Le pour ou le contre des actions à la Brenton Tarrant : un clivage entre vrais et pseudo-nationalistes

Les réactions à l’intervention de Brenton Tarrant sont assez révélatrices des convictions profondes de ceux qui se prétendent nationalistes, voire ouvertement Nationaux-Socialistes ou fascistes, en un mot de leur bonne foi dans leur combat pour la race Blanche. Comme le souligne à juste titre Karl Radl, il y a en fait parmi eux de nombreux opportunistes, à savoir des personnes qui adhèrent à l’idéologie nationaliste non pas pour un idéal de la défense aryenne où l’on est censé agir de façon vraiment et totalement désintéressée, mais par simple calcul des retombées qu’ils peuvent en tirer, en terme de couverture médiatique s’ils sont un brin narcissiques, ou en terme de gain financier ou de privilèges. Les partis politiques d’essence nationaliste en sont souvent pleins. Mais on en trouve aussi sur les sites « nationalistes », sans aller jusqu’à la caricature d’Égalité et Réconciliation où sévit l’escroc Soral crypto-mahométan et son acolyte mulâtre l’infâme Dieudonné, admirateur du Hamas. L’autre limite sur le plan des convictions est bien sûr l’inévitable question juive, la défense de la race Blanche ne pouvant faire l’impasse sur cette dernière, dans la mesure où un nationaliste si doué soit-il ne pourra jamais rien faire de positif dans la guerre que nous menons s’il demeure enjuivé, soumis à la bien-pensance shoatique, éructant contre le halal en épargnant toujours le casher dans son discours.

Blanche Europe a approuvé spontanément et sans réserve l’assassinat d’allogènes mahométans à Christchurch, la seule déception étant d’une part le nombre encore trop faible d’envahisseurs liquidés, et d’autre part l’arrestation de son auteur, les tueurs de masse acquis à notre cause étant par essence précieux.

La lecture de l’article de Martin Kerr paru sur le site officiellement NS américain New Order (Nouvel Ordre) et intitulé « Some notes on racial terrorism and white self-defence » montre à quel point le National-Socialisme peut être perverti dès lors que la pusillanimité s’empare des esprits. Dans cet article, Martin Kerr développe un certain nombre d’arguments qui lui permettent de conclure que des actions du même genre que celle commise par Brenton Tarrant font plus de mal que de bien à notre cause et vont globalement à l’encontre des intérêts de la race Blanche. Ses premiers arguments sont les suivants :

Ils exposent nos dirigeants et nos militants à une persécution légale d’une ampleur qui pourrait nous paralyser.

Ils fournissent une justification pseudo-légale de la restriction de la liberté d’expression raciale des Blancs.

Ils précipitent la venue du jour où le NOUVEL ORDRE et d’autres groupes pro-Blancs seront interdits.

Ces trois arguments ne tiennent pas, le système évolue spontanément quelle que soit la réaction des Aryens vers son objectif premier : la destruction de la race Blanche. Nos ennemis ne sont jamais en mal pour trouver un prétexte afin de mettre en œuvre une législation de nature à restreindre toujours davantage la liberté d’expression raciale des Blancs, à dissoudre des groupes pro-Blancs, et à les jeter en prison en rétorsion à de simples délits d’opinion comme c’est le cas d’Ursula Haverbeck, ceci sans la moindre agression physique menée par des pro-Blancs.

Martin Kerr avance ensuite cet autre argument :

Ils jouent un rôle dans l’agenda juif en nous décrivant comme des meurtriers lâches et assoiffés de sang qui abattent des non-Blancs innocents et non armés alors qu’ils prient dans leurs lieux de culte.

Là aussi, l’argument ne tient pas, le juif sait nous diaboliser pour toute vérité que nous proclamons sur son imposture. Par ailleurs, il ne peut exister de non-Blancs innocents sur une terre aryenne, a fortiori dans une mosquée, et le manifeste de Brenton Tarrant est explicite à plus d’un titre à ce sujet, en insistant et nous ne pouvons qu’être 100 % d’accord avec lui, sur le fait que les envahisseurs non-armés sont bien plus dangereux pour la race Blanche que les envahisseurs armés.

