Israël : un test génétique en voie d’être validé pour établir la judaïté

Le judaïsme n’est pas une race au sens scientifique du terme, mais ça n’est pas non plus une simple religion comme la diaspora infiltrant le monde blanc aime à le présenter pour tromper la méfiance des populations parasitées (le “premier et suprême mensonge” des Juifs selon un fameux penseur). On n’a pas la même attitude envers quelqu’un qui dit juste avoir des croyances différentes et quelqu’un qui se déclare ouvertement étranger.

Une des preuves les plus évidentes du fait que le judaïsme n’est pas une simple religion est l’abondance de ces “juifs athéistes” : les notions de “chrétien athéiste” ou de “musulman athéiste” sont totalement contradictoires, et personne ne revendique de telles identités ; mais les “juifs athéistes” sont de nos jours très nombreux. Bien que ne croyant pas en leur Dieu, ils restent extrêmement attachés et liés aux autres juifs. La judaïté est en vérité une appartenance tribale, et la religion ne fut qu’un moyen de cimenter l’unité et la solidarité de cette tribu moyen-orientale.

La filiation est pour eux extrêmement importante, et est le déterminant fondamental de l’appartenance tribale. Les conversions sont rares et découragées sauf dans de rares exceptions où elles paraissent opportunes.

Jewish Press :

L’Institut Eretz Hemdah pour les Études Juives Avancées à Jérusalem a récemment publié une collection de responsa* […] qui jugent, entre autres choses, qu’il est possible de déterminer le statut juif d’un homme ou d’une femme sur la base d’un test génétique unique, a rapporté Makor Rishon vendredi. Si ce jugement devait être adopté par le rabbinat en chef d’Israël, il fournirait à beaucoup d’olim [ndt : immigrés juifs en Israël] de l’ancienne Union Soviétique un moyen valide pour prouver leur ascendance juive.

“Tester le génome mitochondrial, qui est transmis exclusivement par la lignée génétique féminine, rend possible d’identifier des personnes apparentées”, a déclaré à Makor Rishon le rabbin Yosef Carmel, le doyen rabbinique d’Eretz Hemdah. “S’il peut être prouvé qu’une personne donnée est l’enfant d’une mère juive, ses propres descendants seraient aussi reconnus comme juifs (depuis la naissance).”

Selon le rabbin Carmel, “quelques 40% des juifs askhénazes européens portent une marque génétique suggérant qu’ils sont les descendants de quatre mères qui ont immigré en Europe depuis le Moyen-Orient il y a un millénaire. Les chances sont élevées, statistiquement parlant, que quiconque capable de prouver qu’ils sont les descendants de l’une de ces quatre mères est juifs selon la halakha [ndt : la loi religieuse juive].”

Ce test ne permet pas de prouver l’absence d’ascendance juive, mais il permet de prouver son existence dans certains cas.

Le rabbin Carmel a expliqué que pour le but de valider l’ascendance juive d’un individu, une probabilité statistique est suffisante, plutôt qu’un “signe clair”. À son avis, une fois qu’un individu a été identifié comme juif avec cette méthode, il ne devrait plus avoir à passer par un processus de conversion pour devenir juif.

Le jugement pourrait reconnaître des centaines de milliers de cas dans lesquels des olims en Israël de l’ancienne URSS sont incapable de prouver leur ascendance juive et, alors même qu’ils sont éligibles à la citoyenneté israëlienne, le Rabbinat en Chef ne les reconnaît pas comme juifs pour le mariage, l’enterrement, le témoignage, et une variété d’actions supplémentaires qui nécessitent en Israël d’être juif.

Les judéolâtres et youpins manipulateurs qui nous vantent la “seule démocratie du Moyen-Orient” et cherchent à nous manipuler émotionnellement à soutenir le Youpinistan “oublient” généralement de nous rappeler que non seulement les arabes mais des centaines de milliers de demi-juifs d’URSS sont des citoyens de seconde zone, et qu’il leur est notamment interdit de se marier avec des juifs.

Les mêmes judéolâtres, qui sont généralement spécialisé dans la critique de l’islam, s’opposent cependant à peu près toujours à des mesures raciales analogues pour protéger l’intégrité génétique des Blancs !

Il faut dire que de telles mesures placeraient beaucoup de restrictions, assez analogues à celles des fameuses “lois de Nüremberg”, sur leurs youpins adorés.

[…]
Le rabbin Carmel et son collègue, le rabbin Moshe Ehrenreich, ont fait pression sur le Rabbinat en Chef pour accepter leur recherche et jugement. Ils disent que la réponse initiale du Rabbinat a été positive, mais qu’une réponse officielle doit encore être émise.

Une chose est sûre : ce n’est pas demain que les médias (((contrôlés))) rapporteront les mesures et restriction raciales pratiquées en Israël.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

7 Commentaires sur "Israël : un test génétique en voie d’être validé pour établir la judaïté"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
toto
4 octobre 2017 6 h 26 min

Dans une de ses vidéos, le rav Touitou disait que quelqu’un qui se convertissait au Judaïsme, c’était une âme juive emprisonnée dans un corps non-juif et qui revenait au bercail.

Ils se considèrent donc effectivement comme une tribu, même une conversion n’étant pas considérée comme l’apport d’un élément étranger.

Kevin le boss
4 octobre 2017 11 h 57 min

Et puis, qui sait, si au passage le test prouve que la branche éthiopienne de la tribu n’est pas valable, ils ne s’en plaindront sûrement pas…

PierreAntoineCostaud
4 octobre 2017 19 h 22 min

Cet article est intéressant mais il ne dit pas combien coûte le test génétique….si cela n’est pas trop cher et si le rabbinat en chef d’Israël offre gracieusement 10% de réduction aux lecteurs de “Blanche Europe” je suis intéressé par le test….on n’est jamais trop raciste….

Vincent
4 octobre 2017 19 h 27 min

Tu peux toujours passer un test ADN 23andme, non ?

4 octobre 2017 19 h 48 min

Tu penses bien que pour des juifs le test doit être gratuit ! Sinon on ne trouverais pas de Juifs désireux de faire le test 🙂

451
7 octobre 2017 19 h 12 min

Le site 23andme à été créé par des juifs…
La fondatrice du site est une juive dénommée Anne Wojcicki. Elle est la fille de Stanley Wojcicki, et d’Esther Hochman. Ses parents sont juifs-américains, issus d’une famille polonaise pour le père et d’une famille russe pour la mère. Elle est divorcée du juif co-fondateur de Google Sergey Brin, lui-même issu d’une famille traditionaliste juive de Russie, ses parents sont Yevgenia and Mikhail Brin.
http://ungraindesable.the-savoisien.com/public/pdf/Racialisme_pro-Blanc_et_nationalisme_israhellien_-_Partie_2.pdf
Dans ce pdf, il y a l’image du test 23andme de Daniel Conversano.

evain
4 octobre 2017 19 h 31 min

Parfait, parfait,…. on chope le listing et rafle tout le monde…

wpDiscuz