À Rome, des hordes d’africains squattent des dizaines d’immeubles

Des tas d’envahisseurs africains qui squattent en toute illégalité des immeubles… Quel titre a choisi l’AFP ? “Emoi en Italie après l’évacuation violente de réfugiés à Rome” !

Les envahisseurs deviennent des “réfugiés” bien qu’ils ne fuient pas une guerre mais la simple pauvreté engendrée par la stupidité et la malhonnêteté des leurs (quoique certains aient bel et bien obtenu “l’asile”) ; l’évacuation par la police est présentée comme “violente” (forcément, quand ils résistent à la force publique celle-ci est obligée d’employer la force ; on n’a jamais vu la presse se plaindre de violence policière dirigée contre les pro-blancs) ; enfin se titre se concentre sur l’émotion des gauchistes.

AFP :

L’expulsion violente cette semaine de dizaines de réfugiés squattant un immeuble dans le centre de Rome illustre la nouvelle fermeté de l’Italie et les tensions liées à sa difficulté à intégrer les récentes vagues d’immigration.

La plupart sont arrivés d’Erythrée ou d’Ethiopie il y a 5, 10 ou 15 ans, exhibent volontiers leur permis de séjour de réfugié et les enfants parlent italien avec l’accent romain.

Plus italiens que les Italiens, vous dit-on.

Depuis quatre ans, ils étaient près de 800 à squatter un immeuble désaffecté à deux pas de la principale gare de Rome, Termini.

Le 19 août à l’aube, à la demande du fonds propriétaire de l’immeuble, des policiers leur ont donné 15 minutes pour faire leurs valises. “J’ai tout laissé derrière moi”, se désole une réfugiée érythréenne de 30 ans, sous couvert d’anonymat.

Et jeudi, la police a dégagé à coups de canon à eau et de matraques les dizaines de réfugiés restés camper sur la place, qui ont répliqué en jetant des bombonnes de gaz et des pierres.

La police a utilisé une force nécessaire et légitime dans cette affaire.

Jugez par vous-même :

Une violence “inacceptable des deux côtés”, a dénoncé le N.2 du Vatican, Mgr Pietro Parolin.

Le Vatican est contre le racisme biologique depuis à peu près toujours, mais avec les récentes 21 mesures de la papauté pour l’accueil des “migrants” il a dépassé tous ses précédents records d’activité anti-blanche. Il n’y a rien de bon à attendre de cette institution.

Les images ont d’autant plus marqué en Italie qu’une vidéo a montré un responsable de la police lancer : “Ceux-là doivent disparaître, tant pis pour eux. S’ils jettent quelque chose, cassez-leur un bras”.

Peut-être que ce policier n’était pas content de voir ses troupes bombardées de pierres ?

L’opposition de droite a applaudi cette fermeté à son goût trop tardive dans un pays marqué par des arrivées massives depuis quatre ans, tandis que de nombreux défenseurs des droits de l’Homme ont dénoncé une démarche dans la lignée de la récente campagne contre les ONG secourant les migrants au large de la Libye.

“Défenseurs des droits de l’Homme” est un terme trompeur.

La notion de “droits” magiques associés au seul fait d’exister est une stupidité, mais ces gauchistes ne la suivent même pas honnêtement.

Ils sont en faveur du génocide des Blancs puisqu’ils sont en faveur de conditions qui, si elles perduraient, rendraient ce génocide inévitables ; ils sont contre toutes les formes d’actions politiques visant à s’opposer à l’invasion migratoire ou à renvoyer les colons allogènes déjà présents dans leurs pays d’origine ; ils sont en particulier pour la répression de ce qu’ils appellent les “propos de haine” (selon leurs définitions, “Longue vie à la race blanche” serait un propos de haine tandis que “Le métissage c’est l’avenir” serait super).

En niant aux Blancs le droit d’exister indépendamment et séparément, au prétexte que n’importe qui aurait le “droit” d’aller vivre n’importe où (enfin pas les Blancs en masse dans un pays non-blanc ce serait du colonialisme), ils nous nient de fait tout “droit”.

Notons aussi l’AFP qui parle des “ONG secourant les migrants au large de la Libye”, plutôt que de noter les collusions avérées avec les passeurs et la tristesse de ces ONG face à la baisse du nombre de “migrants” démontrant que les sauver de la noyade est pour eux secondaire par rapport à leur importation en Europe.

Le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) a sommé les autorités italiennes, locales comme nationales, de “trouver une solution immédiate pour les gens qui dorment actuellement à la belle étoile et de s’assurer de mesures d’intégrations adéquates pour tous ceux qui ont droit à la protection internationale”.

