Un chicano auquel les services sociaux texans avaient confié au fil des années 180 filles en abusait sexuellement

C’est la richesse culturelle !

Allons, franchement, en voyant la tête du personnage, ne lui accorderiez-vous pas une confiance illimitée ?

People :

Un homme de 58 ans qui était par le passé un parent d’accueil sous licence est derrière les barreaux cette semaine au Texas, où il est accusé d’avoir agressé sexuellement cinq enfants ayant vécu sous sa garde entre 2005 et 2010, confirme People.

Miguel Briseno avait hébergé plus de 180 jeunes filles comme parent d’accueil avant que l’État ne révoque sa licence il y a sept ans, selon un porte-parole du bureau du shérif du comté de Bexar.

Peut-être n’a-t-il pas abusé la totalité des 180, mais enfin soyons sérieux : s’il n’hésitait pas à en violer une, il n’a du gère hésiter pour les autres. Et il a du faire certains efforts pour s’en voir confier autant, les abus étaient très probablement prémédités.

Le porte-parole a dit à People que les autorités dans deux comtés du Texas croient fermement qu’il y a davantage de victimes.

C’est une certitude.

Parmi les jeunes filles qui lui étaient confiées, on trouvait sans doute une nette majorité de non-blanches pour lesquelles je n’ai guère de sympathie (le comté de Bexar, où se trouve San Antonio, est à majorité non-blanche) ; mais sur les 180 il y avait aussi certainement des blanches qui, déjà dans une situation familiale troublée pour être confiées à une famille d’accueil, ont pu finir violées par cet être dégoûtant.

Ce sont des victimes de la xénolâtrie.

[…]
Les autorités ont confirmé qu’une entreprise tierce non identifiée a été embauchée par les Services de Protection de l’Enfance pour placer les filles dans la maison de Briseno.

Sacrée “protection” ! C’est la mode ailleurs dans le monde blanc aussi : on diabolise les familles blanches fonctionnelles, on menace d’enlever leurs enfants aux parents pro-blancs ou à ceux refusant d’autres formes de lavage de cerveau destructeur ; et à la fin on va les confier à n’importe qui, par exemple une famille d’accueil islamiste.

[…]
Parlant au San Antonio Express-News cette semaine, Randy Brown, shérif du comté de Medina, a dit qu’il était consterné par la série de décisions qui ont menées aux abus supposés.
[…]
“Je suis exaspéré par ce système tout entier”, a-t-il dit. “Je suis furieux contre l’entreprise qui a placé ces filles. C’était un accord visant à gagner de l’argent, la façon dont ils faisaient passer ces filles comme si elles étaient du bétail. Il ne s’agissait pas de faire un meilleur monde pour elles. Ils en tiraient un profit.”
[…]
Des enfants ont continués à être placés avec Briseno après que sa licence a été révoquée, bien que les autorités ne sont pas sûres de comment.

Les joies de l’anarcho-tyrannie multiraciale !

Il est à noter que l’article, diffusé par Yahoo News, parle d’un “texan”. S’il avait fait une grande découverte scientifique, ils parleraient d’un “mexicain-américain” : une forme de manipulation subtile mais constante.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Un chicano auquel les services sociaux texans avaient confié au fil des années 180 filles en abusait sexuellement"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Earl Turner 31
24 octobre 2017 22 h 51 min

Et en plus il semble qu’il n’y ait que des filles qui lui ont été confiées…
Tout ça pour l’argent, typiquement américain.

25 octobre 2017 23 h 16 min

Nous ne devons confier des enfants qu’à des Blancs sains. Tant que cela ne sera pas appliqué de telles ignominies continueront.

wpDiscuz