Le Huffington Post s’alarme : Paul Nehlen, politicien cherchant à entrer au Congrès américain, est un nationaliste pro-blanc !

Paul Nehlen est inconnu en France, mais il a attiré une certaine attention médiatique outre-Atlantique l’an dernier quand il a monté une campagne pour tenter d’éjecter l’archi-traître Paul Ryan, meneur des républicains à la chambre des députés, lors des primaires du parti républicain. Je l’avais très brièvement mentionné à l’époque, sans entrer dans plus de détail puisque cela paraissait d’un intérêt limité pour un public français.

Approchant de la cinquantaine, il a travaillé dur et intelligemment pour parvenir à une carrière professionnelle hautement réussie, se hissant jusqu’à des postes de direction d’entreprises internationales et déposant même quelques brevets.

Sa campagne a donc été menée de façon très organisée et professionnelle – loin de ces candidatures manquant de sérieux, c’était un engagement réel, avec des coups de publicité intelligents, des vidéos, du tractage, des rencontres avec la population de la circonscription, des entretiens auprès de médias.

Un de ses thèmes récurrents était que Ryan est un “républicain de nom seulement”, dont les positions se rapprochent le plus souvent de celles de la gauche mondialiste du parti démocrate, et s’opposent presque partout dans le discours qui était défendu par le candidat Trump.

Malheureusement pour Nehlen, s’il avait reçu de nombreux dons et soutiens émanant de tous les États-Unis, les électeurs de la circonscription avaient voté comme des drones et Ryan avait remporté la primaire avec 83% des voix : cette dispersion même de ses soutiens lui nuisait.

Depuis lors, je n’avais guère plus prêté attention à lui, mais il n’a pas cessé d’être actif politiquement. Son compte Twitter compte 85.000 abonnés et il continue de mener diverses actions pour favoriser une action politique bonne pour son pays, espérant que la prochaine primaire sera la bonne.

Et le Huffington Post, un des principaux médias américains, fortement orienté à gauche, a examiné son activité et a découvert avec horreur qu’il a de très claires sympathies nationalistes pro-blanches ! Qu’il s’est empressé de dénoncer dans un article indigné.

Huffington Post :

Le HuffPost a demandé trois fois cette semaine à Paul Nehlen s’il se considère comme un nationaliste blanc, par courriel. Deux fois, Nehlen a esquivé la question. La troisième fois, il n’a pas répondu.

Le républicain du Wisconsin est candidat pour remplacer le président de la chambre Paul Ryan, qui pourrait ne pas chercher la réélection. Nehlen a fait campagne en Alabama récemment pour Roy Moore, le candidat au Sénat accusé de mauvais comportements sexuels, qui a souffert une défaite historique mardi. Nehlen affirme avoir levé “une somme à six chiffres” pour la campagne de Moore.

La défaite de Moore est un échec assez regrettable.

Nehlen était un orateur lundi lors du rassemblement de campagne de Moore à Midland City, Alabama. Il s’est rendu sur scène portant le chapeau rouge “Make America Great Again” et a averti la foule que “nous sommes engagés dans une bataille spirituelle”. Moore était le seul, a-t-il dit, qui pouvait “drainer le marigot” à Washington DC.

Ceci nous indique qu’avec son action intelligente, Nehlen est reconnu comme un intervenant valable par les membres du parti républicain hostiles aux élites de Washington.

Seulement deux jours plus tôt, le 9 décembre, Nehlen était un invité sur l’émission radio antisémite de pouvoir blanc “Fash the Nation”? parlant aux animateurs “Jazzhands McFeels” et “Marcus Halberstram” pendant environ une heure. (“Fash” est une abréviation au sein de la soi-disant Alt-Right, une vague association de nationalistes blancs, pour “fasciste”.)

C’était la deuxième apparition de Nehlen dans l’émission, et son aise avec le jargon nationaliste blanc était évidente alors qu’il faisait des remarques antisémites voilées et se remémorait fièrement avoir dit à un juif rédacteur de magazine de “manger une balle”.

Le 8 décembre, Nehlen a utilisé Gab, une plateforme de micro-blogging utilisée principalement par des nationalistes blancs, pour republier un dessin qu’un autre utilisateur avait fait pour lui. Le dessin montrait un Ryan chétif, vu comme l’anti-Trump, a côté d’un Nehlen “chad” musclé. […] Dans le texte l’accompagnant, Nehlen est décrit comme ayant “pris la pilule rouge sur le mondialisme, le RR et la QJ”.

