Une campagne contre l’obésité en Australie censurée par Facebook pour ne pas heurter les obèses

Dans la liste des plaies qui affligent l’Occident figure la malbouffe. Les immondices alimentaires dont est gavée la population sont à peu près connus du grand public, ainsi que, confusément, l’empoisonnement de la planète par les rejets et les déchets de la consommation industrielle.

Il est très avantageux pour le Système de produire des crétins conformistes et dépensiers, c’est encore mieux s’ils peuvent être obèses, aussi atrophiés physiquement que mentalement, et étouffant toute lueur d’intelligence derrière cent vingt kilos de suif. Faites se rencontrer ces manœuvres d’engraissement avec le mythe gauchiste éperdument imbécile de l’égalité ontologique de tous les modes d’existence, mythe fondé sur la non moins mythique égalité réelle des êtres humains, et vous obtiendrez des faits comme ceux rapportés ci-après.

Breitbart :

Le journal The West Australian rapporte (en) que Facebook a interdit une campagne de publicité de l’Australie-Occidentale en affirmant que l’imagerie des “poignées d’amour” pourrait offenser les utilisateurs. LiveLighter [NdT : “Vivez plus légers”], campagne nationale financée par le Ministère de la Santé, s’est entendu dire que sa publicité, qui représentait un homme agrippant la peau de son estomac, serait bloquée sur Facebook car pouvant offenser les personnes ayant des soucis d’apparence corporelle.

Facebook aurait, selon cette source, déclaré à LiveLighter : “Votre publicité n’a pas été approuvée car nous ne permettons pas de publicités présentant des images corporelles qui puisse indisposer certains utilisateurs.” Facebook a poursuivi : “Les publicités mentionnant la santé ou l’apparence d’autrui sont sensibles par nature.” Maurice Swanson, directeur de la Western Australia Heart Foundation, a accusé Facebook d’hypocrisie dans son attitude quant aux publicités, étant donné que le réseau social autorise la publicité de malbouffe tout en s’opposant à la diffusion de messages avertissant les utilisateurs des dangers sanitaires qui y sont liés.

[…]

Ce n’est pas la première fois que la campagne “poignées d’amour”, que Livelighter utilise depuis plus de cinq ans, crée la polémique. En 2012, une clinique de Syndney spécialisée dans les problèmes d’alimentation avait lancé une pétition pour la faire interdire, estimant que la campagne dénigrait des personnes en raison de leur apparence corporelle. Maurice Swanson, cependant, affirme que la campagne avait été évaluée par des autorités indépendantes afin de s’assurer qu’elle était efficace et ne dénigrait pas de personnes pour leur poids ou leur image.

Facebook Australie a déclaré à The West Australian qu’il ne pouvait faire de commentaire spécifique sur la campagne publicitaire LiveLighter, mais a fourni une copie de ses règles en matière de publicité, qui “proscrit les publicités assertives ou insinuantes à l’égard des caractéristiques personnelles, y compris l’état de santé physique ou médical”, d’après The West Australian.

Comme souvent devant de telles sottises qui défient la raison, on ne sait trop qu’ajouter. Parler de négation du réel, de promotion voulue de pratiques destructives, d’insanité de raisonnement, paraît désormais une succession de poncifs, et qui n’ont aucune prise sur des cerveaux entraînés comme dans 1984 à ne pas comprendre, ou, mieux, à accepter et à intégrer une pensée incohérente et contradictoire. Il n’est pas possible de réfuter une rhétorique qui n’admet pas de raisonnement intellectuel, mais seulement le ressenti émotionnel subjectif et réputé souverain des individus.

Ce qui se dénonce très clairement, en revanche, c’est la collusion des intérêts économiques qui en ressort : Facebook, tout comme la clinique australienne citée, tirent énormément de profit d’une masse de bœufs allongés devant des écrans informatiques ou médicaux, et qui fournissent en outre le prétexte à l’extension de cet exemple à des pans plus larges encore de population.

Ces modèles proposés au monde occidental seront combattus avec le meilleur profit par des nationalistes développant une esthétique saine, vigoureuse et décidée, sidérant les meutes ahuries par l’énergie qui est la caractéristique principale du fascisme.

Auteur: Haken

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "Une campagne contre l’obésité en Australie censurée par Facebook pour ne pas heurter les obèses"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Snapdragon
19 juillet 2017 16 h 03 min

En plus les gros marchent fièrement pensant être baraqué alors qu’ils n’ont pas de muscles mais que de la graisse .
Ils ont de petites mains et sûrement de petites bites.
Ils sont sale , mal élevé , suant et répugnant.
Rien que de les voir manger comme des gloutons me révulse.
J adore l’une des premières scène dans le film bienvenue à zombiland ou l’on voit un gros essayer de fuir les zombies.
Et la voix narratrice qui dit que les gros sont les premiers être dévorés car incapable de courir. hi hi hi !

Ortografix
21 juillet 2017 3 h 01 min

Pauvres zombies.

19 juillet 2017 21 h 22 min

Un esprit sain dans un corps sain.
Les gros se cachent dans la bouffe et deviennent donc de plus en plus gros. La propagande pousse les gros à se sentir normal et ils ne changeront donc pas.
Stop la discriminatio…non non c’est juste une question d’être en forme et pas obèse.

Ortografix
21 juillet 2017 3 h 00 min

Bravo à Haken, auteur de cet article. Je souscris à chaque mot et à chaque virgule de cet article.
La conclusion, notamment, est excellente : «Ces modèles proposés au monde occidental seront combattus avec le meilleur profit par des nationalistes développant une esthétique saine, vigoureuse et décidée» … À ceci près qu’il s’agit de modèles occidentaux (flétris, dégénérés, décadents etc) plutôt que «proposés au monde occidental». Que crève l’Occident pour que vive notre Europe.

Orto Grafix
27 juillet 2017 5 h 45 min

Étude comparative sur la fréquence de l’obésité d’un pays à un autre … La France s’en sort bien tandis que l’Australie est en tête avec quelques autres pays pareils (+ Mexique et Hongrie curieusement).
http://www.zerohedge.com/news/2017-07-26/winning-us-crushes-all-other-countries-latest-obesity-study

wpDiscuz