Législatives : vers une victoire facile pour les macronistes

[Mise à jour 14/06 : résultats définitifs du premier tour, et des circonscriptions les plus intéressantes]

Contexte et nette victoire de LREM

Le Front National a vécu une certaine crise après la présidentielle. Philippot manoeuvre afin d’essayer d’achever sa transformation en parti “souverainiste” de gauche et d’éjecter Marine Le Pen ; et si beaucoup de sympathisants et certains cadres se sont inquiétés de la ligne politique adoptée, l’appareil du parti est bien verrouillé et sa destruction se poursuit. La défaite à la présidentielle tout comme cette ambiguïté programmatique ont fortement nui aux chances du FN aux législatives.

La “droite” parlementaire LR/UDI avait quant à elle été affaiblie par ses divisions face à Macron, la nomination d’Édouard Philippe comme premier ministre et celles de deux autres ministres issus de LR l’ayant fondamentalement affaibli.

Enfin, les électeurs de Mélenchon enfin s’étaient surtout mobilisés pour un personnage, et sont sociologiquement des électeurs qui votent peu en dehors de la présidentielle (jeunes, non-blancs…).

Avec l’effet d’entraînement de l’élection de Macron à la présidentielle, tous les éléments étaient donc réunis pour des législatives réussies pour son parti, renommé “La République En Marche” (LREM).

Preuve d’une démobilisation chez ses adversaires plutôt que d’un soutien massif dans l’opinion, l’abstention a atteint un niveau record. En 2012, la participation avait été de seulement 57,22%, ce qui était déjà historiquement faible (la participation avait toujours excédé les 60% auparavant) ; mais cette année elle est encore bien plus faible. À 40,75% à 17h contre 48,31% à la même heure en 2012, elle est selon les estimations inférieures à 50%. (Notons que les propagandistes du système sont toujours à l’oeuvre, certains utilisent ça pour demander le vote électronique, plus facile à truquer et qui n’a guère de rapport avec la participation.)

AFP :

Le parti du président Emmanuel Macron se dirige vers une victoire écrasante aux législatives après le premier tour dimanche, marqué par une débâcle historique du PS, un net revers pour la droite et le FN et une abstention record, environ un électeur sur deux ayant boudé les urnes.

Selon les premières estimations par sièges des sondeurs à 20h00, le mouvement présidentiel, la République En Marche (REM) et son allié du MoDem, raviraient dimanche prochain entre 390 et 445 des 577 sièges de l’Assemblée nationale, culminant très nettement au-dessus de la majorité absolue (289 élus).

Ceci les mettrait très largement à l’abri de “frondeurs” ou autres opposants. Y aura-t-il une mobilisation plus élevée au second tour pour bloquer certains de ces députés LREM ? Si cela ne paraît pas invraisemblable, cela sera certainement insuffisant.

“Rien n’est joué, il faut rester mobilisé”, a cependant tempéré le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l’Assemblée sortante, s’effondrerait autour de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993. C’est un “recul sans précédent de la gauche”, a reconnu le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui a mis en garde contre le risque de “l’unanimisme” au Parlement.

Les parlements avec une majorité d’un parti ne fonctionnent-ils pas toujours un peu à l’unanimisme ? En tout cas, cet effondrement du PS est sans nul doute l’une des rares réjouissances offertes par ce scrutin.

La droite, qui espérait en début de campagne priver le nouveau président Macron de majorité, terminerait avec 80 à 132 élus LR et UDI. Dont une partie devrait au final soutenir la majorité présidentielle. Un score “décevant pour notre famille politique”, a convenu l’ancien président de l’Assemblée Bernard Accoyer.

Il n’ose pas “catastrophique”, mais quand on songe qu’il y a six mois son parti semblait avoir présidentielle et législatives gagnées, ça l’est bel et bien.

