Hugues Deregnaucourt, pompier à-plat-ventriste

De tous les corps constitués, celui des pompiers est le plus apprécié. En général, ce sont des gens courageux, qui méritent le respect. Pas comme la flicaille.

Il ne viendrait à l’esprit d’aucun Français à peu près sain de monter des traquenards pour les lapider.

(Mettons à part des cas très particuliers de guerre ouverte, s’il s’agit par exemple de les empêcher d’aller secourir des ennemis raciaux comme dans l’épisode de la Brigade où la NVA interdit aux pompiers le passage dans le nid à nègres de Portland, que la guérilla est en train d’incendier.)

Quand les envahisseurs attaquent les pompiers, le problème de fond n’est pas leur comportement, car ce sont des sous-hommes qui nous en veulent à mort, par nature. Le problème, c’est l’absence de riposte. Le problème, c’est que les gens qui nous dirigent ne sont pas des hommes, mais des traîtres.

Les pompiers se font donc agresser à peu près tous les jours, sans prétexte particulier. Or il n’y a aucune réponse, même verbale.

France-Info :

Deux agressions ont eu lieu contre des pompiers pendant le week-end des 17 et 18 août, un phénomène en hausse en France. Samedi après-midi, dans les Yvelines, un adolescent de 15 ans s’en est pris à deux sapeurs-pompiers qui venaient le secourir après une tentative de suicide. Dimanche matin, à Calvi, en Haute Corse, un homme a agressé et blessé un pompier qui lui venait en aide.

En 2018, à Paris, 300 pompiers ont été agressés, une hausse de 60%.

“C’est devenu le quotidien pour nous”, a déploré sur france-info André Goretti. Le président national de la Fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels a reconnu “avoir du mal à comprendre” cette violence.

Ce n’est pourtant pas difficile à comprendre. (((On))) a fait venir des sauvages du tiers-monde dans tout le pays, il ne faut pas s’étonner d’avoir la guerre.

France-Info :

Un sapeur-pompier des Deux-Sèvres a été agressé dans la nuit du lundi 19 août alors qu’il était en intervention à Aiffres, rapporte France Bleu Poitou. À l’arrivée des pompiers, mobilisés pour éteindre un feu d’habitation, vers 4 heures du matin, un homme de 33 ans a frappé l’un des pompiers au visage. Il était alcoolisé et agressif.

Ces choses se répètent sans arrêt et rajoutent à l’action des pompiers un énorme supplément de gêne et de danger, au point qu’ils doivent être parfois escortés par la police. On pourrait donc s’attendre à ce que la colère des pompiers trouve un écho chez leurs représentants. Grâce à son expérience du terrain, au prestige et à la popularité de son statut, un chef des pompiers serait très bien placé pour avouer enfin, haut et clair, qui sont les responsables de ces traquenards et de ces agressions, et le sort qu’ils méritent.

Las.

Interrogé sur France-Info sur le sujet des agressions de pompiers, Hugues Deregnaucourt, colonel et vice-président de la Fédération des Sapeurs-pompiers de France, a rampé comme la grosse larve qu’il est.

France-Info :

[…]
“On voit bien que ce n’est plus un phénomène qui appartient à certains quartiers. Cette violence est banalisée, c’est un fait sociétal qui nous inquiète,” a déclaré le colonel, qui estime que la forte présence des pompiers est un facteur de cette hausse des agressions.

Ici, il faut traduire : les agressions contre les pompiers ne se cantonnent plus aux banlieues envahies car c’est le territoire tout entier qui est envahi de bougnègres.

Le déficit en testostérone explique peut-être beaucoup de choses

Boule de Suif évoquait aussi dans l’entretien le “recours systématique à la violence”, visant “les uniformes en général” (partie non reproduite dans l’article du site). Allait-il interpréter correctement la chose en parlant d’hostilité de principe à la France et aux Français, de guerre de basse intensité, ou au moins en tenant un discours un tant soit peu viril qui désignerait plus ou moins les envahisseurs ?

“Les problèmes de paupérisation, de désocialisation, de violences intrafamiliales sont des choses bien plus profondes”, a analysé Hugues Deregnaucourt. “On a aussi toutes les urgences et détresses psychologiques des personnes qui étaient prises en charge par les hôpitaux spécialisés, et qui restent maintenant chez elles”.

Voilà tout ce que trouve à dire Motte de Beurre : des gens s’attaquent aux pompiers parce qu’ils souffrent.

