent sans effet.

Au reste cette bande de gredins n’attaque pas pour quelqu’une des raisons qui pourraient être celles de tout le monde, ou en être comprises. Dieu nous en garde ! Lorsqu’un de ces rôdeurs de barrière entreprend ses chers concitoyens d’aussi fourbe façon, il s’entoure, comme un poulpe de son nuage d’encre, de belles phrases pleines de loyauté et d’onction ; il se répand en protestations sur les « obligations du journaliste » ou en d’aussi piètres mensonges ; il va même plus loin dans les réunions et dans les congrès où ce fléau sévit avec la plus grande intensité : alors il radote sur une forme toute particulière de l’honneur, « l’honneur journalistique », et toute cette canaille assemblée opine du bonnet en hochant la tête avec gravité.

Voilà la bande qui fabrique « l’opinion publique », d’où naîtront ensuite les parlementaires, comme Vénus est née de l’écume des flots.

Pour décrire en détail le mécanisme de l’institution parlementaire et montrer tout ce qu’elle a d’illusoire, il faudrait écrire des volumes. Mais si, cessant d’en considérer l’ensemble, on n’examine que le résultat de son activité, on en aura assez vu pour conclure qu’elle doit être tenue pour un non-sens dans son objet même, fût-elle envisagée dans l’esprit le plus orthodoxe.

France24 :

[…]
Les deux grandes formations historiques du pays – la CDU et le SPD – peuvent aussi se demander où se trouve leur avenir. […] Les plus jeunes électeurs ont largement ignoré l’ancien clivage droite-gauche et leur vote s’est davantage porté sur l’AfD.

Conclusion

L’infâme régime communiste dont l’Allemagne de l’Est fut la victime pendant plusieurs décennies a ironiquement laissé derrière lui, en dehors de ses nostalgiques, une population moins amollie par la propagande anti-blanche, non qu’elle n’existait pas mais parce qu’elle provenait d’un régime dont le caractère maléfique était évident plutôt que dissimulé.

La performance de l’AfD en Saxe, Brandebourg et Thüringe n’est pas à proprement parler une surprise eu égard aux dernières élections fédérales allemandes, mais elle confirme qu’il existe encore une volonté de vie dans ce pays.

La bonne performance de l’AfD moins de trois semaines après l’attaque de Halle ridiculise complètement les théoriciens de l’inaction selon qui lutter contre les ennemis de notre race pousserait les Blancs à adhérer à la farce du multikulti.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "Élections régionales en Allemagne : bons résultats de “l’extrême-droite”"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Jacot
28 octobre 2019 8 h 20 min

Quel régal aussi que de trouver un article avec la qualité d’analyse de notre chère Blanche ! Les paroles du Führer sont extraordinairement pertinentes encore aujourd’hui ! Puissions-nous les méditer et en tirer la fougue et la fierté qui nous serons nécessaires pour les combats à venir, tant physiquement qu’intellectuellement…
Tonton était vraiment un grand homme et sa grandeur sera reconnue et triomphera de toutes les bassesses de tous ces roquets qui l’ont combattu.
Sieg Heil !

Rho 2
28 octobre 2019 14 h 28 min

Ces excellentes nouvelles ne peuvent que nous inciter à être optimistes. Ce sont ceux qui affichent sans complexe leurs sympathies pour le national-socialisme, voire avouent avoir appartenu à des mouvements qui en sont les héritiers, qui ont réalisé les meilleurs scores.
Voilà qui détruira les arguments de ceux qui, au sein de l’AFD, veulent entraîner ce parti dans la même voie décadente et judéoservile que le rassemblement fort peu national de la marinée enfumée ( comme les harengs, ce qui est bizarre pour une telle morue ).
Et l’attentat foireux de Halle n’a strictement rien changé. Comme le souligne Blanche, là, ce sont les lâches qui veulent nous pousser à l’inaction qui en sont pour leurs frais.
Et la note sera lourde…
On ne devra pas oublier ceux qui ont tenté de nous mener au désespoir et à la résignation ; leur sort sera celui réservé aux traîtres. Car c’est ce que sont ces gens qui profitent du (((système))) et seraient affolés de nous voir le mettre à bas.
En tout état de cause, les jeunes se tournent désormais de plus en plus vers ceux que les youtres et leurs laquais baptisent d’extrémistes. L’avenir nous appartient donc. La vérité, qui repose sur tout ce qui existe, ne peut que triompher du mensonge qui ne repose sur rien.