Quant au Front national, un mois après son score record au second tour de la présidentielle, il obtiendrait seulement 1 à 10 sièges, contre 2 lors de la précédente législature. Avec un score de 13 à 14% très éloigné du score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,30%).

Pour référence, le FN avait réalisé 13,6% au premier tour des législatives de 2012. Cette non-amélioration de son score ne serait pas tant le signe d’une stagnation de l’opinion politique française que d’un rejet du parti par nombre de ses sympathisants habituels.

Même les sondages prédisaient 17% ou 18% pour le FN.

Pour le FN, c’est “une déception”, a reconnu son vice-président Florian Philippot : la barre des quinze députés pour former un groupe avait longtemps constitué un objectif minimal. A la présidentielle, la dirigeante frontiste avait en effet dépassé les 50% dans 45 circonscriptions au second tour.

Une “déception”, là encore les politiciens manient l’art des euphémismes.

Les électeurs ne veulent pas du “FN Philippot”, mais lui et ses semblables vont continuer en ce sens.

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, obtiendrait, elle, 10 à 23 fauteuils, PCF inclus.

La concentration des bougnoules et des nègres offrent quelques strapontins à l’extrême-gauche.

[…]
En voix, la REM arrive nettement en tête (32,2-32,9%), devant LR-UDI (20,9-21,5%) et le FN (13,1-14%), selon les estimations à 20h00. Le PS et son allié PRG obtiendraient entre 9 et 10,2%, soit presque deux fois moins que lors de la débâcle de 1993, et sont légèrement devancés en voix par La France insoumise (11%) de Jean-Luc Mélenchon.

Le parti macroniste est en passe d’obtenir une des plus larges majorités de la Ve République, sans effacer le record de l’UDF-RPR en 1993 (484 sièges). En revanche, il peut espérer battre le record de sièges pour un seul parti, détenu par l’UMP en 2002 (365 sièges).
[…]
La forte abstention a l’effet mécanique de réduire le nombre de triangulaires, peu de candidats arrivés troisième ayant atteint la barre qualificative des 12,5% d’inscrits.

Le nombre d’élus au premier tour devrait lui aussi pâtir de cette abstention et de l’éclatement des voix. En 2012, 36 députés l’avaient emporté dès le premier tour, et 109 en 2007.
[…]
Fort de cette probable solide majorité à l’Assemblée, Emmanuel Macron aura les mains libres pour appliquer son programme. Dans les prochaines semaines, le Parlement devra examiner la prorogation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre, ainsi que le projet de loi sur la moralisation de la vie publique porté par le garde des Sceaux François Bayrou.

L’Assemblée devra également examiner le projet de loi habilitant le gouvernement à réformer le droit du travail par ordonnances, le premier grand chantier économique et social du quinquennat.

C’est la principale mauvaise nouvelle : les lois votées au cours des cinq prochaines années seront particulièrement destructrices.

Au-delà des considérations économiques, on peut prédire plus de surveillance, plus d’invasion et moins de liberté.

Le détail des résultats

L’abstention définitive est de 51,29% (soit 48,71% de participation), un record absolu aux législatives dépassant même le seuil symbolique des 50%.

Au niveau des voix par parti :

  • LREM et alliés : 32,32%
  • LR/UDI et alliés : 21,56%
  • FN : 13,20%
  • FI : 11,02%
  • PS : 9,51%

Le score de LREM, comparé à celui des précédents partis dirigeants, est historiquement bas – le PS et ses alliés dépassaient par exemple les 39% au premier tour des législatives de 2012 alors que l’UMP faisait plus de 34%.

C’est la très forte division de l’opposition qui, par contraste, fait apparaître le parti comme fort.

Au niveau des candidats qualifiés au second tour par parti :

  • LREM et alliés : 516
  • LR/UDI et alliés : 318
  • FN : 120
  • FI : 67
  • PS : 88

Du fait de la très faible participation, une seule triangulaire aura lieu.

Le nombre élevé de qualifications de candidats FN, dont s’est réjouit ce parti à défaut d’avoir reçu des suffrages, n’est du qu’à l’effondrement de ses concurrents par rapport à 2012 ; ayant lui-même reculé (quel terrible désaveu de la stratégie du FN avec son “souverainisme” détraqué). Seule Marine Le Pen apparaît certaine d’être élue.

Dans les cas particuliers intéressants :

  • L’effondrement du PS a entraîné la chute de ses caciques n’étant pas passés à temps à Macron : certaines figures comme Cambadélis, secrétaire général du parti, ont été éliminés dès le premier tour.
  • Nicolas Bay, cadre important du FN, a été éliminé dès le premier tour en arrivant 20 voix derrière le candidat du Parti Communiste !
  • Florian Philippot a réalisé un score tout particulièrement lamentable au vu de la circonscription où il se présentait – 23,8% des voix alors que même en 2012 il obtenait 26,34%. Sa visibilité médiatique ne lui profite pas. Quand donc lui et ses semblables cesseront-ils de pourrir la situation électorale pour ceux s’opposant à l’invasion migratoire ?
  • Dans la 18ème circonscription de Paris, on retrouve un affrontement LR-PS… dont les deux participants se réclament de la majorité présidentielle ; Bournazel (LR) ayant reçu le soutien du premier ministre et El-Khomri (PS) celui du président. C’est blanc bonnet ou bonnet blanc !

On mentionnera aussi l’échec de “l’union des patriotes”, coalition regroupant le Parti de la France, Civitas, le SIEL et quelques autres candidats proches de Jean-Marie Le Pen. En dépit de leurs limites (le SIEL est dirigé par un bougnoule, Civitas se perd dans la religion), ils représentaient un “moins pire” et les position du PdF sont clairement bien meilleurs que celles du FN.

Dans l’ensemble, j’ai dénombré 129 candidats apparentés à l’une ou l’autre de ces structures (soit semble-t-il quelques un de trop), seuls 36 ayant dépassé la barre des 1% (il en fallait 50 pour obtenir des financements publics). Le PdF en particulier a dépassé ce seuil pour 18 de ses 56 candidats.

En sus du manque de notoriété et de la grande difficulté d’accès aux médias, le manque de candidats a joué un rôle significatif – 4 candidats sur 5 ont dépassé la limite dans la Somme, mais aussi de manière plus étonnante 3 dans les Yvelines et 2 dans la Manche par exemple. De nombreuses circonscriptions de l’Aisne, du Pas-de-Calais, du Nord, et de l’Est de la France auraient très probablement pu offrir plus de 1% si un candidat avait été présent. Par contre, certaines candidatures (comme celles de Civitas dans Paris) étaient un échec annoncé.

L’option électorale n’est clairement pas la solution future.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

30 Commentaires sur "Législatives : vers une victoire facile pour les macronistes"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
11 juin 2017 21 h 29 min

L’aveuglement des masses se fait de plus en plus remarquer. Une bonne nouvelle avec un taux record d’à peu près 50% d’abstention il est temps de mettre en place la dictature vu que 1 Français sur 2 ne veut plus de la démocratie !

El Tosco
12 juin 2017 7 h 29 min

Il est surtout temps de laisser à leur chance la vaste coalition de moutons, de pigeons, de crapules et de dégénérés qui, sous la houlette de leurs maîtres d’Outre-Manche et d’Outre-Atlantique, font tout depuis plusieurs dizaines d’années pour avoir la peau de l’Europe.

Honneur et Patrie
11 juin 2017 21 h 35 min

Dans ma circonscription, le suppléant du candidat FN est le bougnoule Ammar Benmourzouk.
Comment peut-on encore voter pour ce parti ?

12 juin 2017 9 h 02 min

Il faut changer de voie ( et de voix ).

