De nouvelles attaques contre le FN sur le terrain de la Seconde Guerre Mondiale

Les anti-blancs n’hésitent pas à agiter les mêmes théories simplistes pour tenter de dissuader de tout changement.

L’un de ces fameux slogans c’est “le nationalisme c’est la guerre”. Un slogan simpliste car la guerre, étant la simple conséquence d’intérêts irréconciliables, n’est l’apanage d’aucune doctrine ou idéologie. C’est d’autant plus ridicule qu’on voit bien les mondialistes bombarder d’autres pays ou y soutenir des “rebelles” pour les “démocratiser” de force. Un slogan beaucoup plus vrai serait “l’anti-nationalisme c’est la mort”. Car si on refuse de défendre les intérêts de son peuple, on le mène à la disparition.

Un autre slogan des anti-blancs est le fameux “plus jamais ça”. Ça quoi ? Les six milliards de youpins gazés dans de fausses salles de douche avant d’être transformés en savon et en abat-jours, pardi ! Ce slogan fonctionne implicitement, grâce au matraquage médiatique. Lorsqu’on le rétablit sous une forme explicite, il prend à peu près la forme suivante “les nazis étaient des nationalistes, les nazis ont gazé six millions de juifs par pure haine injustifiée, c’était monstrueux ; donc les nationalistes nous font courir le risque que cela se produise à nouveau”.

Bien sûr, le FN n’est (hélas !) pas nationaliste, mais dans l’esprit des défenseurs de l’ordre établi, c’est du pareil au même.

Ce raisonnement est stupide à plusieurs égards :

  • Les prémisses sont fausses. L’hostilité anti-juive des nazis était amplement justifiée par la responsabilité juive dans la décadence et la corruption de l’Allemagne de Weimar et dans leur rôle moteur chez les communistes. Elle était aussi alimentée par le rôle juif dans l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. Ensuite, s’il y a eu des morts en déportation, il n’y a eu aucune sorte de massacre systématique (la prétendue “Shoah”). Enfin, ce n’aurait pas été monstrueux.
  • La conclusion ne découle pas des prémisses. En appliquant le même raisonnement on pourrait aussi dire : “Les chiens sont vivants, les humains sont vivants, donc les humains sont des chiens.”

Mais bien sûr, ce n’est pas la stupidité d’un argument sur le terrain de la logique et des faits qui détermine son efficacité au plan émotionnel ; d’où le grand succès du “plus jamais ça”.

AFP :

La Seconde guerre mondiale s’est immiscée vendredi dans le duel présidentiel: Emmanuel Macron a choisi de faire étape dans le village martyr d’Oradour tandis que le président par intérim du FN, Jean-François Jalkh, accusé de propos négationnistes, a dû quitter son poste.

Le vice-président du Front national Louis Aliot a tenté d’éteindre dans la matinée la polémique qui couvait depuis le début de la semaine autour de propos négationnistes attribués à Jean-François Jalkh, désigné pour assurer la présidence par interim du parti.

“C’est M. Briois qui prend la suite de l’intérim, et on n’en parle plus”, a balayé le compagnon de Mme Le Pen, interrogé sur BFMTV et RMC. Le maire d’Hénin-Beaumont Steeve Briois assurera donc la présidence par intérim du FN à la place de M. Jalkh, accusé de propos négationnistes qu’il a démentis.

Le FN a beau chercher à éviter désespérément le sujet, ses adversaires ne vont pas l’abandonner tant qu’ils l’estimeront rentables.

Jalkh avait simplement estimé il y a plus de quinze ans que certains révisionnistes, comme le professeur Faurisson, avaient un argumentaire bien ordonné et fourni. Cette déclaration, somme toute très mesurée, est reprise à tort et à travers par les anti-FN alors que les dirigeants du néo-FN, Jalkh le premier, la renient mille fois.

Cette clarification à la tête du FN intervient alors que ses adversaires multiplient les références à l’Histoire et les mises en garde contre “l’idéologie d’extrême droite”.

L’ancien maire socialiste de Paris Bertrand Delanoe en a ainsi appelé à la “responsabilité” de ceux qui ne voteraient pas Emmanuel Macron le 7 mai pour faire barrage au Front national, faisant un parallèle avec l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne.

“Dans les années 30 en Allemagne, l’extrême gauche n’a pas voulu choisir entre les sociaux démocrates et les nazis. Hitler a été élu par le suffrage universel”, a rappelé Bertrand Delanoë sur RTL, souhaitant forcer la main à Jean-Luc Mélenchon.

Quand une personne jugée politiquement incorrect fait une déclaration factuelle mais un peu gênante, les médias anti-blancs vont présenter le fait comme une opinion.

Ici, c’est le contraire : pire qu’une opinion, c’est un mensonge historique qui est présentée comme un fait par l’utilisation du verbe “rappeler”.

Rappelons brièvement l’arrivée des nazis au pouvoir : aux élections de juillet 1932, ils avaient obtenu 37,3% ; alors que les communistes obtenaient 14,3%. Rappelons que c’était l’époque où les communistes entendaient faire la révolution mondiale et copier l’exemple de l’URSS, où les massacres se succédaient depuis une quinzaine d’années. D’ailleurs, présenter cette extrême-gauche comme respectable est le comble de la mauvaise foi.

Faire un gouvernement stable sans ces deux partis, qui réunissaient une majorité, était une gageure. En novembre 1932, de nouvelles élections voyaient un recul du parti nazi à 33,1% mais une progression des communistes à 16,9%. Avec 20%, les sociaux-démocrates n’étaient nullement en position de diriger et il n’y avait aucun “choix” que les communistes auraient eu à faire entre ceux qu’ils auraient alors qualifiés de “social-traîtres” et les nazis.

Cette progression des communistes inquiétait, et puisqu’il était impossible de l’ignorer, une tentative fut faite en janvier 1933 pour un gouvernement mené par Hitler, que les intérêts de la bourgeoisie croyaient pouvoir manipuler. De là, Hitler prit le pouvoir fermement en main, déjoua une tentative de révolution communiste, et fit organiser de nouvelles élections anticipées en mars 1933 où le parti nazi fut plébiscité avec 43,9% des suffrages.

Il n’y a donc aucune espèce de vérité aux allégations de Delanoë. Que l’AFP les présente comme des faits est une manipulation profondément malhonnête.

Dans une pleine page publiée dans le quotidien Libération, l’association “Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France” et Serge, Beate et Arno Klarsfeld font directement référence aux camps de concentration nazis et appellent à voter Macron “contre Le Pen”.

Vu la composition sociologique du lectorat de Libération, c’est de l’argent jeté par la fenêtre !

C’est dans ce contexte qu’Emmanuel Macron a décidé il y a plusieurs jours de rendre hommage dans l’après-midi aux victimes du massacre d’Oradour-sur-Glane, petite localité du Limousin où une unité de la Waffen SS massacra 642 habitants le 10 juin 1944.

La manipulation est flagrante.

Il s’agit de chercher à associer le FN à ce massacre.

L’affaire d’Oradour est particulièrement impressionnante à cause de la mort des femmes et des enfants, mais l’examen attentif de l’affaire réfute la thèse du village massacré tout entier pour l’exemple.

Mais intéressons-nous plutôt à ces crimes de guerre oubliés dont fut victime la France et dont il n’est “étrangement” presque jamais question.

Le Figaro :

Le 5 septembre [1944] a enfin lieu le début de l’offensive alliée. Un déluge de bombes s’abat sur le centre-ville [du Havre]. Même chose le lendemain. Des milliers de tonnes d’explosifs sont largués sur la ville, dont les redoutables bombes au phosphore. Le bombardement dure jusqu’au 10 septembre. Près de 10.000 maisons sont détruites, 2000 Havrais tués, 80.000 se retrouvent sans logement. L’aviation anglaise a ravagé la ville. Sans trop que l’on sache pourquoi.

Le havre bombardée
La “libération” du Havre.

Le Havre possédait bien un enjeu stratégique aux yeux des Alliés : le port. Cependant, celui-ci étant régulièrement bombardé depuis le début de la guerre, il était devenu inutilisable.

La ville du Havre comptait une importante garnison allemande de 12.000 hommes qui entendait résister. Pourtant, ces derniers étaient situés sur les hauteurs. Quant à l’état-major, il était logé dans des villas cossues de « la côte ». Loin du centre-ville.

« Le bombardement des quartiers centraux pendant les deux premiers jours est incompréhensible, d’autant que les Alliés avaient toutes les informations à leur disposition », explique Jean-Baptiste Gastinne. « Depuis le Débarquement, les politiques n’ont plus la main sur les opérations, les militaires ont tout pouvoir de décision. Sans doute les Britanniques ont voulu aller vite pour reprendre la ville. »

Le 12 septembre, les troupes anglo-canadiennes entrent au Havre. Rien à voir avec les scènes de liesse, immortalisées dans le reste de la France. L’accueil de la population est glacial. La presse les surnomme les « libératueurs ».

Les libératueurs ont fait plusieurs dizaines de milliers de morts civiles en bombardant des villes françaises. En sus des villes de l’Ouest de la Normandie, Les agglomérations de Paris et de Rouen furent particulièrement touchées, mais les bombardements touchèrent jusqu’au Sud de la France.

Conclusion

L’invocation de la Seconde Guerre Mondiale par les militants anti-français afin de faire “barrage au FN”, pourtant loin d’être radical, est d’une malhonnêteté sans bornes. Elle se perpétuera néanmoins aussi longtemps qu’elle semblera avoir un effet. Le lavage de cerveau de toute une vie – télévision, école, cinéma, etc. – est mis à profit dans ce but.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

11 Commentaires sur "De nouvelles attaques contre le FN sur le terrain de la Seconde Guerre Mondiale"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Snapdragon
29 avril 2017 16 h 07 min

Le pire pour (((eux))) ce n’est pas le révisionnisme mais l oubli !
Les jeunes lobotomisés par hanouna oublient.
Les jeunes qui ont un cerveau sont curieux et intrigués et vont donc chercher la vérité puis viennent dans nos rangs .
Donc les plus intelligents sont avec nous et de l autre côté il y a les menteurs fourbes et stupides qui ne peuvent même plus compter sur la masse abruti qui n en a que faire.
Et ces (((menteurs))) commettent de plus en plus d erreurs car empêtrés dans leurs mensonges, et ce contredisent tellement qu ils suscitent la curiosité du sujet qui ramène encore plus de gens parmi nous.
Rajoutez une pincée d individualisme exacerbé par leur système, une cuillère à soupe d égoïsme promus par la société, une louche d immigrés voleurs et tueurs et voilà plus personne n’en à rien à battre de leur Shoananas !
Il ne leur reste que l argent comme munitions qu ils jettent par la fenêtre en propagande inutile, ou pour monter des arnaques qui les grilles encore plus.
Sur le long terme ils vont perdre.

dom
30 avril 2017 8 h 55 min

Vous voulez démolir un opposant au système ? il suffit de l’amener sur le terrain de la seconde guerre mondiale, succès garanti dès les premières paroles prononcées par le pauvre bougre qui n’a pas su voir où vous vouliez l’amener.
Et pour frapper un grand coup, tout ce que trouve la petite tarlouze du (((système))) c’est d’aller faire la génuflexion à Oradour

Et à propos d’Oradour, que se passerait-il si un homme politique rappelait que l’affaire n’aurait jamais eu lieu si les bons, les merveilleux “résistants” n’avaient eu l’idée de tuer un officier allemand après lui avoir crevé les yeux et coupé la langue, hmm ? Et si, finalement, on commençait par le commencement ?

Ksenia
30 avril 2017 13 h 05 min

Le petit, tout petit Micron le sait bien…Cette Micron-particule néfaste ira chouiner aujourd’hui au Mémorial de la Sainte $hoah …sa soumisSion commence à se voir, non ? Ou pas…
Il est vrai qu’ aujourd’hui c’est aussi la ” Journée des victimes de la déportation “… Ces commémorations sont sans fin…!

dissident
30 avril 2017 19 h 01 min

a Tulle aussi les “courageux” salopards ftp avaiient mutile des soldats allemands et evidemment quand l armee allemande est revenue dans la ville les pseudo maquisards s etaient transformes en fuyards refilant l ardoise a la population civile

Guy Mauve
30 avril 2017 10 h 12 min

1 – la dédiabolisation du FN, c’est le tonneau des Danaîdes.
2 – Abolition de la (((loi))) “Fabius-Gayssot”.
Là, on pourra partir sur de bases saines.

dissident
30 avril 2017 19 h 03 min

la “dediabolisation” ne sert a rien, voir les propos immondes de Peqfesse, de Bertrand etc, croire que l ennemi va vous dediaboliser releve d une pensee naive

Albers
30 avril 2017 10 h 34 min

il me semble que l’Allemagne avait refusé de livrer à la France l’officier qui commandait le détachement à Oradour
On va nous resservir cet épisode à chaque fois car (((ils))) n’ont rien d’autre à nous présenter.

ゴルゴ13
30 avril 2017 16 h 23 min

Dire cela dans le pays du Dr Guillotin n’est pas très prudent.

ゴルゴ13
30 avril 2017 16 h 24 min

Les images ne passent pas ?

30 avril 2017 22 h 31 min

Ils me font rire avec leurs extrêmes, leurs extrêmes…
Pfff ils sont à vomir.

ゴルゴ13
30 avril 2017 23 h 19 min

Les rédacteurs de Blanche Europe ne sont fort heureusement en aucun cas des extrêmistes. En revanche ils ont la mansuétude de tolérer des commentateurs extrêmistes comme moi qui appellent clairement au dégagisme avec aller simple. Ce qui me fait rire c’est que ces cons de Républicains ne doivent leur pouvoir actuel qu’à la terreur qu’a inspiré la guillotine. Ils l’ont oublié. Bientôt nous leur rappellerons comment peut être rapide et défnitif un changement de régime. Si ce n’est pas nous qui le faisons ce seront les islamistes qui s’en chargeront. Ils sont cuits, tous, inéluctablement. Préférer la lame émoussée d’un sabre est un non-sens. Messieurs dames des Républicains, soyez patriotes ! Choisissez de mourir Français ! L’étourdissement avant l’abattage est dans notre programme.

wpDiscuz