Kai Murros : Éloge de la haine

On parle beaucoup de crimes de haine en ce moment, il y a tout un corpus de lois contre les crimes de haine et tout le monde a l’air de s’inquiéter de la haine. La haine semble être le plus grand problème de notre actualité, mais la haine est une bonne chose, elle donne une structure à nos vies, une raison d’exister, un objectif, un motif de combat, une identité.

La haine, c’est de l’énergie, de la pure énergie dispensée par Dame Nature en personne. La haine nous donne le moyen de voir au-travers des mensonges et des faux-semblants et nous aide à nous concentrer sur l’essentiel.

[…] [Même] les riches et les puissants ne peuvent pas haïr autant que leurs esclaves et leurs sujets, et bientôt, la haine sera tout ce qui nous reste.

La haine émancipe, sans haine pour l’esclavage, vous ne pouvez pas briser vos chaînes et sans haine pour l’injustice, il ne peut y avoir de justice.

Les plus grandes réalisations de l’espèce humaine ont poussé sur le terrain de la haine et de la capacité à la maîtriser. La haine distingue les hommes des animaux. Les animaux ne haïssent pas, seuls les hommes haïssent. Les hommes peuvent haïr pendant des décennies, ils peuvent entretenir une haine toute leur vie. Nous pouvons même transmettre notre haine à nos enfants et la faire vivre pendant des siècles.

La haine est l’indice d’un intellect abstrait, car seuls les hommes peuvent haïr des gens qu’ils n’ont jamais vus ni rencontrés, seuls les hommes peuvent haïr des concepts ou des processus.

Comment pouvez-vous savoir ce qu’est l’amour si vous vous refusez à reconnaître et à comprendre la haine ? L’amour et la haine sont les deux faces opposées de la même médaille.

Sans haine, nous ne serions que des demi-hommes. Pour être complets, il nous faut la haine. Seuls les insensés discourent sans fin sur l’amour en oubliant la haine ; la haine nous sépare des masses faibles et dociles. N’ayez pas peur de la haine, ne la niez pas, ne la rejetez pas. Acceptez la haine, embrassez-la, apprenez à la connaître et à l’utiliser. La haine est votre arme la plus puissante, la source cachée de votre force, ne la reniez pas.

Ce que l’élite gauchiste redoute le plus en ce monde, c’est notre capacité à haïr, parce que notre haine deviendra un jour la plus grande force révolutionnaire sur la planète.

Notre haine détruira et créera des empires.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

30 Commentaires sur "Kai Murros : Éloge de la haine"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
albert.
6 mai 2017 9 h 07 min

Tout simplement excellent .
Si je puis me permettre une petite réserve , j’ajoute à cet éloge de la haine que deux phares de la pensée de gauche , l’un respectable , l’autre digne du cabanon , incarnent la haine :
Karl Marx
Sigmund Freud
Deux magnifiques exemples de cette ” haine juive de tout ce qui est noble ” repérée jadis par Friedrich Nietzsche

– Kai Murros s’est intéressé à l’évolution de l”APL , l’armée de la libération du peuple de Chine .Il n’ignore sans doute pas que l’ami coréen exalte la haine de l’Occident enjuivé ..

Snapdragon
6 mai 2017 23 h 51 min

Les chinois se souviennent encore de ce qu ils ont subi à cause d’ (((eux))). Ils appellent cette période ” le siècle de l humiliation” …

Ksenia
6 mai 2017 11 h 25 min

La haine, non. La colère, oui.

Anon
6 mai 2017 13 h 10 min

La colère est passagère, la haine est éternelle

autescousios
6 mai 2017 22 h 16 min

Inhibition typiquement chrétienne : haïr, c’est maaaaaal ! Le stupide et criminel « aimez vos ennemis » y est aussi pour quelque chose.

Kolovrat
6 mai 2017 12 h 17 min

Nos ennemis raciaux sont dans une lutte à mort contre la race blanche, il faut les hair à fond.

