L’UE prépare une procédure judiciaire contre la Hongrie et la Pologne en raison de leur refus d’accueillir des “migrants”

Le plan de relocalisation d’envahisseurs annoncé à l’automne 2015 est largement un échec pour les autorités anti-blanches : nous rapportions en février que moins de 10% des allogènes prévus avaient été relocalisés.

Même les gouvernements ayant voté en faveur de ces quotas délirants traînent des pieds.

Mais les caciques de l’Union anti-Européenne ne renoncent pas.

AFP :

Lassée des mises en garde sans effet, la Commission européenne a menacé mardi de lancer des procédures d’infraction contre la Hongrie et la Pologne si elles refusaient toujours d’ici juin d’accueillir des demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce.

“C’est le dernier avertissement”, a lancé Dimitris Avramopoulos, le commissaire aux Migrations, en présentant un bilan d’étape sur le plan de “relocalisation” adopté en 2015 pour venir en aide à Rome et Athènes, en première ligne face à la crise migratoire.

La menace avait déjà été agitée, mais sans calendrier précis. “Si rien n’est fait avant notre prochain rapport en juin, la Commission n’hésitera pas à utiliser ses pouvoirs en vertu des traités et à ouvrir des procédures d’infraction”, a cette fois averti M. Avramopoulos lors d’une conférence de presse au Parlement européen à Strasbourg.

Ces procédures peuvent aboutir à une saisine de la Cour de justice de l’UE (CJUE) et le cas échéant à de lourdes sanctions financières.

“Je n’ai pas peur de ces annonces tonitruantes de la Commission”, a aussitôt répondu Beata Szydlo, la chef du gouvernement conservateur nationaliste [sic] polonais, déjà dans le collimateur de Bruxelles pour sa réforme controversée de la justice constitutionnelle.

Le gouvernement de Szidlo est conservateur, mais pas nationaliste.

“Nous ne serons pas d’accord pour qu’on impose à la Pologne ou à tout autre pays de l’UE des quotas obligatoires” de migrants, a-t-elle ajouté.

La Hongrie n’a pas été en reste face à “la menace” du commissaire Avramopoulos : “Bruxelles ferait mieux de se concentrer sur la protection des frontières plutôt que de disséminer les conséquences de ses propres erreurs”, a lancé le gouvernement de Budapest dans un communiqué.
[…]
La Hongrie et la Slovaquie ont même intenté une action en justice pour [contester le plan de relocalisation].

La possibilité d’imposer aux autres pays des envahisseurs par le biais de l’UE est en effet très douteux juridiquement.

Au 16 mai, seulement 18.418 demandeurs d’asile ont ainsi été répartis (dont 5.711 depuis l’Italie et 12.707 depuis la Grèce), bien loin des objectifs initiaux.
[…]
L’exécutif européen a également pointé du doigt mardi la République tchèque qui n’a pas contribué depuis “près d’un an”.

D’autres pays, comme l’Espagne, la Belgique, la Croatie, l’Allemagne, la Roumanie, la Slovaquie et la France, devraient eux “accroître leurs engagements mensuels” d’accueil selon la Commission.

Outre les réticences des États membres, le plan de répartition de demandeurs d’asile a également souffert de critères d’éligibilité restrictifs en termes de nationalité, les demandeurs concernés devant avoir la quasi-certitude d’obtenir l’asile après leur transfert. C’est le cas des Syriens et des Érythréens, mais les Irakiens ont quant à eux été exclus des “relocalisations”.

Vu qu’ils sont tous passés par des pays sûrs pour arriver jusqu’en Europe, leur pays d’origine ne devrait guère faire de différence…

[…]
Et de fait, 54.000 places (sur le total initial) ont déjà été rendues disponibles pour des “réinstallations” de Syriens directement depuis la Turquie, dans le cadre du pacte migratoire scellé en mars 2016 avec Ankara.

Puisque la plupart des envahisseurs qu’ils comptaient relocaliser étaient partis d’eux-mêmes vers l’Europe Occidentale, ils en prennent de nouveaux : il s’agit moins de soulager Grèce et Italie que de lancer l’invasion migratoire en l’Europe de l’Est, par petits pas.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "L’UE prépare une procédure judiciaire contre la Hongrie et la Pologne en raison de leur refus d’accueillir des “migrants”"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
17 mai 2017 15 h 41 min

Avoir des amendes pour ne pas accueillir des criminels…
Demain nous en tant que particulier nous devront accueillir des migrants dans notre maison j’en suis sûr. J’ai de la place dans mon jardin, six pieds sous terre.

17 mai 2017 21 h 00 min

Le commissaire politique (((Avramopoulos))) se croit-il à la tête de la Tchéka ?

wpDiscuz