Viol et torture d’une jeune fille à Évry par des bougnoules : la motivation anti-française avait été niée en dépit des faits

Avant-Propos

Les nationalistes sont régulièrement accusés d’être motivés par “la haine”, laquelle est condamnée comme une sorte de mal absolu.

Une réponse courante, et parfaitement exacte, est que nous sommes motivés par l’amour des nôtres, de ce qui est juste, de ce qui est bon, de ce qui est beau.

Mais amour et haine sont les deux faces d’une même médaille. Kai Murros l’expliquait très bien dans sa défense de la haine ; on ne peut véritablement aimer que si l’on peut haïr ce qui menace de détruire ce que l’on aime.

Et je pose la question : quand on lit des faits aussi monstrueux que ceux qui suivent (qui sont de nature à choquer même lorsqu’on a lu des centaines de faits divers ignobles), comment ne pas ressentir de haine à l’égard de ceux qui les ont commis et de ceux qui les ont facilité ? N’est-ce pas l’indifférence qui est folie en pareil cas ?

Le viol collectif avec tortures

Le Parisien :

« Cette affaire est tellement horrible qu’elle m’a fait pleurer pour la première fois en 23 ans d’exercice. » Sandra Kayem, avocate au barreau d’Evry, s’apprête à défendre à nouveau une jeune femme qui avait été victime d’un viol collectif, de tortures, d’actes de barbarie et de racisme anti-blanc le 30 mars 2014, à la sortie de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne). « Ce n’est pas professionnel, mais mes larmes coulaient toutes seules lorsqu’elle m’a raconté le calvaire qu’elle a vécu », avoue l’avocate.

Bien sûr, les détails de ces sévices sont édulcorés dans la presse, ça serait trop “éprouvant” pour nous et puis ça pourrait susciter qui sait de la haine contre la vermine qui a commis cet acte.

À partir de ce mercredi et jusqu’à vendredi, l’un des auteurs des faits est jugé en appel au tribunal de Melun (Seine-et-Marne). Âgé de 17 ans au moment de cette attaque, l’excuse de minorité lui avait été retirée par la cour d’assises de l’Essonne. En récidive et chef de la bande, il avait été condamné à trente ans de prison en 2015. Ses trois complices, âgés de 13 ans à 15 ans, avaient écopé de cinq à sept ans de prison devant le tribunal. Parmi eux figure le frère du meneur. Ils seront cités en tant que témoins au procès en appel du principal accusé.

Dans une société saine, ils auraient été tous condamnés à mort et exécutés, même la vermine de 13 ans. Dans une société saine, en l’absence d’un tel jugement, ils auraient été lynchés par la population.

Quand un chien qui s’attaque à un humain est tué, c’est parce qu’on sait qu’il risque de recommencer et qu’il s’agit d’un risque inacceptable. Il en va de même ici.

La victime, elle, est « encore dévastée », soupire Sandra Kayem. « Et revoir ses quatre agresseurs sera à nouveau extrêmement éprouvant », devine l’avocate. Sa famille est suivie par des psychiatres et a déménagé pour fuir ces lieux « maudits ».

Sa vie a été brisée.

Car le calvaire que la victime a subi cette nuit-là est insoutenable. Il est 1 heure du matin et la jeune femme rentre d’une soirée à Paris en RER. Elle arrive à la station Evry-Courcouronnes. En sortant de la gare, quatre jeunes l’encerclent.

Les “jeunes” en question sont des bougnoules. C’est un fait majeur de cette affaire que Le Parisien s’efforce d’éviter afin de ne pas alimenter la haine contre cette vermine invasive.

Le meneur lui demande son téléphone portable. Les trois autres ont une bombe lacrymogène, un tournevis et un brise-vitre. Le chef la fouille, lui dérobe des bijoux et commence ses attouchements sexuels.

Puis ils entraînent la jeune femme derrière un talus, la déshabillent tout en la frappant et la violent.

Les détails sont écœurants, mais trop significatifs pour être tus : ils lui ont fait subir des fellations forcées, lui ont violé le vagin, l’ont sodomisée… La totale en matière de viol.

Une personne approche, alors l’accusé rhabille la jeune femme et l’emmène dans le parc des Coquibus. Là, ils abusent à nouveau d’elle, à tour de rôle et à plusieurs reprises chacun, tout en lui donnant des coups de bâton et en écrasant leurs cigarettes sur elle. Les tortures, les humiliations et les actes indicibles des quatre hommes, ne font alors que commencer.

Entre autres “actes indicibles”, ils lui ont uriné dans la bouche. Je ne l’invente pas, c’est l’AFP qui le rapporte.

Ils ne la relâchent qu’aux environs de 5 heures du matin en la menaçant de mort si elle les dénonce. Deux automobilistes découvrent la victime errant dans la rue, le visage tuméfié.

Ils ont conclu le calvaire de la jeune femme en lui rouant le visage de coups de pieds et de poings encore et encore jusqu’à ce qu’elle saigne. Son nez a notamment été fracturé sous la violence des coups.

Je le répète : comment peut-on souhaiter moins que la peine de mort pour les quatre vermines ayant commis ces actes ?