Il est vrai qu’il y a des fous en liberté (ce qu’on appelle la psychiatrie “de secteur”), mais la très grande majorité des agressions de pompiers vient des envahisseurs. L’éléphant racial dans le couloir n’est pas nommé, comme s’il n’était pas vu.

Les pompiers savent très bien qui leur jette des frigos. Boule de Juif est au courant, mais il a été dressé idéologiquement au point de voir les envahisseurs comme des victimes.

D’ailleurs, Ronflex se considère lui aussi comme une victime, mais de deuxième rang, une victime de victimes. Il dit dans l’entretien (passage non retranscrit) que les pompiers ont lancé des opérations de sensibilisation, sous le slogan (((touche pas à mon pompier))).

Il fait cette remarque qui trahit tout son mode de pensée :

“Nous sommes victimes de notre succès”, a-t-il expliqué. “Les sapeurs-pompiers de France sont à peu près 240 000 répartis sur 6 500 centres de secours. Donc, le premier secours auquel fait face la population ce sont les sapeurs-pompiers. C’est le premier équipage qui prend pour tous les maux que peuvent avoir les personnes qu’on va secourir. On prend un peu pour tout le monde.”

Comme un bon élève qui se plaint d’une punition collective infligée par un maître d’école très fâché, Pot de Saindoux considère qu’il fait partie d’une classe qui a de mauvais éléments méchants (la Bac, la police), mais qu’il ne faut pas le punir lui, parce qu’il est gentil et qu’il porte des lunettes.

Un État, et une autorité en général, c’est la source reconnue de la punition et de la récompense. Pour Groloukoum donc, la vraie autorité, c’est la racaille.

L’égalitarisme atteint le point où l’uniforme plie le genou devant le bandit. Flamby demande certes la tolérance zéro pour les agresseurs de pompiers, mais précise sa pensée : “On ne demande pas de fortes peines”.

Les pompiers en ont certainement gros sur la patate. Pour un pompier, être représenté par Poustouflote – franc-maçon probable et à-plat-ventriste certain – a quelque chose d’indigne et de répugnant.

Il est à espérer que les pompiers en colère demandent des comptes aux responsables de leur situation difficile : les faisans qui transigent avec les sauvages et leur mangent dans la main.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "Hugues Deregnaucourt, pompier à-plat-ventriste"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
OldElPaso
20 août 2019 21 h 35 min

Aiffres c’est 5000 habitants. Même dans les villages les envahisseurs foutent le feu, violent et égorgent les filles qui rentrent du bal des pompiers. Merci l’Etat d’aider au développement rural.
Le gros se couvre avec “Les problèmes de paupérisation, de désocialisation, de violences intrafamiliales” et les “problèmes psychologiques”.
En effet les envahisseurs africains et autres sont plus pauvres que les contribuables, pas parce qu’ils sont feignants, inemployables et subventionnés par nos impôts, mais à cause d’un racisme systémique, après tout ils sont tous ingénieurs aéronautiques ou neuro-chirurgiens.
Ok ils sont associaux, mais c’est parce qu’ils ont des normes culturelles différentes, la faute aux lois des blancs.
Violence intrafamiliale… Ils battent et violent leurs gosses, mais ça, les français de souche le font aussi, pas vrai ?
Ouais ils sont tous barge, c’est pas la faute à 1500 ans de consanguinité islamique ou leur infériorité raciale, c’est juste que la société les traite tellement mal.
Le privilège blanc, être taxé pour se faire remplacer, s’entendre dire que c’est notre faute. Heureusement que les privilèges ont été abolis en 1789. Ou 93.

Serait temps que les pompiers, secouristes, et ces ordures en bleu fassent valoir leur droit de retrait. Ou changent de boulot. Un immeuble africain qui brûle parce que Fatoumata faisait un barbec “indoor”, sans méchants blancs pour intervenir, ça arrive.
Perso je me suis toujours montré cordial avec les types qui venaient me ramasser après que j’ai trop mis dans ma gueule, ça m’a évité des nuitées en cellule de dégrisement, et un tabassage en règles par des bleus d’astreinte qui aiment pas trop qu’on ouvre sa gueule.
Bon, les sectateurs d’Allah s’en foutent, ils ont SOS, le crif, et autres lobby islamiques et juifs pour les couvrir.

