Le “bras légal de la communauté pro-Israël” exige la suppression par les moteurs de recherche de liens déplaisant aux Juifs, sous peine de poursuites

Les Juifs sont tellement dans le camp de la vérité qu’ils ressentent un besoin irrépressible de bâillonner quiconque les contredit. Quelle philanthropie !

The Jewish Chronicle :

Un groupe de réflexion [sic] a menacé de poursuivre en justice Google, Yahoo et Twitter pour héberger du contenu qui promeut le déni [sic] de l’Holocauste et de l’antisémitisme virulent.

The Lawfare Project, un fonds de contentieux des droits civiques qui vise à lutter contre la discrimination antisémite à travers le monde, a dit que les géants de l’Internet pourrait faire face à une action en justice pour avoir échoué à traiter le problème dans leurs résultats de recherche.

Vous avez bien lu. Ce groupe de youpins (ils ont aussi quelques shabbos goyim comme John Bolton, mais ça n’en change pas vraiment la nature) estime que le simple fait de mettre un lien vers un contenu anti-juif, d’en signaler l’existence, est un crime.

Et ils se décrivent eux-mêmes comme “le bras légal de la communauté pro-Israël”.

Lawfare Project

D’ailleurs, “lawfare” est un mot-valise signifiant “guerre judiciaire”. C’est un groupe dont le seul objet est de financer et mener des procès contre des ennemis réels ou perçus de la communauté juive.

Songez-y.

Que diraient ces mêmes youpins si des blancs s’organisaient pour mener une guerre judiciaire contre les ennemis de la race blanche ? Ils répondraient à une telle initiative avec fureur et indignation. La seule idée que les Blancs défendent leurs intérêts est “antisémite” à leurs yeux. Ils savent que le jour où les Blancs s’occuperont de leurs propres intérêts, ils ne pourront plus nous youpiner et nous parasiter.

Quant à leur initiative…

Les lois réprimant la liberté d’expression dans sa forme la plus essentielle – l’expression de la vérité – pour protéger des groupes particuliers ou des dogmes du régime (le prétendu Holocauste) sont déjà tyranniques ; mais la censure généralisée des résultats de recherche est à un degré au-dessus.

Liberté d'expression selon les Juifs
La (((liberté d’expression)))

Dans les médias dominants occidentaux, la censure de l’Internet pratiquée par la Chine est non sans raison fortement critiquée ; mais au moins, par exemple, la Chine essaye-t-elle de bloquer certains poisons de l’esprit, comme la pornographie (sa dissémination est punissable de prison à vie).

La “liberté” défendue par les partisans des régimes droit-de-l-hommistes consiste à disposer d’un accès direct et illimité aux pires formes de dégénérescence, tout en interdisant les vérités objectives et les pensées politiques qui menacent lesdits régimes.

Le danger de la conception dévoyée de la liberté qui émerge dans les systèmes peu ou prou démocratiques était déjà relevé par Aristote il y a plus de 2000 ans :

Dans les démocraties, surtout dans celles qui paraissent constituées le plus démocratiquement, l’intérêt de l’État est tout aussi mal compris, parce qu’on s’y fait une idée très fausse de la liberté. Selon l’opinion commune, les deux caractères distinctifs de la démocratie sont la souveraineté du plus grand nombre et la liberté. L’égalité est le droit commun ; et cette égalité, c’est précisément que la volonté de la majorité soit souveraine. Dès lors, liberté et égalité se confondent dans la faculté laissée à chacun de faire tout ce qu’il veut : « Tout à sa guise », comme dit Euripide. C’est là un bien dangereux système ; car il ne faut pas que l’obéissance constante à la constitution puisse paraître aux citoyens un esclavage ; au contraire, ils doivent y trouver sauvegarde et bonheur.

Mais je crois qu’il n’aurait pas pu imaginer un degré de perversion tel que derrière le paravent de la “liberté” (sa forme moderne étant “les droits de l’Homme”), on interdirait des propos politiques tout en laissant un libre accès à quelque chose d’aussi répugnant et nocif que la pornographie.

La liberté qui importe, c’est la liberté de faire bien.

The Jewish Chronicle :

La directrice Brooke Goldstein a annoncé que le projet a envoyé des lettres d’injonction de cessation à Google et Yahoo concernant les sites de déni de l’Holocauste apparaissant dans leurs résultats de recherche.

Il a aussi envoyé des plaintes détaillées à Twitter pour le contenu de leur plateforme.

Mme Goldstein, dont le grand-père était commandant dans une unité de partisans polonais qui combattait contre les nazis, a déclaré :

Google, Yahoo, et Twitter ont un choix très simple : éliminer le contenu antisémite ou être renvoyé en procès.

Éliminer tout le contenu qui (et tous les liens vers du contenu qui) est hostile aux Juifs, voilà la “simple” exigence de ce groupe !

J’imagine d’ailleurs que critiquer cette exigence et de dénoncer là une volonté juive de faire taire leurs critiques serait un “fantasme antisémite” qui mériterait à lui seul d’être ajouté aux contenus que Mme Goldstein souhaite faire interdire ?

