Subversion juive : 007 sera joué par une négresse remplaçant James Bond

Les nègres, à eux seuls, sont très loin d’avoir une influence importante. Lorsqu’ils sont mis en avant en Occident, c’est systématiquement avec la complaisance de traîtres blancs ou de youpins, selon les cas. Salir la culture blanche est une des manies obsessionnelles des juifs, et Hollywood est entre leurs mains.

Longtemps, ils ont été obligés de procéder par petites touches, limités par les Blancs américains. Puis, ayant réussi à forces de manœuvres subversives à lever les obstacles juridiques, ils ont pu faire de plus en plus ouvertement la promotion d’une foule de comportements anti-sociaux ; on peut citer parmi les plus évidents la sexualité “libre”, les drogues, et la bestialité avec des nègres ; mais bien d’autres thèmes comme le divorce, le carriérisme féminin, etc. ont fait l’objet d’une propagande intense.

Dans les divers films de James Bond, on peut retrouver ici ou là des éléments subversifs. Par exemple dès 1971, un film de Bond présentait 007 séduisant une négresse, promouvant ainsi la bestialité. Mais il s’agissait aussi d’attirer le spectateur afin d’engranger de juteux profits. (((Hollywood))) n’osait pas aller trop violemment contre les goûts de son audience. James Bond alias 007 est un puissant symbole de masculinité. Fort, courageux, intelligent, et séduisant toujours une femme au cours de ses aventures. Un homme blanc fort et masculin, cela ne convient pas aux buts des anti-blancs, qui préfèrent dépeindre dans leurs films des hommes blancs émasculés et les non-blancs en héros.

Le Figaro :

Alors que rumeurs et polémiques affolent les réseaux sociaux pour savoir qui prendra la suite de Daniel Craig dans le costume de l’espion britannique, les scénaristes de James Bond ont décidé de prendre tout le monde de court. Dans le prochain long-métrage, qui sortira en avril, 007 sera incarné par une femme noire, selon une source citée par le Daily Mail. En l’occurrence, l’actrice britannique d’origine jamaïcaine Lashana Lynch.

Il s’agit de la simiesque dont la face hideuse illustre cet article. Même pour une négresse, c’est une tête particulièrement primitive.

Cela me rappelle le nègre des récents Star Wars : un spécimen spécialement laid afin de bien enfoncer la tête du spectateur blanc dans la fange multiraciale.

Toujours selon la source du quotidien anglais, le film débutera en Jamaïque alors que notre espion préféré coule des jours tranquilles en compagnie de Léa Seydoux, savourant une retraite bien méritée. Mais le repos jamais ne dure et il sera rappelé d’urgence au MI6 pour une crise planétaire globale. Arrivé au QG de l’agence, le fameux «entrez 007» résonne mais, surprise, c’est une femme noire, interprétée donc par Lashana Lynch (Captain Marvel), qui se présente devant M.

«C’est un moment à vous faire lâcher votre pop-corn» indique la source du journal britannique. «Bond est toujours Bond, mais il a été remplacé en 007 par cette superbe femme». Il est, «bien sûr, sexuellement attiré par la nouvelle et essaie ses tours de séduction habituels, mais il est déconcerté quand il s’aperçoit que ça ne fonctionne pas sur une jeune femme noire brillante, qui lève les yeux vers lui et n’a pas envie de sauter dans son lit. Certainement pas au début.» L’informateur a ajouté que maintenant le terme de «James Bond Girls» est interdit et qu’il faut à présent les appeler «James Bond Women».

C’est le comble !

En dehors des dérangés mentaux prêts à coucher avec tout ce qui bouge, quel homme blanc trouverait cette négresse attirante ? Aucun. C’est une de ces fantaisies scénaristiques dont raffolent les anti-blancs. Présenter un laideron d’une race primitive comme idéal sexuel, c’est inverser la réalité.