“Avoir pris la pilule rouge”, une référence à la trilogie de films Matrix, est utilisé pour décrire un éveil aux enseignements suprémacistes blancs. “RR” correspond à “réalisme racial” et “QJ” correspond à “question juive”, la théorie de la conspiration antisémite selon laquelle les Juifs auraient une influence excessive sur les médias, la finance et la politique.

Je ne vais pas ici redémontrer que les Juifs ont une influence excessive – ce n’est pas le propos de cet article -, mais pour prendre un simple exemple la presse israëlienne elle-même rapportait l’an passé que 50% de l’argent reçu par la campagne de Clinton émanait de donateurs juifs.

Compter les proportions de juifs parmi les journalistes, invités des médias, propriétaires des médias, ou les personnes les plus riches, livre aussi à chaque fois des résultats indiscutables.

On devrait parler de la “théorie de la conspiration anti-blanche selon laquelle les Juifs seraient des individus modèles et que leur très réelle surreprésentation dans les postes d’influence n’existerait pas”.

Mais je suppose que dans l’esprit des pro-juifs, aucune proportion de juifs n’est jamais “excessive” !

Plus tôt ce mois, Nehlen a tweeté “C’est acceptable d’être blanc”, un mème qui a son origine dans le forum 4chan, un havre pour les trolls néo-nazis et a été répandu avec enthousiasme par les nationaliste blanc. “En fait, c’est assez génial”, a-t-il ajouté dans un tweet suivant.

Tweet de Paul Nehlen

Le mème “c’est acceptable d’être blanc” est un succès fantastique.

Ici, les propos de Nehlen sont sans ambiguïté : il n’a pas une once de la “culpabilité blanche” que nos ennemis tentent de nous faire ressentir.

À au moins deux occasions ce mois ci, Nehlen a retweeté des mèmes racistes partagés par Mark Collett, un sympathisant nazi britannique.

À part “c’est méchant !!!”, ils n’ont aucun argument à opposer au mème qu’ils donnent en exemple :

Tweet de Mark Collett
“L’échec du multiculturalisme peut être illustré par la sorte de maintien de l’ordre désormais nécessaire pour garder la paix. La diversité N’EST PAS notre force, c’est ce qui détruit les nations européennes.”

La nuit du 11 août, quand des néo-nazis et d’autres racistes assortis ont marché avec destiki torches dans Charlottesville, Virginie, Nehlen a retweeté une image de la marche publiée par le nationaliste blanc Jason Kessler : “Moment incroyable ici pour les Blancs qui en ont eu assez & ne vont plus subir. Demain, nous unissons la droite. #Charlottesville”

Marche aux flambeaux à Charlottesville
C’était un beau moment.

[…]

Le HuffPost a contacté Nehlen par courriel mercredi en détaill certains de ces flirts – et d’autres – qu’il a fait avec le fait d’être un nationaliste blanc déclaré. Interrogé pour savoir s’il se considère un nationaliste blanc ou un membre de l’Alt-Right, Nehlen a largement esquivé la question :

Je suis un homme d’affaires ayant réussi et j’ai eu quelque chose comme 20.000 employés autour du globe de toutes les couleurs, races et croyances ; sans parler de mes inventions brevetées donc les tentatives pour me présenter comme quoi que ce soit d’autre qu’un homme d’affaire à succès reflètent la politique de l’identité des médias et non ma foi chrétienne. Par ailleurs – c’est vrai que c’est acceptable d’être blanc, c’est assez génial en fait.

Le HuffPost a raison : Nehlen esquive la question. Il le fait, parce qu’il sait que les médias anti-blancs utiliseraient cela pour nuire à ses efforts politiques. En même temps, il ne se renie nullement.

Nehlen sait que pour que ses efforts réussissent, il ne doit pas effrayer les Blancs plus ordinaires qui ont encore peur du racisme, et qu’en même temps il est important de ne pas se renier. Vu que les médias anti-blancs diabolisent la plupart des candidats républicains, tant qu’il n’avoue pas lui-même être un raciste pro-blanc, les électeurs seront insensibles à ces allégations.