Caricature de A. Wyatt Mann - violeur barbare exécuté
La seule chose qui devrait faire débat, c’est s’il faut torturer les tortionnaires avant de les mettre à mort.

Des motivations anti-françaises passées sous silence

Grâce à la vidéosurveillance installée à la gare, les quatre bourreaux sont identifiés et interpellés. Face aux enquêteurs, cette bande avait avancé des motivations racistes « anti-français », en admettant avoir demandé à la victime ses origines.

C’est, de tout l’article du Parisien, la seule chose qui indique que cet acte n’a pas été commis par quatre jeunes blancs, mais bien en l’occurence par quatre bougnoules. Il s’agirait plus précisément, selon les informations que l’on peut recouper par ailleurs, de trois frères turques et d’un acolyte marocain.

À l’époque, le procureur d’Evry avait choisi de dire que ces éléments étaient « faux », car la famille souhaitait « éviter toute récupération politique ».

LEUR FILLE EST VIOLÉE SAUVAGEMENT, LEUR FILLE EST TORTURÉE DE LA MANIÈRE LA PLUS IGNOBLE QUI SOIT, ET CES GENS S’INQUIÈTENT D’ABORD QUE CELA PUISSE SUSCITER DES SENTIMENTS HOSTILES À L’ÉGARD DES ENVAHISSEURS ALLOGÈNES.

Je n’écris quasiment jamais de texte tout en majuscule, mais là c’en est trop !

Ces gens sont moralement co-responsables du calvaire qu’a subi cette pauvre fille.

Mais le meneur avait notamment indiqué en garde à vue : « Quand je sortirai je niquerai la France. » Un complice, avait pour sa part reconnu s’en être pris à cette jeune fille « parce qu’elle est française et qu’il n’aime pas les Françaises ».

C’est limpide.

Les médias sont capables de nous parler pendant des semaines de la fameuse “affaire Théo” où il est désormais avéré que les policiers étaient innocents et que le nègre mentait (sans parler des escroqueries commises par sa famille), mais une affaire comme ce viol collectif avec tortures d’Évry n’est mentionnée que rapidement en minimisant ses aspects les plus horribles et surtout en dissimulant au maximum qu’il s’agit d’un acte de guerre raciale anti-blanche.

Imaginez un instant le tapage médiatique infernal auquel nous aurions eu droit si les races de la victime et des coupables étaient inversées ! C’est toujours un exercice utile pour prendre conscience du biais anti-blanc monstrueux des médias aux ordres.

Ces gens aussi sont moralement co-responsables du calvaire subi par cette jeune blanche à Évry.

AFP :

[Le] meneur du groupe a repris 30 ans de réclusion criminelle en appel vendredi.

Après trois jours de procès à huis clos, la cour d’assises des mineurs de Melun (Seine-et-Marne) a confirmé le verdict édicté en première instance par la cour d’assises d’Evry en 2015.

“Il s’agit de la peine maximale, car depuis 2016, les mineurs ne peuvent plus être condamnés à perpétuité”, a expliqué à l’AFP Sandra Kayem, l’avocate de la victime. “On est soulagés et satisfaits de cette décision parfaitement à la hauteur des faits commis”.

Non, ça n’est pas à la hauteur des faits. Aucune peine légale n’est à la hauteur des faits. Il va passer trente ans de “vacances prison” à nos frais avant d’être relâché avant d’avoir atteint la cinquantaine.

Récidiviste, l’accusé avait déjà violé un garçon de 13 ans lorsqu’il en avait 15, et écope de deux ans d’emprisonnement supplémentaires, car la cour a révoqué le sursis de sa peine dans cette affaire.

S’il avait été exécuté après ce premier viol, il n’aurait pas pu commettre le second.

Les opposants à la peine de mort affirment qu’elle n’a pas une grande valeur dissuasive ; peut-être, mais au moins élimine-t-elle définitivement ce genre de déchets.

Il est également condamné à un suivi socio-judiciaire de 20 ans et prendra sept ans de prison additionnels en cas de manquement.

C’est ça, on va essayer de “réinsérer” le violeur turc dans la société…

Les trois complices de l’accusé, très jeunes, avaient été jugés séparément par un tribunal pour enfants en avril 2015 et avaient écopé de peines allant de cinq à sept ans d’emprisonnement.

Comme cela, autour de leur vingt ans, ils pourront retourner mener une vie de racailles et aller violer quelques autres françaises. Elle n’est pas belle la vie ?

Conclusion

On notera qu’en 2015, un autre viol collectif anti-blanc avait été commis dans le même parc d’Évry.

En 1944-1945, la vermine communiste avait tué des dizaines de milliers de français de valeur au cours de la fameuse “Épuration”, présentée quasiment comme vertueuse par l’historiographie officielle qui évite de s’attarder sur les détails embarrassants.

Eh bien, je suis d’avis qu’il y a aujourd’hui non seulement besoin d’une bonne épuration des pires traîtres anti-français, mais que loin de la cacher ou de la nier, il faudrait la revendiquer.

