Afrique : les blancs qui tentent de protéger la faune sauvage assassinés les uns après les autres

La seule race qui se soucie vraiment du sort de la Nature, c’est la race blanche. Les autres, des Est-Asiatiques aux Africains, y sont plus ou moins indifférents.

Comme d’autres caractéristiques, cet intérêt connaît des variations individuelles. On pourrait aussi remarquer que nos ancêtres vivant dans des conditions plus rudes, et influencés par la pensée chrétienne, y accordaient moins d’importance que l’Européen d’aujourd’hui.

Mais les généralités sont pertinentes. Les réserves naturelles ? Une création européenne qui fut imitée pour des raisons diplomatiques et économiques. Des personnes consacrant des années entières de leur vie à essayer de sauver des espèces sauvages ? Un phénomène qui n’existe que chez les Blancs, et que les différences de prospérité économique sont loin de suffire à expliquer.

Pendant que la démographie du Tiers-Monde explose, ce sont des blancs qui font tout leur possible pour éviter l’éradication des espaces naturels y subsistant et de la riche faune qu’ils abritent.

Fréquemment, leur destin est tragique.

France 24 :

Esmond Martin, un expert de réputation mondiale sur le trafic d’ivoire, est décédé après avoir été poignardé dimanche au soir à son domicile au Kenya, a annoncé la police lundi 5 février.

Le géographe américain de 76 ans, qui vivait depuis des décennies dans ce pays d’Afrique de l’Est, a écrit de nombreux rapports contribuant à la lutte contre le braconnage des éléphants.

“La police a été appelée parce qu’il y avait une activité inhabituelle à sa maison de Karen [une banlieur chic de Nairobi, NDLR], mais quand elle est arrivée, elle n’a rien trouvé parce que la maison était fermée. On a retrouvé plus tard son corps avec des blessures à l’arme blanche et nous essayons d’établir qui l’a tué et pourquoi”, a déclaré le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome. “Une enquête a été ouverte, mais aucun suspect n’a été arrêté jusqu’ici”, a-t-il ajouté.

Esmond Martin concentrait son attention sur la demande dans le commerce illégal d’ivoire, étudiant en particulier le marché asiatique, en Chine, au Vietnam et au Laos notamment.

Ses enquêtes ont contribué à la décision l’an passé de la Chine de fermer son marché légal de l’ivoire, selon Paula Kahumbu, la directrice de Wildlife Direct, une organisation de protection des animaux.

“Il était l’une des personnes les plus importantes s’efforçant de faire la lumière sur le commerce d’ivoire, en s’attaquant aux trafiquants eux-mêmes”, a-t-elle déclaré.

Iain Douglas-Hamilton, le fondateur de Save the Elephants, une organisation de protection des animaux qui a financé et publié plusieurs rapports d’Esmond Martin au fil des années, l’a décrit comme “l’un des grands héros méconnus de la défense des animaux”.

“Il a souvent mené son travail méticuleux sur les marchés de l’ivoire et de la corne de rhinocéros dans les endroits les plus isolés et dangereux de la planète et avec des agendas si chargés qu’ils auraient épuisé un homme deux fois moins âgé que lui”, a-t-il ajouté.

Esmond Martin travaillait sur un nouveau rapport touchant au rôle croissant de la Birmanie dans le trafic illégal d’animaux sauvages, quand il a été tué. Il n’était pas possible de déterminer immédiatement si sa mort est liée à son travail.

Le braconnage aurait coûté la vie à 110.000 éléphants sur la décennie écoulée, des organisations criminelles transnationales ayant pris en main le trafic d’ivoire.

Les chiffres les plus récents, pour 2016, montrent que le commerce illégal d’ivoire continue à être florissant, avec un nombre record de saisies malgré un déclin du braconnage.

Pour le moment, l’enquête n’a pas établi de lien direct avec son activité militante ; mais la situation ne laisse pas la place au doute. Son meurtre a été commandité par des trafiquants que son travail gênait.

Ce meurtre n’est pas un cas isolé. Un autre militant ardent de la protection de la faune sauvage en Afrique a été assassiné l’été dernier.

France 24 :

Il était l’ange-gardien des pachydermes en Tanzanie. Le Sud-Africain Wayne Lotter a été assassiné le 17 août par des inconnus dans un quartier huppé de la ville portuaire de Dar es Salaam, capitale économique du pays. L’environnementaliste se trouvait dans un taxi lorsqu’un véhicule leur a bloqué le passage subitement. Selon le quotidien The Guardian, deux hommes, dont un armé, ont alors ouvert la porte du taxi et l’ont abattu. Une enquête a été ouverte.