Martin Kerr ajoute que le terrorisme racial est une vieille tactique ayant toujours échoué, et il liste dans son article plusieurs attentats perpétrés par des Blancs contre des non-Blancs (de 1977 jusqu’à nos jours avec Robert Bowers en fin de liste) qui n’ont au final pas eu l’impact souhaité. Mais il omet de prendre en compte les particularités de l’action de Tarrant qui s’en distingue grandement : un plus grand nombre de victimes, des victimes mahométanes, un attentat filmé et enfin un manifeste bien structuré justifiant l’attentat. Ces particularités font que l’action de Tarrant ne manquera pas de générer de puissantes représailles par les mahométans avec, à la clé, une réaction en chaîne, et passé un certain nombre de morts aryens, la conscience raciale de nos compatriotes aura enfin des chances d’être réveillée pour de bon.

La guerre raciale que nous subissons actuellement à bas bruit, menée à la fois par les allogènes qui nous poussent à déserter les quartiers où ils deviennent majoritaires et par les juifs (de sang ou de synthèse) qui harcèlent les aryens exprimant trop fort leur volonté politique, est mal engagée. C’est pourquoi l’action de Tarrant doit être vue comme potentiellement salvatrice et la diffusion de son manifeste comme un samizdat pourra aider à faire effondrer le système qui nous opprime, comme le fut autrefois l’Union Soviétique.

Martin Kerr déclare aussi que son mouvement NS le Nouvel Ordre n’a jamais préconisé une forme quelconque de terrorisme racial ou de violence illégale, pas plus que le parti nazi américain ne l’a fait avant. Si Adolf Hitler avait raisonné ainsi, il n’aurait jamais tenté son putsch du 9 novembre 1923. Toute la philosophie Nationale-Socialiste est basée sur la lutte pour la race, et toute lutte sous-entend la violence si nécessaire, son caractère légal ou illégal étant arbitraire en fonction de qui dirige vraiment le pays (par exemple, l’expulsion manu militari de tous les migrants hors de France dans un pays restauré et arborant fièrement un drapeau avec la croix gammée sur l’Élysée ne serait qu’une violence légale et légitime).

L’article de Martin Kerr se termine toutefois sur une remarque juste, à savoir qu’il faut cibler les traîtres à notre race qui doivent rendre des comptes des crimes commis contre notre peuple. Il convient en effet de les liquider en priorité, ce à quoi fait aussi clairement allusion Tarrant dans son manifeste, où il invite à tuer des responsables d’ONG d’aide aux migrants.

Nous entrons dans une période où nous n’avons pas d’autre choix que de nous radicaliser, et la lecture de l’article de Martin Kerr rappelle ce contre quoi Himmler mettait en garde, à savoir le fait de se trouver un « bon juif » (dans le cas présent un « bon musulman ») pour justifier son inaction.

Quelles que soient les suites à venir de l’opération de Brenton Tarrant, le clivage entre sincères défenseurs de la race Blanche prêts au combat et pseudo-nationalistes pusillanimes prêts à toutes les compromissions est désormais acté.

Auteur: Visage Pâle

Partager cet article sur

Publier un commentaire

26 Commentaires sur "Le pour ou le contre des actions à la Brenton Tarrant : un clivage entre vrais et pseudo-nationalistes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Donald Duck
19 avril 2019 10 h 11 min

Une énorme majorité de blancs soutiennent Brenton Tarrrant, en leur fond intérieur, mais ne le diront jamais publiquement. Et n’est-ce pas ce qui compte ? Parce qu’au fond, le travail est fait proiprement, décisivement. Et ce courage qui manque à beaucoup, dont je suis, ne peut que se réjouir de ce que certains ont l’audace de réaliser.

