Le Royaume-Uni vers des congés maternités pour les députés

Une des principales difficultés avec le pouvoir, c’est que les personnes qui sont le plus intéressées par lui sont rarement celles qui en feraient le meilleur usage.

Le régime parlementariste métisseur, loin de chercher à combattre cette tendance néfaste, l’accroît au contraire. Ce sont ceux dénués de tout scrupules qui ont le plus de chance de se hisser au sommet.

Ses députés, qui tendent à voter en bloc selon les consignes de parti, sont donc des êtres qui, pires qu’inutiles, sont nuisibles. Aussi, les envoyer quelques temps en congé n’aggraverait pas vraiment la situation du pays.

Les propositions commentées dans la suite de cet article constituent donc moins un danger notable que le reflet d’une situation de décadence profonde. De même, puisque l’utilité du travail d’un haut cadre politique est présupposée par tout système politique lui confiant un rôle, certaines de mes remarques doivent se comprendre dans ce contexte.

The Times :

L’Angleterre a été décrit comme la “mère des parlements” par le politicien libéral du 19ème siècle John Bright, mais Le parlement n’a jamais été un bon endroit où travailler pour les mères (ou de fait les pères). Il n’est pas facile pour les parents de jongler entre les votes tard dans la nuit, les charges de travail intrusives, et le futur imprévisible ; et les jours de sport, les pièces de l’école et les histoires avant de dormir. Maintenant, cependant, les députés pourraient recevoir des “congés bébés” pour la première fois dans le cadre d’une poussée pour rendre la chambre des députés plus compatible avec la famille. Les autorités parlementaires sont proches d’approuver un plan qui permettrait aux politiciens de prendre six mois de congés entièrement payés quand un enfant est né. Les traditionalistes vont couiner que ces nouveaux parents politiques abandonnent leur devoir constitutionnel, mais c’est un changement qui n’a que trop tardé qui amène Westminster dans le monde moderne..

L’approche “traditionaliste” consiste à dire que parce qu’une chose est pratiquée depuis longtemps, elle est bonne et ne doit pas être changée. C’est clairement une approche erronée.

L’approche “moderniste” consiste à dire que parce qu’une chose est pratiquée depuis longtemps, elle est mauvaise et doit être changée. C’est une approche plus stupide encore, puisqu’au moins l’approche conservatrice perpétue quelque chose de connu et qui a du n’être pas trop mauvais pour persister ; tandis que l’approche “progressiste” remplace cela par tout et n’importe quoi, souvent par pire.

La journaliste du Times cherche d’emblée à présenter la position adverse comme désuète et la sienne comme “à la mode”.

Plutôt que de prendre pour prémisse que, demandant un énorme engagement, un rôle politique majeur censé servir le pays est incompatible avec cet autre énorme engagement consistant à s’occuper d’un jeune enfant (ce qui suffit à rendre l’idée d’une femme fertile occupant un tel rôle inepte), les égalitaristes prennent pour prémisse que n’importe qui doit pouvoir occuper un tel rôle tout en menant la vie qui lui plaît !

La journaliste du Times présente le projet en passe d’être adopté au parlement anglais : promu par une série de femmes ; il prévoit la possibilité de transférer pour la durée du congé son vote à un autre député (n’est-ce pas un aveu du peu d’importance d’avoir toutes ces personnes pour voter les lois ? En vérité, 600 personnes ne votent pas plus sagement que 10 – et plutôt moins, entraînées par les logiques de groupe et de foule) ; il prévoit aussi de payer sur fond publics une personne pour les représenter dans leur constitution.

Une des promotrices du projet argue que six mois ce n’est pas beaucoup – j’ai envie de répondre que de confier son bébé à des étrangers aussi vite est criminel ; quoique c’est aujourd’hui très courant ; et que six mois c’est déjà bien plus que zéro.

La journaliste cite les exemples du Danemark et de la France pour soutenir cette proposition inepte, tout en répétant l’idée lancinante de l’équilibre personnel des députés.

Il n’y a pas besoin d’être une lumière pour réaliser que cette conception où la charge doit se plier à l’individu plutôt que l’individu à la charge mène au désastre.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Le Royaume-Uni vers des congés maternités pour les députés"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Ali_Sourate
20 octobre 2017 22 h 11 min

J’imagine bien toutes les députées paki et caffre, arrivées là par la grâce de l’affirmative action ou le vote des “minoritaires”, être en congés à l’année, occupées à chier plus d’envahisseurs.

le Franc
21 octobre 2017 9 h 06 min

plus ça se métisse plus ça fait dans le social prélevé sur l’économie Blanche ; dans Notre Histoire, les dirigeants n’ont jamais été aussi cool avec leurs “propres Peuples” que depuis qu’ils se sont mis dans la tête qu’avec les peuples des autres ils seront beaucoup plus humains qu’avec ce putain de peuple originel dont la quantité ne suffit plus, d’après ce qui a été prédit, à remplir les comptes aux bahamas

wpDiscuz