“Wayne avait consacré sa vie à la faune sauvage africaine, travaillant d’abord, alors qu’il était encore jeune homme, comme ranger dans son Afrique du Sud natale, avant de devenir un fer de lance de la lutte contre le braconnage en Tanzanie”, a écrit la fondation PAMS -dont il était co-fondateur de la branche tanzanienne- dans un communiqué annonçant sa mort.

De nombreux défenseurs de la planète à travers le monde ont fait part de leur tristesse, et pour certains de leur, consternation. À commencer par la co-fondatrice de PAMS, Krissie Clark, qui pleure la perte “de son meilleur ami”, mais se dit plus déterminée que jamais à poursuivre le combat.
[…]
La Tanzanie, l’un des pays qui comptent la plus importante population d’éléphants sur le continent africain, est aussi l’un des plus touchés par le braconnage. Selon la fondation PAMS, plus de 150.000 éléphants ont été tués ou mutilés pour leur ivoire au cours des cinq dernières années en Afrique. La Tanzanie, elle, en a perdu 66.000 sur la dernière décennie.

L’organisme note toutefois une “réduction considérable” du braconnage depuis 2014, notamment grâce aux efforts d’une unité tanzanienne d’élite spécialisée dans les crimes “graves” nationaux et internationaux (NTSCIU), dont le braconnage.

Quelque 900 braconniers ont ainsi été appréhendés ces dernières années. Parmi eux, la Chinoise Yang Fenlan, surnommée la “reine de l’ivoire”, actuellement jugée pour le trafic illégal de 706 défenses d’éléphants entre 2000 et 2014.

Les mangeurs de riz n’hésitent pas à massacrer des animaux jusqu’à leur extermination pour, par exemple, consommer de la poudre de corne de rhinocéros comme “aphrodisiaque”.

[…]
Selon un rapport de l’ONG Global Witness publié en juillet, au moins 200 environnementalistes ont été assassinés en 2016. Il s’agit de l’année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement. L’organisme qui dresse ce bilan annuel depuis 2002 a constaté une forte hausse des assassinats depuis 2014, précisant que la collecte d’information est, en outre, laborieuse. “Pour chaque assassinat que nous avons été en mesure de documenter, d’autres n’ont pu être vérifiés, ou n’ont pas été signalés”, écrit-elle dans son rapport.

Les cas comme celui de Martin et Lotter sont la partie émergée de l’iceberg.

À l’heure où la race blanche est en danger de disparition, je n’irais certainement pas dire que la préservation des éléphants ou des rhinocéros est la première priorité. Mais la préservation des éléphants ou des rhinocéros, par exemple, me semble mille fois plus importante que la multiplication à l’infini des nègres, qui menacent de faire disparaître la plupart des grands mammifères sauvages du continent.

Si la race blanche devait disparaître, l’essentiel de la faune sauvage partout à travers le monde, sans plus personne pour se soucier de son sort, traitée comme une ressource sans aucune vision de long-terme, suivrait.

De 1h12m à 1h20m, on peut voir ce qui s’est passé pour les animaux sauvages après le départ des Britanniques d’Ouganda en 1964.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

12 Commentaires sur "Afrique : les blancs qui tentent de protéger la faune sauvage assassinés les uns après les autres"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Terre Ensoleillée
24 février 2018 9 h 19 min

“Wi mi li blanc ils detluisent et pillent l’Afrwique”

Lol les négres ont la haine de l’homme blanc depuis toujours, mais ils oublient que c’est grâce à la colonisation qu’ils ont eu un peu de civilisation, la preuve car à chaque fois qu’un blanc va en Afrique c’est pour essayer de sauver ce qui peut l’être. Mais bons les négres sont trop barbares pour comprendre ça, et on s’étonne de voir des Boko Haram après.

jean
24 février 2018 11 h 21 min

Résumer l’asie à la Chine n’est pas très honnête, le Japon a une relation très particulière à la nature.

GELASE
24 février 2018 19 h 00 min

une relation très particulière à la nature…surtout les mammifères marins lol

Fragment
24 février 2018 23 h 16 min

En effet, les asiatiques, quels qu’ils soient, n’ont aucune empathie envers les animaux!…
Alors, bien qu’ils soient au moins aussi intelligents que nous, ils ne méritent pas d’hériter de cette planète…au contraire de notre race!
Ils n’hésitent pas à bouffer des animaux vivants…que ce soit des poulpes ou des poissons…ou quoi que ce soit d’autres!…
Bordel de merde!…ils font même bouillir des chiens vivants!…
Il faut vraiment être une crevure sans nom pour s’adonner à ce genre de choses!
….
Malheureusement il y a beaucoup de “geeks” pro asiatique, qui fantasment grave, parmi nous!
…À éradiquer aussi?