Pour mieux appréhender le personnage, on notera que Mme Goldstein a aussi déclaré qu’« il n’existe rien qui soit une personne palestinienne”. Si je me fiche bien du sort de ces arabes, c’est utile pour comprendre la mentalité à laquelle on a affaire ici. Tout en hurlant à prétendre être de pauvres victimes persécutés (ah !) injustement (ah !), ces mêmes juifs n’ont absolument aucun scrupule à soutenir une oppression manifeste à l’aide des arguments les plus spécieux quand ça les arrange.

Enfin, je suppose que ce doit aussi être antisémite de faire remarquer qu’elle essaye de se lisser ses cheveux frisés pour paraître moins laide.

Il est temps que ces entreprises agissent contre l’incitation à la haine et à la violence contre les Juifs qui traverse leurs plateformes comme un égoût à ciel ouvert.

S’ils veulent continuer à héberger de l’antisémitisme vicieux alors ils devront se battre, en Espagne, et partout ailleurs.

Les lettres légales, déposées en Espagne, avertissent que si les plateformes n’agissent pas pour enlever le contenu antisémite, une plainte serait portée contre eux.

Le groupe a dit qu’il tiendra les entreprises responsables pour “la dissémination de contenu calomnieux, diffamatoires tels que définis par la loi espagnole, sur leurs plateformes”.

Il n’y a que les Juifs pour oser inverser les faits avec un tel aplomb :

  1. Des gens disent des vérités sur des torts juifs.
  2. Les Juifs disent qu’il s’agit de mensonges, et exigent la suppression de ces “calomnies”.
  3. Ce faisant, ils diffament les gens qu’ils accusent de mentir.

On remarquera aussi que si les menaces de plaintes passent par l’Espagne, l’appel à la censure lui est sans limitation de pays, soutenu par la menace de poursuites “partout ailleurs”.

Si le déni [sic] n’est pas illégal en Espagne, justifier l’Holocauste ou tout autre génocide est une peine punie de prison.

Apparemment, cette loi ne s’applique pas contre ceux disant que les Européens méritent d’être mélangés jusqu’à disparition avec des nègres, ce qui constitue pourtant objectivement un génocide.

Ce n’est pas une question d’opinion – les régimes anti-blancs créent des conditions qui à long terme ne peuvent que provoquer notre extinction, et ceci étant délibéré, il s’agit d’un génocide.

The Lawfare Project – connu aussi pour une action en justice contre l’interdiction du shehita [ndt : la mise à mort casher des animaux] – a une équipe légale en Espagne spécialement dédiée à financer des actions légales dans le pays au nom de la communauté juive.

Si quelqu’un de naïf ou de mauvaise foi voudrait me dire que je ne devrais pas blâmer les Juifs en général, je suggère de relire ce dernier paragraphe. Ces youpins eux-mêmes affirment fièrement agir au nom de leur communauté et dans les intérêts de celle-ci, tandis que les voix dissidentes sont biens silencieuses.

La vérité, c’est que chaque être humain a des intérêts de groupe qui passent par sa famille, sa nation, sa race ; et que quand des membres d’un groupe étranger s’en prennent à votre groupe, il est juste, légitime, bon, et utile de considérer cela comme une action hostile de la part du groupe en question tout entier, qui ne peut s’en dédouaner qu’en réparant ses torts.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "Le “bras légal de la communauté pro-Israël” exige la suppression par les moteurs de recherche de liens déplaisant aux Juifs, sous peine de poursuites"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Terre Ensoleillée
27 mars 2018 19 h 03 min

(((Ils))) ne veulent pas que le goy découvre la vérité. Ils vont également nier le génocide qu’ils ont commis contre les amalekites ? Leur implication dans le génocide anti-blanc ?

Bref cela montre que nous avons raison et c’est pour cela que ça gêne.

AA
27 mars 2018 19 h 49 min

Terre Ensoleillée
27 mars 2018 20 h 36 min

Moi je vous soutiens sans condition !! Vous êtes la vraie dissidence !

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
27 mars 2018 22 h 36 min

Nous avons en face de nous l’ultime ennemie, il est puissant, fourbes et manipulateur, riche et comploteur, si nous triomphons nous pourrons sauver la race blanche pour toujours, la seule solution répandre la vérité sur le (((complot de la finance internationale))) et réveiller les nôtres, la victoire est encore possible pour extraire le (((Poison parasite))).

Snapdragon
28 mars 2018 5 h 28 min

Si antisémitisme veut dire haine des juif, en quoi haïr des gens qui nous veulent du mal est il un tort ?
Ils sont tellement tarés qu’ils veulent nous interdire de détester nos ennemis…
Aime tes ennemis… tient… snif snif… ça sent encore le lapin chrétien !
Y a que des chrétiens pour accepter cela.

Je me donne pour mission de détruire le christianisme !
Ich habe ein plan !!
Et ça commence par leur cracher à la gueule dès que l’occasion se présente.

En attendant ils peuvent commencer leur dernière prière …

Rho 2
28 mars 2018 7 h 41 min

Il faut que les camarades américains se décident à éliminer cette pustule…

wpDiscuz