Poutine souhaite que les entreprises de l’Internet censurent tellement que l’État n’ait plus à s’en mêler

Récemment, le censeur d’État russe a promptement banni le Daily Stormer. C’était un rappel que les lois russes en ce qui concerne “la haine” (le refus de se laisser exterminer est “haineux” selon les anti-blancs, et tout militantisme favorisant une préservation blanche serait “haineux”) sont très rudes.

Russia Today, adoptant une autre perspective pour servir les intérêts du gouvernement russe, a fréquemment sur son site des informations intéressantes qui manquent dans les médias dominants français, mais publie aussi de la propagande étatique. Hier, la version française du site a publié un article intitulé “Vladimir Poutine souhaiterait minimiser l’influence de l’Etat dans le filtrage de contenu sur le net”.

Ce titre vise à produire une perception claire chez le lecteur : Poutine gentil.

Le texte révèle une réalité inverse.

RT :

« Ce que la loi interdit doit être interdit partout, sur internet, à la télévision ou dans les autres médias », a déclaré Vladimir Poutine le 20 août au cours d’un forum en Crimée avec la jeunesse russe.

Ce qui, en principe, ne serait pas idiot… si les interdictions décrétées dans la loi étaient justifiées. On peut aussi se demander si le système législatif est assez fiable pour produire seulement des interdictions justifiées – ce n’est aujourd’hui clairement pas les cas.

Notons que Poutine parle le 20 août – après la sibérisation massive de l’Alt-Right, qu’il ne pouvait ignorer.

Affirmant qu’il fallait pour ce faire mettre en place un système de filtrage du contenu, il a estimé : « Si la société elle-même met au point un système de filtres moraux et éthiques, il serait juste de réduire, sinon d’exclure – mais ce serait mieux d’exclure – l’influence de l’Etat dans ce processus. »

“La société”, ce n’est pas l’utilisateur lambda qui peut bloquer ce qui se dit sur l’Internet. Les petites entreprises n’en ont pas le pouvoir non plus, n’en contrôlant pas de noeud essentiel.

Bref, c’est une censure menée par quelques entreprises monopolistiques. L’État peut alors jouer au gentil en n’intervenant pas – c’est ce qui se passe aujourd’hui en Amérique.

Cette déclaration intervient alors que les autorités du net russes redoublent d’effort pour lutter contre le terrorisme sur le web et d’autres médias. Elles ont notamment récemment demandé au service de messagerie cryptée Telegram, régulièrement accusé de servir de moyen de communication aux djihadistes de Daesh, de leur fournir les données des utilisateurs russes.

En juillet, le parlement russe a par ailleurs voté une loi interdisant l’utilisation en Russie des « anonymizers », services web permettant d’accéder de façon anonyme à des sites internet bloqués dans le pays.

Je crois sincèrement qu’il existe des contenus qu’il vaudrait mieux que personne ne consulte ; mais je crois aussi très sincèrement que le parlement russe a surtout envie d’étouffer toute contestation politique non approuvée et que c’est le premier effet de cette loi. Les nationalistes russes font partie des cibles prioritaires ; même si évidemment les islamistes et autres tordus sont utilisés pour “vendre” ces lois au public.

Il sera impossible en pratique d’empêcher l’utilisation de moyens de contournement de la surveillance de l’Internet ; mais il deviendra possible de traîner en justice des opposants gênants sous prétexte de ce contournement.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

9 Commentaires sur "Poutine souhaite que les entreprises de l’Internet censurent tellement que l’État n’ait plus à s’en mêler"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Ksenia
23 août 2017 14 h 11 min

Vladimir Poutine est déjà en campagne pour sa probable réélection aux présidentielles de mars 2018, et bien que les sondages lui soient très favorables, il préfère museler ses opposants.
Il est patriote mais pas nationaliste, et pour lui un bougnoule du Caucase est tout aussi russe qu’un blanc de Saint-Petersbourg…
On essaie de nous cacher que la Russie accueille aussi des hordes non-blanches ( les sites russes n’en parlent jamais ). La censure sera comme d’habitude pour les nationalistes blancs qui oseraient s’opposer à ce merveilleux vivre ensemble…

23 août 2017 15 h 24 min

Il est patriote mais pas nationaliste, et pour lui un bougnoule du Caucase est tout aussi russe qu’un blanc de Saint-Petersbourg…

Un peu comme notre extrême droite qui a son bon bougnoule ou son bon nègre…

autescousios
23 août 2017 21 h 48 min

Surtout un peu (beaucoup) comme tous les adeptes de la nationalité civique.

24 août 2017 9 h 59 min

Nationalisme civique, le piège ultime.

Orto Grafix
24 août 2017 1 h 34 min

La Russie est taraudée par le même parasite, vieux d’environ 2000 ans, présent toutefois en une version quelque peu moins sauvage que ce qu’on trouve dans le Nord de l’Europe et en Amérique.

le Franc
23 août 2017 14 h 14 min

autrement dit, poutine, “l’idiot utile” de l’aipac, (ou son véritable et conscient bras armé pour l’est européen) aurait pour mission de livrer à terme (toute la Russie) à l’envahissemet futur du pays, à sa blackisation et à son islamisation ?….(est ce un raisonnement personnel, un affaiblissement de la pensée face à la puissance des forces historiques qu’il met sur le compte du déterminisme, au soupçon qu’il serait à moitié feuj, patati patata….?) -aucune idée pour le moment.

Steph
23 août 2017 23 h 42 min

La Russie est tributaire de ce qui se passe à l’Ouest. Comment voulez-vous que Poutine légalise le racisme, alors que la presse atlantiste le dépeint depuis quinze ans comme un fasciste et l’attend au tournant ? C’est oublier tous les avantages diplomatiques de l’antiracisme dont la Russie a besoin pour trouver des partenaires. Sans parler du contexte local, multiethnique et fondamentalement anti-hitlérien. Tout cela peut évoluer dans le bon sens, si l’occident évolue.

La Russie accueille beaucoup (trop) d’ethnies des steppes, comme immigrés, mais le capitalisme signifie toujours et partout drainage de populations. Là encore, tout ça a commencé chez nous.

Quant à Internet, là encore, Poutine essaie de se départir d’une situation qu’il n’a pas créé. Il accepte le principe d’Internet, mais il remarque que la société russe pourrait avoir besoin de “filtres moraux et éthiques”, autrement dit de censure de la pornographie et de la subversion sociétale. C’est parfaitement sain, pourquoi freiner ses ambitions ?

Orto Grafix
24 août 2017 1 h 37 min

Certes, cela intervient aussi. Si Poutine doit fougueusement se jeter dans les bras des Chinois, Indiens etc (voire Sud Africains) et s’il doit adresser des clins d’oeil envers les nations tiers-mondistes du monde entier, c’est en bonne partie suite à la volonté Anglo-Américaine – ensemble avec leurs légions de valets «Européens» – de les garder hors du monde Blanc.

Orto Grafix
24 août 2017 5 h 41 min

Intéressant article sur une voire la principale dimension du nationalisme russe : sa réaction aux perpétuelles mesquineries bougnoulesques de l’Amérique.
https://rusreinfo.ru/fr/2017/08/drame-plus-de-visas-americains-pour-les-russes/#more-6409

wpDiscuz