Le National-Libéral
11 juin 2017 23 h 04 min

Dans ma circonscription (avec pas de PdF, civitas, SIEL ou Comité Jeanne) le FN a fait 10% (d’un côté je m’en doutais, ma circonscription pue le gauchiste).
Au second tour j’ai le choix entre la décadence en marche ou les socialopes !
Le score du FN est vraiment minable cependant j’espère que l’alliance des patriotes a réussit ces objectifs et a dépassé les 1%.

Imposture
12 juin 2017 7 h 27 min

Bonjour Le National-Libéral, j’ai mis à jour mon article sur le Marxisme et le libéralisme et je le porte à ta connaissance, je suis sûr que tu apprécieras :

Baisse tendancielle de la part des salaires dans le PIB, la Théorie Marxiste en mauvaise posture

La somme des valeurs ajoutées des entreprise publiques et privées, ou PIB, ou richesses produites, est reversée à 3 catégories d’individus:

-Aux salariés qui reçoivent des salaires

-Aux actionnaires qui reçoivent des dividendes

-Aux rentiers qui reçoivent des intérêts de la dette ou des loyers

La part réservée aux salariés s’effondre depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale comme on peut l’observer sur le graphique suivant:

L’analyse marxiste et matérialiste qui concluait à la baisse tendancielle des taux de profit dans un univers concurrentiel est complètement fausse. Les rentiers et les usuriers (ceux dont Karl Marx ne parlait pas dans sa grande théorie…) captent l’essentiel du PIB suivant plusieurs causes qui sont toutes liées à la libéralisation à outrance des marchés :

-Loi Pompidou-Rothschild qui interdit au Trésor Public d’emprunter auprès de la Banque de France et oblige l’État d’emprunter sur les marchés financiers ses besoins en capitaux avec des taux d’intérêts

-Le système inique des réserves fractionnaires (ratio Cooke) qui permet aux Banquiers Internationaux d’accumuler des richesses de plus en plus grandes

-Lois UMPS ou LRPS d’immigration massive qui fait pression à la baisse sur les salaires et fait progresser les revenus liés à la rente (pression à la hausse sur les prix de l’immobilier etc…)

-Incitations fiscales et sociales à l’embauche de travailleurs faiblement rémunérés (Loi Fillon, Loi Hollande-Ayrault du CICE)

-Désindexation des salaires sur l’inflation (Loi Mitterrand-Delors)

-Suppression des droits de douanes par l’Union Européenne qui favorise les délocalisations d’usines vers des pays à très faibles coûts salariaux

