Massacre anti-blanc à Las Vegas par un blanc métisseur : une soixantaine de morts ; revendication de l’État Islamique et dénégations médiatiques

Si d’habitude Blanche Europe couvre assez rapidement les grands attentats, il aura fallu un peu plus de temps pour celui-ci ; du fait d’une abondance d’évènements à couvrir. Mais ce délai, en même temps, permet une vision beaucoup plus claire d’évènements initialement confus.

L’effroyable tuerie : une foule assistant à un concert arrosée de balles

AFP :

Quelque 22.000 personnes étaient rassemblées pour un concert à ciel ouvert de Jason Aldean, dans le cadre d’un festival de musique country, quand des tirs d’arme automatique ont éclaté vers 22h08 heure locale (05h08 GMT).

Le tireur a fait feu depuis sa chambre d’hôtel au 32e étage du Mandalay Bay, un établissement qui surplombe l’esplanade où le concert avait lieu. Il était seul et surarmé, selon la police. Plus de dix fusils ont été retrouvés dans sa chambre.

Robert Hayes, un pompier de Los Angeles qui assistait au concert, a décrit sur Fox News une “scène de guerre”. La densité de la foule offrait selon lui une cible facile. “C’était comme abattre une vache dans un couloir.”
[…]
Au moins 58 personnes ont été tuées et 515 ont été transportées à l’hôpital, selon le dernier bilan de la police de Las Vegas. Les autorités ont lancé un appel aux dons de sang.

Cette fusillade à Las Vegas est déjà la plus meurtrière dans l’histoire moderne aux Etats-Unis. Même si le bilan n’est pas encore définitif, il dépasse déjà celui de la fusillade dans une discothèque d’Orlando, en juin 2016, qui avait fait 49 morts.

En plus du nombre de morts ; e nombre de blessés, pour un bon nombre d’entre eux graves puisqu’il s’agissait de blessures par balle, est par ailleurs tout à la fois impressionnant et terrifiant.

Les vidéos du massacre sont effroyables. Au total, c’est pendant une dizaine de minutes que les craquements caractéristiques de tirs d’arme à feu ont retenti à Las Vegas ; avec des fréquences souvent très élevées indiquant des tirs d’armes automatiques.

Si vous avez regardé les vidéos, cela ne peut pas vous laisser indifférent. Si une rage sourde emplit votre coeur, c’est normal.

La cible : un concert de country, un évènement implicitement blanc

On l’a vu plus haut, la cible était un concert de country. Ceci, loin d’être innocent, est au contraire un fait majeur.

La musique country est un style de musique qui attire une quantité très disproportionnée de blancs parmi ses amateurs. D’ailleurs, ce genre a émergé dans les années 1920 dans le Sud à une époque où le gouffre racial était béant.

L’auteur de l’attentat ne pouvait pas ignorer que la foule d’un tel concert serait essentiellement composée de blancs.

Les États-Unis sont un pays qui n’est plus homogène racialement : à 90% blanc jusqu’à la fin des années 1960, il est aujourd’hui à moins de 60% blanc. La ville de Las Vegas n’est pas très différente : lors du dernier recensement en 2010, la population y était à moins de 50% blanche. Vu les tendances démographiques (la ville était à 72% blanche en 1990), elle est probablement aujourd’hui à moins de 40% blanche. Ce que ne reflète pas du tout la liste des victimes.

Victimes du massacre de Las Vegas
Environ 90% des personnes massacrées étaient blanches. La plupart semblent avoir été de bonnes personnes dont la perte est regrettable.

Même en supposant que les touristes venant à Las Vegas, et qui constituaient une partie de la foule, ont une proportion de blancs plus élevée ; si le tueur avait ciblé un évènement au hasard, il aurait du y avoir une proportion de non-blancs beaucoup plus élevée parmi les victimes. Tout indique un choix anti-blanc délibéré.

