Le mirage de l’exutoire russe : l’exemple du Daily Stormer

Sibérisé, le Daily Stormer rejeté par la Russie

Le Daily Stormer a une ligne de soutien sans réserve à Poutine, née du recours de ce chef d’État à l’usage de la force, au mépris affiché des conventions les plus choquantes du politiquement correct actuel ainsi qu’à la posture de défenseur de la vision de l’Occident qui se rapproche le plus de ce qu’un nationaliste espère.

Cette séduisante image dissimulait des traits bien moins glorieux, et la concession immédiate qu’y font bon nombre de nationalistes actuels est un motif de critique légitime par Blanche Europe, à l’égard du Stormer comme des foules qui se laissent (souvent volontairement) abuser.

Le fantasme principal qu’entretient la dissidence à l’égard de la Russie (quand ce n’est pas qu’elle fera déferler ses armées sur l’Europe pour renverser la démocratie molle et reprendre en main les nations) est que celle-ci assistera une éventuelle révolte nationaliste en Occident, ou qu’à défaut elle fournira son soutien aux résistants en fuite.

Cette pensée inepte (et lâche) doit être abandonnée.

Comment croire qu’un État qui refuse d’héberger un site Internet dissident, et ordonne sa fermeture, puisse être tolérant en situation de guerre ?

On se souvient que le Daily Stormer vient de se faire “sibériser” sur le Web américain.

Meduza (en) :

Le site néonazi américain The Daily Stormer a duré moins d’un jour dans son nouveau domaine en .ru. Quelques heures après que le site eut été mis en ligne, le registraire russe Ru-Center a supprimé le domaine après avoir reçu une “recommandation” de la Roskomnadzor, l’organisme fédéral de censure de la Russie. Relogé en /ru, le Daily Stormer n’a été accessible que quelques heures.

Le gouvernement russe a mis hors-ligne le Daily Stormer avec une “recommandation”. Un représentant de la chaîne de médias RBC, qui possède Ru-Center, a déclaré au site TJournal que le registraire avait reçu une lettre de la Roskomnadzor le soir du 16 août, dans laquelle les régulateurs demandaient à l’entreprise de déréférencer le domaine en /ru du Daily Stormer, bloquant effectivement l’accès au site à cette URL.

“Ru-Center a [au départ] enregistré le domaine selon un processus automatique. Nous effectuons des dizaines de milliers de ces inscriptions tous les jours” a déclaré à TJournal Iégor Timofeïev, de la RBC. Il affirme que la lettre de la Roskomnadzor leur “demandait” d’« étudier la possibilité de déréférencer le domaine en raison du fait que le site diffuse des contenus extrémistes.” Ru-Center a par la suite consenti à agir conformément à la recommandation de l’autorité de censure.

La Roskomnadzor a court-circuité les procédures russes ordinaires de censure pour agir à l’encontre du Daily Stormer. En Russie, les actions antiextrémistes relèvent de la compétence du procureur général, et la Roskomnadzor est seulement chargée d’appliquer ses décisions de bloquer des sites identifiés par lui comme extrémistes. Dans un entretien à TJournal le 16 août, Vadim Ampelonsky, le porte-parole de la Roskomnadzor, a révélé que ses services n’avaient reçu aucun ordre du procureur général au sujet du Daily Stormer.

[…]

Dans sa lettre à Ru-Center, l’autorité de censure russe accusait directement le Daily Stormer de diffuser l’extrémisme, mais n’ordonnait pas légalement au registraire de chasser le site. Après avoir lu la recommandation de la Roskomnadzor, Ru-Center a, techniquement, pris lui-même cette décision.

“La législation russe a établi des mesures extrêmement strictes contre l’extrémisme en ligne” a déclaré Ampelonsky à TJournal. “Le site The Daily Stormer propage l’idéologie néonazie, incite à la haine raciale et ethnique ainsi qu’à d’autres formes d’incivisme.”

Voilà le pays que l’on croit être la dernière ligne de défense de l’identité blanche de l’Europe et le refuge éventuel des nationalistes persécutés.

Quelle erreur ! Cette image-là n’est donnée par la Russie que pour s’attacher le soutien politique d’une grande partie de l’opinion publique occidentale de droite – ainsi que dans son propre électorat ; mais on ne trouvera rien derrière. D’ailleurs, Vladimir Poutine, qui règne en autocrate sur son pays, fait régulièrement enfermer ses propres dissidents “d’extrême-droite” sur des inculpations similaires.

Et le Daily Stormer, en dépit de tout le soutien qu’il a prodigué et relayé en ligne au gouvernement russe, n’a reçu aucune aide lorsque l’heure fut venue.

C’est même le contraire : le gouvernement russe a agi contre lui.

Le phénomène de l’afflux nationaliste vers l’internet russe

Meduza publiait en effet, le même jour, l’article suivant (toujours en anglais), qui relevait d’ailleurs la propension des usagers d’extrême-droite sur Internet à recourir à la Russie pour publier en paix :

L’extrême-droite américaine et européenne migre en masse sur les réseaux sociaux russes : “Il y a moins de censure ici”.

Des groupes d’extrême-droite occidentaux ont commencé à émigrer vers l’Internet russe après avoir été chassés de Facebook. Il y a déjà plus d’une centaine de groupes néonazis possédant des pages communautaires sur Vkontakte, le réseau social le plus populaire de Russie. Les membres de ces groupes sont des utilisateurs vivant en Russie, aux États-Unis, en Allemagne, en Suède et dans d’autres pays. Il y a aussi quelques dizaines de groupes haineux sur Vkontakte créés et peuplés entièrement d’étrangers. Certaines de ces pages n’ont que 30 membres, d’autres plusieurs milliers.

Un homme, qui se présente sous le nom de “Henry de Houston”, fondateur de deux groupes d’extrême-droite fondés sur Vkontakte pour les étrangers, a déclaré à Meduza que […] “Quitter Facebook en faveur de Vkontakte devient une tendance au sein de l’Alt-Right.” […] [Il ajoute] qu’il sait que la police russe a le droit d’arrêter et d’enfermer des usagers d’Internet pour avoir posté des contenus extrémistes en ligne, et il est contre. “Je suis opposé à toute forme de censure. Nous devons protéger la liberté d’expression. On ne peut pas simplement interdire aux autres d’exprimer leur point de vue.”

Les représentants de Vkontakte indiquent que le réseau n’a actuellement aucune intention de se mettre à bloquer des utilisateurs en raison de leurs vues d’extrême-droite. Evgeniy Krasnikov, le chargé de presse du site, a déclaré à Meduza que Vkontakte avait décidé de ne pas bloquer la page du Daily Stormer après que la Roskomnadzor a demandé la suppression du site. “Vkontakte ne bloque pas des groupes simplement parce que des sites au nom similaire ont été bloqués chez d’autres fournisseurs. Lorsque nous décidons de bloquer une page, nous nous concentrons tout d’abord sur la question de savoir si le groupe suit ou non nos conditions d’utilisation ainsi que les lois de la Fédération de Russie. Si le groupe en question publie des incitations à la cruauté ou à la violence, ou tout autre contenu illégal, il sera bloqué. […] Vkontakte s’oppose expressément [à de telles incitations]. Nous supprimons ce genre de contenu.”

Contrairement aux citoyens russes, les étrangers hors de Russie n’ont aucune responsabilité légale s’ils postent des contenus extrémistes ou des symboles interdits, dont les croix gammées. Damir Gaïnoutdinov, avocat au sein du groupe de défense des droits de l’homme “Agora”, a déclaré à Meduza que la police russe pouvait théoriquement faire peser des accusations d’extrémisme contre des citoyens étrangers postant des contenus extrémistes sur Vkontakte. […] “La législation russe permet à la police de poursuivre un citoyen américain [pour extrémisme en ligne], mais c’est impossible à réaliser en pratique. Publier une croix gammée est un délit, et le délai de prescription est de trois mois seulement. Et personne ne va s’embêter à s’occuper d’étrangers alors qu’il y a plus qu’assez d’extrémistes à domicile. Même avec des crimes, ça ne vaut pas le coup. Pour commencer, il est impossible de faire venir le suspect en Russie pour l’y poursuivre, alors pourquoi lancer une enquête s’il n’y aucun espoir d’attraper le coupable ? C’est basique, et en plus c’est bon pour les statistiques pénales.”