6 mai 2017 14 h 47 min

Il ne faut pas que les haïr il faut utiliser cette colère contre eux et enfin faire changer les choses.

Anon
6 mai 2017 13 h 08 min

“La haine distingue les hommes des animaux. Les animaux ne haïssent pas, seuls les hommes haïssent. Les hommes peuvent haïr pendant des décennies, ils peuvent entretenir une haine toute leur vie.” Faux, certaines espèces animales peuvent aussi ressentir la haine et l’entretenir toute leur vie, exemple l’éléphant d’Afrique ou encore l’Orque pour ne citer que ces deux espèces animales. Alors oui les espèces animales capables d’entretenir des sentiments aussi complexe que la haine, l’amour, le sadisme (et oui) ou encore la conscience de la mort, ne court pas les rues, mais elles existent et il est important de le souligner.

“La haine est l’indice d’un intellect abstrait, car seuls les hommes peuvent haïr des gens qu’ils n’ont jamais vus ni rencontrés. Nous pouvons même transmettre notre haine à nos enfants et la faire vivre pendant des siècles. […] seuls les hommes peuvent haïr des concepts ou des processus.” Sur le plan de la haine, voilà ce qui nous distingue des animeaux.

6 mai 2017 18 h 08 min

On pourrait en effet discuter pour savoir si ce que ressentent ces espèces est bien de la haine, mais en le supposant (l’argument est légitime) on s’accordera à dire qu’il s’agit d’espèce très supérieures par rapport à la quasi-totalité du règne animal.

Kai Murros avait formulé les choses ainsi, Basile l’a traduit.

ゴルゴ13
6 mai 2017 20 h 53 min

La colère a un aspect lumineux et sage, elle est l’expression ultime du discernement et de la discrimination.

La haine est semblable à de la poix, elle englue les pensées et alourdit les paroles, elle pousse les hommes à baver et à se comporter comme des animaux.

La plupart des animaux ne connaissent que la haine et sont incapable de colère qui est une manifestation des hautes fonctions intellectuelles, qui normalement, nous animent. Les éléphants n’agissent pas par haine quand ils se vengent en piétinant un soigneur qui les a maltraité des années auparavant, ils agissent par colère, ils savent discerner et discriminer. Ils n’en ont pas après tous les humains, ils visent très exactement au but, ils ne sont pas dans la confusion de tout haïr comme des animaux inférieurs qui ne font pas de distinctions entre les hommes et les attaquent tous.

Je ne suis pas du tout d’accord avec cet article. Il va à l’encontre de tout ce que j’ai pu expérimenter.

autescousios
6 mai 2017 22 h 22 min

Et je ne suis pas d’accord avec vous.
La haine est froide, constante, raisonnée et réfléchie. Elle peut être cachée à autrui, de même que l’éléphant la cache à son tortionnaire. C’est elle qui permet à nos (((ennemis))) de dresser des plans sur le très long terme pour parvenir à leurs buts.
La colère est un mouvement d’humeur passager qui mène le plus souvent à des actions irréfléchies et ne peut pas être cachée. L’ « aspect lumineux », s’il y en a un, peut être à la cause de la colère, mais se voit plus rarement dans ses conséquences…
D’où ma conclusion, qui rejoint celle d’Anon, que l’éléphant maltraité agit plutôt par haine et non par colère. Sa colère est tombée depuis longtemps le jour où il décide de la rétribution.

autescousios
6 mai 2017 22 h 27 min

Sinon, à en juger par les commentaires ci-dessus, il me paraît utile de rappeler que le sujet de l’article n’est pas la psychologie animale amenée par un exemple peut-être discutable mais accessoire de toute façon.
Le sujet de l’article est L’ÉLOGE DE LA HAINE qui est certainement un puissant moteur.