La police prétend ignorer le mobile, de même que les médias, mais ce constat ne laisse que deux possibilités réalistes : un gauchiste fanatique ou bien un converti à l’islam (rappelons que l’an dernier Al-Qaïda recommandait aux djihadistes de cibler les Blancs et « d’éviter de cibler des endroits et foules où les minorités se trouvent en général aux États-Unis »).

Le tueur : un blanc traître à sa race

AFP :

Perché dans un étage élevé d’un hôtel adjacent, surarmé, le tireur était un Américain blanc de 64 ans, Stephen Craig Paddock. Il s’est suicidé avant que les policiers ne l’atteignent.
[…]
Stephen Paddock s’était installé au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, massif établissement qui offrait une vue dégagée sur le festival de musique country “Route 91 Harvest”.
[…]
Stephen Paddock, 64 ans, habitait la ville de Mesquite, 18.000 habitants, située à quelque 120 kilomètres de Las Vegas, toujours dans le Nevada.

Il était arrivé au Mandalay Bay le 28 septembre et y a apporté lui-même les armes, a déclaré le shérif, sans que le personnel de l’hôtel n’ait rien remarqué. A l’aide d’un outil comme un marteau, il a brisé les vitres de la chambre pour pouvoir mieux tirer.

Le shérif a déclaré que l’homme s’est suicidé avant que les unités d’intervention de la police ne pénètrent de force dans sa chambre. Plus de 10 fusils y ont été retrouvés.

Image authentique de l'intérieur de la chambre d'hôtel
Image authentique de l’intérieur de la chambre d’hôtel. Le contenu de la note visible sur le chevet n’a pas été divulgué.

AFP :

Comptable et gérant d’appartements à la retraite, Stephen Paddock était un habitué des hôtels-casinos où il pariait des sommes très importantes et où il pouvait vivre pendant des mois, selon son frère Eric.

Etrange et reclus, d’après ses voisins, il était devenu millionnaire grâce à des investissements immobiliers, a dit son frère. Il a vécu en Californie, au Texas et en Floride avant de s’installer dans le Nevada il y a deux ans.

Inconnu des services de police, il a accumulé dans la plus grande discrétion un arsenal de 47 fusils et armes de poing, selon les derniers chiffres de la police, des explosifs et des milliers de munitions. Pour les enquêteurs, il était un “loup solitaire”.

Comme à l’occasion de chaque tuerie de masse, divers discours apparaissent pour remettre en cause la version des faits telle qu’elle est présentée. Par exemple, certains doutent qu’il y a eu un seul tireur, ou qu’un vieil homme ait eu la force physique de tirer avec des armes automatiques pendant plusieurs minutes. L’absence de passé criminel du tueur allégué, Stephen Paddock, a aussi semé le doute ; tandis que la méticuleuse préparation du massacre a soulevé des questions supplémentaires.

N’ayant pas mené l’enquête en personne, je ne peux pas certifier. Cependant, les éléments disponibles que j’ai pu examiner ne paraissent contenir aucune contradiction formelle avec la thèse de Paddock tueur. Par exemple, les sons des vidéos de la tuerie concordent bien avec un tireur unique. De même, un vieux riche retraité avait tout son temps pour s’équiper en armes et s’entraîner à les utiliser, sans forcément que ses proches soient tous au courant.

Cela nous ramène à la question du mobile. Les anti-blancs affirment qu’il est “mystérieux”, mais il n’y a aucune bonne réponse pour eux. Un massacre anti-blanc délibéré n’a pas mille causes possibles ; c’est soit de l’extrémisme gauchiste soit un acte djihadiste.

Un élément vient renforcer cette dernière thèse.

AFP :

La compagne du tireur de Las Vegas Stephen Paddock est une Australienne partie vivre aux Etats-unis voici 20 ans pour travailler dans les casinos, a confirmé mardi le gouvernement australien, la presse rapportant qu’elle était grand-mère.

“Australienne” comme je suis égyptienne… Voici sa photographie :

Marilou Danley
La compagne du tueur

Avant d’être traître en massacrant des dizaines de blancs, Paddock l’était en s’accouplant avec cette chose.

AFP :

La petite amie du tueur de Las Vegas Stephen Paddock, de retour mercredi aux Etats-Unis, était entendue par le FBI pour tenter d’éclaircir le mobile du carnage qui a fait 58 morts et plus de 500 blessés, la fusillade la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis.
[…]
La petite amie du tueur, Marilou Danley, 62 ans, dont l’avion en provenance des Philippines s’est posé à Los Angeles mardi soir, est considérée par le FBI comme un “témoin d’intérêt pour l’enquête” et demeure libre d’aller et venir, ont souligné les médias américains.

Elle se trouvait aux Philippines lorsque Stephen Paddock a ouvert le feu dimanche soir à Las Vegas depuis une chambre d’hôtel dont il avait brisé les vitres sur une foule assistant à un concert en contrebas, puis s’est suicidé avant l’arrivée des policiers.

Les autorités philippines enquêtent sur un virement de 100.000 dollars qu’elle y aurait reçu de la part du tueur. Selon la chaîne américaine NBC News citant des sources policières, il a viré cette somme sur un compte aux Philippines la semaine précédant son crime.

Andrew Anglin, qui a vécu un moment aux Philippines, a noté :

Les Philippines sont à plus de 10% musulmanes et Marilou Danley a un visage méridional/de Mindanao [ndt : où vivent les musulmans philippins]. Ils ne vont pas diffuser son nom de jeune fille.

Par ailleurs, un site indonésien (id) affirme ainsi qu’elle serait d’ascendance indonésienne – tout comme d’autres sources comme The Sun.

À partir des faits que l’on connaît, il ne paraîtrait pas invraisemblable que, par exemple, Paddock se soit converti à l’islam sous l’influence de sa compagne non-blanche ; puis que le zèle du converti ait fini par l’emmener jusqu’au djihadisme anti-blanc.

Autre fait intéressant concernant le tueur : son père était un célèbre braqueur de banques. La pulsion criminelle de son père a certainement en partie été transmise à son fils et a du jouer dans le processus psychologique ayant mené au massacre. L’ARME permettrait de résoudre durablement ce facteur causal.

La revendication : l’État Islamique revendique, FBI et médias nient tout rapport

RT :

Daesh a revendiqué l’attaque meurtrière de Las Vegas. […] Dans un communiqué diffusé par son agence de propagande, rapporté par l’organisation de surveille des réseaux djihadistes SITE et cité par les agences de presse Reuters et AFP, le groupe terroriste qualifie le tireur présumé Stephen Paddock de « soldat » de l’Etat islamique.

Dans un deuxième message, l’Etat islamique assure que l’assaillant s’était converti à l’islam il y a plusieurs mois.

D’après l’agence Reuters, un responsable du FBI a déclaré qu’il n’y avait «aucune connection» entre Stephen Paddock et Daesh. La CIA a déclaré pour sa part étudier la revendication, mais se montre prudente et se refuse à conclure.

Moins d’une journée après l’attaque, le FBI niait tout lien avec l’État Islamique ? Comment pouvaient-ils en être certains aussi rapidement ? Une absence de lien est généralement bien plus difficile à prouver que l’existence d’un lien. En fait, c’est plus difficile à prouver que la sorte de lien le plus difficile à prouver, puisqu’il faut prouver pour chaque sorte de lien possible qu’il n’existait pas.

La conclusion est limpide : en dépit des vives dénégations du FBI, reprises par les (((médias))) niant tout lien possible avec l’organisation islamiste ; cela ne peut pas s’appuyer sur des éléments de preuve matériels.

Il s’agit donc d’une manoeuvre politique. L’impact médiatique principal d’une attaque terroriste se produit dans les jours suivant immédiatement l’attaque. Si au lieu d’un terroriste islamiste, les médias peuvent pendant cette période parler d’un méchant blanc, cela arrange énormément leur propagande ; tandis qu’ils évitent de parler du clair caractère anti-blanc de l’attaque.

Auparavant, deux hauts responsables américains avaient également confié qu’il n’y avait aucun élément permettant de relier le tireur à l’organisation terroriste.