Jost
28 octobre 2019 14 h 48 min

Blanche , vous rappelez un extrait de mein Kampf.Cet extrait est toujours d’actualité.Cependant , après ce succès de l’Afd il serait vain de se gaver d’optimisme;Il faut en effet se souvenir que l’Allemagne contrairement aux autres pays européens , n’est pas un état souverain , mais est toujours occupé et sous surveillance de ceux qu’il est interdit de critiquer sous aucun prétexte.Le commentaire de Nico Withe en date du 16 janvier dernier sous le titre : en Allemagne l’ED risque d’être mise sous surveillance est parfaitement juste.Depuis 1945 la population a été tellement culpabilisée , contrairement à ceux qui ont organisé et planifié les crimes communistes de masse .
Bjorn Höcke et Andreas Kalbitz représentent les purs et durs de ce courant de l’Afd.Et il faut se poser la question jusqu’où les autres ténors du parti ( Alexander Gauland ex de la CDU et Alice Weidel ) vont soutenir ces deux purs et durs.Car les pressions sont fortes pour faire imploser ce parti, comme elles le furent envers Salvini.
D’autre par il n’est envisagé aucune coalition en Thuringe comme ailleurs en Allemagne et aucune compromission d’aucune sorte avec l’Afd ne sera tolérée.l’Afd est totalement isolée Les B’nai y seraient ils pour quelque chose ???????????
Seul espoir une minorité de l’électorat allemand commence à comprendre avec justesse.Les ruisseaux font les grandes rivières dit on

Paul le Bof
2 novembre 2019 22 h 19 min

Jost,
Votre intervention laisse dubitative.
Votre éjaculation d’une série de ‘?’ après avoir évoqué le très criminel “B’Nai brit”. Je renvois nos lecteurs vers la lecture
de l’affaire de Leo Franck, ce sale patron juif, qui a violé des centaines et des centaines de petites Américaines sans défense les employant sous ses ordres.
Il y eut de plusieurs témoins des événements; Leo Franck, juif fut condamné pour le viol et le meurtre de Mary Phagan.

Il n’existe pas de juifs tueurs et violeurs ?
Epstein, Silvertein woflstein, Volkenstein ?

LES RESEAUX CRIMINELS SONT JUIFS.

Que faites vous ?

Paul
2 novembre 2019 21 h 51 min

Il faut s’étonner que peu d’ Européens Blancs ne se soient pas coalisés depuis 20 ans afin de protéger leur territoire et donc qu’aucune action n’ait été menée pour faire le ménage des envahisseurs et donc des juifs.
Si l’on se fie à la biologie, ce qui arrivera sera terrible et sera inscit dans le grand livre du Monde :

Extrait du futur :
” Au 21 siècle, les attaques génocidaires contre les Blancs devinrent tellement violentes de la part des nègres, tellement sanguinaires de la part des Arabes, tellement vicieuses de la part des juifs, que les Blancs comprirent enfin que leur enfants en grand péril méritaient la devise devenue virale dans le monde Blanc :
‘Nous devons préserver l’existence de notre peuple et l’avenir des enfants blancs’. ”

Les politiques corrompus n’ont pas compris le peuple voulait la concorde et la mesure; les politiques ont apporté l’outrance et la volonté AFFICHEE de notre remplacement , le remplacement du peuple Blanc !
Cela mérite un point d’orgue… et une discussion à propos de la notion de trahison du peuple;
Cela mérite un tribunal spécial, car le peuple Français est grand -remplacé; pour de vrai !

Depuis 3 ans, De très nombreuses citoyennes se sont faites violées sous la menace d’une machette, de nombreux jeunes Hommes se sont fait blessés ou tués pour une cigarette ou un regard : ces morts sont de notre sang.

Ces morts sont mon sang!

Il n’y a rien à expliquer pour justifier cela, sauf la volonté d’un peuple qui formule librement que personne ne devrait être mis en prison pour dire :

NOUS ALLONS PRESERVER L EXISTENCE DE NOTRE PEUPLE ET L AVENIR DES ENFANTS BLANCS !

Cette phrase est criminalisée dans nos Etats gouvernés par les juifs. Je devrais dire “dans nos Etats sous occupation juive’

L’occupation juive est ce qui me perturbe le plus car ce viol de l’âme des Blancs est criminel autant que l’est la présence de la pestilence juive dans nos territoires.

Une dernière fois, que chaque Homme de France réfléchisse bien ! Qu’il comprenne ses ancêtres, son sang et son rang et sa génétique, son ADN, son peuple et ses enfants. Qu’il comprenne que ce qui est réellement en jeu est à la fois sa culture, son territoire, sa femme, ses filles … sa civilisation!

wpDiscuz