Sincèrement, comment ne pas ressentir une indignation meurtrière face à la destruction systématique dont nous sommes l’objet ? Pourquoi faudrait-il rejeter cette indignation meurtrière plutôt que de l’accepter et de la cultiver ?

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

12 Commentaires sur "Viol et torture d’une jeune fille à Évry par des bougnoules : la motivation anti-française avait été niée en dépit des faits"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Kugel
4 juin 2017 8 h 46 min

Notre action doit se mener selon deux axes :
– la lutte contre les sous-races qui nous envahissent, souillent notre sol et commettent méfaits, exactions et crimes de toutes sortes,
– la lutte contre tous les traîtres blancs qui collaborent avec les envahisseurs et travaillent à la mise en place de notre remplacement dans le cadre de la mondialisation et du gouvernement mondial.

En ce qui concerne les premiers, je pense qu’il faudrait créer des “escadrons de la mort” de petites équipes qui sillonneraient le terrain et buteraient les bougnoules isolés dès que les cironcstances s’y prêtent. Car il est urgent de rendre les coups et il faut que ces fumiers sachent qu’ils ne peuvent plus agir impunément, sans s’exposer à de sanglantes représailles.

Pour ce qui est des seconds, il faut les buter eux aussi. Mais c’est plus difficile car là, il y aura un gros travail d’investigation et de recherche à effectuer pour les débusquer. Des rats tels que ce directeur d’université qui a porté plainte contre Blanche Europe (mais c’est vrai aussi des commissaires de police, des préfets, des journalistes, des députés, etc,) sont parfaitement conscients que des gens pourraient leur en vouloir – soit dit en passant, n’est-ce pas la meilleure preuve de leur culpabilité ? – et ils font toujours en sorte de ne jamais dévoiler leurs adresses.

Mais tout cela implique aussi de monter nos réseaux afin d’unir nos efforts et de les coordonner.

Jérémie
4 juin 2017 9 h 41 min

J’étais justement en train d’écrire : “à quand des commandos d’extermination de la vermine ?” Je suis tellement à bout que je suis prêt, je me morfonds de ne pas agir à la mesure des horreurs infligées aux nôtres (encore une série d’attentats à Londres cette nuit).

4 juin 2017 10 h 19 min

Oui !
On essaie de monter un réseau si ça t’intéresse…

Jérémie
4 juin 2017 19 h 43 min

Oui ça m’intéresse alors comment on fait tout en restant discret et ne pas subir la répression d’état ?

4 juin 2017 20 h 16 min

Envoi un message avec une adresse mail sécurisée ici : [email protected] ( c’est l’adresse de Darkeuclyde).
Et demande le mail de Nico White. Après je te donnerais un protocole pour que l’on communique ensemble en tchat si ça t’intéresse. Ou alors par mail c’est comme tu voudras.

4 juin 2017 10 h 27 min

Je suis lassé d’écrire à chaque fois un texte long comme le bras qui au final ne sera lu que par peu de personnes alors aujourd’hui je serai plus bref.
Nous devons les exterminer jusqu’au dernier. Ils n’ont aucune pitié avec nous et nous les traquerons. Nous vaincrons mais encore faut-il commencer le combat.

SS marchons vers l’ennemi, chantant le chant du diable. Car dans le coeur des gars hardis, souffle un vent formidable. Qu’importe que l’on nous acclame, ou nous damne le monde entier. Nous l’entrainerons dans les flammes et nous en rions volontiers. Là où nous passons que tout tremble et le diable rit avec nous ahahahah. Nous luttons pour l’Europe et la liberté notre honneur s’appelle fidélité…

dom
4 juin 2017 11 h 25 min

Mais pour un peu on leur aurait dit merci d’avoir laissé la victime en vie et en plus, on lui aurait demandé de s’excuser de s’être trouvé sur la route des autres étrons ! Pauvre fille !
A eux aussi on compte faire caresser des hamsters pour les remettre dans le droit chemin ?

4 juin 2017 14 h 57 min

Je pense elle avait du les provoquer. Elle ne portait pas de sac poubelle sur la tronche et elle n’a pas du baisser les yeux en plus elle était Blanche alors jackpot pour ses sales afros bougnes.
Je propose qu’on leur fasse subir le même traitement ( prodigué par des membres de leur race bien entendu).
Tout continu sans s’arrêter. Il faut que cela cesse.
Or nous avons la solution mais pour l’instant peu de gens commencent à l’appliquer.

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
4 juin 2017 12 h 30 min

BLANCHE EUROPE : PRÉSIDENT !

Apres une telle lecture je ne peux qu’applaudir des deux mains, pour les solutions que Blanche apporte à cette vermine marron-caca !

Honte à la famille, qui ne dénonce pas ces faits !

Et toute ma compassion pour la victime qui a vraiment beaucoup souffert….

5 juin 2017 10 h 23 min

Ah si nous étions au pouvoir…ça serait beau. Et efficace.

Le cagoular
6 juin 2017 12 h 39 min

Salut je vien de lire cet article j’aurais voulu savoir si vous aviez des renseignements sur c’est chien!!! et si ils sont toujours en cours de jugement en Seine et marne?

wpDiscuz