Selon l’ex-chef des services d’immigration britanniques, il y aurait plus d’un million d’immigrés illégaux dans le pays – et ce serait une fatalité !

Des comptes bancaires vérifiés pour évaluer la présence d’immigrés illégaux

Le Royaume-Uni est déjà envahi par des masses d’extra-européens ayant reçu des documents d’identité britanniques. L’immigration illégale n’est donc qu’une partie du problème qui s’ajoute et aggrave la crise. Virer les colons à papiers de citoyenneté britannique demandera beaucoup plus de volonté que la simple expulsion des immigrés illégaux – mais même pour cette dernière la volonté manque.

En septembre, le ministère britannique de l’Intérieur avait pourtant annoncé une mesure à l’allure utile.

The Daily Telegraph :

Des millions de comptes en banque et de société de construction seront soumis à des vérifications pour assurer que des services ne seront pas fournis à des immigrés illégaux, est-il rapporté.

Les vérifications font partie d’une attaque à trois volets annoncées par le ministre de l’Intérieur Amber Rudd à la conférence du parti conservateur l’an dernier.
[…]
Les institutions financières auront la tâche de vérifier les détails des possesseurs de compte contre une liste d’immigrés illégaux qui sont passible d’expulsion.

The Guardian a rapporté que cela verra 70 millions de comptes vérifiés trimestriellement et que cela commencera en janvier.

La mise en place de cette mesure est déjà en soi assez révélatrice.

La méthode efficace aurait consisté à demander les noms des possesseurs de compte et d’effectuer la vérification contre les données gouvernementales sur les citoyens britanniques et les personnes présentes légalement : plutôt que de se limiter à une liste de personnes à expulser identifiées, cela couvrirait la totalité des personnes ayant un compte bancaire britannique sous une identité inconnue ; qu’il s’agisse d’une fausse identité ou bien d’envahisseurs étrangers (ici, on parle surtout de demandeurs d’asile qui ont fini par voir leur demande rejetée).

La méthode mise en place est beaucoup plus aléatoire.

Et puis, si mettre la pression sur l’aspect pécuniaire des choses est toujours utile ; combien de clandestins ont un compte en banque ? C’est une mesure qui paraît impressionnante, mais qui ne bouleverse en vérité pas l’ordre des choses.

Un ex-directeur de l’application des lois sur l’immigration parle d’un million de clandestins

C’était mardi 10 octobre.

The Daily Express :

David Wood, un ex-directeur de l’application [des lois sur] l’immigration au ministère de l’Intérieur a déclaré aux députés qu’il y avait “d’énormes difficultés” à traquer les tricheurs et à les renvoyer à l’étranger.

Il a aussi affirmer que le ministère de l’Intérieur avait urgemment besoin de ressources supplémentaires pour s’assurer que les frontières du pays seront renforcées après le Brexit.

Mais son admission a provoqué la fureur parmi les députés conservateurs la nuit dernière au milieu d’inquiétudes selon lesquelles les autorités échouent à contrôler l’immigration illégale.

Philip Davies, député conservateur pour Shipley, a dit :

Ce n’est pas acceptable pour des fonctionnaires de jeter leurs mains en l’air et de dire que rien ne peut être fait – ce serait équivalent à déclarer une amnistie pour l’immigration illégale.

Le gouvernement devrait arrêter les gens qui ne sont pas là légalement et les jeter hors du pays.

Je suis tout à fait d’accord. Le souci c’est que le gouvernement “conservateur” – celui du parti de Davies, justement – est au pouvoir depuis 7 ans et ce n’est pas demain qu’il va se mettre à jeter massivement hors du pays les immigrés clandestins (ne parlons pas des envahisseurs arrivées par voie légale).

Ce parti attire des électeurs en leur faisant miroiter des solutions qui n’arrivent jamais, même s’il y a sans doute quelques députés honnêtes qui voudraient vraiment qu’elles arrivent. On a des choses comme les vérifications sur les comptes bancaires jetées en pâture à la foule, mais pas de transformation en profondeur.

[…]
Et Nigel Mills, un confrère Tory qui représente Amber Valley, a dit :

Je suis sûr que mes électeurs seraient horrifiés d’entendre que tant de gens entrent ici illégalement et semblent pouvoir vivre, travailler et louer des maisons ici quand nous sommes supposés avoir des règles les empêchant de faire cela.
[…]
Cela ne peut pas être négligé comme si il était trop difficile de faire quoi que ce soit à ce propos parce que cela mènerait au chaos et serait une incitation à violer les règles.