-Le cataclysme économique et social du passage du Franc à l’Euro

-Etc…

Le National-Libéral
12 juin 2017 10 h 44 min

Putain, il va remettre ça !
J’avais déjà répondu à cet article bordel et attendre autant de temps pour mettre trois pauvres lignes de plus, ta productivité est faible l’ami. D’ailleurs, moi ce qui m’intéresse le plus est surtout de savoir si vous répondez aux questions maintenant ! Vous voyez, pour qu’on fasse un vrai débat entre blanc civilisé ! Donc je vais remettre le commentaire que j’avais répondu :
Je vais répondre en plusieurs parties.
Premièrement, quant Est-ce que vous allez enfin me dire ce que vous pensez de Donald Trump et des partis européens que j’ai mentionné plus haut ! Voteriez-vous pour le FPÖ si vous habitiez l’Autriche ? De plus, Augusto Pinochet était quoi selon vous ?
Deuxièmement, un vrai libéral et un vrai patriote (j’espère que vous serez d’accord avec moi là dessus) fait tout pour que son pays ne s’endette pas. Cela nous montre également les mariolles anti-patriotiques :
Donc la Loi Pompidou-Rothschild n’est pas la cause de l’endettement de la France. Mais je suis d’accord avec vous, il faut le supprimer pour notre souveraineté.
-Lois UMPS ou LRPS d’immigration massive qui fait pression à la baisse sur les salaires et fait progresser les revenus liés à la rente (pression à la hausse sur les prix de l’immobilier etc…) –> Je ne remet pas ça en question !
-Incitations fiscales et sociales à l’embauche de travailleurs faiblement rémunérés (Loi Fillon, Loi Hollande-Ayrault du CICE). En effet, c’est dégueulasse ! Je suis d’accord ! Pourquoi ? Car les charges salariales et patronales font en faite je pense parti du salaire du salarié et l’Etat à travers ces cotisations inflige un dur traitement à tous. Donc la véritable solution serait comme Marion le pen l’a très bien dit, de ne pas réduire les charges mais de les convertir en salaire net pour le salarié afin qu’il puisse gagner plus. Afin de réduire la pression étatique sur les entreprises, il y a beaucoup d’autres leviers bien plus intéressants mais les judéo-politiciens sont bien sûr ignorants là-dessus comme par exemple la baisse de l’IS comme le souhaite Donald Tump voir sa suppression comme le souhaite l’AfD. Ou alors une suppression de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) qu’on appelle aujourd’hui la contribution économique territoriale (CET). Ou la suppression de taxes comme la taxe sur les véhicules de société ou la taxe sur les pylônes (non ce n’est pas une blague….).
-Suppression des droits de douanes par l’Union Européenne qui favorise les délocalisations d’usines vers des pays à très faibles coûts salariaux. Si ça continue vous alors me traiter de négrophile ! Non mais franchement je vois pas pourquoi j’en aurai quelque chose à foutre de donner du travail à des nègres et des jaunes. Moi comme je l’ai dit, je suis un national-libéral (je vous conseille de lire l’histoire du parti national-libéral d’Allemagne, un de leur problème interne était porté sur les barrières douanières) et moi oui bien sûr je suis pour la mise en place de droits de douane contre ces nègres. Cependant, je suis partisan comme Maurice Allais, d’un protectionnisme européen ! Maurice Allais était un libéral-protectionniste et n’était pas schizophrène ! Mais contrairement à lui, je suis pour s’étendre cette zone de libre-échange au monde blanc tout entier (par exemple, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande) afin de développer la coopération économique.
Troisièmement, pensez-vous vraiment que nous pourrons vivre sans banques ? Sérieusement ? Car cela veut dire que si un ménage souhaite acheter sa maison, il ne peut pas. Si une entreprise veut investir mais ne dispose pas des capitaux nécessaires, quelles sont ces options ? Faire un appel pour avoir des actionnaires ? Ce qui serait dommage pour les petits patrons fiers de possédés leur commerce. De plus, cela veut dire pas d’épargne.
Quatrièmement, pensez-vous que la France a une économie libérale alors qu’elle a code du travail de 2 000 pages, un taux de prélèvement obligatoires de 45%, un indice de liberté économique tel que le Kazakhstan est devant nous ?
Cinquièmement, vous parlez des rentiers, d’accord mais puisque vous avez utilisé un tableau de l’Insee alors permettez moi dans utiliser un autre :

Snapdragon
12 juin 2017 15 h 07 min

Mais bien sûr que la loi Pompidou giscard augmente la dette !
C’est même pire elle là fait exister.

L argent n’est qu une unitée de mesure affin d équilibrer le rapport force de travail /rente dividende/benefs , et simplifier le troc.

L idéal c’est l autarcie.
Et avoir deux monnaies, une interne l autre pour échanger avec d’autres pays.

Et privilégier un retard de croissance que de la dette chaîne d esclave .
Et interdire le rachat de dette sinon votre ennemis peut vous tenir par les couilles.

Le système actuel est une chaîne de ponzi baser sur l expansion démographique .

Tout le reste n est là que pour vous perdre dans des raisonnements inutiles , et donc dès le début vous visez en dehors de la cible.