Le même stratagème appliqué en inversant les sexes a corrompu l’esprit de beaucoup de jeunes blanches influençables, chez qui le statut présenté comme désirable de subhumains dans les films a incité à les considérer comme plus désirables dans la réalité. Les hommes étant beaucoup plus intéressés par l’attrait sexuel, je doute que cet élément du film ait un grand effet, mais cela ne change pas sa pourriture profonde.

Évidemment, le film présentera la négresse comme “brillante”, c’est à dire supérieurement intelligente, alors que le nègre moyen est incroyablement stupide. Une supercherie complète à laquelle aime beaucoup recourir (((Hollywood))).

Caricature sur la discrimination positive

[…]
Une chose est sûre: avec ce choix, le 25e volet des aventures de l’espion risque de sérieusement diviser les fans de la franchise. Alors, le changement était-il pertinent? Les inconditionnels de la saga auront la réponse le 8 avril prochain.

Une chose est sûre : la presse française est pourrie jusqu’à la moelle.

Jetons donc maintenant un œil à la presse féministe, où les pseudo-journalistes se sentent plus libres d’exprimer toute leur stupidité gauchiste. L’article qui suit est d’une certaine Elisabeth Debourse, et un bref coup d’œil à son profil confirme qu’il s’agit d’une féministe enragée (“feminist.herstory” et “jouissance.club” dans ses “3 comptes instas préférés”, c’est parlant).

Elle.be :

Idris Elba ? Idris Elba pas ? Des mois durant, les rumeurs sur l’acteur qui endossera le rôle du mythique 007 ont visé l’acteur britannique, qu’on a pu voir par le passé dans « Mandela » ou la série « Luther ». Des bruits de couloirs qui ont fortement déplu à certains fans de la saga d’espionnage, manifestement toujours pas prêts à voir James Bond sous les traits d’un grand acteur noir.

James Bond en nègre, c’est aussi ridicule que Bonaparte ou Jules César en nègre. Ou, d’ailleurs, que Zeus et Achille en nègres, qu’une négresse prodige des échecs ou qu’un nègre médecin, de surcroît en 1950, et des centaines d’autres exemples où des noirs ont été introduit dans des rôles où ils sont absurdes ; que ce soit en les introduisant dans une période historique où ils ne polluaient pas notre sol, en changeant la race d’un personnage, ou en étant représentés dotés de capacités complètement hors de leur portée – ces deux derniers points s’appliquant dans le cas de James Bond.

Sur les réseaux sociaux notamment, deux camps distincts se sont opposés : ceux qui saluaient le talent d’Idris Elba et ceux, aux intentions souvent peu louables, qui soutenaient que Bond ne serait pas Bond sans son teint cachet d’aspirine.

Certaines personnes qui refusent d’admettre la réalité de la lutte raciale viennent nous reprocher d’utiliser des mots comme “nègre” et “bougnoule”. Ces mêmes imbéciles prennent-ils le temps d’écrire à Elle pour protester contre la ridicule expression “teint cachet d’aspirine” ? Les anti-blancs ne se gênent pas pour nous cracher dessus.

Finalement, c’est l’acteur lui-même qui a fait taire les rumeurs — et en a profité pour mettre les choses à plat. Non, il ne sera pas James Bond, et cette polémique raciste l’a profondément découragé à vouloir incarner un jour l’espion.
[…]
Alors imaginez la réaction de la toile quand une énigmatique source « interne » a fait savoir au Daily Mail que le prochain 007 sera… une femme noire.
[…]
Un scénario provocateur, qui n’est certainement pas sans lien avec la nouvelle scénariste de la franchise. La fantastique [sic] Phoebe Waller-Bridge, qui est à l’origine de la série « Fleabag », s’est vue confier la mission d’insuffler un peu de fraicheur dans la saga initialement écrite entre 1953 et 1966. Drôle et féministe, la scénariste a posé ses conditions : si, le personnage de James Bond n’a pas à changer, ce n’est pas pour autant que les films doivent rester coincés dans les années 50. « Ça doit évoluer, et il est important que le film traite les femmes correctement », a-t-elle déclaré. Le terme « James Bond girl » a par exemple été totalement supprimé.