Rho 2
20 août 2019 22 h 10 min

Les officiers supérieurs des sapeurs-pompiers, comme souvent ceux de l’armée, ou les commissaires chez les flics, n’ont pour seul objectif que leur carrière. Ce que subissent les mecs qui affrontent les boucaques sur le terrain, ils s’en branlent complètement. Il n’y a qu’à voir ce gros tas de graisse pour comprendre qu’il a tout le temps son gros cul vissé derrière son bureau… Porter un brancard ou grimper à une échelle, il ne sait pas ce que c’est et s’il l’a su, ça n’a guère duré longtemps.
Alors se prendre des trucs sur la gueule…
Macroanus ne veut pas stigmatiser les boucaques, il en fait même des héros, alors cette grosse fiotte reprend le discours de son maître…

Fanch
21 août 2019 11 h 54 min

espérons qu’un phénomène massif de désertion de cette fonction ait lieu car ces ecoeurés , si ils deviennent lucides seraient sans doute d’excellentes recrues pour notre cause.
Ceux qui sont assez cons pour risquer leur vies pour ceux qui leur jettent des pierres, et bien qu’ils crèvent ! Les autres seront parmi les meilleurs d’entre nous, selon moi.

Rho 2
21 août 2019 22 h 53 min

Vous faîtes erreur.
Ces mecs ne sont pas des cons qui risquent leur vie pour des boucaques qui leur jettent des pierres. Ils vont là où on leur signale un incendie, un accident, une personne en détresse ou carrément décédée.
Et la plupart du temps, ceux qu’ils vont secourir sont des Blancs.
Car les bougnoules ou les nègres ne foutent pas le feu à la BMW du caïd du quartier ou aux véhicules de leurs frères ; ils crament la caisse du Gaulois qui n’a pas les moyens de déménager pour s’installer ailleurs et qui en a besoin pour aller bosser à l’usine. “Bosser ! Le bouffon !” C’est ce qu’ils disent en rigolant lorsque le pauvre type découvre sa bagnole en train de flamber et se demande comment il va faire pour garder son boulot…
Ils ne caillassent pas non plus l’ambulance quand elle vient chercher la mère de Mohamed ou de Mamadou que ses cent cinquante kilos de graisse hallal ont amené à faire un infarctus ou ne lui permettent plus de se relever. C’est quand ils interviennent pour la vieille mamy “souchienne” du deuxième étage qu’ils se déchaînent.
C’est d’ailleurs souvent eux qui ont fini par faire crever cette pauvre vieille…
Il n’y a pas que des boucaques dans les tours ; je le sais pour y avoir vécu et j’ai des amis qui y sont encore.
Et heureusement pour eux que les pompiers ont plus de couilles que leurs officiers supérieurs…
D’ailleurs, être pompier, c’est une vocation, pas un métier. La plupart des gens ne le savent pas mais les deux-tiers des pompiers ne sont pas des professionnels civils ou militaires mais des volontaires qui font ça en plus de leur boulot et sans être payés, à l’exception d’une indemnité qui est censée couvrir leur perte de salaire ( quand ils s’absentent de leur travail pour une mission, leur patron ne les paie pas ) et leurs frais ( bouffe et déplacements ).
Les pompiers professionnels attendent toujours que leur métier soit reconnu à risque et sont payés au lance-pierre…
Mais quand ils rentrent chez eux et que leurs gosses leur demandent ce qu’ils ont fait de leur journée, ils peuvent leur répondre qu’ils ont sauvé des vies. Et c’est vrai.
C’est comme les médecins des SAMU ou les chirurgiens hospitaliers spécialisés dans les cas graves et urgents ; ils pourraient se faire des couilles en or en travaillant dans une clinique, notamment en injectant du botox à de vieilles rombières, mais ils préfèrent sauver la vie ou le visage d’une personne accidentée. Même si ça paye vingt fois moins. Et à côté des flics qui défoncent la gueule à nos camarades ou à de pauvres gens qui voudraient juste pouvoir vivre décemment de leur travail, il y en a qui grattent jour et nuit jusqu’à ce qu’ils aient trouvé l’assassin d’un pauvre gars ou le violeur d’une gamine.
Ils sont beaucoup moins bien payés que les CRS ou les gardes mobiles…
Et quand ils creusent un peu trop loin, et commebcent à gêner des (((gens puissants))), on les met sur la touche, ils ont un accident, ou ils se suicident…
Tous ces gens ne sont pas des cons même s’ils sont dans un système pourri et le savent parfaitement.
Ce sont juste des Blancs qui croient encore en leur vocation, souvent née quand ils étaient gosses. Il veulent servir et non se servir, comme disent les quelques militaires qui y croient eux aussi malgré ce qu’ils voient autour d’eux, et notamment dans les états-majors garnis de couilles molles et de corrompus.
Ils y croient et ne renoncent pas.
Comme nous.
C’est là une mentalité d’Aryen, qui privilégie le service des autres avant le profit personnel. Et ces gens sont bien évidemment racistes ; vu ce qu’ils subissent tous les jours de la part des races de boues, et leur connaissance des magouilles de la youtrerie, il ne peut en être autrement.
Naturellement, ils ne l’avouent pas ; ils perdraient aussitôt leur boulot qui compte parfois pour eux plus que leur famille.
Et ils ne démissionnent pas car pour eux ce serait déserter.
Il y a aussi des culs-bénis prêts à se défoncer pour sauver les boucaques qui leur crachent à la gueule, mais ils sont très loin d’être la majorité.
Ne pas confondre ce qu’un homme fait par vocation avec ce qu’il est contraint de faire…