ゴルゴ13
6 mai 2017 22 h 38 min

J’ai bien l’impression que nous avons une perception exactement inverse de la colère et de la haine. Et je ne suis pas du catholique, même pas chrétien. Je ne me fonde que sur ma propre expérience.

autescousios
6 mai 2017 22 h 49 min

?
Je n’ai prétendu nulle part que vous étiez chrétien…

ゴルゴ13
6 mai 2017 23 h 12 min

Bien sûr, c’était pour signaler que mon point de vue n’était pas conditionné par une culture ou une situation de confort bourgeois comme j’ai pu l’entendre insinué ailleurs. La haine est utile, nécessaire, ce n’est pas une fin en soi. La haine en tendance à tout envahir et à tout remplacer, j’essaie de réserver de la place pour autre chose. La colère aide en cela, elle permet de discerner et de discriminer la haine elle-même.

Tout ne doit pas être emporté et détruit par la haine. Il doit y avoir un peu de place pour l’esthétique et pour le beau. La haine est un outil, juste un outil. Une fois le travail accompli il faut l’abandonner. Alors cultivons la juste ce qui est nécessaire.

autescousios
7 mai 2017 10 h 47 min

Je n’ai pas non plus écrit que la haine devait tout emporter.
Comme disaient nos grands Anciens : « Rien de trop.»

Anon
7 mai 2017 9 h 51 min

J’ai simplement fait une remarque l’ami, qui selon moi a son intérêt, l’espace commentaire sert aussi à ça.

Snapdragon
6 mai 2017 22 h 41 min

La haine permet de faire monter grave votre taux d adrénaline et décuple vos forces. Il faut la maîtriser sinon sans maîtrise la puissance n est rien.
Acculé par l ennemi faite exploser votre rage pour atteindre l état de fureur guerrière et mourez avec honneur !

6 mai 2017 22 h 44 min

Non cela je pense que c’est plutôt la colère. La haine c’est ce qui perdure dans le temps.

Anon
7 mai 2017 9 h 50 min

Je t’invite à regarder les recherches menées sur les éléphants d’Afrique victimes de braconnage ou de guerres civiles. Des éléphants qui eux même n’avaient subi aucune maltraitance, mais témoin d’atrocités barbares sur les membres de leur groupe ont gardés une haine (ou ce que nous appelons haine) de l’humain (sans distinction). La haine qui est fortement liée à l’amour et la perte brutale, la tristesse, etc. Des syndromes post-traumatique peuvent aussi être constatés chez les éléphants.

tu as cette étude: http://comparative-cognition-and-behavior-reviews.org/wp/wp-content/uploads/2013/10/vol_4_byrne.pdf qui aborde la psychologie et les facultés cognitives complexes de l’éléphant.

Et si le sujet t’intéresses je t’invite à poursuivre tes recherches, car comme tu peux l’imaginer il ne se limite pas à cela et est bien plus complexe.

Comme l’a dit blanche, ces animaux sont exceptionnels et selon moi mériteraient un statut spécial. N’oublions pas que ces magnifiques animaux sont exterminés en Afrique et en Asie, BlancheEurope a déjà parle de ce sujet il me semble.

Snapdragon
6 mai 2017 22 h 36 min

oui j ai vu un reportage sur les éléphants qui attaquaient les blackos car ils se souvenaient (mémoire d éléphant) de leurs parents massacrés pour leurs défenses.
Et le scientifique qui avait étudier les pingouins qui violaient les plus jeunes pour atrophier leur organes sexuel et ainsi éliminer la concurence. Il avait même dû écrire son rapport en grec pour que cela soit caché du public.

Sven le latin
6 mai 2017 17 h 28 min

c’est marrant parce que perso je préfère tabler sur l’amour de ma race, de ma religion, de mon pays pour bâtir une civilisation et la défendre, mais bon on a déjà discuté de ça a plusieurs reprises

autescousios
6 mai 2017 22 h 34 min

A l’époque de construction que vous évoquez, nos (((ennemis))) n’avaient pas la puissance qu’ils ont aujourd’hui. Et au stade défensif (et même passif) où nous nous sommes désormais cantonnés depuis 1945, la haine de nos (((ennemis))) a donné plus de résultats que votre amour…
Ce sont les élites qui décident de tout, le peuple suit… en bien comme en mal.

wpDiscuz