L’HCNUR est très ferme quand il parle aux pays européens, beaucoup plus coulant quand il parle à des pays non-blancs.

Saviez-vous que l’HCNUR collabore avec le Kénya pour renvoyer des somaliens et avec le Pakistan pour renvoyer 3 millions d’Afghans ?

Si vous suivez l’actualité dans les seuls médias dominants anti-blancs, vous avez probablement manqué l’information parce qu’ils ont peu ou pas traité ces affaires, afin d’éviter que les Européens demandent des mesures semblables.

[…]
Dans un pays où le taux de chômage des jeunes atteint 37%, [les demandeurs d’asile] peinent à gagner leur vie.
[…]
“En Italie, on vit comme des animaux”, dénonçait un réfugié érythréen de 28 ans mercredi devant l’immeuble évacué, fulminant contre les règles européennes qui l’empêchent d’aller rejoindre des proches en Suède ou en Belgique.

Y a bon allocations en Suède ; y a pas bon allocations en Italie !

S’il est si malheureux en Italie, qu’il retourne dans son pays, personne ne le retient.

Les racistes blancs, loin de vouloir le garder pour pouvoir le tourmenter, seraient au contraire ravis de son départ !

La maire de Rome, Virginia Raggi (Mouvement 5 étoiles, populiste), élue il y a un an, a dénoncé pour sa part une situation inextricable, fruit “d’années de négligence”.

Rome compte encore une centaine de bâtiments publics ou privés occupés, souvent sous la coupe de réseaux criminels percevant des loyers au noir, et “l’absence d’une politique nationale sérieuse (…) crée seulement une guerre entre pauvres”, a-t-elle insisté.

Les Erythréens de Termini ne sont en effet pas les seuls : plusieurs centaines d’Italiens et Latino-américains expulsés en juillet d’un immeuble près des studios de Cinecittà campent dans l’entrée d’une église en face de la préfecture de Rome.

L’AFP essaye de minimiser l’aspect racial de ces affaires en nous parlant des “italiens”.

“Les pauvres d’abord”, proclame l’une de leurs banderoles. Un message qui devait être relayé lors d’une manifestation sous haute surveillance policière samedi en fin d’après-midi dans le centre de la capitale.

Comme si ça aidait les blancs pauvres d’accueillir des hordes d’envahisseurs non-blancs dont l’entretien coûte une fortune et dont la criminalité affecte directement ceux qui n’ont pas les moyens de déménager dans des quartiers épargnés !

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "À Rome, des hordes d’africains squattent des dizaines d’immeubles"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Gudridur
1 septembre 2017 15 h 54 min

Je finis aujourd’hui de connaître la race noire et suis en mesure de penser ceci : J’incline volontiers à penser que cette race ne sait que se rattacher à la force d’autrui et s’il ne se trouve personne pour supporter le faix d’une race aussi misérable, replète et nidoreuse, cette race de pithécanthropes plus proche du chimpanzé que de l’homme blanc ou jaune, crie au racisme, a la maltraitance et à l’abandon.
Se trouvera t-il quelqu’un pour désencombrer le monde de cette engeance ?

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
1 septembre 2017 19 h 46 min

Trop de sous-races en Europe ! Rien de tel que la pureté !

Theodoros
1 septembre 2017 21 h 00 min

Ces pourris qui fuient la guerre civile brutale en Erythrée y retournent fréquemment avec l’argent des allocs pour passer leurs vacances.
Sûr que bouffer du kat en attendant que la fatmah ramène le pognon c’est mieux que déclencher des émeutes parce que y a pas assez de poulet frit.
Comme les maghrébins “persécutés” par li France qui passent 3 mois par an au bled au frais du contribuable.

albert
2 septembre 2017 14 h 01 min

Il faut dire et répéter que la vie de ces macaques importe peu . Il conviendrait d’en nettoyer la planète , conservant tout au plus des exemplaires de cette vermine à l’usage des musées d’histoire naturelle ..

Si nous voulons survivre à la marée montante des sous-hommes , il nous faut opérer une véritable révolution culturelle dans tout le monde blanc .

2 septembre 2017 20 h 44 min

Il faut nettoyer nos rues de toute cette pollution. Ces rats squattent, nous amènent des virus, apportent leur enrichissement culturel composé de violence et de crasse.
Et quand la police fait ( pour une fois ) ce qu’elle devrait faire depuis longtemps, et que certains policiers excédés de leur quotidien prononcent certaines phrases qui résument leur agacement alors la presse en fait ses choux gras. Et les gauchistes pleurent et ça y est c’est parti. Tas de merdes.
Le nettoyage ne doit pas tarder, et cela va bientôt commencer. Tout le monde a son ticket d’entrée.

wpDiscuz