Cordialement!

Michel
25 février 2018 8 h 54 min

Tout les traitres sont a éliminié .

Rho 2
25 février 2018 10 h 26 min

Bouffer de la barbaque crue ( les suschis ; chez nous c’est le carpaccio ou le steak tartare ) et bouffer des animaux vivants c’est pas tout à fait la même chose !
Quant à bouillir des chiens vivants…Tu devrais arrêter de fumer les herbes exotiques parce que tu racontes vraiment beaucoup de conneries…

autescousios
25 février 2018 16 h 16 min
Rho 2
26 février 2018 1 h 00 min

Toutes mes excuses camarade Fragment !
Merci camarades Nico et Autescousios !
Si quelqu’un a raconté des conneries sur ce coup, c’est moi !
Putain, les enculés…on peut dire qu’ils ont inventé le hot-dog avant nous mais c’est pas pour leur gloire…
Il faudrait injecter des micro-billes chargées de poison dans les cornes des rhinocéros ou d’autres parties du corps des animaux que ces tarés consomment pour réveiller leur bite. Ces nanoparticules ne se dissoudraient que quand elles seraient broyées par les préparateurs des mixtures qui feraient alors crever leurs consommateurs ; elles resteraient intactes sinon et n’affecteraient donc pas l’animal porteur.
Quand quelques milliers de ces sacs à merde auraient crevé dans des souffrances semblables à celles infligées à ces pauvres bêtes, ce commerce immonde cesserait. Mais on ne peut rien faire pour les malheureux chiens qui vivent chez ces tarés…

26 février 2018 16 h 36 min

Il n’y a pas de soucis. On pense tous un peu différement même si nous sommes dans le même mouvement. Et parfois nous avons des préjugés (Ahaha !), nous sommes là pour avancer et même si les débats sont parfois vifs, la vérité devient toujours limpide.

Rho 2
26 février 2018 22 h 38 min

Si jamais un jour j’ai l’occasion de rencontrer le camarade Fragment, pour me faire pardonner, je l’inviterai à manger un hot dog ! Putain, je suis vraiment un salopard !!!

Rho 2
25 février 2018 11 h 08 min

Quant à leur absence de compassion envers les animaux…Tu es déjà rentré dans un abattoir bien de chez nous ? Voire dans beaucoup de fermes. Faut voir ce que les bestiaux destinés à finir dans nos gamelles se prennent dans la gueule !
Tu cherches un peu sur le net et tu trouveras facilement de quoi te faire dégueuler ton repas… On fait bien bouillir des animaux vivants mais ce sont les crustacés et ça se passe aussi chez nous. Or, ces bestioles ont un système nerveux et elles souffrent alors autant qu’un mec arrosé au lance-flamme ; c’est prouvé. Je dois être un gros enculé car je continue à en manger alors que je suis au courant. Mais c’est comme pour la viande, j’aime ça et je ne suis pas prêt à me mettre au soja.
Et tous ceux qui bouffent des huîtres à Noël de gavent de bestioles vivantes et conscientes de crever…tout ce qui a un système nerveux sait ce que c’est que la douleur même si pour le reste il est loin de comprendre ce qui se passe.
On a bousillé mille fois plus de baleines et même de dauphins que les Japs et ça fait pas quarante ans qu’on s’est un peu calmés.
Les norvégiens n’ont d’ailleurs pas cessé complètement la chasse à la baleine et beaucoup de nos bateaux de pêche continuent à ramener des centaines de dauphins dans leurs filets. Simplement, comme les gamins ont vu Flipper à la télé on ne peut pas les mettre au menu alors on les rejette à l’eau…
La disparition des bisons, des ours, des boeufs musqués, des aurochs, mammouths, dodos, et d’innombrables autres animaux qui vivaient sur nos terres ancestrales ou dans nos colonies, ce n’est pas les asiatiques qui en sont responsables. On a pris conscience de notre connerie avant eux, voilà tout.
Il y en a de plus en plus chez eux qui aiment les bêtes et même chez les Chinois.
Faut pas confondre ces gens là avec des nègres décérébrés. Certes les Blancs restent la race la plus créative et ils le resteront car ça tient à une caractéristique essentielle de notre race.
Mais Hitler lui-même avait compris que le monde devait être partagé avec les Jaunes et avait fait alliance avec les Japonais. Tu te crois meilleur nazi que lui ?

wpDiscuz