Le gouvernement Macron, à plat-ventre devant les Juifs, renforce encore la sécurité des synagogues

La récente attaque d’une synagogue aux États-Unis, lors de laquelle 11 youpins ont été tués, a beaucoup agité la juiverie. Leurs incessantes attaques contre les peuples blancs, visant à nous détruire, ont poussé un homme blanc à prendre les armes et à leur rendre la monnaie de leur pièce – l’attaque était directement motivée par l’incessant soutien juif à l’invasion migratoire.

Si les organisations juives ont directement tenté d’exploiter l’émotion générée auprès des personnes trop naïves pour comprendre de quoi il retourne afin d’avancer leurs pions, cette attaque n’en a pas moins suscité une réelle peur chez les Juifs : leur petit jeu consistant à prétendre être un petit groupe injustement persécuté qui n’a jamais rien fait de mal ne prend plus. Il y a de plus en plus de gens au courant de leurs manigances, et l’attaque réalisée par Bowers à leur encontre ne sera pas la dernière.

Macron, évidemment, s’est plié en quatre pour faire plaisir aux auto-élus.

Le Dauphiné :

Après l’attaque contre une synagogue samedi soir à Pittsburgh (États-Unis, Pennsylvanie), qui a fait au moins onze morts, la France prend des mesures pour protéger les fidèles. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a indiqué samedi soir sur Twitter avoir demandé aux préfets d’augmenter la sécurité autour des lieux de cultes de confession juive. « Je viens de demander aux préfets de renforcer dès demain (dimanche, NDLR) la vigilance autour des synagogues et des événements programmés ce week-end », a-t-il écrit.

« L’antisémitisme tue. L’antisémitisme n’a pas de frontières. L’attaque abjecte de Pittsburgh en est la preuve tragique. En Pennsylvanie, comme dans notre pays, restons unis contre la haine », avait-il publié peu avant sur le même réseau social, faisant part de sa « grande émotion » et exprimant sa « solidarité avec le peuple américain ».

Castaner, évidemment, esquive la question fondamentale : qu’ont fait les Juifs pour s’attirer autant d’animosité ?

On mettra en rapport ces mesures de protections avec l’opération Sentinelle qui avait été lancée suite aux attentats de 2015, déployant l’armée sur le sol français pour protéger des lieux publics.

Officiellement, il s’agissait de protéger la population française en des lieux stratégiques ou symboliques. En réalité, comme l’avait rapporté exclusivement Blanche Europe, l’écrasante majorité des lieux protégés étaient des lieux communautaires juifs.

Dans la France de 2018, les Français autochtones sont traités comme des citoyens de second rang par l’État (si ce n’est de troisième…), tandis que le gouvernement est aux petits soins avec les youpins.

En France, deux attaques ont visé des lieux communautaires juifs ces dernières années. Le 19 mars 2012, Mohamed Merah, un islamiste franco-algérien de 23 ans, abattait trois enfants et un enseignant dans un collège juif à Toulouse. Puis le 9 janvier 2015, quatre Juifs étaient tués lors d’une prise d’otages à l’Hypercasher de la porte de Vincennes à Paris, par le djihadiste Amedy Coulibaly.

Quand une attaque de ce genre touche des juifs, elle génère beaucoup plus de remous médiatiques. On nous rappelle encore et encore ces attaques, alors que les divers attentats ciblant des français blancs sont mentionnés beaucoup plus rarement. Peut-être y a-t-il un rapport avec la quantité de juifs influents dans le petit monde médiatique…

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Le gouvernement Macron, à plat-ventre devant les Juifs, renforce encore la sécurité des synagogues"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rho 2
16 novembre 2018 9 h 57 min

Moi, je ne suis pas contre l’idée de mettre l’armée autour des synagogues où seraient rassemblés les juifs, avec ordre de tirer… pour les empêcher d’en sortir !

16 novembre 2018 11 h 37 min

Un petit siège de temps en temps ça ne fait pas de mal.

wpDiscuz