La police australienne finit par admettre que la criminalité de gangs africains ravage Melbourne

Traduction de l’article du New Observer.


La police australienne a officiellement admis que les gangs d’immigrés africains se déchaînent à travers la ville de Melbourne ; provoquant destruction et chaos dans une vague de crimes qui est la conséquence directe de la politique d’immigration de masse en provenance du Tiers-Monde.

Un article de l’Australian Broadcasting Corporation (ABC) (en) indique que la police a finalement admis que “Melbourne a un problème avec les gangs de rue africains, après avoir précédemment insisté qu’il n’y aurait pas de gangs dans la ville”.

Lisa Neville, ministre de la Police de l’État de Victoria, a défendu mardi la gestion par l’État de la criminalité “juvénile”, après que le gouvernement fédéral a affirmé lundi que la “criminalité africaine en gangs” à Melbourne serait hors de contrôle en raison des politiques laxistes de l’État.

Le problème est devenu une priorité pour les deux principaux partis après une série de crimes récents commis par des africains ayant fait les gros titres ; dont la destruction d’une propriété louée via Airbnb à Werribee, du vandalisme à Tarneit et une nuit de violence à la plage Saint-Kilda impliquant des douzaines d’africains déchaînés.

Le commissaire en chef par intérim Shane Patton a confirmé qu’il y a des gangs de rue africains à Melbourne, contredisant des affirmations antérieures, politiquement motivées, selon lesquelles il n’y aurait pas de tels gangs. Il a déclaré :

Nous avons depuis un certain temps dit qu’il y a un problème avec la surreprésentation de jeunes africains dans les crimes sérieux et violents ainsi que dans les problèmes de trouble à l’ordre public.

Séparément, le ministre de l’Intérieur, Peter Dutton, a déclaré (en) que les gens à Melbourne ont “peur d’aller au restaurant” la nuit en raison de la violence des gangs africains. Il a déclaré à la station de radio 2GB, de Sidney :

Les gens ne voient pas ça en [Nouvelle Galles du Sud], dans le Queensland, mais la vérité est que les gens ont peur d’aller au restaurant de nuit parce qu’ils sont suivis chez eux par ces gangs ; [il y a des] cambriolages, et des voitures sont volées.

Il ajoutait que le gouvernement fédéral a annulé les visas de 12 criminels sévissant dans l’État de Victoria ; et originaires du Soudan, d’autres pays africains, et de Nouvelle-Zélande, après que les autorités de l’État ont transmis 18 cas.

L’étendue de la violence est évidente au regard de la réponse du gouvernement de l’État, qui a :

  • Augmenté les ressources de l’escadron anti-gangs et du groupe d’opérations spéciales ;
  • Recruté 3135 policiers de terrains supplémentaires [ndt : pour indication, l’État compte un peu plus de 6 millions d’habitants] ;
  • Financé un système de renseignement, des véhicules blindés et d’autres ressources et technologies.

Plus tôt, le premier ministre Malcolm Turnbull a déclaré que le gouvernement s’inquiète de la “violence de gang et de l’anarchie croissants” à Melbourne, et le ministre Greg Hunt a déclaré “la criminalité africaine en gangs dans certains endroits en particulier est clairement hors de contrôle”.

Des données de l’Agence Statistique de la Criminalité de l’État de Victoria montre une surreprésentation des criminels nés au Soudan et au Kénya dans de multiples catégories criminelles par rapport à leur part dans la population.

Elles montrent aussi un fort accroissement des criminels nés au Soudan dans les vols à main armée, de 20 dans l’année financière 2014-2015 à 98 deux ans plus tard.

Selon les données du recensement, les personnes nées au Soudan représentent environ 0,1% de la population de l’État de Victoria1. La population née au Kénya y est environ moitié moindre.

Les gauchistes négateurs des réalités raciales ont tenté de prétendre que les Africains ne commettent pas une majorité des crimes de rue à Melbourne, attirant l’attention sur des chiffres généraux qui montrent qu’une majorité de ces crimes sont commis par des gens “nés en Australie”.

Cette tactique de diversion n’est, évidemment, qu’une autre excuse gauchiste, puisqu’elle ne répond pas au fait que les Africains sont responsables, par personne, d’une criminalité bien supérieure à ce qu’elle devrait être si les taux de criminalité entre les différents groupes raciaux étaient identiques.

Les données de tous les pays occidentaux montrent que les non-Blancs en général, et les Africains en particulier, ont des taux de criminalité nettement plus élevés que les Blancs.

La prochaine excuse qui sera utilisée – une fois que des taux de condamnation et d’emprisonnement par race incontestables seront diffusés – sera que le “système judiciaire” serait “raciste” – autrement dit, les Blancs seront encore accusés.


1. Il y a donc 1 policier nouvellement recruté par l’État de Victoria pour 3 immigrés africains nés au Soudan ou au Kénya, femmes et enfants inclus !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "La police australienne finit par admettre que la criminalité de gangs africains ravage Melbourne"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
AA
20 janvier 2018 20 h 00 min

Rho 2
20 janvier 2018 22 h 32 min

C’est beau des nègres fiers de montrer qu’il y a au moins une technologie qu’ils maitrisent !
Enfin, dont ils maitrisent grosso-modo l’usage, et à peine la réalisation car aucun de ces macaques ne saurait fabriquer un couteau comme celui fièrement exhibé par le singe en rouge ! Leurs machettes merdiques sont le summum de ce que leurs plus brillants cerveaux peuvent concevoir !

wpDiscuz