Fanch
24 août 2019 10 h 16 min

Je partage votre avis sur les victimes de ces incendies et il me permet effectivement de nuancer ma position.
Mais les pompiers ne se déplacent que rarement pour des voitures, sauf si plusieurs à cotés peuvent s’enflammer, et encore. Mais croire que Mamadou et mohamed s’en prennent qu’aux blancs est aussi un peu excessif je pense, car ils se font autant de crasses entre eux qu’envers nous, et les incendies d’immeubles touchent majoritairement des immeubles logeant cette lie de l’humanité.
Les quartiers envahis étant globalement connus, il me semble possible de limiter les interventions dans ceux ci, quitte à inciter et aider les derniers blancs à s’en aller de ces cloaques (sauf si c’est volontaire et alors là c’est d’une pierre deux coups).
Par exemple (imparfait mais en seulement 2 minutes j’ai pas trouvé mieux et c’est un sujet qui se peaufine), une association “d’aide aux départs des quartiers invivables” seraient tout à fait légale, ne proposant que des solutions de relogement au coeur de quartiers ou villages ruraux (les villes sont toutes envahis) comportant uniquement des blancs afin de décourager d’autres de vouloir en profiter (et qui devraient de toute façon être implicitement discriminés).
Enfin, sur la conscience du devoir de ces pompiers elle est effectivement devenue très rare aujourd’hui et ne peut-être qu’admirer, d’autant que la plupart des pompiers sont volontaires, mais avoir de bonnes intentions ne suffit pas à rendre son action louable et sans un bilan précis de leur action (nombre de blancs sauvés par rapport aux autres lors des interventions pendant lesquelles ils sont agressés) je resterai assez sceptique ….

Rho 2
24 août 2019 14 h 12 min

Mais ils n’ont pas le choix de leurs missions, mon ami !
Et si le mec du PC radio indiquait la race de la victime ou son nom, il ne resterait pas en poste une demi-heure ! N’oublie pas qu’on est dans une “ripoublique” ou toute discrimination est interdite et que le refus de porter secours, surtout si c’est ton boulot, circonstance aggravante, peut te valoir un paquet d’années en prison ! D’autant qu’étant Blanc, tu n’auras pas de sursis. Sinon, crois-moi, j’en connais beaucoup chez les pompiers ou au SAMU qui opèreraient à la hache les boucaques qui les ont agressés !
Et ils sont bien obligés d’intervenir dès que ça crame, même si ce n’est qu’une poubelle, sauf en cas d’ordre contraire des officiers supérieurs.
Dont cet article te donne un exemple.
Pour les regroupements de Blancs en détresse dans ces quartiers, notre belle législation interdit de constituer un organisme chargé de s’occuper d’un groupe de personnes sur la base de leur origine ethnique.
Même si ça ne dérange pas les nègres et les youtres qui touchent des subventions pour des associations qui ne profitent qu’à leurs engeances respectives.
C’est illégal mais ni eux ni ceux qui leur distribuent notre pognon ne seront jamais condamnés.
Sauf si on prend le pouvoir, auquel cas je préparerai moi-même l’empalement de quelques unes de ces crevures…

Lumière blanche
22 août 2019 13 h 08 min

“On voit bien que ce n’est plus un phénomène qui appartient à certains quartiers. Cette violence est banalisée, c’est un fait sociétal qui nous inquiète” moi j’interprète ça plutôt comme “vous voyez, ce ne sont pas que les racailles des banlieues, ce sont tous les français qui nous agressent, les blancs sont aussi mauvais que les bougnègres”.
Quant à celui qui dit “avoir du mal à comprendre cette violence”, il doit être drôlement demeuré ! C’est pourtant pas compliqué à comprendre, même simplet le comprendrait… C’est de la violence gratuite, de la haine anti-blanc, anti-France.

wpDiscuz