La “salle de shoot” de la mairie de Paris est un centre de nuisances

Lors de l’annonce de l’ouverture d’une “salle de shoot” à Paris pour dégénérés drogués, Blanche Europe dénonçait une normalisation de la drogue. Une des promesses faites par les promoteurs du projet était qu’elle permettrait une plus grande “tranquillité” dans le quartier. En février 2017, nous relations les troubles et nuisances provoquées.

Sans surprise, cela ne s’est pas arrangé depuis !

RT :

La colère monte entre le XVIIIe arrondissement et le Xe arrondissement de Paris, autour de la salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR, ou plus couramment appelée « salle de shoot »), ouverte le 17 octobre 2016, rue Ambroise-Paré.

Dernièrement, des médias rapportaient que le 27 février, une femme enceinte avait été agressée par un homme, qui avait tenté de lui voler son sac avec un couteau. Après avoir pris connaissance des statistiques de la préfecture de police, entre octobre 2016 et le 26 janvier 2018, Le Figaro rappelle, ce 2 mars, qu’aux abords de l’enceinte, « plus de 1800 infractions ont été relevées, parmi lesquelles on trouve des infractions relatives à l’usage, la détention, la consommation de stupéfiants mais aussi des vols, des recels, des ventes à la sauvette ou d’autres infractions ». En outre, durant cette période, 6470 personnes ont été contrôlées à proximité de la salle de shoot.

La situation est pesante pour les riverains, qui se sont rassemblés, pour certains, dans un collectif : Riverains Lariboisière-Gare du Nord. Son objectif n’est pas de faire fermer cette salle de shoot, mais de la faire déménager afin qu’elle soit installée, « comme c’est le cas à Strasbourg, loin de riverains », car elle s’avérerait « totalement incompatible avec la proximité d’habitants et de commerçants. »

Ils savent bien qu’exiger sa fermeture pure et simple aurait moins de chances d’obtenir l’agrément des autorités pourries de la mairie de Paris. Et ils ont peut-être l’espoir qu’en la déménageant, les dégénérés qui la fréquentent partiront avec.

Revenant sur le fait divers du 27 février, le collectif Riverains Lariboisière-Gare du Nord s’inquiète, sur Twitter :

Ambiance sereine pour les futures mamans qui vont à la maternité jouxtant cette salle… La mairie et Gaïa [association médico-sociale qui gère la salle de shoot] n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’installer la salle de shoot en la collant à la maternité. Idée lumineuse, non ?

Paris est une ville envahie par la lie du Tiers-Monde, et il y a fort probablement une proportion élevée de non-blanches parmi les futures mères fréquentant cette maternité.

Mais cela n’en illustre pas moins la folie qui habite les “décideurs”.

Salle de shoot

Gardons à l’esprit que la dégénérescence que l’on voit aujourd’hui à Paris va lentement se métastaser à travers tout notre pays si nous laissons les tordus anti-blancs faire selon leurs désirs.

Interrogé par Le Figaro, le collectif ne cache pas son exaspération :

Avant l’ouverture de cette salle, jamais le quartier n’avait connu une telle insécurité, un tel manque de tranquillité et une telle insalubrité : affirmer le contraire est une contre-vérité que se plaisent à diffuser la mairie et l’association Gaïa.

Mentir pour la cause : les gauchistes ont l’habitude.

Un gauchiste pourrait me dire : “Mais Blanche, tu critiques, mais que proposes-tu de mieux ?” (Les gauchistes tutoient les inconnus, ils ne savent pas être respectueux.)

Les drogues sont un poison, et une nuisance pure pour la société. Ceux qui en font le trafic doivent être éliminés. Ils ne valent pas mieux que des violeurs et des assassins.

Ensuite, concernant les utilisateurs, on peut adopter une stratégie en deux phases : d’abord, donner une seconde chance aux personnes tombées dans la dépendance en les aidant à en sortir dans des centres de désintoxication de qualité. Ensuite, en cas de refus ou de rechute, qu’ils aillent donc faire un tour dans un camp de travaux forcés.

Un gauchiste pourrait me dire : “Mais ça n’est pas gentil de vouloir envoyer des gens aux travaux forcés, tu n’as pas de compassion !”

La compassion aveugle est une nuisance. La compassion doit être hiérarchisée.

Par exemple, il faut ressentir de la compassion pour les membres de son endogroupe (sa race, nation, famille…) mais bien moins pour les membres de son exogroupe (en particulier moins pour les autres races ; pour ma part j’ai plus de compassion pour les animaux maltraités par les non-Blancs que pour les non-Blancs par exemple ; les animaux ne sont pas un danger pour nous alors que les non-Blancs le sont).

Il faut aussi ressentir de la compassion pour les personnes vertueuses et innocentes, mais beaucoup moins pour les criminels, les déviants, les tarés. Je peux admettre qu’une personne décente puisse avoir succombé à ces poisons suite à une erreur, mais si elle rechute ou refuse d’être aidée, il vaut mieux admettre que cette personne est perdue.

J’ai d’abord de la compassion pour les personnes saines se comportant décemment et dont la vie est pourrie par la stupidité, les excès, etc. d’autres personnes.

Comme l’écrivait magnifiquement Alexis Carrel, prix Nobel de médecine :

Il ne faut pas hésiter à ordonner la société moderne par rapport à l’individu sain. Les systèmes philosophiques et les préjugés sentimentaux doivent disparaître devant cette nécessité.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "La “salle de shoot” de la mairie de Paris est un centre de nuisances"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
AA
28 mars 2018 22 h 32 min

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
28 mars 2018 23 h 37 min

Pas de collaboration avec la drogue, la drogue c’est fait pour fabriquer des esclaves.

JEAN
29 mars 2018 9 h 33 min

Légaliser la prise de drogue est une aberration, c’est encourager les esprits les plus faibles à en consommer, ça ne peut pas faire de mal puisque c’est légal pensent les fragiles qui forcément seront tentés par des drogues plus dures, si les politiques voulaient détruire notre société ils ne s’y prendraient pas autrement

Publiez SVP
18 avril 2018 2 h 38 min

C’est une évidence.

M’enfin, comment des drogués, dans une salle de shoot (mais c’est quoi cette merde, cette aberration, l’apologie de la mort ? ) pourrait-elle donner quelque chose de positif ?

Pardon mes amis, pardon mes frères, mais ça devient un pays de merde avec l’idéologie socialiste.

wpDiscuz