Les Juifs célèbrent la défaite de Marine Le Pen, alors qu’Israël prépare une loi pour renforcer sa judéité

Réjouissances juives après la défaite de Le Pen

On pourrait certes argumenter qu’il y a des juifs qui se sont rangés du côté de Le Pen – au-delà des demi-juifs Alliot et Rachline ayant un rôle majeur au sein même du FN, il y a aussi une petite partie de la communauté auto-élue qui l’a soutenue, principalement car la percevant comme s’opposant à des musulmans devenant dangereux et comme pro-juive. Nous avons déjà expliqué les incompatibilités fondamentales entre leurs intérêts et les nôtres, et remarqué comme ces juifs demeurent des chantres de l’anti-racisme (pour les autres).

La grande majorité de la tribu auto-élue, cependant, s’est ouvertement réjouie de la défaite de Le Pen.

Les principales autorités la représentant ont été parfaitement clairs. Nous citions déjà ceci le soir du scrutin :

Le Grand rabbin de France, Haïm Korsia, « se réjouit du triomphe des valeurs républicaines et salue les Français qui se sont largement mobilisés pour faire barrage à l’extrême droite », dans un communiqué à l’AFP.

Mais ça n’est pas tout.

Le Monde Juif :

Le Congrès juif européen (CJE) a adressé ses félicitations à Emmanuel Macron élu dimanche soir huitième président de la Ve République.

« La victoire de M. Macron est une victoire contre la haine et l’extrémisme. Il s’agit d’un vote pour la France, pour l’Union européenne et pour les valeurs démocratiques », a déclaré le président du CJE, Moshe Kantor.

« Cette élection nous enseigne que nous devons rester vigilants dans la défense des démocraties face à des extrémistes qui cherchent à exploiter les peurs des gens. Ce n’est pas un hasard si le même candidat qui a demandé à l’électorat français d’oublier les horreurs du passé a cherché à fournir les racines pour leur répétition dans le présent. Nous remercions les Français d’avoir rejeté ce message », a-t-il poursuivi.

« Nous restons extrêmement préoccupés par le soutien encore important aux partis de l’extrême droite, non seulement en France mais à travers l’Europe. Nous sommes impatients de travailler avec le président élu Macron sur toutes les questions d’intérêt commun pour La France et la communauté juive », a-t-il conclu.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Francis Kalifat, a également adressé ses félicitations au nouveau président. « J’ai adressé mes félicitations à Emmanuel Macron pour sa victoire sans appel ! Tout commence maintenant », a-t-il déclaré sur Twitter.

Ce qui est particulièrement intéressant, bien sûr, ce sont les motivations invoquées par ces juifs-en-chef : “haine”, “extrémisme”, “valeurs”…

Regardons un instant le programme de Marine Le Pen et ses prises de position publiques :

  • Restriction de l’immigration, mais sans arrêt complet ni aucune forme de quota ethnique.
  • Abolition du droit du sol, abolition de la double-nationalité sauf pour les autres pays européens.
  • De nombreuses références au patriotisme et à la défense de l’intérêt national.
  • Refus systématique de distinguer entre les divers “français” : arabes, noirs ou blancs, tous aussi français pour Le Pen.
  • Condamnations vigoureuses répétées des nazis, de Pétain et de tout ce qui est associé à eux.
  • Volonté de maintenir le système électoral, aucune remise en cause des principes démocratiques ou des “droits de l’Homme”.

Ajoutons-y les purges systématiques des éléments jugés trop nationalistes au sein du FN.

Bref, c’est hyper-modéré – mais ces juifs crient à “l’extrémisme”. Tout début de semblant de volonté des Blancs de vivre étant considéré comme intolérable.

