Suisse : un nègre surpayé détourne un million de francs suisses chez Nestlé pour se payer des prostituées

Au début, on se dit qu’on a peut-être trouvé le mythique bon nègre : il aurait travaillé dur pour parvenir à être embauché au service comptable de Nestlé !

Un être utile et productif ?

Las !

En fait, on découvre une véritable caricature.

20 minutes :

« Je suis désolé. J’étais sous pression des gens du village. » Lundi, au tribunal correctionnel de Vevey, Fabien* a expliqué que les fonds soutirés à son employeur avaient servi à aider des compatriotes.

C’est quoi cette façon de changer le prénom du nègre en lui substituant un nom bien européen ?

En tout cas, voilà l’argument employé par l’africain pour sa défense : il se serait agi de soutenir ses congénères.

Mais apparemment, les tendances raciales qui poussent les dictateurs africains à devenir richissimes en détournant les aides internationales sont présentes chez tous les nègres :

« S’il a bien créé une fondation d’entraide pour le Togo, il n’y a jamais mis un franc de sa poche. En revanche, il a envoyé 100’000 francs à sa fille restée sur place », a souligné le procureur, Hervé Nicod.

Cet ex-comptable de Nestlé, aujourd’hui à l’aide sociale, est arrivé en Suisse à 30 ans. A force de travail, il a décroché un poste dans la multinationale. Mais son salaire mensuel de 8000 francs ne lui suffisait pas.

8000 francs suisses, pas des vieux francs français. À l’époque des faits, c’était l’équivalent de 5000 à 6000 euros mensuels. Même si la Suisse est un pays où la vie est plus chère, ça reste un salaire plus que confortable.

Ce n’est certainement pas parce qu’il ne gagnait pas assez qu’il a détourné cet argent, il a seulement vu l’occasion de détourner de l’argent et a bondi dessus.

Il s’est mis à boire et, bien que marié, a dépensé des fortunes en voyages avec ses maîtresses ou pour payer des prostituées. Des virées sexuelles qui lui ont valu de contracter le virus du sida.

Le sida : la maladie des nègres et des pédés.

C’est vraiment une honte que des traitements médicaux (archi-coûteux) aient été conçus, c’eut été bien meilleur pour l’humanité de laisser le virus faire son travail.

Notons bien qu’il n’a rien mis de côté : non, dès qu’il avait accès à de l’argent, il le dépensait sans compter de façon stupide. Les américains ont une expression (en) pour cela : “riche comme un nègre”.

Pour financer ce train de vie, il a établi des notes de frais factices au nom d’employés ou de tiers. Et il s’est fait remettre, au moins 36 fois, de fortes sommes par la banque installée dans le bâtiment Nestlé.

A raison de plus de 100’000 francs par an, c’est plus d’un million qu’il a détourné, entre 2006 et 2013. Il a masqué ces opérations avec des faux ordres de paiement. Arrêté en 2014, il a passé 9 mois en préventive.

Le procureur a requis 3 ans ferme pour escroquerie par métier, qualification contestée par Me Manuela Ryter Godel. L’avocate de la défense a reproché à Nestlé l’absence de contrôles.

Parce que Nestlé n’aurait pas instauré des contrôles suffisants, ce vol serait soudain par magie légitime ? Quelle farce !

Un arrangement a été trouvé avec Nestlé en début d’audience, sous la forme d’une reconnaissance de dette de la valeur des montants détournés.

Bonne chance à Nestlé pour arriver à récupérer quoi que ce soit ! Parce que ça n’est pas gagné.

En signant cet accord avec son ancien employeur, le prévenu a également dû s’engager à ne pas dénigrer ses anciens collègues ou la société. Au terme des plaidoiries, il s’est cependant plaint d’avoir été considéré comme un employé de deuxième zone, rémunéré 1000fr. de moins que ses collègues du service comptabilité de l’époque.

Ouh, le pauvre petit chou persécuté !

Il ne nous précise pas s’il était aussi productif que ses collègues – parce que j’ai comme dans l’idée que si, même sans tenir compte de ses détournements massifs, on faisait le ratio salaire/productivité, en dépit du salaire plus faible, il serait apparu nettement surpayé par rapport à ses collègues blancs.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz