L’Allemagne met en place de lourdes amendes pour obliger à la suppression expresse des messages “de haine”

Les dirigeants politiques allemands avaient déjà manifesté à plusieurs reprises leur volonté de mettre en place quelque chose d’analogue. Depuis 2015 ils n’ont eu de cesse d’exiger une politique plus répressive afin que tous les messages dépassant les bornes extraordinairement strictes des lois anti-racistes allemandes (et autres lois analogues) soient supprimés au plus vite.

Les réseaux sociaux, dirigés par des gens hostiles à ces propos mais embarrassés par le lourd coût d’un dispositif de censure intégrale et expresse ont eu beau augmenter leurs moyens déployés à cette fin – ainsi Google – qui contrôle YouTube -, Facebook et Twitter s’étaient engagés en ce sens en décembre 2015. Mais pour les dirigeants anti-allemands, cela ne suffisait jamais.

En décembre dernier, Oppermann, président du groupe parlement du SPD (parti socialiste d’Allemagne) exigeait une censure sous 24h de tous les messages illégaux ainsi que des “fausses informations”.

Eh bien, cette loi est là pour faire cela.

RT :

Le parlement allemand a approuvé le 30 juin un projet de loi permettant de sanctionner lourdement les opérateurs des réseaux sociaux si ces dernier échouent à retirer rapidement les contenus incitant à la haine. Une amende de 50 millions d’euros est prévue pour les opérateurs, et les dirigeants de ces sociétés risquent individuellement une amende de jusqu’à 5 millions d’euros s’ils n’obtempèrent pas en cas de demande de retrait.

Désormais, lorsque des publications racistes, antisémites et incitant à la violence – et qui sont illégales au regard de la Constitution allemande – seront signalées par les usagers des réseaux sociaux comme outrancières, les opérateurs auront 24 heures pour les retirer de leurs plateformes en ligne. Un autre délai a été fixé à sept jours pour une catégorie moins outrancière de commentaires, mais jugée quand même inacceptable.

Il y a une chose qu’il est important de noter. Si les lois sont déjà extraordinairement restrictives ; les sanctions sont si lourdes que des marges supplémentaires seront à coup sûr prises – si ce n’était déjà le cas. Aussi tout un tas de messages légaux, mais qui pourraient être jugés comme s’approchant un peu de l’illégalité seront supprimés afin de s’assurer une sécurité juridique.

Cette initiative a été décidée après une envolée des commentaires haineux sur internet en Allemagne suite à l’arrivée de plus d’un million de migrants en 2015 et 2016. Cette nouvelle loi suscite néanmoins des craintes au sujet de la liberté d’expression.

Cela suscite de telles craintes auprès de qui ?

Soyons clairs : il n’y a pas de vraie liberté d’expression en Allemagne. Il y a ceux qui soutenaient les iniques lois anti-racistes – qui criminalisent des vérités comme s’il s’agissait d’une subversion anti-sociale -, et on se demande bien pourquoi ils s’inquiéteraient de l’extension de leur application ; et puis il y a ceux qui étaient contre ces lois – et ceux là savaient déjà qu’il n’y a pas de vraie liberté d’expression.

Les gauchistes se déclarant pro-liberté d’expression sont le plus souvent les pires hypocrites. On ne peut ici que pense à la négresse Danièle Obono “Nique la France”.

Ah, on notera que le ministre allemand de la Justice Heiko Maas a fait une déclaration de ce genre. Il a aussi affirmé que la liberté d’expression s’arrête là où commence la loi. Autant dire qu’elle n’existe pas, donc, c’est plus simple.

Les lois allemandes comptent parmi les plus sévères au monde en ce qui concerne la diffamation, l’incitation publique à commettre des crimes, la négation de l’Holocauste et l’incitation à la haine contre les minorités.

Autant cela peut se justifier pour la diffamation et même l’incitation à commettre des crimes (dans un certain contexte) ; autant le reste a pour simple but d’étouffer toute renaissance nationale allemande.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "L’Allemagne met en place de lourdes amendes pour obliger à la suppression expresse des messages “de haine”"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
3 juillet 2017 17 h 14 min

Heureusement nous vivons dans des démocraties qui respectent la liberté d’expression. Imaginez si nous vivions dans une dictature ! Estimons nous heureux d’être libre. Libre de fermer notre gueule et de laisser nos terres se faire envahir et détruire par des sauvages.

STOP GÉNOCIDE DES BLANC
3 juillet 2017 20 h 05 min

OUI c’est la (((démocratie)))

Anonyme
7 juillet 2017 1 h 49 min

L’Europe de demain ?

wpDiscuz