“Non mais franchement je vois pas pourquoi j’en aurai quelque chose à foutre de donner du travail à des nègres et des jaunes. Moi comme je l’ai dit, je suis un national-libéral ”

Vous faites passer vos profits avant l intérêt du groupe…

Bref traître et ne pige rien aux bases de l’économie…

Un mouton !

Ceci est mon avis personnel.

Laissons ces moutons crever et bâtissons l après.

El Tosco
12 juin 2017 15 h 35 min

C’est tout à fait ça … Le sinistre «réalisme» des «libéraux» n’est que folie. Il se fonde sur une mentalité ruineuse et dévastatrice, ennemie de toute vie sociale, profondément fermée envers toute perspective d’harmonie. Les vrais nationalistes sont ceux qui perçoivent la possibilité, entre gens similaires, de partager des ressources et de tomber d’accord pour respecter un intérêt commun sainement défini.

Le National-Libéral
12 juin 2017 16 h 15 min

si le libéralisme en économie est degueulasse, pourquoi les pays qui s’en sortent le mieux sont aujourd’hui les pays ayant un marché du travail plus libéral ?
C’est vrai que l’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis sont aujourd’hui dans une merde pas possible avec un taux de chômage supérieur à 10% et une croissance proche de 0%, c’est bien connu !
Vous quelle économie prônez vous ? Un contrôle totalement étatiste de l’économie comme en Espagne franquiste ? Car sachez que le général Franco pendant que les autres pays européens avait une économie qui décollait, lui avait une économique qui stagnait et a dû entamer une début de libéralisation pour retrouver de la croissance.
Quand t-a la loi Pompidou Giscard, j’ai dit je oui il fallait l’abolir mais que si on a de la dette, c’est avant tout du aux politiciens d’aujourd’hui qui nous font nous endettée et d’ailleurs j’ai jamais dit que s’endetter s’était bon ! De toute manière, la meilleure politique monétaire est une politique de désinflation compétitive.
Et au passage, au lieu de dire que je comprend rien aux bases de l’économie balancer moi vos propositions car à part critiquer ce que je propose, il faut aussi annoncer des solutions pour augmenter les salaires, la productivité et l’investissement par exemple.
Et au passage auriez vous voter pour le FN s’il avait un programme libéral ? Et si vous étiez un autrichien, allemand ou américain, oseriez vous voter pour le FPÖ, ou l’AfD (si il n’y pas le NPD) ou même Trump ?

Imposture
12 juin 2017 17 h 59 min

Salut ou plutôt shalom Le National-Libéralstein,

Tout d’abord vous nous parlez tout le temps du FPO ou de Pinochet parce que vous êtes un cosmopolite et que vous en avez rien à foutre des travailleurs Français. et de leur appauvrissement progressif à cause du libéralisme. C’est ce que j’ai pu voir en lisant votre réponse.

Permettez-moi de vous répondre sur l’aspect monétaire des choses :

Vous ne pensez pas que la Loi Pompidou-Rothschild soit responsable du surendettement de la France parce que vous êtes un imposteur qui n’a apparemment aucune notion sur la Théorie Monétaire, en réalité vous faites semblant de jouer au débile mental.

Les réserves fractionnaires me gênent parce qu’avec ce système, les (((banquiers))) peuvent utiliser l’effet de levier sur les prêts accordés aux Etats, donc sans risque, mon pognon sert à engraisser les ((((banquiers))), et lorsqu’on regarde ça et qu’on comprend le pourquoi de la loi Pompidou-Rothschild , ça fait BOOM. Que les particuliers se fassent baiser par leur banquier, après tout ça ne me choque pas , les gens sont tellement cons et ils font ce qu’ils veulent de leur pognon.

Vos “prélèvement obligatoires de 45%” servent en grande partie uniquement à payer les intérêts de la dette publique, l’impôt sur le revenu couvre à peine le service des intérêts de la dette.

Le National-Libéralstein vous êtes un imposteur !

