Des riverains murent un centre d’accueil pour “migrants” à Séméac, avant de s’écraser contre quelques miettes

Beaucoup d’efforts pour pas grand chose ; le manque de vision et de conviction entraînant le déshonneur : on pourrait ainsi résumer cette affaire, bien que le meneur de l’action se vante des concessions obtenues.

Le Figaro :

Des riverains ont muré ce matin l’accès à un hôtel en cours de transformation en centre d’accueil pour migrants près de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, protestant en particulier contre leur venue dans ce “quartier résidentiel”.

Selon les organisateurs de l’action, quelques dizaines de riverains et commerçants ont construit un mur de 1,80 mètre de haut sur 18 mètres de long sur une parcelle située à l’entrée de l’ancien hôtel Formule 1 de Séméac, où habitent près de 5.000 habitants dans la banlieue de Tarbes. L’action s’est passée “sans incidents”, a indiqué la préfecture.

À ce stade de l’article, on a envie de saluer cette initiative qui tranche avec la passivité trop courante.

Las !

“Nous ne sommes pas contre l’accueil. Il faut faire quelque chose pour ces personnes en difficulté”, a expliqué Laurent Teixeira, responsable du Collectif Séméac, qui regroupe les opposants au projet. “Mais il faut prendre également en compte les citoyens.”

Ce Laurent Teixeira se dit donc ouvert à l’invasion. Qu’est-ce qui le gêne, alors ?

Cet hôtel Formule 1 d’une capacité de 85 personnes, appartenant au groupe AccorHotels, fait partie des 62 établissements premier prix de l’enseigne rachetés par la SNI (filiale de la Caisse des Dépôts) pour devenir des structures d’hébergement et d’accueil, gérées par Adoma (ex-Sonacotra). La remise des clefs doit avoir officiellement lieu [mardi] matin.

Nous avions précédemment parlé de ces rachats.

Le collectif proteste en particulier contre la situation de l’hôtel, “dans une zone pavillonnaire”, souligne Hugo Lacoue, buraliste à Séméac et membre du collectif.

Pour les nègres, mais pas à côté de chez eux, en somme ?

De quoi s’inquiètent-ils ? On peut le deviner : la délinquance probable des nouveaux arrivants, la baisse de la valeur immobilière de leurs propriétés (un article de France Info confirme mes suspicions sur ce point). Des motifs légitimes, quoique hypocrites quand on déclare approuver la dispersion des envahisseurs ailleurs en France.

Mais leur meneur avance une toute autre explication.

Les opposants dénoncent également “l’opacité” du projet, monté “sans aucune concertation” avec la population locale, et “la précipitation”, selon M. Teixeira. “Rien n’est prévu pour la vie au quotidien des migrants et des habitants de la commune et les structures municipales, comme les cantines et écoles, sont sous-dimensionnées”, estime-t-il.

Je ne sais pas si M. Teixeira est aussi stupide qu’il en donne l’air ou s’il tente d’apparaître respectable pour négocier d’infimes concessions, mais c’est très, très faible.

AFP :

“Mur de la honte” pour certains, seul moyen d’alerter les autorités pour les autres : le mur qui bloquait l’accès à un hôtel destiné à accueillir des demandeurs d’asile, près de Tarbes, a été détruit mercredi par les riverains qui l’avaient érigé deux jours plus tôt.

“Ce (mercredi) matin, on l’a fait tomber. On avait fait des propositions qui ont été acceptées par l’Adoma (ex-Sonacotra, qui va gérer le centre d’accueil, NDLR). On est satisfaits”, a déclaré à l’AFP le responsable du collectif d’opposants Laurent Teixeira.

Examinons les incroyables concessions obtenues par M. Teixeira :

“Nos propositions ont été validées par l’Adoma et sont relatives à la scolarisation des enfants dès la rentrée et à des discussions régulières avec les différents acteurs. L’Adoma mettra les moyens nécessaires, notamment en personnel”, pour un bon fonctionnement du centre d’accueil, a-t-il ajouté.

“L’Adoma a proposé de faire venir fin août 5 à 6 familles, soit 25 à 30 personnes, afin de préparer au mieux la venue des autres familles, de ne pas précipiter les choses et de s’en occuper au mieux, c’est important”, a-t-il souligné.

Un bilan sera fait fin octobre afin d’adapter le rythme des arrivées ultérieures de migrants. L’hôtel a une capacité d’accueil de 85 personnes.

Donc, une arrivée un peu plus étalée des envahisseurs ; quelques promesses de personnel ; et quelques mesurettes concernant la scolarisation des enfants d’envahisseurs…

Ce mur, de près de 2 mètres de haut et 18 m de long, “était un symbole très choquant”, a admis le responsable du collectif d’opposants, “mais cela a permis que le centre se fasse dans les meilleures conditions. On a réussi à les alerter. On n’est pas des +anti-migrants+”, a insisté M. Teixeira.

Si les demandeurs d’asiles “sont heureux” dans le centre, “ils seront heureux de vivre avec la communauté qui les entoure”, a-t-il souligné.

Avec des ennemis pareils, le système anti-blanc n’a pas besoin d’amis !

Si M. Teixeira et ceux qui pensent comme lui venaient à l’avenir à subir des déprédations provoquées par les envahisseurs dont ils approuvent l’arrivée, qu’ils ne comptent pas sur nous pour pleurer sur leur sort !

[…]
Ce nouveau dispositif d’hébergement de migrants dans des hôtels à bas coûts, à l’initiative du ministère de l’Intérieur, a commencé à faire des vagues dans certaines communes. Mais c’est la première fois qu’une action aussi symbolique était entreprise par des riverains.

Souhaitons que ce ne soit pas la dernière, et que la prochaine fois l’initiative ait un meneur un peu moins stupide.

La CGT Hautes-Pyrénées s’est félicitée de la destruction du mur. En fin d’après-midi, elle a rassemblé quelque 300 personnes, selon la préfecture, devant l’hôtel car “ce dont il est question, et sans passer l’éponge sur cet acte infâme (…), c’est bien de faire en sorte que les familles de réfugiés soient désormais accueillies dans les meilleures conditions possibles”.

Depuis plusieurs mois, ce projet “suscite des peurs et des fantasmes” et “les discours alarmistes et parfois xénophobes ont pris le pas sur le dialogue et la réflexion”, selon la CGT.

La CGT est supposée être une organisation de défense des intérêts des travailleurs. En quoi, exactement, cet objectif théorique est-il associé à la protection des envahisseurs ? Il ne l’est en rien, mais les communistes de la CGT locale n’en ont que faire.

L’AFP cite ensuite plusieurs réactions de responsables politiques – ceux de gauche condamnant le mur et se félicitant de sa destruction, seul le métèque Louis Aliot, député FN, étant cité en défense de l’initiative.

On retiendra particulièrement cette réaction :

Ce mur “nous renvoie aux pires heures de notre histoire”, avait réagi dès lundi, la députée européenne du Sud-Ouest, Marie-Pierre Vieu (PCF), qui, mercredi, s’est réjouie du déblocage de la situation : “Mur de la honte détruit ce matin à Séméac. Reste à abattre celui des préjugés. Solidarité aux migrants !”

On ne peut pas amener ce genre de tarés fanatiques, adeptes des dogmes religieux de l’Holocauste et de la “diversité”, à une position rationnelle par le dialogue.

Le seul moyen est de la leur imposer par la force. Et il faudra davantage qu’un petit mur pour cela.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

13 Commentaires sur "Des riverains murent un centre d’accueil pour “migrants” à Séméac, avant de s’écraser contre quelques miettes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Snapdragon
27 juillet 2017 12 h 22 min

Et après les mêmes gauchistes viennent pleurer pour une baisse de 5€ des apl.
C’est donc qu’ils ne veulent pas payer pour nourrir les migrants et donc il faudrait accuser publiquement de racisme tout ceux qui s opposent à cette baisse .

27 juillet 2017 12 h 58 min

Les murs ne servent à rien, il faut une solution plus violente. Contenir des hordes d’envahisseurs derrière un mur mènera toujours à une chose : le mur finira par s’effondrer.
Surtout si les hommes qui montent les murs sont aussi faibles que ceux de l’article. On est pour les migrants mais pas à côté de chez moi hein ! Putain de traîtres.

Ksenia
28 juillet 2017 13 h 04 min

C’est exactement cela, des migrants oui, mais pas dans ma banlieue pavillonnaire…Il faudrait au contraire les installer dans les beaux quartiers pendant quelques temps…des migrants avenue Montaigne et à Saint-Germain-des-Prés, entre autres…

Billy
27 juillet 2017 14 h 05 min

Evidemment CGT et PCF sont en tête de pont. C’est pourquoi on n’a pas d’autre choix que de purger les communistes.

dissident
27 juillet 2017 17 h 51 min

les salopards communistes toujours à la point du “combat” pour faire rentrer les envahisseurs!

jones
27 juillet 2017 19 h 31 min

c’est con,un francais,,,!!

Togirix
28 juillet 2017 11 h 56 min

Un Français, ça n’entend rien au racisme.

Un Français, c’est un être culturel : pour lui, un Nègre qui se comporte bien, qui s’intègre bien (traduction : quelqu’un qui se comporte humainement, normalement), est le bienvenu et son origine ethnique ne pose aucun souci. Et, en prime, le moindre de ses sourires ou le moindre signe de politesse de sa part en fait aussitôt quelqu’un d’humainement supérieur à la boulangère autochtone d’en bas qui a ses humeurs ou au sdf blanc qui braille comme un putois.

Un Français, ça ignore qu’à peu près 80% du comportement humain est déterminé par la génétique (l’inné) et que les 20% restants relèvent de la culture (l’acquis). Un Français, en bon égalitariste/universaliste, ça croit même dur comme fer que c’est le contraire, et que la culture résout tous les problèmes. Un Français, ça croit même que TOUT est culturel et pour lui toute forme de déterminisme biologique est viscéralement intolérable, idéologiquement nauséabond.

Un Français, ça n’aime la génétique que si ça lui permet de conclure qu’un Auvergnat peut être plus proche, génétiquement, d’un Sénégalais que d’un Picard (je suis sûr qu’on l’a tous déjà entendu, celui-là).

Je ne veux pas faire le défaitiste, mais je suis désormais convaincu que les Français sont irrécupérables en la matière. L’infime minorité de Français capable d’entendre quelque chose au racisme habite certes cette terre du nom de France, mais je pense que nous ne pouvons plus raisonnablement les appeler du nom de Français.

Comme dit jones, un Français c’est con.

Ksenia
28 juillet 2017 13 h 24 min

Quand on voit les membres des associations, on aperçoit beaucoup de cheveux blancs…ce sont ces soixante-huitards qui ont ruiné la France et souhaitent même ruiner l’avenir de leurs petits-enfants…
Les jeunes générations, du moins une partie d’entre elles, sont beaucoup plus racistes car elles sont confrontées au réel…c’est là qu’il faut recruter.
Mais oui, les Français sont cons, y compris le FN et ses militants qui ne parlent plus que d’intégration…

Snapdragon
29 juillet 2017 0 h 54 min

En plus les vieux ont l andropose.
Ils ont une baisse de testostérone
et deviennent encore plus gauchiste.

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
28 juillet 2017 13 h 31 min

Un Français, c’est un être culturel

C’est le plus grand tord de notre peuple

Kolovrat
28 juillet 2017 14 h 09 min

C’est un bon résumé de ce que sont les français.

Un Français, c’est un être culturel : pour lui, un Nègre qui se comporte bien, qui s’intègre bien (traduction : quelqu’un qui se comporte humainement, normalement), est le bienvenu et son origine ethnique ne pose aucun souci. Et, en prime, le moindre de ses sourires ou le moindre signe de politesse de sa part en fait aussitôt quelqu’un d’humainement supérieur à la boulangère autochtone d’en bas qui a ses humeurs ou au sdf blanc qui braille comme un putois.

Ce qui est inquiétant c’est qu’on retrouve aussi cette façon de penser à “l’extrême-droite” française, et surtout au FN. N’importe quel métèque “intégré” qui caresse les natios dans le sens du poil en disant par exemple qu’il aime la france ou qu’il y a trop de migrants, est mis en avant et est vu comme un allié face à l’invasion..

Blanche en avait fait un article tellement cette façon de penser était répandue dans ce milieu..
https://www.blancheurope.com/2016/03/05/en-finir-avec-lineptie-des-non-blancs-patriotes-francais/

28 juillet 2017 20 h 52 min

Le FN…ne parlons pas des morts merci 😉
Beaucoup de Français, notamment les jeunes, sont dans le : j’applique ce qu’on m’a appris mais je me contredit.
Beaucoup de semi raciste parmis les endormis. Encore aujourd’hui je discutais, avec un ami, des races. Pour lui une seule race, la race humaine. Et on parle un peu plus tard des Français. Lui : tu est xénophobe parce que tu n’aime pas les noirs. Moi : donc tu es raciste car pour toi un noir est forcément étranger donc pas Français.
Ensuite, Lui : alors dans le magasin plein d’arabes et deux Français…Moi : parce que pour toi les arabes ne sont pas Français ? Lui : ben si mais enfin…

Moi : qu’est ce qui défini un Français pour toi ? Lui : ben….

C’était une contradiction parfaite dans ses phrases, je lui l’ai fait remarqué et je peut vous dire que ça lui a embrouillé le cerveau. Les murs que nous ont posés l’éducation nationale et la (((propagande))) sont si fins que l’on peut rééduquer plus de gens qu’on ne le pense.

kugel
28 juillet 2017 8 h 20 min

Cette histoire montre à quel point les francouilles peuvent être cons. Plus con qu’un francouille, tu meurs.
Il ne faudra compter que sur nous. Ce n’est pas la peine de perdre notre temps à essayer de recruter pour constituer nos réseaux. Les quelques bons qui restent nous rejoindront spontanément.

wpDiscuz