Rho 2
19 avril 2019 10 h 37 min

Entièrement d’accord, mon cher Visage Pâle ! Sauf sur Dieudonné qui est peut-être un métis mais est aussi un excellent comique dont j’apprécie l’humour trash et, surtout, qui dénonce sans cesse et avec une pertinence et une férocité extraordinaire nos pires ennemis. Dont il a compris qu’ils sont aussi les siens.
Celui qui veut crever ceux qui cherchent à nous crever, on ne doit surtout pas lui mettre de bâtons dans les roues !
Je te rappelle que Tonton lui-même avait accepté l’appui d’alliés qui n’étaient pas vraiment des Aryens…
Et on ne peut pas être plus royaliste que le roi. Quoique, personnellement, je me verrais bien empereur.
Soral, c’est autre chose.

tof
20 avril 2019 0 h 44 min

cet article , c’est un peu ” fais ce que je dis, pas ce que je fais” : l’auteur devrait s’appliquer son conseil.
en gros , faut couper la queue du serpent , mais pas la tête ?

bien sûr que les étrangers présents illégalement en France reste un gros danger dont il faudra se débarrasser tot ou tard , mais la priorité n’est elle pas de s’occuper en premier de ceux qui les ont fait venir afin de nous détruire ?
du crouille , on va en casser puisque la guerre civile n’est qu’une question de temps , tout le monde la veut.

Les sionistes car c’est leur projet , les bicos , car ceux-ci pensent que les premiers vont les aider à conquérir la France , et les Français , parce-que ils veulent légitimement défendre leur nation et leur race.

mais de grâce, ne laisser pas ceux qui sont tout en haut se barrer tranquillement à l’étranger , ils sont et doivent rester là priorité.
Tarrant aurait été plus efficace à abattre un Soros , un Attali ou une merde de la même sale race plutôt qu’un ramassis de déchets qui tôt ou tard aurait fini sous les balles pendant le prochain conflit qui arrive arrive.

amicalement
tof

Snapdragon
29 avril 2019 5 h 23 min

Tu parle de quel auteur ? Visage pale ou Martin kerr ?
Un Aryen digne de ce nom doit être précis. Car le juif (ou le chrétien ou le muz ; pour info c’est le mot diable habituellement utilisé dans cette phrase ) se niche dans les détails .
De plus on ne voit nul part dans cette article qu il soit écrit qu’il ne faut pas frapper les responsables direct de notre génocide.
Donc tu parle pour ne rien dire .
T’es un gauchiste ? Un juif ?

5 juin 2019 14 h 44 min

Disons que c’est un bon début …. Reste effectivement Soros etc ….

Oscar le Banni
20 avril 2019 9 h 17 min

Nationalisme ? Quelle nation ? Concept vieillot. Écoutez ce qu’en dit Varg Vikernes.
https://www.youtube.com/watch?v=rprBLT8SPjg
Il n’y a tout simplement plus de nation. Le temps du “sauve qui peut” est venu”.
…. “RUN TO THE HILL” ……

Snapdragon
29 avril 2019 5 h 33 min

Nous ne sommes pas tous expert en anglais surtout à l oral et varg ne traduit jamais pas de sous titre donc fait un résumé.
Tu veux te sauver ou ?
Dans un zoo enfermé dans une cage ou Les bamboulaks te jetteront des cahuettes venduent pas les juifs ?

Les nations elles sont déjà mortes.
Mort à la france !
Gloire à l empire Aryen !

Basile
20 avril 2019 13 h 26 min

Il n’y a peut-être plus de nation, la France est peut-être morte dans la soirée du 15 avril, peut-être même qu’il faudra lui changer de nom et l’appeler Gaule à nouveau.

Mais ce qui est psychologiquement constant, c’est que la plupart des gens ne se battent pas pour des abstractions, mais pour eux-mêmes et les prolongement d’eux-mêmes : leurs enfants, leur famille, leur clan, leur peuple et au-delà avec un suprême effort pour une famille de peuples (l’Europe, la race blanche). Ils se battent aussi pour des choses tangibles auxquelles ils peuvent s’identifier : leur village, leur canton, ou des symboles qui comptent à leurs yeux.

wpDiscuz