Cette – relative – tolérance rend le cas du Stormer encore plus particulier. La Russie a tout bonnement refusé de prendre le risque public d’héberger un tel site, auquel elle est en outre idéologiquement opposée.

Au-delà du rêve russe auquel il faut renoncer, ceci est un avertissement. Nous avons l’habitude d’utiliser Internet pour nous rassembler autour de nos idées dans un relatif anonymat. Or, quoique remarquablement décentralisé, Internet reste un réseau avec des infrastructures matérielles, des entreprises de traitement de plusieurs étapes de fonctionnement, des centres de gestion, et des décisionnaires. Ces entités sont capables de faire en sorte qu’un beau jour tel site, même mondialement connu, même avec des centaines de milliers de membres, soit effacé de la Toile. Le Système semble avoir entrepris cette répression : le Daily Stormer est l’exemple le plus frappant d’une action brutale, mais de nombreuses entreprises ont commencé à opérer une censure à leur échelle et de leur côté : Facebook, Google, YouTube, CloudFlare… Tout récemment, c’est Discord qui a décidé, après avoir shoatisé les principaux serveurs d’extrême-droite qui enfreignaient ses règles de bonne conduite (idéologique, faut-il le préciser), de se mettre activement en surveillance de ceux qui restent afin de parvenir, en étudiant leur fonctionnement, à fabriquer de nouvelles règles qui justifieront leur fermeture à leur tour.

Les sites Internet peuvent en être les victimes, les communications pourront l’être aussi, les utilisateurs également. Les prodiges de la technologie sont étudiés en ce sens par les grandes entreprises qui dominent le marché, toutes inféodées au politiquement correcte et qui font pratiquement toutes (((écho))).

Dans l’hypothèse où cela se produirait, il importe que les nationalistes soient en mesure de se contacter autrement, ou puissent devenir autonomes, sans quoi toutes leur indignation ne sera au final que du vent.

Auteur: Haken

Partager cet article sur

Publier un commentaire

14 Commentaires sur "Le mirage de l’exutoire russe : l’exemple du Daily Stormer"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
un passant
19 août 2017 9 h 46 min

la communication et partage de contenu par Internet ne sera jamais un souci. Avec un système décentralisé fonctionnant à la P2P , chaque ordinateur peut devenir serveur de contenu. Le seul souci deviendra la publicité et le référencement rendu impossible par les agents et nouveaux maitres du web : dans les faits, ça se traduira par l’impossibilité d’atteindre les masses incultes ; seul les engagés dans ce système de partage y auront accès..

Il auraient fallu anticiper ce paradoxe qu’étaient l’hébergement de contenu pro-blanc sur des plateformes anti-blancs.

Si vous voulez dressez un parallèle pour vous aider à comprendre ce qu’il faut faire (ou plutôt ce qu’il aurait fallut faire) , il faut regarder du côté de Google de sa volonté d’hégémonie totale. Ils sont partis d’un site web (moteur de recherche) , ils ont proposés ensuite un moteur de recherche (Chrome) , puis ensuite un OS (Chrome OS et Android) pour terminer finalement avec le matériel physique et la distribution par câbles optiques. Une fois devenu indispensable, ils ont commencer à avancer leurs pions politiques (et je m’en suis toujours douté)

Ce qui aurait du être entrepris et qui était à notre porté: utiliser linux et en proposer une distribution grand public , proposer un dérivé de Firefox avec un module P2P intégré (chouette des mp3 et mp4 gratos ! ) . Alimenter ce module d’un flux de news en RSS (comme un google news) dont nous en saurions l’origine par le choix des articles et programmer un système de référencement en interne de site non-référencé par google. Pour être plus clair, chaque utilisateur deviendrait en quelque sorte hébergeur (des morceaux éparses de site web) et les sites webs crées par n’importe qui pourraient être tous indexés par ce système propre interne au navigateur web. Je parle au passé parce que c’est quelque chose qui aurait du être entrepri il y a 15 ans.

En clair, ce que je suis en train de dire et que , comme Google, il n’est pas nécessaire d’afficher ses convictions et d’en faire une publicité directe. Offrir un service et une commodité -dont personne ne peut ensuite s’en passer- pour ensuite filtrer et sélectionner le contenu peut être beaucoup plus fructueux.

