Le gouvernement hongrois et le pacte mondial sur les migrations de l’ONU

Voice of Europe :

Un document récent issu du service juridique de la commission européenne révèle le plus grand mensonge de Bruxelles, selon le ministre hongrois des affaires étrangères Peter Szijjarto.

Le ministre hongrois des affaires étrangères, Péter Szijjártó.

Il prétend que le document suggère des efforts secrets pour faire du pacte mondial sur les migrations une obligation dans les États membres.

Parlant à la conférence de presse, Szijjarto dit que le gouvernement hongrois  “appelle la commission européenne a arrêter de faire des plans secrets pour mettre en œuvre le pacte mondial sur les migrations et de publier tout documents utiles adoptés jusqu’à ce jour”.

Il ajoute que le gouvernement appellera la commission européenne à rapporter ” tous plans secrets à la session du conseil des affaires étrangères le 18 mars”.

Les citoyens européens de l’union on le droit de savoir « quels plans secrets la commission européenne est en train d’élaborer dans leur dos pour continuer à fragiliser la sécurité du continent », a dit Szijjarto à la radio publique Kossuth ce lundi.

Il insiste en ajoutant qu’il était connu que Bruxelles voulait forcer la mise en œuvre du pacte des migrations dans chaque pays européen.

Il note également que la Hongrie avait été le premier membre de l’U.E. à rejeter le document, avant que huit autres pays ne lui emboîtent le pas.

Avant le vote de l’ONU sur le pacte, « Bruxelles continuait de nous embobiner en nous disant que cela ne serait pas contraignant », affirme Szijjarto, ajoutant que « le mot obligation est utilisé 80 fois dans le document adopté ».

Il insiste sur le fait que le travail en cours de New York à Bruxelles « pour faire de ce pacte un point de référence » graduellement, en passant par la porte de derrière aux conférences et dans les documents des organisations internationales.

« Ils essaient par tous les moyens de le rendre obligatoire pour tout le monde » déclare-t-il.

Il souligne que le pacte « ne fait rien d’autre que  légaliser l’immigration illégale, et, selon sa propre définition, déclare que chaque pays doit participer à la migration mondiale. »

Il pointe aussi le fait que les Hongrois ont le droit d’exprimer clairement leur opposition de vivre dans un pays rempli d’immigrant, et qu’ils ne considèrent pas la migration comme un droit humain fondamental.

Selon Szijjarto, l’effort de la commission européenne est dangereux, car si le pacte est rendu obligatoire alors, par exemple, il faudrait rendre aux migrant le même service que l’on doit à ceux qui vivent légalement dans ce pays et paient des taxes.

Et cela inciterait d’autres migrants à faire de même, ce qui, du même coup, augmenterait la menace terroriste », a-t-il ajouté.

Auteur: Nominoe

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "Le gouvernement hongrois et le pacte mondial sur les migrations de l’ONU"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rho 2
18 mars 2019 21 h 59 min

Heureusement qu’il y a encore en Europe des pays dont les dirigeants ne sont pas des youtres ou leurs marionnettes…

alice
18 mars 2019 23 h 27 min

Ils nous devaient bien ca après avoir “offert” au monde soros et sarkozy lol. 😀

Rho 2
19 mars 2019 10 h 59 min

Ils ne nous les ont pas offerts, chère Alice ! Ces (((parasites))) ont du fuir la Hongrie dont le peuple voulait les passer au four à pizza ou dans ma broyeuse à déchets. Et ils ont trouvé refuge dans deux pays qui acceptent toutes les merdes prétendant être persécutées sans se demander pourquoi elles l’ont été…

alice
19 mars 2019 23 h 56 min

Je sais bien mais si on peut plus rigoler. 😀

« pays qui acceptent toutes les merdes prétendant être persécutées sans se demander pourquoi elles l’ont été… »
Vous décrivez tristement bien nos pays de l’Ouest. 🙁

Eric des Monteils
24 mars 2019 17 h 16 min

Les Hongrois sont souvent comme un fer de lance des mouvements à contre-courant, qui deviennent ensuite tout à fait légitimes. Un surplus de clairvoyance ? Non, simplement un pays si souvent envahi, qui a appris à se défendre au fil des siècles. Ce qui démontre, une fois de plus, que la mémoire des peuples n’est pas un vain mot.

wpDiscuz