Israël prépare une loi pour se définir comme État ethniquement juif

Ce qui est intéressant, c’est bien sûr que ces grosses légumes soutiennent toutes Israël. Ils n’ont rien à redire aux politiques de l’État juif, et soutiennent donc, entre autres choses :

Il ne s’agit pas ici de critiquer moralement ces politiques – qui sont en vérité assez logiques du point de vue juif – mais de souligner le deux-poids deux-mesures extrêmement net des Juifs : ils font mine de prétendre qu’ils s’opposent au nationalisme en Europe au nom de principes universels alors que c’est uniquement dicté par leur intérêt tribal et leur désir de voir les Européens disparaître.

Naturellement, j’aimerais voir les Israëliens se métisser avec des Africains parce que c’est bon pour l’intérêt blanc, mais je ne prétends pas que ce serait l’exigence d’un principe universel.

L’hypocrisie juive est d’autant plus flagrante qu’au moment même où Macron était élu, Israël faisait un pas de plus pour renforcer sa judéité.

RT :

Selon un projet de loi, approuvé le 7 mai par le comité ministériel, l’hébreu devient l’unique langue officielle d’Israël tandis, que l’arabe, parlé par 17,5% de la population, n’aura qu’un « statut particulier ». D’après le site de la Knesset, le Parlement israélien, l’hébreu et l’arabe ont été les langues officielles en Israël depuis la création de l’Etat en 1948, sans qu’une loi ait été votée en ce sens.

« Les valeurs de l’Etat d’Israël comme Etat juif et démocratique seront fixées dans l’esprit des principes fondateurs de l’Etat d’Israël », lit-on dans le projet de loi.

Israël n’a pas de constitution mais des lois fondamentales. Du temps de la Palestine mandataire, il y avait trois langues officielles, l’anglais, l’hébreu et l’arabe, mais avec la création de l’Etat d’Israël, l’anglais a cessé d’être une langue officielle, les deux autres restant les langues de tous les documents officiels de l’Etat.

Pour le député Avi Dichter, du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahou, ce projet de loi dont il est l’un des promoteurs est « le moyen de fixer dans la loi notre identité nationale tout en restant un Etat démocratique ».

Les adversaires de ce projet de loi, adopté par le gouvernement et qui prévoit de définir Israël comme « l’Etat national du peuple juif », estiment qu’il va à l’encontre de la démocratie et qu’il institutionnalise les discriminations contre les minorités.

Imaginez les hurlements des médias si un pays blanc se définissait sur une base explicitement ethnique.

Il a été dénoncé par le chef de la Liste arabe unifiée, le député Ayman Odeh, pour qui cette loi « bafoue les droits des minorités en nous transformant légalement en citoyens de seconde zone ».

Chez eux, les youpins savent bien que les minorités ethniques sont une nuisance, mais dans le monde blanc ils travaillent d’arrache-pied pour les promouvoir et étouffer la majorité blanche sous les lois “anti-discrimination”.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

6 Commentaires sur "Les Juifs célèbrent la défaite de Marine Le Pen, alors qu’Israël prépare une loi pour renforcer sa judéité"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
apostat du rock
10 mai 2017 7 h 06 min

Les juifs sont les juifs, rien à rajouter à cette engeance.

dissident
10 mai 2017 14 h 34 min

tous les renoncements de MLP ne servent donc a rien, que cela serve au moins de leçon

10 mai 2017 15 h 04 min

Qui aujourd’hui ne célebre pas la défaite de Marine Le Pen ? Je vous le demande.

L'affreux
10 mai 2017 15 h 21 min

Même nardine li poun qui doit se réjouir des mongoliens qui après les “Mariiiiiiiine 2012 et 2017” sont déjà en train de préparer les “mariiiiiiine 2022″…

10 mai 2017 20 h 44 min

Ouais enfin en 2022, au point où ça avance, ça sera plutôt fatima…

Skins
12 mai 2017 1 h 28 min

Les youpins et les bougnoules s’associe pour faire chavirer l’occident, alors que chez eux c’est l’extrémisme qui domine, dommage que trop de veaux en Occident n’ai pas compris ça …

wpDiscuz