Aucun élément en leur connaissance ne veut pas dire “aucun élément”.

D’après l’une de ces sources, également avancée par Reuters, il se pourrait que l’assaillant ait eu des problèmes psychologiques dans le passé.

C’est lancé comme ça. Un peu de temps s’est désormais écoulé depuis l’attaque et aucun élément concret n’est venu étayer cette allégation.

Par ailleurs l’empressement des médias (((aux ordres))) à nier tout rapport avec l’État Islamique est tel qu’il est d’autant plus douteux.

Voyez la dépêche qui suit.

AFP :

Le groupe État islamique a longtemps eu la réputation de ne revendiquer que des attentats qu’il avait organisés ou inspirés. Mais au cours des derniers mois, en déroute sur le terrain, sa fiabilité est mise en doute, assurent officiels et experts.

L’affirmation de l’EI selon laquelle le tireur de Las Vegas Stephen Paddock, riche comptable à la retraite habitué des casinos, était en fait “Abou Abdelberr l’Américain”, “soldat du califat” récemment converti à l’islam en mission vengeresse a été accueillie avec scepticisme par les enquêteurs et les services spécialisés.

Le FBI s’est empressé de publier un communiqué dans lequel il déclarait n’avoir établi “aucun lien à ce stade” entre le tueur du Mandalay Bay “et un groupe terroriste international”.

“Aujourd’hui Daech (acronyme en arabe de l’EI) a tendance à revendiquer tous les attentats, parce qu’ils se sont réduits militairement et donc il faut qu’ils continuent à avoir une affirmation dans l’espace médiatique”, a déclaré mardi matin le ministre français de l’Intérieur Gérard Colomb. “Donc pour eux tout est bon à revendiquer”.

La procédure d’authentification d’une attaque ou d’une tentative, même déjouée ou avortée, a longtemps été immuable: avant de passer à l’action, voire pendant l’attentat si c’était possible, le jihadiste devait faire allégeance au chef du groupe, le “calife” autoproclamé Abou Bakr-al-Bagdadi et revendiquer son action au nom du jihad.

A défaut, laisser en évidence, à son domicile ou dans sa voiture, un drapeau noir de l’EI peut suffire. Un enregistrement audio ou vidéo peut être enregistré, mis en ligne ou envoyé à un correspondant chargé de le publier.

Avec l’attentat de Nice en juillet 2016, au cours duquel 86 personnes ont été tuées par un Tunisien de 31 ans fonçant dans la foule avec un camion, apparaissent les premiers doutes. L’EI s’est empressé de revendiquer l’attaque, qui a eu un effroyable retentissement, mais depuis rien n’a permis de relier Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le conducteur du poids lourd, à l’EI ou à la mouvance jihadiste.

“Ce massacre ne relevait pas du jihadisme, l’auteur avait des problèmes mentaux énormes” affirme à l’AFP Farhad Khosrokhavar, de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Maintenant, on nous raconte que l’attentat de Nice n’était pas un acte terroriste djihadiste mais la conséquence de problèmes mentaux !

Voilà les invraisemblables énormités que la presse aux ordres est prête à sortir !

Du coup, quand les mêmes personnes affirmant que l’attentat de Nice n’était pas djihadiste affirment que le massacre de Las Vegas n’était pas djihadiste, je me permets d’avoir des doutes…

Conclusion

Si la thèse djihadiste est rejetée par le FBI et les médias, elle demeure pour l’heure la plus crédible.

Les médias américains ont beaucoup insisté sur le fait que le tueur était blanc, puisque les non-blancs commettent des meurtres en forte disproportion de leur part dans la population ; mais l’attaque était clairement destinée à tuer un maximum de blancs, et plutôt des blancs conservateurs, un fait qui les gêne beaucoup.

