La ville de Mossoul reprise par les forces irakiennes des mains des djihadistes

La bataille a duré pendant plusieurs mois. Ayant suivi l’actualité au cours de cette période – la lutte pour la ville de Mossoul avait débuté en octobre 2016 – j’ai pu constater de temps à autre une mention des combats (par exemple, en février et en mars, l’AFP parlait de “l’étau qui se resserre” sur les combattants de l’État Islamique).

Cependant, en dépit des évidentes similarités – une bataille urbaine où un camp en nombre supérieur et soutenu par une force aérienne réduisant progressivement un adversaire qui n’hésite pas à prendre les civils en otage – il n’y a jamais eu de propagande semblable à celle à laquelle on a eu droit au cours de la bataille d’Alep – qu’il s’agisse du “garçon” de l’ambulance, des plaintes sur les atteintes “humanitaires” et ce plus encore alors que la victoire d’Assad se dessinait.

La bataille de Mossoul n’a jamais fait la Une de médias s’indignant sur les souffrances des civils, diabolisant les forces irakiennes pour les dégâts collatéraux que leur action a entraîné ; non, rien de tout cela.

Rues dévastées de Mossoul
Les photographies des rues dévastées de Mossoul ne sont pourtant pas bien différentes de celles d’Alep

Le Figaro :

Après neuf mois de combats intenses, l’armée irakienne contrôlait dimanche la quasi-totalité de la Vieille ville de Mossoul, à l’exception d’un périmètre d’environ 200m sur 50 dans le quartier de Maidan, au bord du Tigre, toujours tenu par Daech, selon notre envoyé spécial dans Mossoul.

Dans les rues dévastées de la Vielle ville, les soldats de la Division d’Or, qui ont mené ces dernières semaines l’attaque principale contre Daech se reposaient dimanche après-midi dans les maisons détruites. Le reste de la Vieille ville était autrement déserte.

Mais le premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, n’a pas attendu pour annoncer dimanche la « victoire » sur les djihadistes du groupe Etat islamique. « Le commandant en chef des forces armées (le premier ministre) Haïdar al Abadi est arrivé dans la ville libérée de Mossoul et a félicité les combattants héroïques et le peuple irakien pour cette grande victoire », lit-on dans un communiqué des services du chef du gouvernement.
[…]
Les bombes de l’aviation continuaient pourtant dimanche après-midi de s’abattre sur le dernier réduit où combattants djihadistes résistent encore, dos au fleuve. Ceux-ci semblent avoir perdu toute capacité de mener une contre-offensive. « Il reste aussi avec eux environ 2000 civils, dont beaucoup de familles de djihadistes, ce qui rend l’assaut difficile », dit à notre envoyé spécial le Capitaine Hadi, l’un des officiers d’ISOF, la Division d’Or. « Mais c’est pour eux, c’est terminé ».

Quelques heures plus tôt, les troupes irakiennes avaient atteint les berges du Tigre dans la partie ouest de Mossoul, où se déroulaient les derniers combats contre l’EI. Le groupe terroriste s’était emparé de Mossoul en juin 2014 à la faveur d’une offensive éclair qui lui avait permis de contrôler de vastes territoires du nord et de l’ouest de l’Irak, mais aussi de Syrie voisine. C’est du haut du pupitre de la grande mosquée Al Nouri, dans la vieille ville de Mossoul, que peu après, le chef de l’EI, Abou Bakr al Baghdadi, avait proclamé l’établissement d’un « califat » s’étendant à cheval sur l’Irak et la Syrie.
[…]
Le général américain Robert Sofge a expliqué que les djihadistes encore à Mossoul étaient «désespérés» et se battaient jusqu’à la mort dans un petit périmètre de deux pâtés de maisons. […] Quelques djihadistes cherchaient néanmoins à fuir, se fondant dans le flot des réfugiés civils après avoir rasé leurs barbes et changé de vêtements.
[…]
Cette victoire finale est un tournant majeur pour les forces irakiennes. « Ils méritent de célébrer cela et peuvent ressentir toute la fierté et le sens du travail accompli par une force militaire », a dit Robert Sofge. […] « Ce combat à Mossoul n’est comparable en rien à ce qu’ont pu faire des militaires de notre époque », a-t-il ajouté. « Il faut revenir à la Seconde guerre mondiale pour trouver quelque chose qui se rapproche seulement de ça. »

La bataille d’Alep, personne ? Non mais vraiment ? C’est la mauvaise foi érigée en système !

AFP :

La reprise par les forces irakiennes de Mossoul, un des principaux bastions du groupe Etat islamique (EI), constitue un revers majeur pour le rêve de “califat” des jihadistes mais ne signe pas pour autant sa mort, estiment des experts.

La “libération”, annoncée dimanche par le bureau du Premier ministre Haider al-Abadi, de la deuxième ville d’Irak, dernier grand fief urbain de l’EI dans ce pays, est lourde de symboles.

C’est à Mossoul, tombée aux mains des jihadistes en juin 2014, que le chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait donné, le mois suivant, son premier prêche en tant que leader de l’organisation pour appeler les musulmans à lui faire allégeance.
[…]
Forte d’une population de deux millions d’habitants il y a trois ans, la grande ville du Nord était l’une des capitales de facto de l’EI, avec Raqa en Syrie voisine.

Elle était l’un des principaux pôles de l’administration du “califat” et un emblème de la puissance de l’EI. Les jihadistes l’ont défendue âprement face à des dizaines de milliers de membres des forces irakiennes, soutenus par l’aviation de la coalition internationale anti-EI dirigée par les Etats-Unis.

“C’est un coup majeur porté au prestige de l’EI”, résume David Witty, analyste et colonel à la retraite des forces spéciales américaines.

C’est aussi une nouvelle défaite militaire pour l’organisation jihadiste, qui n’a cessé de perdre du terrain ces dernières années.

A son apogée quand il avait lancé en juin 2014 une vaste offensive éclair en Irak, l’EI contrôlait un territoire comparable à la Corée du Sud, avec une population de plus de 10 millions d’habitants. Il a désormais perdu plus de la moitié de sa superficie.

L’organisation jihadiste a également perdu des milliers de combattants, que les contingents de jihadistes étrangers, aujourd’hui moins nombreux, peinent à compenser.

Si la chute de Mossoul isole et affaiblit un peu plus l’organisation extrémiste, il est toutefois encore trop tôt pour évoquer une victoire définitive.

“Il ne faut pas considérer que la reprise de Mossoul sonne le glas de l’EI”, prévient Patrick Martin, analyste à l’Institut pour l’étude de la guerre à Washington, en rappelant que le groupe “détient toujours un territoire urbain significatif”, notamment en Syrie, où une offensive est en cours pour reprendre la ville de Raqa.

Il faudra du temps pour que l’organisation islamiste soit entièrement écrasée, mais rien n’indique qu’elle puisse renverser la dynamique.

[…]
Pour continuer à faire exister son “califat”, l’EI a amorcé un changement de stratégie, en se recentrant sur des tactiques de guérilla et des attaques à la bombe.

La guerre asymétrique est la seule stratégie possible quand on est à ce point dominé dans la guerre conventionnelle.

[…]
Par ailleurs, même sans assise territoriale, l’EI reste une menace à l’échelle mondiale.
[…]
En trois ans, plusieurs milliers de volontaires du monde entier ont rejoint l’organisation jihadiste dans la zone irako-syrienne. Parmi eux, un nombre indéterminé ont regagné leur pays.

L’idéologie et la propagande de l’EI conservent un fort retentissement, qui a fait naître de nombreuses cellules jihadistes au-delà des frontières géographiques du “califat”. Plusieurs attentats sanglants ont été revendiqués par le groupe jihadiste à travers le monde.

Le seul moyen pour éradiquer durablement ces cellules est de se débarrasser des populations dont elles émergent – les colons musulmans ayant afflué en Europe ces dernières décennies. La solution prônée par les anti-blancs est au contraire de poursuivre cette invasion.

Mais tout ceci m’amène à une autre réflexion.

L’État Islamique conserve encore un territoire substentiel en Irak, mais a été presque entièrement chassé d’Irak, les envahisseurs ayant afflué en Europe en prétendant être des “réfugiés” (bien qu’ils soient passés par plusieurs pays sûrs en chemin) vont-ils retourner dans leur pays d’origine ? Ceux qui ont prétendu qu’il fallait les accueillir car ils auraient fuit la guerre soutiendront-ils leur renvoi calme et ordonné ?

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "La ville de Mossoul reprise par les forces irakiennes des mains des djihadistes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
philippe
10 juillet 2017 8 h 00 min

il faut ce préparer la guerre me fait que commencer et il sont déjà en Europe . avec tout les musulmans qui sont la depuis plus de 10 ans ou peux il vont rallier l’état islamique très facilement , il faut savoir en Irak les chrétiens nous on prévenue . en 2015 des armes on été saisie en Allemagne je croie , des uniformes militaire saisie en Espagne , début 2016 52 tonne d’armes saisie en Grèce dans 17 contenaire qui devais être livre au migrants pour but humanitaire ( meuble , vêtement etc selon le descriptifs de livraison ) cette année 10000 armes saisi donc des canons anti-aérien et tout ceci proviens de Turquie comme par hasard ou le dirigent a menacer les européen de leur vie il y a peux de temps dans le silence complète des médias

10 juillet 2017 9 h 36 min

Oui la guerre aproche mais l’Européen imbécile et endormi ne le voit pas. Il s’en rendra peut être compte lorsque que les bougnes lui mettront le couteau sous la gorge, et encore : il demandera sûrement “pourquoi ?”.
Aussi l’année dernière en France le vol de C4 sur une base militaire, les vols de tenues de protection chimique et les nombreux braquages d’armurerie nous laissent à penser que nos ennemis possèdent ce qu’il faut pour armer les pseudos réfugiés qui arrivent.

Les médias ne voudront jamais dire la vérité, non ça risquerais de provoquer du racisme.

philippe
10 juillet 2017 9 h 07 min

l’état islamique conserve une petite partie en Irak et en Syrie mais le vrais danger c’est qu’il ce déplace en Europe sans compter tout les sympathisant qui sont sur les lieux de nos pays . il faut aussi savoir combien de musulmans souhaite la charia en Europe , pour moi je pense a plus de la moitié de la population ce qui représente un danger sur le long terme a rapport au sujet des zone islamiser et la partition qui nous menace . la partition représente des places fortes qui pourrais un jours nous menacer directement par des attentas , des cache d’arme c’est déjà le cas aujourd’hui . il faut aussi savoir la saisi d’armes en 2015 et les uniformes militaire saisi en Espagne , au début 2016 les 52 tonnes d’armes saisi en Grèce qui devais etre livrer a l’envahisseur sous couvert de bien humanitaire meubles vêtement etc… et en cette année les 10000 armes saisi donc des canons anti-aérien . le pire est a venir puisque l’invasion est en majorités musulmans et en Allemagnes certains étais des combattant taliban ça promet pour le futur de nos enfants , pour leur sécurité et leur bonheur

wpDiscuz