Afrique du Sud : plus grande manifestation blanche depuis des décennies, mais sans but cohérent

Traduction de l’article du New Observer.


Alors que des milliers de sud-africains blancs se sont mobilisés en force pour bloquer les routes et protester publiquement contre le massacre des fermiers blancs dans ce pays, l’inutilité de leur action – et leur échec complet à comprendre les fondements de la violence anti-blanche – a été illustrée par la nouvelle du meurtre d’un énième fermier blanc par des criminels noirs, le même jour.

Ce dernier meurtre (en), qui s’est déroulé dans la province du Kwa Zoulou-Natal, a vu le maraîcher Bokkie Potgieter (73 ans) assassiné avec ce que la police a appelé un “couteau de brousse”. Son corps a ensuite été déposé à l’arrière de son pick-up, et les meurtriers ont démarré le véhicule, probablement avec l’intention d’abandonner ailleurs le corps de leur victimes.

Les meurtriers ont cependant eu un accident avec le pick-up, et ont fui les lieux [en laissant le corps].

Ce meurtre coïncidait avec des manifestations de masse à travers le pays par des sud-africains blancs contre les meurtres continuels de fermiers par des criminels noirs dans ce pays – et a aussi illustré que le sud-africain blanc moyen ne voit pas encore les fondements de cette violence : leur dépendance complète envers des travailleurs noirs.

Les manifestations, qualifiées de “lundi noir” – en raison d’un appel à porter des vêtements noirs – ont été déclenchées par une vidéo faite par Chris Loubser (en) – un fermier dans la ville de Franschoek, dans le Cap Occidental – dans laquelle il appelait les Sud-Africains à s’opposer aux attaques après une autre attaque de ferme sur le territoire de Klapmuts, dans la commune de Stellenbosch, au cours de laquelle le fermier Joubert Conradie avait été abattu.

Tracteurs bloquant la route lors du lundi noir

L’appel de Loubser avait été soutenu par deux organisations agricoles majeures – représentant essentiellement les 34.000 fermiers blancs restant dans le pays -, AfriForum et AgriSA.

Le président d’AgriSA, Dan Kriek, avait été cité la semaine dernière dans les médias sud-africains que “les attaques de fermes et leur brutalité doit être fortement condamnée par tous les Sud-Africains” et que :

Nous pensons aux milliers de compatriotes sud-africains qui ont perdu leurs vies au cours de l’année passée des suites de crimes violents ; avec 52 assassinats par jour. Beaucoup de fermiers et d’employés de ferme comptent parmi ceux qui ont payé le tribut le plus lourd.

Il a ajouté que “34.000 fermiers souffrent des effets de la sécheresse, des désastres naturelles et des incertitudes politiques, tout en essayant de protéger leurs vies et de produire de la nourriture pour 55 millions de Sud-Africains”.

Les fermiers et leurs soutiens se sont rassemblés par milliers, bloquant les routes dans une journée de manifestations et de militantisme blanc qui n’avait pas été vue depuis des décennies.

Route bloquée sous un pont lors du lundi noir

Nombreuses voitures garées lors du lundi noir

Cependant, le meurtre commis le même jour illustre que très peu de gens en Afrique du Sud admettent la véritable cause de la violence.

Les fermiers qui sont attaqués emploient tous des centaines de travailleurs noirs dans leurs fermes – et sont donc en très fort sous-nombre dans ces zones rurales.

De plus, les foyers blancs dans l’Afrique du Sud urbaine employent presque tous des servants domestiques et jardiniers noirs – par centaines de milliers – avec pour conséquence qu’ils sont en fort sous-nombre dans toutes les parties du pays.

Manifestants du lundi noir

Si les Sud-Africains blancs voulaient vraiment se libérer de la campagne de violence meurtrière dont ils sont la cible, ils ne se préoccuperaient pas de bloquer les autoroutes ou de mener d’autres actions de protestation inutiles [ndt : le gouvernement noir n’en a que faire], mais seraient plutôt occupés à construire des communautés auto-suffisantes dans lesquelles ils feraient eux-mêmes tous les travaux manuels.

Car les meurtres de fermes et la violence anti-blanche ne pourront cesser que lorsque les Sud-Africains blancs formeront des majorités dans leurs propres territoires, et pas avant.

Seul un petit nombre de blancs en Afrique du Sud a compris ce fait, et ils se sont installés dans la ville d’Orania, où ils font tout leur propre travail, et où les fermiers alentours utilisent des machines ou emploient d’autres blancs.

Ce n’est pas une coïncidence qu’il n’y a jamais eu de meurtre ou de crime sérieux au cours des plus de deux décennies d’existence d’Orania – et seuls ceux volontairement aveugles ne comprennent pas la leçon à en tirer.


Évidemment, comme on pouvait s’y attendre, de multiples organisations noires – dont le parti dirigeant, l’ANC – ont condamné dans les termes les plus fermes cette mobilisation blanche. En dépit des dénégations des organisateurs de la manifestation sur l’aspect racial de la mobilisation, les attaques n’ont pas été plus tendres pour autant.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

31 Commentaires sur "Afrique du Sud : plus grande manifestation blanche depuis des décennies, mais sans but cohérent"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
3 novembre 2017 19 h 18 min

Les afrikaners doivent reprendre les rênes de leur pays !
Et remettre l’apartheid !