Le massacre de dizaines de nos congénères est un acte effroyable, et c’est de notre devoir d’agir pour qu’à l’avenir plus personne n’inflige quoi que ce soit de comparables aux nôtres.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

37 Commentaires sur "Massacre anti-blanc à Las Vegas par un blanc métisseur : une soixantaine de morts ; revendication de l’État Islamique et dénégations médiatiques"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
manu
5 octobre 2017 22 h 42 min

Erreur ils n’y avait aucun fusil dans la chambre d’hotel ,il n’y avait que des carabines 🙂

Kolovrat
5 octobre 2017 22 h 45 min

Le tueur aurait été vu dans un rassemblement anti-trump.
https://www.youtube.com/watch?v=xCSKGqAvDw8

Les antifas ont aussi revendiqué l’attaque.

Ni oubli, ni pardon.

Kevin le boss
6 octobre 2017 1 h 37 min

Je ne serais pas capable de l’identifier formellement, mais si c’est bien lui dans cette vidéo, son cas ferait penser au type qui a tiré sur des sénateurs républicains jouant au baseball à Washington. Malheureusement Paddock a été terriblement efficace, lui.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/14/2593764-fusillade-pres-de-washington-des-blesses-dont-un-elu.html

PierreAntoineCostaud
6 octobre 2017 22 h 05 min

Alex Jones a dit que de la “littérature” antifa aurait été trouvé dans sa chambre d’Hôtel…

Chadechire
5 octobre 2017 23 h 04 min

Il est évident que c’est un acte raciste anti-blanc et il n’est pas difficile de réaliser que c’est le youtre immonde qui est encore le commanditaire de cet acte odieux ciblé. Le tireur est clairement une des victimes d’un programme de type MKUltra (programmation du cerveau suite à des chocs émotionnels provoqués pendant l’enfance). La personne vit une existence parfaitement normale jusqu’à ce qu’on vienne la « réveiller » pour la faire basculer dans un état second voulu dès l’origine de la programmation mentale. Il y aurait des milliers de tireurs pré-programmés pour des meurtres de masse aux Etats-Unis. Nous ne sommes qu’au début des massacres… Les amateurs de musiques « Country » sont essentiellement des Blancs majoritairement favorables à la libre circulation des armes. Il est intéressant de comprendre les cris d’orfraie des corporations youpines contre cette liberté accordée aux américains et de surcroît aux Blancs pour faire obstacle à une éventuelle révolte des patriotes Blancs. Le juif, par cette démonstration, veut marquer les esprits que la libre circulation des armes est dramatique pour la sécurité des personnes afin de faire pression sur Donald Trump pour qu’il prohibe les ventes d’armes sur tout le territoire US. Autre précision, Daesh est totalement manipulé par les hébreux.

WhiteFeeling
5 octobre 2017 23 h 16 min

Les motivations de Stephen Paddock sont actuellement inconnues, officiellement, et la revendication de ce massacre par l’Etat Islamique a de quoi nous laisser perplexes. Lors d’action meurtrière de cette ampleur, l’EI diffuse une courte vidéo où l’on voit le ou les protagoniste(s) faire allégeance à l’EI et déclarer le plein consentement au martyr. Pour le moment, rien de tout cela. De plus, je ne vois pas pourquoi le gouvernement de Trump ne saisirait pas cette opportunité médiatique pour renforcer auprès de l’opinion publique Américaine leurs positions à l’égard de l’Islam et justifier leurs actions au Moyen-Orient. Mais peut-être qu’il y a des intérêts stratégiques qui m’échappent et expliqueraient le désavantage qu’il y aurait pour Trump à reconnaitre cet événement comme étant un attentat islamique.

WhiteFeeling
5 octobre 2017 23 h 40 min

Voici une info nous révélant que Facebook vient de mettre en place un nouveau dispositif pour lutter contre les Fake News. On y apprend également que ce dimanche dernier, Facebook, Twitter et Google ont volontairement favorisé la diffusion d’un article donnant de fausses informations sur l’auteur de la fusillade de Las Vegas.

https://www.romandie.com/news/Fake-news-Facebook-veut-aider-a-identifier-l-origine-des-infos/850079.rom

wpDiscuz