[…]
M. Wood a parlé lors d’une audience du comité de la chambre des députés aux Affaires Étrangères, à Westminster hier.

Il a dit :

Il y a probablement plus d’un million d’étrangers ici illégalement en ce moment. C’est un grand nombre, donc personne ne pourrait jamais vraiment les expulser, vraiment.

Mais ce qu’il doit y avoir, c’est une conséquence, il faut que l’on voit qu’il y a un risque que si vous ne respectez pas les règles de l’immigration, et que vous restez trop longtemps ou commettez des crimes, il y a une conséquence et un vrai risque d’être expulsé.

Donc, selon ce type, les étrangers criminels en situation légale, il faudrait les garder ; et les étrangers en situation illégale, il ne faudrait les expulser que s’ils commettent des crimes supplémentaires !

Et c’est ce type qui était chargé de faire appliquer les lois sur l’immigration.

On comprend mieux pourquoi c’est aussi inefficace !

Des statisticiens officiels ont dit qu’il est impossible de quantifier précisément le nombre de personnes dans le pays illégalement.

Dans une estimation il y a douze ans, une évaluation du ministère de l’Intérieur plaçait le nombre total d’immigrés illégaux vivant au Royaume-Uni en 2001 à 430.000.

Et un rapport publié plus tôt cette année par le groupe de réflexion sur les politiques sociales Civitas suggérait que l’immigration illégale serait à un niveau d’au moins 150.000 personnes par an.

Ce total inclut de nouveaux arrivants qui restent dans le pays au-delà de la période autorisée par leurs visas, ou après que des demandes d’asiles sont rejetées, ou des gens qui sont arrivées sans droit légal dès le début.

150.000 personnes par an : ça fait beaucoup, et ce ne sont pas les quelques milliers d’expulsions effectuées par le gouvernement britannique qui sont à la hauteur.

[…]
Le comité examine la capacité du système d’immigration à faire face aux défis posés par le Brexit.

En bref, il s’agit essentiellement de recenser les citoyens de l’UE présent dans le pays et de leur fournir un statut légal.

Dans l’audience de Wood, on apprend aussi que grâce à la “bureaucratie” pour recruter des fonctionnaires, il y aurait un délai important entre la volonté de recrutement et des effets sur le terrain.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur avait affirmé que c’est “plus difficile que jamais pour ceux sans droit de rester au Royaume-Uni” – cela dépend de la sorte de colons ; pour un blanc parlant bien anglais, peut-être ; pour un colon extra-européen qui aurait été repéré très facilement comme étranger, seul non-blanc à des lieues, c’est tout sauf le cas. Incidemment, c’est la présence de la deuxième catégorie qui est de loin la plus gênante.

Le porte-parole a aussi dit qu’il y a “pas d’estimations officiels” du nombre de clandestins et que son ministère ne reconnaît pas ce chiffre.

Amber Rudd, ministre de l’Intérieur, dit qu’elle n’a aucune idée du nombre de clandestins

Il y a quelques jours, Rudd a donc été interrogée à ce sujet.

The Daily Mirror :

Il “pourrait” y avoir plus d’un million d’immigrés illégaux en Grande-Bretagne, a admis le ministre de l’Intérieur.

Amber Rudd a admis qu’elle ne savait tout simplement pas combien de personnes sont au Royaume-Uni contre la loi.
[…]
Interrogée pour savoir si l’estimation [de Wood] d’un million était un “jugement raisonnable”, Mme Rudd a dit :

Cela pourrait l’être.

Mais nous devons en rester aux faits, et il n’y a pas de faits pour soutenir cela, à moins qu’il vous en ait donné que je ne connaît pas.

Interrogée pour confirmer qu’elle ne pouvait pas contester le chiffre parce qu’elle ne sait pas, Mme Rudd a répondu :

Je pense que c’est correct, oui.

Le député Tory Christopher Chope a dit avec colère :

Donc il pourrait bien avoir raison !

Rudd a répondu :

Ou tort !

Que fait donc son ministère ?

Nier le problème parce qu’on se refuse à l’évaluer sérieusement, voilà une attitude révélatrice.

Amber Rudd est intéressée à aller arrêter des nationalistes britanniques en les traitant de terroristes ; mais empêcher la présence massive d’immigrés clandestins, cela ne la passionne pas !

Et c’est ce manque de volonté, qui se traduit par un manque de moyens et une application inefficace des moyens existants, qui conduit à l’accumulation d’envahisseurs supplémentaires.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz