Génétique : les Égyptiens anciens étaient bien moins métissés, plus proches des Levantins et des Européens que des Égyptiens modernes

La baisse de la qualité humaine d’une civilisation comme cause majeure de son déclin est l’explication la plus universelle de la chute d’antiques civilisations vers des niveaux inférieurs. Mais, naturellement, cette thèse défendue éloquemment par Stoddard, est taboue dans une société dominée par les chantres de l’anti-racisme et de l’égalitarisme.

Les preuves, cependant, s’accumulent.

L’Égypte antique est primitive au regard de la société moderne ; mais représentait un développement considérable par rapport à ce qui précédait : essor agricole, développement de l’écriture et de rudiments de science, État centralisé, techniques et réalisations architecturales… Réaliser ces développements en partant d’une situation bien plus primitive encore demandait une certaine qualité humaine ; et par l’impact qu’eurent ces changements, la civilisation égyptienne est bien l’une des plus influentes civilisations antiques aujourd’hui disparues.

Même si au Moyen-Âge l’Égypte demeura à un niveau décent, la régression de son influence civilisationnelle n’a eu de cesse de se poursuivre.

L’Égypte moderne est plus avancée au sens où la technologie moderne créée par les Européens y est répandue – béton, électricité, eau courante, voitures automobiles -, mais rien de tout cela n’y a été créé et surtout, cela ne persiste que par le contact permanent avec le reste du monde. Pour le reste, c’est un pays assez arriéré, avec Le Caire en chancre urbain géant, où les plus imbéciles se multiplient – l’ancien chef d’État Moubarak reprochait à juste titre aux Égyptiens de vouloir “faire concurrence aux lapins” (la population égyptienne est passée de 72 millions d’habitants en 2005 à 93 millions aujourd’hui). Il y a très peu d’étincelle créative subsistante.

Et il s’avère justement, qu’en sus de la régression intra-raciale (prolifération des inférieurs) très difficile à mesurer, on observe au cours de cette période un phénomène significatif de métissage avec des nègres.

Nature :

Les tombes de l’Égypte ancienne ont livré des colliers en or et des bracelets en ivoire, mais un autre trésor – l’ADN humain – s’est avéré insaisissable. Maintenant, des scientifique ont capturé des informations génomiques frappantes venant de momies égyptiennes. Elles révèlent que les momies étaient étroitement apparentées aux anciens Moyen-Orientaux, suggérant que les Nord-Africains pourraient avoir des racines génétiques différentes des gens vivant au Sud du désert du Sahara.

Eh bien dis donc, nous avions vraiment besoin d’une étude scientifique pour réaliser que les Égyptiens ne sont pas des nègres !

Cette manière de présenter les choses est assez ridicule, puisque même les Égyptiens modernes sont clairement différents des nègres et qu’il n’y a jamais eu de doute sur leur différence hormis chez des pseudo-scientifiques et des imbéciles.

Détroit pyramide
Cela voudrait dire que ceci est faux ? Mince alors !

L’étude, publiée le 30 mai dans Nature Communications, inclut des données de 90 momies enterrées entre 1380 avant notre ère, lors de la période égyptienne du Nouvel Empire, et 425, lors de l’époque romaine. Les découvertes montrent que les parents les plus proches des momies étaient d’anciens agriculteurs d’une région qui comprend l’Israël et la Jordanie moderne. Les Égyptiens modernes, par contraste, ont hérité de davantage de leur ADN des Africains centraux.

Apparemment, importer des esclaves nègres n’était pas une si bonne idée que ça, même avec les pratiques barbares de castration ?

On remarquera par ailleurs que l’étude couvre une période assez tardive de l’Égypte antique. Ceci peut se comprendre eu égard à la difficulté d’obtenir des données ADN plus anciennes encore ; mais il y a environ 1800 ans entre la fondation de la première dynastie et les plus anciennes données de l’étude, soit davantage qu’entre aujourd’hui et les plus récentes données de l’étude.

Il s’agit d’une période amplement suffisante pour que des changements significatifs se soient produits.

Cependant, les scientifiques affirment que les données sont assez semblables entre leurs échantillons les plus anciens et les plus récents, ce qui paraît réduire cette possibilité.

Les découvertes archéologiques et documents historiques suggèrent des liens étroits entre l’Égypte et le Moyen-Orient, mais “c’est très bien que cette étude fournisse désormais des preuves empiriques de cela à un niveau génétique”, déclare l’anthropologue évolutionnaire Omer Gokcumen de l’université de New York à Buffalo.

Le climat brûlant de l’Égypte et la pratique ancienne de l’embaumement des corps a rendu la découverte de matériel génétique intact difficile. Les premières séquences ADN dont on pensait qu’elle venait d’une momie étaient probablement le résultat de contaminations modernes, et beaucoup de scientfiques sont sceptiques d’informations génétiques supposément obtenues de la mommie du roi Toutankhamon.

Cette dernière analyse a réussi en omettant les tissus mous – souvent abondants dans les momies égyptiennes – pour chercher l’ADN des os et des dents. Les chercheurs ont soigneusement filtré l’ADN pour écarter une contamination de quiconque a manipulé les momies depuis leur excavation il y a un siècle dans la cité antique de Abusri el-Meleq.

“Plus de la moitié des momies que nous avons étudiées avaient une préservation ADN assez décente”, déclare le co-auteur Johannes Krause, un paléogénéticien à l’Institut Max Planck pour la Science de l’Histoire Humaine, à Iéna, en Allemagne.

L’équipe “réussit là où les études précédentes sur les momies égyptiennes ont échoué ou n’ont pas été à la hauteur”, déclare Hannes Schoreder, un paléogénéticien à l’université de Copenhague. Maintenant, les chercheurs peuvent espérer répondre à des questions comme si l’immigration a alimenté la croissance de la population de l’Égypte antique, ajoute Sonia Zakrzewski, une bioarchéologue de l’université de Southampton, au Royaume-Uni.

Évidemment ces salauds arrivent à nous placer une “scientifique” ultra-politisée, possiblement juive, qui veut chanter les louanges de l’immigration.

Sonia Sakrzewski
C’est plutôt une tête de juive que de polonaise…

Le fil twitter de cette vermine (en) est absolument révélateur.

Rien que ces derniers jours, on y trouve un retweet d’un message se plaignant qu’une commission sur la diversité ait 7 membres sur 8 qui soient “blancs” (il y a probablement un ou des juifs en réalité sur les 7 “blancs”) ; un autre retweet défendant les musulmans (après l’attentat de Manchester, cette “scientifique” chante “cépalislam”) ; un tweet de sa part traitant l’UKIP (le parti de Nigel Farage) de “raciste” (alors que c’est un parti plus mou que le FN !) ; et puis un retweet ultra-révélateur :

Pour tout archéologue qui n’est pas encore sûr que l’archéologie est 100% politique, pertinente pour la société contemporaine et tragiquement mal utilisée, lisez ceci.

@Lollardfish L’utilisation explicite du mythe Viking comme justification pour essayer de tuer des gens marrons en Occident est un problème central de #twittermédiéval.

Plus loin encore, on la trouve jugeant choquant que quelqu’un puisse considérer qu’être né au Royaume-Uni ne suffit pas à être britannique. On pourrait probablement remonter cela sur des mois et y trouver sur toute cette durée des commentaires et retweets politiques analogues.

Donc, on a une fanatique absolue de l’anti-racisme, ultra-politisée et qui veut utiliser l’archéologie à des fins politiques, qui vient nous donner des commentaires pseudo-scientifiques dans ce qui est censé être la revue scientifique de référence (Nature). Voilà où en est le youpinage de la Science.

Ce doit être nazi de vouloir une science scientifique qui s’intéresse à la vérité objective sans craindre ses découvertes, parce que son fondement doctrinal est assez solide et fondé sur la réalité pour survivre aux révélations scientifiques les plus frappantes.

Reprenons l’article de Nature :

Les scientifiques ont obtenu des informations sur les variations d’ADN mitochondrial, qui est transmis de la mère à l’enfant, à partir de 90 momies. En raison de la contamination, l’équipe n’a pu obtenir un ADN nucléaire détaillé, qui est hérité des deux parents, qu’à partir de trois momies.

Les deux types de matériel généomique montraient que les Égyptiens anciens partagaient peut d’ADN avec les Africains sub-sahariens. En lieu et place, leurs parents les plus proches étaient les gens vivant au néolitique et à l’âge du Bronze dans le Levant. De manière frappante, les momies étaient plus apparentées aux anciens Européens et Anatoliens qu’aux Égyptiens modernes.

C’est cette dernière phrase qui a suscité beaucoup de réactions politiques ; puisqu’il est assez facile de la confondre mentalement avec “Les Égyptiens anciens étaient de type européen”, alors que cela souligne surtout à quel point les Égyptiens modernes ont été abâtardis pour que les anciens Égyptiens soient plus proches des Européens néolithiques (l’article de Nature manque de clarté à ce sujet, mais il me semble qu’il s’agit donc des Européens d’avant les invasions aryennes, les Européens modernes étant issus du mélange entre ces populations).

Égyptiens modernes
Ce ne sont pas ces gens qui ont édifié une civilisation avancée…

S’il est assez tentant de réécrire l’Histoire en mettant des Blancs comme source de civilisation absolument partout, et si sa présentation moderne par des gens comme Sakrzewski suit un objectif contraire d’effacement du rôle des Blancs, c’est très certainement un excès qui s’écarte d’un raisonnement objectif.

Naturellement, les Blancs ne se limitent pas aux types nordiques et alpins et il existait un type méditerranéen qui à l’ère antique était plus répandu qu’aujourd’hui ; mais les représentations que les Égyptiens faisaient d’eux-mêmes tendent à souligner qu’ils n’étaient pas Blancs au sens où nous l’entendons.

Une difficulté supplémentaire concerne cependant les différences raciales entre classes sociales. Car ce qui est le plus vital pour que florisse une civilisation, c’est une petite proportion d’individus très supérieurs. Aussi, lorsque la classe dirigeante et la population qu’elle dirige sont issus de souches différentes, on peut obtenir une civilisation plus vivace qu’on ne s’y attendrait en regardant le résultat du métissage entre ces groupes plusieurs siècles plus tard – l’exemple le plus évident pour cela est le Nord de l’Inde ; où l’impact politico-culturel des Aryens conquérants, indubitablement de race blanche, est spectaculaire alors que leur impact génétique est très modeste.

Ce fait favorise les spéculations, justes ou erronées, puisque la vérité est dès lors plus difficile à découvrir.

En ce qui concerne l’Égypte ancienne, la découverte de momies aux cheveux blonds ou roux (le fameux Ramsès II était roux !) – des traits typiquement européens – a alimenté les spéculations.

Les chercheurs disent qu’il y a probablement eu une vague d’ADN africain sub-saharien en Égypte il y a environ 700 ans.

Vu que ce n’était pas le sujet de leur propre étude, d’où sortent-ils cette date ? C’est peu sérieux de ne pas sourcer une telle affirmation, de leur part ou de celle de Nature.

Le mélange des Égyptiens anciens et d’Africains venant de plus loin au Sud signifique les Égyptiens modernes peuvent retracer 8% de leur ascendance à des Africains sub-sahariens en plus de ce que pouvaient les momies de Absuir el-Meleq.

Les nouvelles données ne peuvent pas expliquer pourquoi les anciens Égyptiens étaient si étroitement alignés avec les gens du Moyen-Orient. Était-ce le résultat de migrations, ou les chasseurs-cueilleurs d’Afrique du Nord de l’âge de Pierre étaient-ils semblables à ceux du Levant ? Il est trop tôt pour le dire, déclare Krause, mais il y a désormais une meilleure chance d’obtenir des réponses. “C’est le premier aperçu de l’histoire génétique de l’Égypte”, dit-il. “Mais c’est vraiment juste le début.”

Le gouvernement égyptien et les scientifiques politisés seront-ils capables d’en supporter la suite ? La question se pose.

S’il est exact qu’il s’agit d’un échantillon d’étude encore trop petit pour apporter des conclusions définitives, des agents politisés sont déjà à pied d’oeuvre (en) pour s’alarmer de la possibilité que l’on établisse une distinction entre Égyptiens modernes et anciens ; ce qui confirme la sensibilité politique du sujet.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

35 Commentaires sur "Génétique : les Égyptiens anciens étaient bien moins métissés, plus proches des Levantins et des Européens que des Égyptiens modernes"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Pouvoir Blanc
3 juin 2017 11 h 04 min

Pour ceux que ça peut intéresser, le séquençage d’un squelette phénicien vieux de 2500 ans en 2016 a révélé qu’il appartenait a un Haplogroupe rare de type européen : https://lc.cx/5zN5

Cet Haplogroupe se rapprocherait le plus de celui des Portugais actuels : http://www.ouest-france.fr/sciences/adn-le-mystere-de-lorigine-des-pheniciens-bientot-revele-4253689

Si cette découverte était avérée, ce serait une nouvelle preuve du génie Blanc.

Tarzan du sud
3 juin 2017 11 h 47 min

Hum des portugais ? ça doit être dans les gènes…

Anon
3 juin 2017 16 h 33 min

Ta stupidité aussi doit être génétique.

cain
3 juin 2017 12 h 58 min

exact ,jacques grimault par exemple parle des individus qui ont construit les pyramides ,de maniere indirecte il pense que ces monuments hautement technique ,ce sont des blancs qui les ont construits.Les blancs sont des génie.

Pouvoir Blanc
3 juin 2017 13 h 34 min

Oui, et par ailleurs, c’est presque risible de voir ces nègres qui essaient de s’approprier la civilisation égyptienne (ainsi que d’autres civilisations). Selon certains de ces clowns, Cléopâtre, qui était d’origine macédonienne, était une négresse.

Pour compléter un peu l’article, voici un autre lien : http://www.maxisciences.com/toutankhamon/pres-de-50-des-europeens-auraient-un-ancetre-commun-avec-toutankhamon_art16190.html

Cela montre que l’élite égyptienne antique se rapprochait certainement des Européens, au moins plus que les basses couches sociales de l’époque là bas. Et c’est la même chose en Inde (ou les élites ont quand même subis un métissage extrêmement important avec d’autres races), pays dans lequel les castes supérieurs sont plus proches des Blancs que les dravidiens. Au nord, on peut même trouver (très rarement certes) des yeux clairs.

Partout, on se rend compte que les personnes à la peau claire (et bien plus particulièrement celles de Race Blanche) sont plus prospères, plus créatives et intelligentes que celles à la peau sombre.

dom
3 juin 2017 15 h 27 min

La peau claire, voire carrément blanche, fut partout et en tout temps signe de noblesse parce que partout, partout, les dieux ont eu la peau blanche. Peau blanche = dieu = celui qui commande.
Pourquoi en Egypte et chez les Incas la caste dirigeante ne se mélangeait-elle pas ? On dit que les rois prenaient leur soeur pour épouse mais par” soeur”, je suis convaincue qu’il faut entendre “soeur de race” et non pas soeur biologique.
Nous avons d’ailleurs le témoignage de Pedro Pizzaro, le frère du conquistadore qui nous dit (et on se demande pourquoi ça n’a jamais suscité plus d’émoi que cela) que toute la caste dirigeante et l’Inca lui-même étaient des blancs.
Pourquoi n’en aurait-il pas été de même pour l’Egypte et ses pharaons ?

Pouvoir Blanc
3 juin 2017 17 h 26 min

Oui, la peau claire (et souvent blanche) est un signe de noblesse. Ce qui est plus que dommageable, c’est que la plupart des blancs préfèrent ne pas voir cela et se considèrent comme égaux avec les nègres (et autres races sombres).

Il n’est pas impossible que la classe dirigeante Inca (ou tout du moins en partie) fut de Race Blanche ou s’en rapprochant (au moins en des temps plus reculés), voir s’en était inspiré.
Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il est également possible que l’Amérique, il y a des millénaires, eut été habité en premier lieu par des Européens, donc les hypothèses restent ouvertes.

Pour en revenir à l’Égypte ancienne, on voit également que les plus grands des pharaons étaient les plus Européens (voir étaient totalement Européens). Cela a donc tendance à corroborer une origine se rapprochant de Européens (voir totalement d’Europe pour certains) chez l’élite égyptienne de l’époque.

dom
3 juin 2017 20 h 11 min

Je me permets de revenir aux incas ; ce n’est pas en des temps reculés que le témoignage de Pizzarro a été fait mais au 16è siècle. Si la classe dirigeante ne se reproduisait qu’entre elle, fort probable que depuis des temps bien plus lointains, sa blancheur avait été préservée.
Je sais que je m’éloigne des égyptiens mais je veux encore ajouter une chose tendant à prouver que l’Inca et son entourage étaient des blancs.
Les chroniqueurs espagnols parlent du jeune empereur Tupac Amaru qui fut décapité après avoir été vaincu, au début du 17è siècle je crois ou à la fin du 16è. Il est expressément dit que ce jeune homme était très beau ; or c’est pas la première idée qui nous vient quand on voit les Aymaras ou les Quechuas, ils sont très foncés et laids comme trois culs en l’air. Donc si les espagnols ont rencontré un homme correspondant à leurs critères de beauté puisqu’ils l’ont jugé beau, c’est qu’il était comme eux, blanc.

Pouvoir Blanc
3 juin 2017 20 h 53 min

En fait, j’ai parlé des temps reculés parce que les Incas avaient des dieux de Race Blanche, qu’ils décrivaient comme “des hommes barbus (les Incas étant imberbes),et blancs, venant de l’est, par delà la mer” et qui auraient apportés la civilisation.

C’est tout de même troublant. A cela il faut ajouter qu’il est fort possible que les Normands aient atteints l’Amérique au moyen-age, et qu’il en a peut être été de même pour les Phéniciens (qui seraient probablement d’origine Européenne).

Cela est à recouper avec les informations de Pedro Pizzaro. Ce qu’il faut par ailleurs comprendre, c’est que même si l’élite Inca n’était pas d’origine Européenne, elle s’est possiblement très fortement inspirés de la civilisation Blanche.

3 juin 2017 22 h 06 min

Il n’est pas impossible que ceux qui dirigeaient certains peuples non Blancs étaient des Blancs. Toutefois cela reste à prouver scientifiquement. Mais que cela soit le cas ou pas nous savons que l’homme Blanc est supérieur.

Gemar.Pressac44
7 juin 2017 10 h 20 min

Les caucasoides et les mongoloides sont les deux races supérieures.

Togirix
4 juin 2017 12 h 34 min

Jacques de Mahieu avait déjà découvert tout cela, je veux dire : l’apport immense des Vikings aux peuples précolombiens, aussi bien en termes d’architecture, que de religion, de techniques, de génétique (Indiens blancs) et d’organisation sociale.

Je ne saurai trop conseiller l’étude, tout du moins le survol (car c’est parfois assez technique), des écrits de Mahieu (auteur éminemment recommandé par le grand Claude Nancy).

