Contre les agents de l’invasion, les fiers Alsaciens haussent le ton et montrent la voie

Un vent frais de révolte souffle sur l’Alsace.

Sur la rive gauche du Rhin, des colonnes volantes anonymes, que nous appellerons du nom générique de fiers Alsaciens, défraient la chronique par leurs actions d’agitation-propagande. Nos camarades pointent du doigt très explicitement les promoteurs de l’invasion : en particulier les maires félons et le préfet de région (((Jean-Luc Marx))).

Les fiers Alsaciens signent leurs actions avec des croix celtiques, parfois des svastikas, identifient les nègres pour ce qu’ils sont et n’oublient pas la question juive.

En janvier dernier, la mairie d’Eichhoffen avait été marquée de slogans anti-invasionnistes et du svastika.

En mars, c’était la mairie d’Heiligenberg qui avait subi son marquage Werwolf.

En juin dernier, nous relations l’action de l’escouade qui avait peint de slogans la façade arrière de la mairie de Schirrhoffen en ciblant le maire de Thal-Marmoutier, à cinquante kilomètres de là. Les fiers Alsaciens ont donc une stratégie régionale évidente.

Cette semaine, la fierté alsacienne a fait monter la pression d’un petit cran.

Incendies à Schiltigheim

Schiltigheim est une commune de la banlieue nord de Strasbourg. Un incendie a frappé un nid certain d’envahisseurs le lundi, deux autres ont frappé des nids probables le lendemain.

Dernières Nouvelles d’Alsace :

C’est un voisin qui a appelé les secours vers 23 h [lundi 19 août] pour signaler un incendie dans la cave d’un immeuble composé d’un rez-de-chaussée, d’un étage et de combles, situé à l’angle des rues du Fondeur et des Vosges à Schiltigheim.

“Intervenus très rapidement, les pompiers ont pu empêcher de justesse l’embrasement complet de l’immeuble”, indique la mairie de Schiltigheim dans un communiqué. Six personnes ont dû être évacuées par la grande échelle, la cage d’escalier étant devenue impraticable.”

Aucun blessé n’est à déplorer. L’incendie a été éteint grâce à une lance. Le sous-sol contenait notamment plusieurs cyclomoteurs dont les réservoirs d’essence ont nourri les flammes.

Qui habitait cet immeuble, qui a été gêné ? Des Aryens ou des envahisseurs ?

Trois logements étaient loués par l’association Horizon Amitié et mis à disposition de familles d’origine étrangère. Leurs six occupants ont été relogés par l’association.

Les trois autres appartements étaient vides : deux familles de locataires sont actuellement en vacances et le troisième logement est inoccupé en ce moment.

Ce mardi matin, aucun habitant n’a pu rentrer chez lui, contrairement à ce que nous écrivions plus tôt dans la journée. En raison de la propagation des fumées dans les étages et de la destruction du système électrique dans l’incendie, l’immeuble est inhabitable.

Pour le moment, les parasites étrangers sont quittes pour la peur ; quant aux gauchistes du groupuscule subventionné (((Horizon Amitié))) qui paie le loyer du colon avec l’argent de l’indigène, ils ont reçu un coup de semonce. Un petit avant-goût du prix de la trahison.

Deux autres incendies ont donc frappé des immeubles à Schiltigheim. Le lendemain mardi 21 août, vers 23 heures également, une cave de HLM a été incendiée. Une heure auparavant, c’est une résidence universitaire qui avait été incendiée.

DNA :

Mardi soir vers 22h, un incendie s’est déclaré dans le local poubelle d’une résidence étudiante gérée par le CROUS au 5 Rue saint-Charles à Schiltigheim.

“Une benne à ordures à été sortie du local, poussée contre la porte d’entrée. C’était fait pour mettre le feu à l’immeuble”, s’insurge Patrick Maciejewski, premier adjoint au maire de Schiltigheim qui s’est rendu sur place dans la soirée.