Le National-Libéral
12 juin 2017 18 h 51 min

Et vous ne m’avez pas répondu, auriez-vous voter pour eux si vous étiez un de leurs concitoyens ? Et d’ailleurs qui préférez-vous entre la Parti de la France et le FN ? Car moi, c’est tout choisi ? Et oui, ce qui se passe en Autriche ou en Allemagne m’intéresse car ce sont des pays blancs.
De plus, j’ai dit qu’il fallait abroger cette putain de loi !!!! La où nous ne sommes pas d’accord par contre, c’est qui est responsable en premier lieu, moi je pense que ce sont les traitres politiciens et vous les banquiers. Pourquoi je pense que ce sont les politiciens ? Car c’est toujours eux qui font le budget et qui disent donc qu’il faut s’endetter !
De plus, les intérêts de la charge de la dette pour l’ensemble des APU sont d’après l’INSEE de sont (pour 2015) de 48,6 milliards d’euros soit sur le PIB français de 2015 (2181,1 milliards d’euros) sont de 2,23% donc non arrêter vos diffamations ont est loin des 45% de prélèvements obligatoires qui servent en grande partie pour payer les intérêts de la dette publique !
La vérité, c’est que cet argent est distribué aux bougnoules qui branlent rien et font un max d’enfant pour toucher les allocs sans compter les aides aux associations communautaristes, pro-immigrés….
Sur ce, j’en ai marre de débattre et redébattre avec vous comme je l’ai dit la dernière fois d’ailleurs car objectivement, aucun de nous deux ne changera d’idée donc ce sera mon dernier post.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2121561

Imposture
12 juin 2017 19 h 23 min

Mais oui c’est ça !

Tenez prenez ceci avec vous, partez au moins avec des petits cadeaux :

Casino Financier

https://www.youtube.com/watch?v=3DjBVeouPTk

L’argent dirige le monde… mais qui dirige l’argent?

https://www.youtube.com/watch?v=31xI8joRnCw

En passant
13 juin 2017 1 h 48 min

Et qui a inventé le socialisme et le communisme, Imposture le bien nommé ?

Imposture
13 juin 2017 5 h 43 min

L’ange déchu jaloux de l’homme. Il a crée ces monstruosités ainsi que le libéralisme pour faire de l’homme un esclave.

Le National-Libéral
12 juin 2017 10 h 45 min

La vérité est que c’est l’Etat qui prend toujours plus :

Sixièmement, pourquoi les pays les plus libéraux d’Europe (Autriche, Suisse et Danemark par exemple) connaissent le plein-emploi, un salaires médian supérieur au notre et un taux de pauvreté inférieur au notre ?
Septièmement et là je ne compte pas vous critiquez, je vais juste vous posez une question. Vous savez qu’un Etat (bon c’est vrai aujourd’hui avec l’UE immigrationniste ce n’est plus le cas, mais je pense que nous sommes d’accord sur le fait qu’il sortir de l’euro donc considéré dans mon exemple que nous sommes sortis de l’euro) peut actionner un levier pour faire baisser les intérêts des prêts. Cela s’appelle la Banque de France ! Alors si vous étiez préside

yoananda
11 juin 2017 23 h 34 min

La démographie ne va faire qu’empirer ce résultat.

El Tosco
12 juin 2017 5 h 40 min

Je trouve très positif que les gens cessent de rêver – mais je suis sûr qu’il y en a encore – du Grand Soir Mariniste. C’est de plus en plus officiel aujourd’hui : la coalition naturelle des dégénérés et des allogènes ne sera jamais vaincue par les urnes. À nous de nous resaisir, de cesser de prendre des vessies pour des lanternes et de nous organiser.

12 juin 2017 9 h 05 min

Oui les élections ne risquent plus de nous être acquises. Agissons plutôt que d’attendre que nos partis soient au gouvernement.

wpDiscuz