Le HuffPost a insisté en répétant sa question deux fois, Nehlen esquivant une deuxième fois puis ne répondant plus.

Ici, nous pouvons être honnêtes : je ne sais pas si Nehlen était un nationaliste authentique (avec conscience raciale) il y a deux ans, mais il l’est sans aucun doute aujourd’hui.

[…]
L’association de Nehlen avec la campagne de Moore […] montre qu’une faction du GOP [ndt : surnom du parti républicain] apparaît être à l’aise avec les nationalistes blancs dans ses rangs.

Le HuffPost poursuit des objectifs politiques, et dire “les républicains sont de méchants racistes” est une de ses tactiques favorites. Ah, si seulement !

[…]
Cela montre aussi que l’effort de Steve Bannon pour se distancier publiquement de l’Alt-Right est une ruse. Bannon, le président exécutif de Breitbart News et un ancien stratège en chef de la Maison Blanche, a défendu Moore et soutient Nehlen.

Nehlen a dit au HuffPost que Bannon est un “ami”. Dans l’émission “Fash the Nation, Nehlen a dit que Bannon le considère comme un “kamikaze” contre les élites du GOP.
[…]
Nehlen a été à l’aise exprimant des commentaires intolérants en public depuis un moment désormais.
[…]
Plus tôt ce mois, durant une querelle avec Richard Lawler, un rédacteur au site d’information technologique Engadget qui est noir, Nehlen a tweeté, “Continue, Tyrone”.

Comme l’a écrit @EyseOnTheRight :

Il y a deux façons d’interpréter ce commentaire, qui suggèrent toutes deux que Nehlen fait une remarque raciste. D’un côté, Nehlen a utilisé un nom typiquement noir pour faire référence à un homme afro-américain dont il connaissait clairement le nom. De l’autre, “Tyrone” est une référence à une blague raciste populaire dans l’Alt-Right.

La “blague” comporte une représentation dessinée profondément raciste d’un homme noir, que nous ne republierons pas ici.

Heureusement, sur Blanche Europe nous n’avons pas cette limitation ! Il est à noter que ce personnage de Tyrone n’est pas utilisé dans une caricature unique, mais dans toute une série de blagues.

Quelques exemples :

Caricature Tyrone

Caricature Tyrone Pokémon

Caricature Tyrone musique

Caricature Tyrone

Caricature Tyrone pute à nègres

Caricature Tyrone liberté conditionnelle

Et il y en a plein d’autre tout aussi drôles, comme un Néo de Matrix nègre qui plutôt que d’esquiver des balles esquive des offres d’emploi, paiements de pension alimentaire et mandats d’arrestation.

Dans l’émission “Fash the Nation” du week-end dernier, Nehlen s’est remémoré une autre querelle qu’il a eu sur Twitter, celle-là avec John Podhoretz, le rédacteur conservateur [sic] du magazine Commentary.

Après un débat sur le contrôle des armes, Nehlen a tweeté à Podhoretz, qui est juif, qu’il devrait “s’auto-expulser” et “manger une balle”.

Podhoretz a tweeté :

Donc le catamite de Bannon, @pnehlen, a, au cours des 12 dernières heures, suggéré que je me suicide et m’a appelé, né et élevé aux États-Unis mais juif, à “m’auto-expulser”.

“Catamite” est un mot obscur faisant référence à un jeune garçon gardé par un pédéraste [ndt : ce mot n’existe pas en français, j’ai donc conservé la forme anglaise]. “Quelle race a un pareil mot ?”, a demandé Nehlen dans “Fash the Nation”. “Eh bien, il y en a une.”

Les animateurs ont rit. McFeels l’a qualifié de “terme très biblique”, soulignant à nouveau l’héritage religieux de Podhoretz.

Nehlen a déclaré :

Si les gens vous voient vous tenir debout face à des gens comme [les] John Podhoretz du monde, les gens qui vous jettent à la figure leurs parenthèses – je n’ai pas le temps pour ça. Je n’ai pas peur de ces types.

“Parenthèses” est une référence au truc antisémite de “l’écho”, dans lequel les noms des juifs ou des institutions juives sont placés dans des triple parenthèses.

Un mème génial. Le mieux, c’était quand des juifs ont commencé à se mettre eux-même des triple parenthèses pour “s’approprier” cette attaque – ce qui n’a fait qu’éveiller davantage de personnes au problème juif.

