Onze personnes arrêtées en Grande-Bretagne pour “terrorisme” par lien (imaginaire) avec National Action

National Action était un groupe nationaliste britannique très radical et actif, avec une bonne esthétique, des actions percutantes et un message juste. Il avait su attirer l’attention avec son concours “Miss Hitler”. Aucun acte criminel (et a fortiori aucun acte terroriste) n’a été imputé au groupe, en dépit d’allégations qui commencent à être répétées par la (((presse menteuse))). Le prétexte utilisé lors de son interction scandaleuse fut un tweet exprimant un soutien à Thomas Mair, qui avait tué Jo Cox, député immigrationniste.

Oui, le dossier du “terrorisme” contre National Action était si creux qu’un petit tweet en était l’élément le plus conséquent.

Suite à cette décision inique, cependant, le groupe avait décidé de se dissoudre, car l’appartenance à un groupe banni aurait offert aux autorités des prétextes légaux faciles de condamnation.

L’organisation ne possédait pas de structure formelle ni de formalité quelconque autour de l’appartenance au groupe ; dès lors, une fois la dissolution prononcée, et tant que les personnes anciennement associées au groupe n’en utilisent pas les symboles et ne revendiquent pas y être associées ; elles devraient être parfaitement à l’abri légalement. Cela n’a aucun sens d’affirmer, de quelque manière que ce soit, qu’il s’agit d’éléments de National Action.

L’astuce de la dissolution et de l’activité poursuivie sous un autre nom a été utilisée avec succès par des groupes islamiques au Royaume-Uni.

Cependant, ayant déjà violé toute notion de justice et d’équité lors de l’interdiction de National Action, les autorités anti-blanches n’hésitent pas à aller plus loin : plus tôt en ce mois de septembre, elles avaient arrêté quatre nationalistes pour lien prétendu avec l’organisation dissolue ; et elles viennent de remettre ça.

Pendant que les pakistanais violent les jeunes anglaises et que les bougnoules peuvent crier “Allah Akhbar”, la police s’occupe de réprimer les nationalistes qui veulent défendre les peuples britanniques.

The Daily Telegraph :

Jusqu’à onze membre meneurs suspectés d’un groupe néo-nazi interdit ont été arrêtés dans une série de raids anti-terroristes à l’aube à travers le pays.

On pense qu’un certain nombre des arrestations seraient liées à un entrepôt converti à Warrington qui servirait comme bureau principal et gymnase pour National Action. Selon le groupe militant, HOPE note hate, le bâtiment était là où des soutiens de National Action étaient entraînés pour se préparer pour une “guerre raciale” en apprenant le combat au corps à corps.

National Action n’existe plus. L’utilisation de ces locaux par de braves nationalistes n’y change rien.

Six des hommes arrêtés sont du Nord-Ouest de l’Angleterre […] alors que deux sont de la Galle du Sud, deux du West Yorkshire et un du Wiltshire. Leurs âges sont compris entre 22 et 35 ans.

Des jeunes hommes blancs actifs, motivés et efficaces : de quoi faire peur au gouvernement.

[Les] six hommes du Nord-Ouest […] ont été arrêté pour suspicion de préparation d’un acte terroriste. Ces six et les cinq autres hommes ont aussi été arrêtés pour suspicion d’appartenance à une organisation interdite.

Dans le Royaume-Uni orwellien, être un blanc qui veut défendre son peuple est un acte criminel.

Une porte-parole pour la police du Grand Manchester a déclaré : “Ces arrestation sont liées à des menaces contre des individus et non à des menaces contre des communautés.

La distinction opérée est significative. Assassiner un militant anti-blanc, c’est tout autant qualifié de terrorisme que de massacrer des civils au hasard, mais ce sont des actes d’une nature significativement différente.

Pour l’instant, aucun acte de ce genre n’a de toute façon été commis.

Mais si des militants nationalistes finissent par commettre une réelle attaque contre des journalistes menteurs ou des politiciens traîtres, ces derniers ne l’auront pas volé. Après tout, en interdisant toute résistance pacifique, comme l’était celle de National Action en dépit de son audace et de sa vigueur, quel choix laissent-ils ?

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

8 Commentaires sur "Onze personnes arrêtées en Grande-Bretagne pour “terrorisme” par lien (imaginaire) avec National Action"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Kolovrat
30 septembre 2017 16 h 00 min

National Action était un groupe nationaliste britannique très radical et actif, avec une bonne esthétique, des actions percutantes et un message juste.

Ce groupe avait aussi une propagande excellente.


Le prétexte utilisé lors de son interction scandaleuse fut un tweet exprimant un soutien à Thomas Mair, qui avait tué Jo Cox, député immigrationniste.

Face à un groupe aussi bon qui aurait fini par prendre de l’ampleur, il fallait bien que le (((gouvernement britannique))) trouve n’importe quel pretexte bidon pour l’interdire.

2 octobre 2017 20 h 19 min
2 octobre 2017 20 h 20 min

2 octobre 2017 20 h 22 min

Et hop.

2 octobre 2017 20 h 24 min

Driant
2 octobre 2017 5 h 39 min

Il faut faire attention à la manière de se structurer.

Créer un “groupe”, lui donner un nom, lui trouver un local, c’est forcément signer ses actions et attirer l’attention sur soir. On voit le résultat.

Souvenons-nous plutôt de ce que prescrivait Mao : “Les révolutions doivent baigner dans le peuple et y évoluer comme des poissons dans l’eau”. C’est effectivement le meilleur moyen de ne pas se faire repérer.

Driant
2 octobre 2017 5 h 40 min

“les révolutionnaires doivent baigner dans le peuple”. Pardon pour la faute de frappe.

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
2 octobre 2017 21 h 02 min

Dommage pour la propagande la dispersion de nos idées, il va falloir trouver un autre moyen.

wpDiscuz