Une imbécile féministe (excusez la répétition), c’est extrêmement nocif. Les traîtresses à leur race, ayant hâte d’étaler toute leur soumission aux anti-valeurs du système, font souvent preuve d’un fanatisme tout féminin qui les rend d’autant plus nuisibles. Leurs motivations vont entre désir de se faire bien voir des puissants et pure perversité morale à la Tara Courtney1.

Des changements qui, forcément, attirent les foudres des vieux de la vieille, qui ripostent avec le hashtag #NotMyBond. Sauf que le vieux monde, justement, est en train de changer, et qu’il va falloir s’y faire.

Aux yeux des agents du régime anti-blanc, comme cette journaliste décérébrée, la victoire de leur camp est inéluctable. Il n’en est rien. Bâti sur une montagne de contradictions et de mensonges, très corrompu (et cela ne fait que s’aggraver) c’est pour reprendre l’image (((biblique))) un colosse aux pieds d’argile. Mais c’est à nous qu’il appartient de frapper ses fragilités.

En attendant, le cinéma occidental, qui depuis longtemps distille la (((corruption morale))), ne fait là qu’étaler une fois encore sa véritable nature.

1. Les lecteurs de Rage comprendront.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "Subversion juive : 007 sera joué par une négresse remplaçant James Bond"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Van Kascuy
24 juillet 2019 3 h 22 min

– Je suis pour ma part très satisfait que Hollywood manifeste le vrai visage de l’Amérique. Je donne cependant pour sûr qu’il en faudra plus, énormément plus, pour que cesse l’américanolâtrie “dans nos milieux”.
– Je salue les pensées très pertinentes lues dans cet article concernant le rôle de ces “bitches” (chiennes) féministes, avec leur “fanatisme tout féminin” (attitude de la bonne femme de base, radicalement bornée) doublé de leur intention – elle aussi très hormonale – de bien se faire voir des maîtres de ce monde.

Viriate
24 juillet 2019 12 h 14 min

Hollywood est une machine à propagande anti-blanche aux mains des juifs et des démocrates américains. Espérons que ce film fasse un énorme flop !

Warezerie
24 juillet 2019 16 h 00 min

Ce qui est bien avec ce nouveau (((crachat))) à la face des non-juifs Blancs, c’est que ce que nous affirmons depuis si longtemps se matérialise toujours plus. Et plus tout ceci se matérialise à la vue de tous, plus les gauchiasses, boomers dégueulasses etc sont obligés d’admettre les faits soit se terrer toujours plus profondément dans l’abîme de leur mauvaise foi chronique. Ceci dit, c’est la seule chose de bien qu’apporte cette saloperie de (((production))).

Un peu comme la progression de l’immigration (invasion) massive de bougnègres, plus cela prend de l’ampleur, plus le caractère factuelle du fait qu’il s’agit d’une invasion (((programmée))) en vue du génocide des Blancs, est apparent et indéniable. Comme pour l’étron qu’est ce film, plus ça avance, plus les gauchiasses de toute sorte, boomers etc sont contraints d’admettre la réalité de la chose soit repousser toujours plus loin le fond, atteint depuis longtemps maintenant, de leur abyssale mauvaise foi.

Rho 2
29 juillet 2019 3 h 14 min

Ceci dit, une négresse comme agent triple zéro, ça me conviendrait parfaitement.
Au moins, l’étiquette correspondrait au produit, comme dit un comique connu.
Encore mieux qu’avec Mister Bean !
D’autant que Rowan Atkinson fait semblant d’être con. Un nègre, mâle ou femelle, n’a qu’à laisser parler sa nature.
À part les boucaques ou les putes à boucaques, je ne crois pas que beaucoup de monde ira voir cette merde.
Ils n’ont pas fait grand bruit des résultats du dernier Stars Wars à la sauce diversifiée ( un peu comme le vomi, quoi ).

wpDiscuz