Encore une victoire électorale pour la CDU de Merkel, en Rhénanie du Nord-Westphalie

Après les résultats de la présidentielle, avec 21% de vote pour la candidate du Front National au 1er tour et 34% au 2ème, les commentaires ont abondé sur les Français suicidaires. En vérité, la plupart de ceux qui ont élu Macron ne comprenaient pas les conséquences concrètes de ce choix, par stupidité ou lavage de cerveau médiatique. Mais leur vote démontrait leur adhésion au système, une adhésion partagée par une part importante des électeurs du FN.

La situation française paraît cependant très bonne quand on la contraste avec celle de l’Allemagne.

AFP :

Les conservateurs d’Angela Merkel ont consolidé dimanche le statut de favorite de la chancelière pour les législatives de septembre en remportant un scrutin dans l’Etat le plus peuplé d’Allemagne, un fief social-démocrate, selon des projections.

C’est une région très urbanisée et industrialisée, ce qui explique largement ces tendances.

Environ 20% de la population allemande vit dans cette région.

La défaite du Parti social-démocrate (SPD) en Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest) est d’autant plus cuisante que le rival de Mme Merkel dans la course à la chancellerie, l’ex-président du Parlement européen Martin Schulz, est un enfant de cette ancienne région sidérurgique.

L’Union chrétienne-démocrate (CDU) que préside Mme Merkel a remporté environ 34,5% des voix, quatre points de plus que le SPD qui enregistre le pire résultat de son histoire dans cet Etat, selon les projections diffusées par les chaînes publiques ARD et ZDF vers 16H30 GMT.

En 2012, le parti de Merkel était distancé de 13 points.

Le score final apparaît plus proche, 33% à 31%, mais cela ne change guère l’équilibre issue du scrutin favorable à la CDU.

[…]
Cette défaite est la troisième de rang pour le SPD en 2017 après celles en Sarre et au Schleswig-Holstein. Or Martin Schulz, distancé dans les sondages par Mme Merkel, avait besoin d’un succès pour relancer sa campagne.

Merkel contre Schulz, duel au sommet entre les candidats à la supervision de la destruction de l’Allemagne…

[…]
Par ailleurs, les libéraux FDP, alliés naturels de la CDU, ont obtenu un score régional historique d’environ 12%. Suivent les populistes de droite de l’AfD (7,5%), qui entrent ainsi dans leur 13e parlement régional sur les 16 que comptent l’Allemagne.

Ils consolident ainsi leurs chances d’entrer au Parlement fédéral à l’issue des législatives malgré une baisse de popularité et des querelles internes.

Ils y entreront mais sans possibilité de peser véritablement sur le parlement.

Enfin, les alliés du SPD au gouvernement rhénan, les Verts, divisent leur score presque par deux à environ 6%.

Dans l’ensemble “la gauche” recule donc significativement. Mais difficile pour autant de conclure à plus qu’un désir d’alternance au parlement régional.

Le bilan du gouvernement régional dominé par le SPD était en demi-teinte, donnant bien des munitions à la CDU.

Sur le plan de la sécurité, les conservateurs ont insisté sur l’échec des autorités locales à empêcher les centaines d’agressions sexuelles commises selon la police par des migrants la nuit du nouvel an 2015-2016 à Cologne.

On reproche aussi aux autorités de ne pas avoir arrêté à temps Anis Amri, l’auteur de l’attentat jihadiste de Berlin en décembre dernier, qui était dans le collimateur de la police de cette région où le jeune Tunisien avait vécu.

C’est fou !

Si les autorités locales du SPD étaient favorables à l’invasion, n’étaient-ce pas le gouvernement fédéral CDU de Merkel qui en était responsable ?

Nous ne nous sauverons pas par les urnes, mais c’est sans doute plus vrai encore pour l’Allemagne.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

Pas (encore) de commentaire !

10000

wpDiscuz