Saphnatio
4 novembre 2017 6 h 42 min

Les Afrikaners ne sont plus assez nombreux, et le gouvernement (l’ANC) au pouvoir est composé exclusivement de négros qui haïssent les blancs. L’ANC du naigre mandela a mis en place des quotas pour l’emploi afin de privilégier l’embauche des noirs à la place des blancs. L’ANC appelle régulièrement au meurtre des afrikaners.

Gregleblanc
3 novembre 2017 19 h 44 min

ils ne sont plus assez nombreux , soit ils vont à Oriana et reste entre blanc , soit quitter le pays .

Gemar.Pressac44
3 novembre 2017 20 h 15 min

Faisons les remigrer vers l’Europe. Après tout ceux sont nos frères.

Waffen-SS
3 novembre 2017 22 h 38 min

Le pire c’est que L’Europe leur a refusé le statut de réfugié…trop blanc sans doute, alors que c’est une question de vie ou de mort!

Witte le russe
4 novembre 2017 6 h 40 min

Certain. Blanc ont demander asile a leirope mais ils ont refuser de les prendre.ils y a un genoside en cours mes freres

Gemar.Pressac44
4 novembre 2017 9 h 35 min

Cet enculé de Trump de les prendra pas.
Ni le judéolâtre Poutine.
Pour la cause Afrikaner je veux bien devenir gauchiste à fin de les faire immigrer en Europe.
On ne peut pas les abandonner.

4 novembre 2017 10 h 00 min

Pour la cause Afrikaner je veux bien devenir gauchiste à fin de les faire immigrer en Europe.

Pour une fois que l’on voudrait bien accepter des migrants !
Eux ils ont au moins une raison valable car ils risquent leurs vies. Je ne suis pas forcément en faveur de la fuite, mais bon en Afrique du Sud ça sent le roussi pour eux, surtout qu’aucun état Blanc ne les soutient.

Steph
5 novembre 2017 2 h 57 min

Les Afrikaners n’ont rien à faire en Europe envahie, et veulent rester en Afrique. C’est une bonne chose. Nous n’allons pas laisser ce vaste continent aux Chinois et aux Israéliens ! Les Afrikaners devront reconquérir le pays !

Kevin le boss
5 novembre 2017 12 h 00 min

Je ne sais pas si cette reconquête est possible. Par contre si les blancs arrivaient à faire sécession et que ce nouveau pays était une réussite rapide, pendant que l’Afrique du Sud continuait à s’enfoncer, nous aurions là une belle leçon/piqûre de rappel : “avec les blancs ça marche”.

Alors l’un des derniers tabous tomberait plus facilement : l’avenir de l’Afrique c’est la re-colonisation ou au moins une mise sous tutelle complète, avec comme priorité absolue le contrôle des naissances “nourriture contre stérilisation”.
Et là, la rémigration s’enclenche dans la foulée.

5 novembre 2017 15 h 37 min

D’accord avec toi Steph. Mais le problème étant qu’ils vont avoir du mal à garder leurs terres, tout comme nous d’ailleurs.

Gemar.Pressac44
6 novembre 2017 10 h 56 min

Laissons l’Afrique aux chinois ou aux indiens ou à d’autres.
Reprenons nos blancs et virons les nègres et les bicots.

Vinking
3 novembre 2017 20 h 07 min

Voilà ça veut jouer le roi en employant du nègre pour faire du fric et ça se fait déglinguer . Des fois je me dit c’est juste bien fait pour eux , car y a des bidonville de blanc , mais ces fermiers au lieu d’accueillir une famille pauvre blanche préfèrent les métèques , dans la vie tout ce qu’on fait on le paie.

Ardruina
7 novembre 2017 10 h 24 min

Je vous trouve un peu dur, surtout lorsqu’on sait que tous les gouvernements blancs forcent les entreprises à embaucher la “diversité” et les menacent de sanctions judiciaires pour racisme et discrimination pour ceux qui résisteraient en embauchant que des blancs. De plus, un commentaire de Saphnatio au-dessus nous en dit un peu plus sur ce sujet :

“Les Afrikaners ne sont plus assez nombreux, et le gouvernement (l’ANC) au pouvoir est composé exclusivement de négros qui haïssent les blancs. L’ANC du naigre mandela a mis en place des quotas pour l’emploi afin de privilégier l’embauche des noirs à la place des blancs. L’ANC appelle régulièrement au meurtre des afrikaners.”

Max Baranyai
3 novembre 2017 20 h 13 min

C’est triste mais bon…
Laisser l’Afrique à ces parasites et revenez en Europe.

Pekam
3 novembre 2017 20 h 58 min

La dépendance à la main d’oeuvre étrangère ça me fait un peu penser aux arboriculteurs et aux maraîchers du sud-ouest qui ont fait venir des arabes par chez moi dans toute la valée de la Garonne et du Lot : bilan toutes les villes qui sont proches de ces zones sont remplies d’arabes , je parle là d’une majorité , pas d’une minorité encombrante. Moissac , Agen , Villeneuve-sur-Lot , Marmande.

Et maintenant ces mêmes gros cons qui ont fait venir des arabes pour pouvoir les payer au lance pierre se plaignent aujourd’hui des arabes alors qu’ils sont les seuls responsables de l’invasion de cette région.

Du coup maintenant les arabes sont là , avec la délinquance qui va avec , ils se reproduisent comme des lapins et en plus ils ne bossent plus donc maintenant c’est des Polonais qui viennent faire le boulot. C’est déjà beaucoup mieux mais ça change rien au fond du problème.

wpDiscuz