Nous ne savons pas si les étudiants ciblés étaient des métèques, mais c’est probable. Nous ne savons pas non plus si le deuxième et le troisième incendie sont le fait de fiers Alsaciens, bien que se soit probable aussi. Comme nous allons le voir, seul l’incendie de lundi soir a été revendiqué.

Revendication sur le dos de mairie de Saint-Nabor

Le lendemain, une escouade de fiers Alsaciens a donc revendiqué l’action du lundi soir, en repeignant la façade de la mairie de Saint-Nabor.

France Soir :

Le message “nous revendiquons l’incendie à Schiltigheim [lundi] qui a visé des colons” ainsi que des croix celtiques, symbole ultranationaliste, ont été tagués dans la nuit de mardi 20 à ce mercredi 21 sur les murs de l’école de Saint-Nabor (Bas-Rhin).

Ont aussi été écrits sur les murs “réfugiés dehors” ou “Marx t’as toujours pas compris?”, visant le préfet de la région. Sachant que l’incendie en question, survenu lundi 19, visait des familles étrangères, le racisme de ces inscriptions est sans équivoque.

Le mode opératoire semble très proche de l’action d’agit-prop du mois de juin, puisque dans la deux cas c’est une mairie qui est prise comme support de l’attaque, plus précisément la façade arrière du bâtiment, sans doute par précaution contre la vidéo-surveillance.

Deuxième point commun : la revendication se fait relativement loin de l’endroit concerné. Saint-Nabor est à au moins 35 km de Schiltigheim. Il s’agit de montrer que les fiers Alsaciens évoluent librement dans toute leur région historique et parlent au nom des Alsaciens.

Troisième point commun : le préfet Marx, le juif Marx, est ciblé. C’est lui en effet qui est la courroie de transmission suprême des ordres invasionnistes issus de l’exécutif.

L’action a donné des sueurs d’angoisse aux autorités.

France Bleu :

À Saint-Nabor, le maire François Lantz se dit “choqué” par les tags et exprime son “incompréhension”, son “désarroi” et son “inquiétude”. “Quand j’ai vu la croix celtique, ça m’a fait froid dans le dos”, confie-t-il à France Bleu Alsace. L’élu dépose plainte mercredi après-midi à la gendarmerie de Rosheim.

L’action a fait mouche. Les symboles européens terrifient nos ennemis !

Bilan et perspectives

Les actions des fiers Alsaciens sont exemplaires, elles nous montrent la voie.

Avec quelques escouades motivées composées de personnes de confiance et sur une base locale, et sans employer une logistique très élaborée, on peut avoir une force de percussion politique certaine. Ce genre d’action de résistance est assez facilement reproductible. Le message s’adresse aux Alsaciens d’abord, mais il touche bien sûr tous les Français sains qui ne veulent pas disparaître.

Les grands médias nationaux ont fait un quasi-black-out sur ces actions, sauf les Dernières Nouvelles d’Alsace, qui ne pouvait pas ne pas en parler. Or la presse locale et régionale, c’est ce que les gens lisent au café. Dans cette mesure, on peut être certain que l’action des fiers Alsaciens a joué son rôle en contribuant à délier les langues et en faisant un peu sauter le couvercle de la marmite. La polarisation entre pro-migrants et anti-migrants va donc s’accélérer et les camps vont se renforcer, grâce à l’action d’agit-prop dure.

À l’adresse des petits Napoléon qui trouveraient ces actions un peu timorées, et des intellectuels antiracistes tabagico-félons comme Alain de Benoist ou encore des petits pédés à la Renaud Camus qui jettent l’éponge pour une photo de svastika dans le sable, voici notre message.

Primo. Si vous refusez vraiment le grand remplacement, vous devez soutenir aussi et prioritairement les expressions les plus hautes de ce refus. Pour le moment, le point le plus haut de conflictualité est atteint par les fiers Alsaciens. La démarcation entre les vrais partisans de la race blanche et les dégonflés, les traîtres et les amuseurs se fait sur ce point précis du soutien à la résistance.

Secundo. La guerre de libération blanche est une guerre du peuple. Elle ne s’improvise pas au hasard et elle n’est pas non plus décidée par des généraux en chambre. Elle progresse de façon inégale sur le territoire national et par à-coups. Les Alsaciens ont donc brisé la glace et c’est extrêmement méritoire.

Même si les forces de police ont fort à faire avec la criminalité des envahisseurs non-blancs, les autorités politiques placent la lutte contre la résistance blanche au premier rang des priorités. Parce que les actions de terrain demeurent encore isolées, ils peuvent encore se permettre d’aller déployer d’importante forces policières pour enquêter sur des graffitis.

Il ne faut pas que les déploiements de moyens de ce genre nous dissuadent d’agir. Si des précautions raisonnables sont prises, il n’y a pas de piste qui puisse être exploitée.

Néanmoins, je suggérerais à nos camarades alsaciens de ne pas tomber dans une routine avec ces graffitis sur des mairies. Devenir prévisible, et permettre à l’ennemi d’anticiper le prochain coup, c’est prendre le risque qu’il s’y soit préparé. Dans ce cas ci, une surveillance non annoncée de mairies jugées comme des cibles potentielles pourrait par exemple être mise en place par les autorités, furieuses d’être ridiculisées.

Un effort de guérilla doit compenser le déficit en moyens humains et financiers en choisissant le lieu et la méthode d’action de sorte à prendre les forces ennemies au dépourvu. Il y a beaucoup plus de cibles potentielles que le régime ne peut en protéger.

Vive les premiers feux de la résistance aryenne ! Qu’ils se multiplient partout !

Un salut européen à nos frères alsaciens.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

15 Commentaires sur "Contre les agents de l’invasion, les fiers Alsaciens haussent le ton et montrent la voie"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Derrick
22 août 2019 22 h 59 min

Bravo aux camarades Alsaciens !

Terre Ensoleillée
22 août 2019 23 h 06 min

En espérant que cela n’est que le début… Salut à tout ceux qui œuvrent pour notre race !

Hank
23 août 2019 15 h 19 min

Avez-vous vu le dernier clip ridicule de SOS Racisme ? https://youtu.be/8CoFo1YsXxM

Warezerie
23 août 2019 15 h 35 min

Du SOS wacisme pur jus. Ils ont bien choisis ceux qui passent dans le clip, deux paumés gauchistes, un métis indéterminé car indéterminable, une boomeuse dégueulasse, et un punk à chien en devenir complètement défoncé… On ne peine pas à imaginer combien de fois ils ont dû être refoulés pour n’avoir rien de mieux à afficher…

« Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo », dommage, j’aurais aimé lire les commentaires… 0 pouce bleu, 29 pouces rouges, pour 94 vues, tout est dit !

Lumière blanche
27 août 2019 12 h 10 min

Ah ouais quand même ! Les gens qui passent sont tous des bougnègres sauf deux dont l’un est un couple de débiles et l’autre un camé. Si ça c’est pas du trucage…

Anonyme
25 août 2019 0 h 32 min

Le maire de ce village veut acceuillir absolument des “réfugiés”, meme après avoir reçu des menaces de morts
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-maire-menace-pour-avoir-accueilli-des-refugies-yazidis-20190824

Lumière blanche
27 août 2019 15 h 05 min

Ils sont persuadés d’être dans le camp le plus fort, d’être menacés par des non dangereux, donc ils se permettent de ne pas tenir compte des avertissements. Les avertir, c’est un peu comme manifester pacifiquement sur les champs élysés, ça fait pas peur et donc ça sert à rien. Et aucun ne tiendra compte des menaces. Il faudra passer la vitesse supérieure pour qu’il y ait un début de quelque chose.

Loupsolitaire
25 août 2019 20 h 04 min

a lire dans liens utile https://www.blancheurope.com/2016/08/12/reprendre-linitiative/ pour tout ceux voulant passer a l’action

wpDiscuz