La survie de la dissidence et sa propagation de pourront se produirent qu’avec la banalisation du DeepWeb et son modèle de fonctionnement

Snapdragon
19 août 2017 13 h 28 min

Oui et ceux capable de copier le modèle de google dans quelques domaine que ce soit devraient même couper les ponts avec les ns affin de pouvoir s infiltrer bien profondément au coeur du système.

Bill
19 août 2017 11 h 53 min

Étant donné que Poutine n’est pas pro-blanc et pas très intègre, pourquoi les juifs (surtout ceux venant de Russie comme Max Boot ou Kasparov) le détestent autant ?

Sinon le Daily Stormer est à nouveau en ligne ici : https://dailystormer.lol

le Franc
19 août 2017 22 h 37 min

feink you.

Snapdragon
19 août 2017 13 h 24 min

1:L argent est le nerf de la guerre .
2:La rapidité en est la sève.
3:L information est la clé de la victoire.

C’est pourtant simple à comprendre surtout pour des gens prétendant être supérieur…

L ennemi possède non seulement une masse d argent considérable mais en plus il contrôle sa production et une grande partie du tissu économique.
Donc premier point perdu.

L ennemis vient de lancer une blitzkrieg en plus de sa lente invasion.
2 ème point perdu.

L ennemi contrôle quasiment toute l information et vient de couper nos réseaux de communication.
3 ème point perdu.

La suite logique c’est une vaste offensive terrestre ou physique mais là on dira pénal et judiciaire. Dans plus ou moins la même situation les chefs de d aech passent dans la clandestinité la plus totale affin que puisse survivre leur mouvement .
Donc survivre reprendre des forces changer de stratégie pour revenir plutard.

En plus la plupart des blancs sont des traîtres.

Il faudrait trouver un territoire qui ne nous est pas hostile est y migrer en masse et laisser le système mourir de lui même .
Créons le blanc pays !

Laissons ces millions de blancs traîtres crever.
De toute façon ils sont défaillant et donc leur ADN ne serait qu une pollution.

Quelques dixaines de milliers d individus suffissent pour rebâtir une nouvelle civilisation.

Le territoire extérieur au blanc pays sera à considérer comme terrain de chasse à piller.
Comme le font les gangs de l est qui font des braquages à l ouest.

Il faut créer toute une société parallèle indépendante :
tissu économique, réseau de communication etc

Orto Grafix
19 août 2017 18 h 22 min

Un peu de véritable lucidité, enfin … Ça fait du bien.

Dans l’hypothèse où cela se produirait, il importe que les nationalistes soient en mesure de se contacter autrement, ou puissent devenir autonomes, sans quoi toutes leur indignation ne sera au final que du vent.

Concernant la Russie il faut, comme sur tout autre sujet, être capable de DISCERNEMENT :
– Les Russes sont moins dégénérés.
– Cependant ils sont pris, comme les Occidentaux, dans le même noeud judéo-chrétien.
– Les Américains se sont certainement trompés d’être aussi stupidement «séduits» par les propos «conservateurs» de Poutine. NOUS NE SOMMES PAS CONSERVATEURS. Ou bien peut-être oui, quelques cons. Tant pis pour eux.

20 août 2017 11 h 51 min

Ici nous ne parlons pas des Russes mais du gouvernement Russe. Il y a un nombre croissant de Russes qui deviennent Nationalistes, adoptent un mode de vie sain ( contrairement à l’alcoolisme ambiant) et certains deviennnent même violents envers les envahisseurs. Le gouvernement Russe est quand à lui (((corrompu))) et est en train de devenir comme nos gouvernements ( même si ils sont à un stade moins avancés).
Être conservateurs d’ailleurs ne veut plus rien dire aujourd’hui…
Et puis Poutine, malgré son charisme apprécié par l’extrême droite, n’est nullement pro Blanc et favorise l’intégration des non Blancs dans son pays. N’oublions pas le bordel qu’il y a en Ukraine aussi.
En effet tant pis pour eux.

Xiep
19 août 2017 18 h 59 min

Il est symptomatique de voir qui à gauche défend Poutine : des juifs staliniens…

wpDiscuz