Nehlen a été suspendu de Twitter pendant 12 heures pour avoir dit à Podhoretz de “manger une balle”. Il a dit aux animateurs de “Fash the Nation” qu’il a “été shoatisé pendant 12 heures”.

“Shoah” est un mot hébreu pour “calamité”, utilisé couramment pour faire référence à l’Holocauste. Pour les nationalistes blancs, cependant, c’est utilisé comme une insulte, réservée pour les petits désagréments – comme être suspendu de Twitter – de façon à diminuer l’horreur de l’Holocauste.

Le Huffington Post oublie la partie où l’on se moque des délires invraisemblables de la (((religion de l’Holocauste))), quoique même si ça s’était vraiment produit, nous ne le pleurerions pas. Si les Juifs n’essayaient pas d’esquiver toute critique de leur peuple, et de convaincre les Blancs de se laisser détruire, en utilisant ce mythe délirant, nous n’y prêterions pas tant d’attention.

Caricature de A. Wyatt Mann - fureur holocaustique

Nehlen s’est aussi vanté que ses fans ont écouté son premier passage dans “Fash the Nation” et que les “pilules rouges sont tirées sur les gens comme avec des bump fire stocks » [ndt : les bump stocks servent à transformer une arme semi-automatique en arme automatique]. (Traduction : il convertit beaucoup de ses soutiens en nationalistes blancs.)
[…]
Les animateurs de “Fash the Nation” ont été grandement honorés que Nehlen soit un invité de leur émission. McFeels – qui, ce doit être noté […] a appelé à la création d’un “ethno-État blanc” – s’en est pris à Paul Ryan pour avoir accepter de l’argent de “trésoriers” juifs [ndt : le mot anglais se traduirait littéralement par “maîtres de la paye”, il y a ici l’idée qu’accepter cet argent implique une soumission] et a promis de “s’assurer” que Nehlen gagne son élection pour le Congrès au Wisconsin. Nehlen a répondu qu’il était “honoré” de participer à l’émission.

Il a déclaré :

Vous les gars vous faites un super, super boulot.

L’article du Huffington Post a déclenché une série d’attaques contre Paul Nehlen, mais il n’a pas le moins du monde flanché.

Il suffit de consulter son compte Twitter (en) pour voir des tas de bonnes choses, même s’il y a aussi quelques doses de nationalisme civique qui demeurent.

Par exemple, le youpin (((Ari Cohn))) a jugé bon d’attaquer Nehlen. Ce qui a mené à cet échange :

Tweet de Nehlen à Cohn

Cohn :

Je… suis blanc.

Mais ce tweet a à peu près prouvé mon argument initial, donc bon travail.

Cela ne t’a pas aidé qu’un de tes abonnés a immédiatement tweeté un mème antisémite à mon encontre.

Parfois, les nazis sur Twitter décident de me rappeler que je suis juif.

Comme si mon nom me le laissait jamais l’oublier.

Nehlen :

C’est acceptable d’être blanc.

Ça n’est pas acceptable de prétendre l’être dans le but de nuire aux Blancs. Mais tu savais cela.

Conclusion

Paul Nehlen est donc un homme très intelligent, et qui bien qu’engagé dans la lutte politique électorale a des convictions nationalistes pro-blanches très sincères et très fortes ; auquel il adjoint “je ne suis pas raciste” et quelques variations simplement pour ne pas effrayer les personnes ordinaires.

S’il n’était intéressé que par acquérir un peu de pouvoir, il lui serait bien plus facile de se vendre au régime anti-blanc : cela indique aussi sa sincérité et sa droiture morale.

Nous avons besoin que ce genre d’hommes mènent la lutte pour notre race.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Le Huffington Post s’alarme : Paul Nehlen, politicien cherchant à entrer au Congrès américain, est un nationaliste pro-blanc !"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Killala
23 décembre 2017 23 h 46 min

J’avais écouté cet épisode de Fash the Nation sur le Daily Stormer (très bonne émission d’ailleurs, même si je préfère beaucoup Démocratie Participative, FTN est beaucoup plus mesuré). J’espère que Nehlen va gagner contre Paul Ryan, le cocu en chef du Parti Républicain.

wpDiscuz