Je suis sûr qu’un jour (lorsque la Connaissance aura été libérée de l’emprise des (((chercheurs officiels)))) nous finirons par découvrir, preuves scientifiques à l’appui, que les mythes de Thulé/Hyperborée, comme tous les mythes, trouvent leur fondement dans la réalité.

Les Blancs portent, dans les parties restées inaltérées de leur sang, l’héritage des demi-dieux qu’étaient nos lointains Ancêtres.

Voilà pourquoi les Blancs doivent préserver leur pureté phylogénétique ET morale, car les conditions de la Renaissance aryenne sont déjà en nous, à la fois dans notre corps et dans les tréfonds de notre âme (et voilà pourquoi il faut à tout prix s’extraire du dualisme corps/âme typiquement sémitique).

Amicalement

Albers
7 juin 2017 11 h 20 min

on appelle cela l’adelphogamie pharaonique

Gemar.Pressac44
7 juin 2017 10 h 19 min

Les blancs n’ont plus rien à prouver.

Jean
3 juin 2017 18 h 33 min

Merci

Pouvoir Blanc
3 juin 2017 19 h 04 min

De rien, c’est tout naturel de ma part de partager ces liens.

Seth Mykérinnos
24 décembre 2017 17 h 21 min

Je suis Egyptien copte Les Egyptiens d’aujourdhui sont justement les seuls et uniques descendants des anciens egyptien la génétique et l’étude des momies encore une fois l’a prouvé ( ADN M78) pour 85 % d’entre eux, le sang arabe n’est que de 7 % chez les egyptiens actuels Voiçi les EGYPTIENS D’AUJOURDHUI

https://twitter.com/carmansoliman

Preuve génétique des egyptiens d’aujourdhui 85 % Coptes http://www.cairoscene.com/Buzz/National-Geographic-s-DNA-Analysis-Proves-Egyptians-Are-Only-17-Arab

quand à la folie afrocentriste il suffit bien evidemment d’un seul lien pour anéantir leurs mensonges : Esclaves noirs VS Egyptiens Caucasoides !

justement les egyptiens sont ceux qui ont le moins de sang arabe de tout le monde arabophone la génétique arabe J1 n’atteint meme pas les 7 % En egypte Les arabes étaient deja minoritaires dès leur entrée en Egypte et ont recrutés

20 milles arabes sous Amer iben As n’ont pas pu changer physiquement 10 millions de coptes egyptiens de l’époque C’est mathematiquement et temporellement impossible

C’est une conversion et une arabisation, ce sont juste nos prénoms qui ont changé

assyriens babylonien phéniciens libanais ,ce sont juste des peuples qui ont été convertis et arabisés par la langue Surtout que l’arabie à l’epoque du prophète ne renfermait meme pas 3 millions d’habitants et qui n’ont quasiment jamais bouger d’arabie,ils n’ont pas pu effacer 100 millions de personnes de la perse jusqu’en Espagne c’est mathématiquement impossible

Seth Mykérinnos
24 décembre 2017 17 h 33 min

il y a aussi la copte carmen soliman qui est très atypique = https://twitter.com/carmansoliman

Les afrocentristes n’ont aucune notion en science et en anthropologie les egyptiens ont généralement le visage carrée large , large bouche ( nagui le president Sisi ) mais ces caractéristique n’en font pas des noirs bien evidemment, Donc si on suit leur résonnement les purs aryens comme Brad Pitt qui a des levres un peu pulpeuse serait un noir ???? Leur arguments n’ont aucune valeur

Ramsès II Chassant les noirs nubiens :http://www.stephanecompoint.com/41,,,24804,fr_FR.html

Tutankamon ecrasant les nubiens (noirs ) avec son char

TOUT absolument tout(momies, artfefact ) ridiculise les thèses débiles des malades afrocentristes ils disent même que les celtes, les samourai ,japonais,mayas… etaient noirs!

