Londres : création d’un service de police spécialement consacré à la lutte contre la Haine

Il est utile de prêter attention à toutes les initiatives insolites et extrémistes prises en tel endroit restreint de l’Occident : elles sont un précédent qui pourra se généraliser.

BBC :

Une unité de police chargée de s’occuper des crimedehaines en ligne et de fournir un meilleur soutien à leurs victimes à Londres vient d’être lancée par le maire de la ville.

La notion de crimedehaine, en un seul mot, tiré du vocabulaire orwellien, peut prêter à rire et donner le sentiment d’une simple fiction dystopique ; il n’en est rien. Le concept anglo-saxon de “hatecrime” est très solidement défini dans le droit pénal anglo-américain, avec des peines à la clé qui ne cessent de s’alourdir, comme la création de cette unité supplémentaire en donne l’indice.

Quant au “maire de la ville”, c’est un bougnoule gauchiste récemment élu, dont l’intronisation avait symboliquement signé la subversion définitive de Londres, racialement, culturellement et électoralement.

Le Réseau des Crimedehaines en Ligne est constitué de cinq agents spécialement entraînés de la Police métropolitaine qui s’emploieront à identifier, prévenir et enquêter sur les abus en ligne.

Sadiq Khan a déclaré que les agents “travailleraient avec des experts des communautés sociales afin de développer la compréhension par la police de la haine en ligne.”

L’expression “community experts” (ou “workers“, assez souvent) se traduit mal en français en raison du refus de la rhétorique politique française de reconnaître la fragmentation communautaire qui a lieu sur le territoire. En Angleterre et en Amérique, les choses sont claires : la fragmentation raciale, ethnique et religieuse du pays est identifiée, et les “communautés” (Noirs, hindous, musulmans…) ont leurs propres organes de représentation, par quartiers, chargés de dialoguer comme partenaires reconnus et valables avec les autorités de l’État. Dans la pratique, cela consiste bien entendu à extorquer de l’argent public, à obtenir des avantages communautaires allant dans le sens de l’autonomie locale, et à marginaliser la présence britannique, officielle et officieuse, dans les zones concernées.

Ce qui s’en approcherait donc le plus en France serait un mélange d’associations antiracistes spécialisées (telles que le CRAN) et surtout des associations de quartiers, employant force “grands frères” et autres “travailleurs sociaux”, caïds métèques rémunérés, et pompes à fric inavouées notoires.

C’est le premier réseau de son espèce au Royaume-Uni, et il coûtera 1,7 million de livres sterling [ndt : près de deux millions d’euros] sur les deux ans à venir.

Il est financé par la Police métropolitaine et le Bureau du Maire de Police et du Crime, 452.000£ étant en outre contribués par le Fonds d’Innovation de la Police du Ministère de l’Intérieur.

Rien n’est trop cher pour les métèques, et pour sauver la face de l’effondrement économique avec des lois “sociales”.

Tout crimedehaine signalé à la police dans la capitale, y comprise les propos abusifs tenus sur Twitter et Facebook, seront examinés par l’unité.
[…]
L’Hôtel de Ville a indiqué que des discussions étaient en cours avec les entreprises gérantes des réseaux sociaux “pour développer les sanctions appropriés en ligne pour les propagateurs de haine en ligne.”

Un vent de Sibérie souffle sur la Bohême…

L’article se termine par la poussive approbation d’une gauchiste associative inutile, qui tirera probablement un peu de beurre de cette affaire.

Auteur: Haken

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Londres : création d’un service de police spécialement consacré à la lutte contre la Haine"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
30 août 2017 20 h 38 min

Rien que lire cette article me remplit de haine, une haine débordante est infini envers les gauchiasses, les sous-races, les collabos et la (((juivetice))), ce flot de haine en moi réveille des envies de fabrications d’abat-jours et de savonnettes….
C’est pas deux millions d’euros qu’il faut mettre pour lutter contre la haine mais (((6 millions minimum !)))

30 août 2017 22 h 35 min

Crime de haine, plus défini que ça comme terme tu meurs.
Haine envers quoi ? Envers les réveils qui sonnent le matin pour aller au boulot, haine contre les gens qui ne savent pas conduire ? Contre les tartines qui se renversent toujours du côté de la confiture ? Haine quand on perd à un jeu vidéo ?
Ah mon dieu, et personne ne dit rien.
En gros crime de haine est un fourre tout pour dire : punition pour les Blancs pas gentils.

wpDiscuz