Quand Poutine assimile nationalisme et terrorisme islamiste

La Russie est par certains aspects une société moins dégénérée que la société occidentale – le plus évident est qu’on n’y promeut pas l’homosexualité ou le “changement de sexe” ; de même qu’on ne tente pas d’y diaboliser l’homme blanc. D’autres aspects y sont moins joyeux – une corruption latente, des taux d’alcoolisme et d’avortement effrayants, la surnatalité des musulmans du Caucase par rapport aux russes ethniques – mais vue de loin la Russie n’en suscite pas moins des rêves.

Son opposition aux États-Unis sur la scène géopolitique est aussi de nature à susciter de l’enthousiasme par chez nous : n’est-ce pas l’aide russe qui a empêché la Syrie de Bachar al-Assad de s’effondrer ? Même si la Russie est structurellement en position de faiblesse face à la menace chinoise (Russie et Chine collaborent beaucoup en ce moment, mais le déséquilibre est trop fort pour que ça soit stable quand la Chine deviendra la première puissance planétaire), c’est pour le moment un frein à l’influence de (((Washington))).

Néanmoins, certains en viennent alors à prendre leurs rêves pour des réalités : imaginer Poutine en sauveur, ce qui est peut-être même plus naïf que de l’avoir cru pour Trump, puisque cela fait plus de 17 ans qu’il est au pouvoir (il avait d’ailleurs été formellement élu président pour la première fois le 7 mai 2000, après avoir occupé ce poste par intérim).

AFP :

Le président russe Vladimir Poutine a appelé mardi le monde à s’unir pour combattre le “terrorisme” et assuré que la Russie pouvait défaire n’importe quel agresseur, à l’occasion du 72e anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale.

La Russie a célébré le Jour de la Victoire marquant la défaite de l’Allemagne nazie en 1945 avec notamment une parade militaire sur la place Rouge.

“Les leçons de la guerre nous obligent à rester en alerte et les forces armées de la Russie sont capables de repousser toute éventuelle agression”, a affirmé M. Poutine qui présidait la parade.

On pourrait trouver de très bonnes justifications à ce discours – et Poutine qui est un homme très intelligent a les siennes.

Évidemment, l’Allemagne hitlérienne est diabolisée alors que la réalité de l’action de l’Union Soviétique de 1939 à 1941, envahissant six pays voisins, est commodément oubliée ; mais ce serait risquer de sombrer dans la repentance ?

Bien sûr l’URSS d’alors est célébrée ; mais n’est-ce pas un moyen d’exalter le patriotisme ?

Le problème avec toutes ces “bonnes raisons”, c’est que cette vénération de la “Grande Guerre Patriotique” a des conséquences.

“La situation actuelle nous oblige à accroître notre capacité de défense mais pour mener un combat efficace contre le terrorisme, l’extrémisme, le néo-nazisme et d’autres menaces, il est nécessaire de consolider la communauté internationale tout entière”, a-t-il ajouté.

Poutine met clairement le nationalisme pro-blanc au même rang que le terrorisme islamiste.

[…]
“Cette tragédie monstrueuse n’a pas été empêchée d’abord parce que l’idéologie criminelle de la supériorité raciale a été tolérée, en raison de la désunion des grands pays”, a poursuivi le président russe, ajoutant : “il n’y avait et il n’y aura aucune force qui puisse conquérir notre peuple”.

Poutine, grand partisan de la non-intervention, se dit pour la répression si ce n’est l’intervention armée quand il s’agit d’écraser le racisme (soit le constat de la réalité, et la volonté de défendre les siens). D’ailleurs, si les mouvements nationalistes authentiques (c’est à dire sur une base ethno-raciale) ont une forte audience en Russie par rapport à l’Europe occidentale, ils font face à une hostilité gouvernementale intense.

“Nous n’oublierons jamais que la liberté de l’Europe et la paix longtemps attendue sur la planète ont été gagnées notamment par nos pères, nos grands-pères et nos arrière-grands-pères”, a-t-il dit.

Ah ça, les pays d’Europe de l’Est ont adoré la “liberté” apportée par les Soviétiques.

On rappellera que Poutine a supervisé une nouvelle loi de 2014 criminalisant la “négation des crimes nazis” et la “distorsion du rôle de l’URSS” dans la Seconde Guerre Mondiale (en). Avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 5 ans (et les geôles russes ne sont pas exactement hospitalières), c’est une loi tout particulièrement répressive.

La parade militaire du Jour de la Victoire est également une occasion de faire étalage de la puissance militaire russe à laquelle le pays consacre des sommes importantes.

C’est à peu près le seul aspect de cette célébration qui ne soit pas véritablement problématique.

Conclusion

L’attitude de Poutine par rapport à la Seconde Guerre Mondiale peut certes être expliquée par des raisons logiques (sans discuter du rôle de certains (((parasitess))), les (((Loubavitch))) ayant l’oreille de Poutine (en)) ; mais il n’en demeure pas moins que cette attitude et celle de l’État russe tout entier mettent gravement en péril l’intégrité raciale des Russes ethniques.

