Aux États-Unis, la mémoire glorieuse des Confédérés en voie d’interdiction

Alors que dans les années qui avaient suivi la guerre de Sécession, les vainqueurs du Nord avaient laissé leurs adversaires vaincus du Sud célébrer leurs héros – Lee avait ainsi pratiquement eu droit à des obsèques nationales en 1870 – on assiste depuis les années 2000 sous la pression des groupes antiracistes (et de leurs mentors juifs) à une campagne en vue de diaboliser tout ce que représentait le Sud et de salir la mémoire des soldats et généraux ayant combattu pour la Confédération.

Cette campagne anti-blanche débuta en 2000 par un appel de la NAACP (Association nationale pour la promotion des gens de couleur) – le principal groupe de pression antiraciste, comprendre anti-blanc, aux États-Unis – à retirer des bâtiments publics des États du Sud l’ancien drapeau confédéré sous prétexte qu’il était « une insulte à la sensibilité et à la dignité d’une majorité d’Afro-Américains »…

En dépit de nombreuses protestations et de la mobilisation de dizaines de milliers de descendants des soldats sudistes, les associations anti-blanches ont obtenu que le glorieux étendard de la Confédération fût retiré des lieux publics. En revanche, les anti-blancs n’ont pas réussi à obtenir une interdiction totale de la bannière du Sud.

Une fois, ce premier succès obtenu, la racaille nègre s’est lancée dans une nouvelle offensive visant à éradiquer tous les souvenirs de la Confédération du paysage : débaptiser les écoles ou bâtiments publics portant le nom d’anciens généraux du Sud, pour les remplacer en général par des patronymes de nègres, renommer pareillement les rues et les places, et plus récemment déboulonner les statues à la gloire des héros de la Confédération.

Là aussi, la mobilisation massive des descendants des Confédérés semble impuissante. Les (((grands médias))) les dépeignent comme de vilains racistes et les pouvoirs publics les combattent au nom du politiquement correct. La victoire de Trump n’a finalement rien changé sur ce point aussi.

Ces dernières années la perception du Sud a été modifiée. Alors que pendant longtemps, la culture populaire américaine a insisté sur le côté chevaleresque des combattants du Sud – qu’on songe « À autant emporte le vent », le roman comme le film – ou sur l’horreur constituée par la guerre totale imposée aux Confédérés par le Nord (je pense en particulier à un magnifique film de John Ford, “Les Cavaliers”), depuis quelques années, (((Hollywood))) s’est lancé dans une entreprise de diabolisation systématique des Blancs du Sud comme l’illustrent des films comme « 12 ans esclave » ou « Naissance d’une nation » qui, détournant le titre du chef d’œuvre de Griffith, fait l’apologie d’un nègre psychopathe.

Assez curieusement, alors que les travaux d’historiens ont montré que la question de l’esclavage avait joué un rôle tout à fait mineur dans le déclenchement de la guerre de Sécession, le grand public, abusé par une propagande grossière, reste persuadé que c’est le sort des nègres qui constitua le principal enjeu du conflit.

En France aussi

Ce type de campagne en vue de criminaliser des pans entiers de notre passé ne concerne pas que les États-Unis. On a vu comment en Espagne, ces dernières années, le souvenir du franquisme a été diabolisé.

En France, on commence aussi à assister à ce type de campagne. On se souvient comment le pitoyable Chirac avait refusé de commémorer la victoire d’Austerlitz, sous prétexte que Napoléon avait rétabli l’esclavage dans les colonies.

Il existe aussi diverses campagnes pour débaptiser les rues portant des noms de généraux ou de personnalités politiquement incorrectes comme Alexis Carrel, qui reçut le Prix Nobel de médecine en 1912.

En 2012, un certain Oscar Lambert (un pseudonyme ???) a ainsi écrit un opuscule, « Rue des Salauds » pour recenser « les tristes sires » qui portent des noms de rues. On ne s’étonnera pas de trouver dans cette liste la plupart de nos gloires militaires et, naturellement, les rares figures du nationalisme, comme Barrès, qui ont eu l’honneur de se voir attribuer une voie publique. La ville de Paris, sous la férule de la sinistre Anne Hidalgo, est comme il se doit la pointe de ce combat. Elle a déjà débaptisé plusieurs rues pour les renommer à la gloire d’icône de l’antiracisme comme la négresse communiste Rosa Parks… Et je n’évoque même pas le Parc Nelson Mandela qui va occuper les anciennes Halles.

Auteur: Procope

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "Aux États-Unis, la mémoire glorieuse des Confédérés en voie d’interdiction"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Gudridur
10 juillet 2017 8 h 02 min

“Une cellule bien hydratée, bien nourrie, bien débarrassée de ses déchets se renouvelle perpétuellement”
Assez drôle de voir que de très nombreux Nobels (Watson, Shockley, Richet et j’en oublie sans doute) ont défendu les thèses eugénistes. Possible causalité entre leur intelligence exceptionnelle et ces valeurs très saines ?

Anonyme
10 juillet 2017 9 h 17 min

En France, divers feux d artifice pour la Fête nationale sont annulés pour d obscures raisons sécuritaires. En Savoie ça été annulé au profit de la fin du ramadan. En Espagne, Grèce, France les signes religieux chrétiens sont systématiquement enlevés. Dans tout l occident la franc maçonnerie athée (ou luciferienne au choix ) continue son travail de sape

10 juillet 2017 9 h 47 min

Nous ne pouvons pas effacer notre glorieux passé juste pour leur faire plaisir ! Et où sont les gens pour empêcher d’enlever ses statues ? J’ai lu hier que seul 40 hommes du KKK avaient essayés mais ils étaient tombés sur plusieurs centaines de policiers et d’antiracistes. Ce qui les as fait reculer et abandonner la manifestation. Où sont les Américains fiers de leur passé Confédéré ? Oui je me pose la même question pour la population des pays Européens fier de leurs traditions et de leur passé.

STOP GÉNOCIDE DES BLANC
11 juillet 2017 6 h 29 min

Les blancs ne défendent plus leur heritage ce n’est pas normal ! c’est encore a cause de ces putains de ((())) qui lavent les cerveaux !!

11 juillet 2017 10 h 36 min

Plus rien n’est normal, l’ordre n’est plus respecté et l’anormal est devenu banal.

wpDiscuz