En réalité le negroide est la dernière race apparue sur terre le fruit d’un très long processus de mutation( d’ailleurs la preuve la paume de leur mains est restée blanche ( Alors qu’on voudrait nous faire croire qu’ils sont à l’origine de l’homme

3 juin 2017 11 h 27 min

Tiens on nous aurait mentis en cours d’histoire ? On m’avait dit que les égyptiens étaient des arabes et donc que cela prouvait leur intelligence et leur supériorité parce que nous n’avons jamais eu l’intelligence de construire des pyramides voyons !

PS : sous certains articles j’ai pu remarquer un petit 10 min read, ou alors 7 min read. C’est le temps de lecture de l’article ou le temps qu’on a passé à le lire ? J’ai l’impression que c’est une nouveauté ( mais pas sur tout les articles ? ).

dom
3 juin 2017 15 h 10 min

Sans oublier l’époque où on nous a dit que les pharaons étaient noirs, n’est-ce pas ? Rien qu’à regarder la momie de Ramsès II on s’en rend compte : cheveux roux, nez fort et busqué, bouche mince…. des traits négroïdes quoi ! Sommes-nous cons pour ne pas nous en être aperçus.

3 juin 2017 22 h 07 min

Oui c’est vrai ! Mais cet aveuglement de l’époque est le même aujourd’hui : quand on nous dit qu’un nègre ou un bougnoule fait parti de la même race que nous…

3 juin 2017 22 h 09 min

Les Egyptiens antiques ont utilisé beaucoup d’esclaves, y compris les prisonniers de guerre. Ils ne se mélangèrent surtout pas avec les nègres. Et si les têtes des momies ont une couleur très sombre, ça n’est qu’à cause du passage du temps sur ces très anciens cadavres. Ceci étant, je ne m’apparente pas à eux, même s’ils nous ont laissé KEK.

Je lis que Cléopâtre était d’ascendance macédonienne, ce qui m’amène à aborder la question des pyramides en actuelle Bosnie , 20.000 ans avant celles d’Egypte, où elles ont peut-être tout simplement été copiées, avec beaucoup de retard, tout comme ils copièrent les navires, les armes, etc. de leurs voisins avec qui ils étaient presque perpétuellement en conflit, raisonnant en termes d’empire, de conquête, de rafles d’esclaves, d’armée au caractère de légion étrangère…

Guilty Spark 88
3 juin 2017 13 h 25 min

3 juin 2017 22 h 07 min

Magnifique 🙂

Jean
3 juin 2017 16 h 31 min

Vous devriez vous intéressé à la Chine, aux ethnies qui ont dominé et aux développements. C’est un pays riche par son Histoire et sa civilisation a connu des hauts et des bas à travers différents facteurs.

Jean
3 juin 2017 17 h 56 min

Vous devriez vous intéresser à la Chine, aux ethnies qui ont dominé ledit pays et aux développements inhérents. C’est un pays riche par son Histoire, ses politiques et sa civilisation a connu des hauts et des bas à travers différents facteurs. L’ouvrage de Fairbank permet d’y voir plus clair.
Désolé pour le dernier message (et donc le doublon) mais il est lamentablement écrit, donc je rectifie.

OTOOSAN
3 juin 2017 19 h 28 min

Oui, en particulier aux momies Celtes du Tarim, dans la Xinjiang !

génocidaire
3 juin 2017 16 h 34 min

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/01/30/nous-avons-20-de-genes-de-neandertal_4356794_1650684.html

http://www.jeuneafrique.com/185454/societe/volution-neandertal-n-a-pas-fait-souche-au-sud-du-sahara/

Pour le site “jeuneafrique” c’est la preuve qu’il n’y a pas de race, alors que c’est exactement le contraire… C’est la preuve que nous n’avons pas le même génome.

Les européens ont une part de Néanderthal, que l’on dit plus rustre alors que c’est faux … C’était au contraire un peuple bien plus raffiné que les babouins … et qui s’est fait bouffer par ces derniers …. Comme quoi, l’histoire se répète.

wpDiscuz