De l’anti-nazisme découle un anti-racisme mortifère.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

21 Commentaires sur "Quand Poutine assimile nationalisme et terrorisme islamiste"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Jacot
10 mai 2017 8 h 18 min

Mais, camarade Poutine, vos pères et grands-pères sont-ils fiers de ça, avec la complicité des Alliés :
http://www.jeune-nation.com/culture/histoire/le-veritable-visage-de-la-barbarie-de-la-seconde-guerre-mondiale-par-raymond-lacoste.html
Relire bardèche !

Honneur et Patrie
10 mai 2017 9 h 42 min

Même si, dans son discours, Poutine fait référence aux néo-nazis, qui, souvent, incluent les Slaves au sein de la race blanche, il faut garder à l’esprit que les nazis allemands considéraient les Slaves comme des sous-hommes et ont mené à leur égard des actions terribles. Poutine, en tant que supposé défenseur des Russes, ne peut justifier le nazisme.
Cependant, évidemment, il devrait et pourrait mieux défendre les Russes aujourd’hui en expulsant les “Tchiourka”, qui parasitent le pays.

Kolovrat
10 mai 2017 16 h 06 min

les nazis allemands considéraient les Slaves comme des sous-hommes

Je vois ce genre de reflexion propagée partout sans aucune preuve. Si c’était le cas pourquoi un état slave comme la Bulgarie à combattu au côtés du Reich pendant la WW2 ?

Franz
10 mai 2017 19 h 42 min

Merci Kolovrat ! Poutine est un judéophile il l’a dit écrit et répété ! Mais ce n’est pas assez clair pour une bonne dose d’abrutis natios de pacotille.

10 mai 2017 20 h 59 min

Il me semble bien qu’Adolf considérait les slaves comme des sous races…
Après pour ton exemple on peut aussi dire qu’une compagnie Musulmane SS existait…

autescousios
10 mai 2017 23 h 42 min

Dans MK, Hitler déclare que les Slaves ont été affaiblis génétiquement par l’élimination de leurs élites au cours des révolutions judéo-rouges, mais il n’y est pas question de sous-race slave si je me souviens bien.

Pour les musulmans (croates et bosniaques), ce n’est pas une compagnie mais 3 divisions (Don 13, 21 et 23) bien que la dernière n’ait eu qu’une existence éphémère pour cause de manque de recrues. Ces musulmans ont été la honte de ce corps d’élite qu’était la Waffen SS, se distinguant plus par leur taux record de désertion et leurs exactions gratuites, et même par leurs mutineries !
Mais quand on affronte une coalition sans précédent, on accepte les alliés qu’on peut…

Sonny Crockett
11 mai 2017 21 h 44 min

@autescousios….

Avez vous des sources, des documents / livres sérieux qui parlent des SS Bosniaques? Cela m’intéresse…

autescousios
10 mai 2017 23 h 36 min

Comme le dit Kolovrat, ce genre de réflexion ne repose sur aucune preuve. Il y a même des preuves de l’inverse, comme le lien qu’a posé Jacot ci-dessus, encore faut-il vous donner la peine de vous instruire au mieu de colporter des mensonges. Plusieurs centaines de milliers de Russes et d’Ukrainiens ont combattu du côté des Allemands et l’ont payé très cher à la fin du conflit.
Si les Allemands avaient considérés les Slaves comme des sous-hommes, ils ne leur auraient pas ouvert les rangs de la Waffen SS (Don 29 – à la courte existence, il est vrai – et 30).

Le caractère impitoyable de la guerre à l’Est a bel et bien été le fait des Russes, Reynouard par exemple explique très bien cela dans une de ses vidéos (torture et massacre de prisonniers allemands dès le début, résultat de la guerre massive de partisans, etc).
Staline a habilement exploité la fibre patriotique du peuple russe pour lutter sans merci contre les Allemands, son génie ayant été d’appeler à une grande guerre patriotique plutôt qu’à la défense du « paradis » bolchévique. Si beaucoup moins de Russes étaient tombés dans ce panneau, considérant l’invasion de la Russie comme une libération, l’issue de la guerre aurait sans doute été différente.

Sonny Crockett
11 mai 2017 21 h 37 min

@autescousios…..

Les Russes ne sont pas tombés dans le panneau. Si les Allemands ont avancé si vite en 1941, c’est, entre autres, parceque que les Russes combattaient avec très peu de conviction et espéraient tous, secrètement, une victoire Allemande qui aurait liquidé le communisme. Il y a beaucoup de témoignages Allemands de l’époque qui s’étonnent du peu de combativité des Russes sur le champ de bataille.

Staline l’avait compris et a mis en place, début 1942, la terreur. Commissaires politiques dans toutes les unités et, pour le soldat qui recule ou est fait prisonnier, déportations de sa femme, de ses enfants, de ses parents etc…..

C’est bien la peur et non le patriotisme qui a réveillé le soldat Russe dès 1942.

Staline disait souvent qu’il fallait plus de courage a ses soldats pour reculer que pour avancer. Les Russes qui reculaient étaient systématiquement exécutés par des unités de barrage placées à l’arrière du front. C’est très bien montré au début du film “Stalingrad” de Jean Jacques Annaud…

Sven le latin
10 mai 2017 10 h 06 min

il faudrait quand même qu’on m’explique comment il est possible que les musulmans du Caucase aient une natalité explosive par rapport aux russes ethniques alors que dans certaines républiques du secteur (adyguée en tête) , les caucasiens sont précisément en train de se russifier ! j’ai parfois l’impression que certains veulent tellement compenser la russolatrie débile initiée par égalité et soumission qu’ils tombent dans le délire inverse.

ensuite ce discours était fait pour etre repris par la presse internationale, donc pas étonnant qu’il ait été consensuel et mièvre au possible

mais récemment j’ai eu l’occasion de comprendre un peu mieux la politique russe.

premièrement, le but avoué de la russie depuis l’arrivée au pouvoir de Poutine est de restaurer le prestige tsariste associé a la puissance de l’URSS, en trois mots : ils sont impérialistes (donc plurinationaux)
d’ailleurs la Biélorussie, l’Ukraine et le Kazakhstan sont voués a être réabsorbés par la Russie a moyen terme

deuxièmement : la Russie est en train de se relever démographiquement et pas uniquement par le fait des caucasiens loin s’en faut (même si les russophobes se plaisent a affirmer le contraire) seulement ça prend beaucoup de temps et l’alliance avec les chinois ne durera que le temps que l’Amérique s’effondre, après ça les deux redeviendront ennemis et la Russie n’aura toujours pas la démographie nécessaire pour garnir un minimum la Sibérie du sud.

Poutine et son gouvernement le savent bien et presque toute leur politique s’axe par rapport a ces faits, ce qu’il faut comprendre c’est que vis a vis de l’Europe de l’Ouest l’oncle Vlad a adopté la tactique du : pile les russes gagnent, face les européens de l’Ouest perdent

Pile : l’Europe de l’Ouest opère un renversement d’alliance et s’associe a la Russie et dans ce cas Ali Sourate a raison de dire que la Russie peut nous etre d’un secours non négligeable, vous serez d’accord que ce cas est peu probable (surtout avec Macron)

Face : l’Europe de l’Ouest reste sur sa lancée suicidaire et la Russie continue de mettre en place des dispositifs pour faire venir des gens de l’Ouest dans son pays (instituts pour apprendre le russe, visa vacances-travail etc…) et ainsi siphonner la France et compagnie des meilleurs éléments. ne resteront alors en europe de l’ouest que les fins de races des différents pays.

et ce processus discret n’en est pas moins efficace croyez le

donc gardez a l’esprit que la Russie est encore en train de se relever a l’heure actuelle et soyez certains qu’elle constituera un acteur majeur post-domination occidentale.

et non en effet, le salut de l’Europe de l’Ouest ne passera pas pas la Russie.

10 mai 2017 15 h 01 min

La Russie un grand pays, de beaux paysages, une population assez Blanche mais un taux de suicide chez les jeunes hallucinant et un alcoolisme presque naturel…
Poutine rejette le nazisme et continu de laisser rentrer des migrants en Russie, il ne fais pas grand chose pour éviter la dépression qui touche les Blancs, rien pour lutter contre les islamistes tchétchenes ou les djihadistes en Sibérie ( oui il y en a…). Bon il ne fais pas rien, c’est sur qu’il en fait plus que Hollande et Merkel réuni. Mais il se rapproche plus des cocuservateurs qui au final font tomber le pays lentement.

Irminsul
10 mai 2017 20 h 04 min

Oui Nico White, l’alcoolisme est vraiment un problème en Russie. Les Russes feraient bien de s’inspirer du Führer quant à l’alcool.

10 mai 2017 20 h 55 min

Oui où si l’ont veut tout de même en consommer de temps en temps, de ne se limiter que pour des occasions spéciales et ne pas tomber dans la consommation quotidienne. Parce que cette alcoolisme rend la société Russe décadente.

Sonny Crockett
11 mai 2017 21 h 40 min

Sans parler, en plus de l’alcool, des ravages que provoque la drogue Krokodil. Les images font froid dans le dos…

Kolovrat
10 mai 2017 16 h 27 min

En ce qui concerne Poutine son but est de transformer la Russie en un état eurasiatique, il veut métisser complètement les Russes en les submergeant de turcs et de mongols.

10 mai 2017 20 h 57 min

Je suis d’accord avec ton constat, c’est édifiant. Pourtant Poutine est admiré par beaucoup de nationalistes… à tort. Au final il est comme les autres, avec du charisme.

wpDiscuz