Molle mobilisation des professionnels de l’antifascisme

Par rapport à 2002, on ne peut être que surpris par l’échec de la mobilisation contre le Front national. La manifestation organisée par les antifas dimanche soir, place de la Bastille, n’a rassemblé que quelques centaines de casseurs qui, avec la complicité bienveillante des « forces de l’ordre », ont pu s’adonner à leurs passe-temps favori, incendier des poubelles et briser des vitrines.

Deux jours plus tard, les tarés de SOS Racismes n’ont réuni que trois pelés et quatre tondus pour ânonner débilement des slogans éculés du style « Non à la haine, non au FN ». Le spectacle offert était tellement minable qu’il avait quelque chose de pathétique. Il confirmait ce que j’aime inlassablement à répéter, l’antiracisme est une malade mentale. Les pétitions ne font pas non plus recette.

Comment expliquer l’échec de ces mobilisations ?

Je pense, d’abord que, contrairement à 2002, la présence de Marine Le Pen pour le second tour n’a suscité aucune surprise. Depuis au moins trois ans, tous les sondages avaient qualifié Marine pour la finale. Je pense en outre que le matraquage incessant contre le Front national finit par avoir des effets inverses à ceux recherchés. L’exemple du four du film de propagande « Chez nous », censé dénoncer la « bête immonde » sommeillant derrière le masque du Front national dédiabolisé, illustre mes propos : moins de 200 000 spectateurs, en dépit d’un énorme battage publicitaire.

Ne nous trompons pas, cette relative passivité de la foule ne signifie nullement que nos idées sont en train de l’emporter. Les résultats du scrutin le prouvent suffisamment. En dépit d’un contexte très favorable, Marine n’a réalisé qu’un score décevant au premier tour et n’a pour ainsi dire aucune chance de l’emporter. L’absence d’incertitudes concernant l’issue du second tour, suffit à expliquer, à mon avis, pourquoi les appels à manifester contre le retour « des Z’heures les plus sombres » tombent dans le vide.

Nos ennemis feront cependant tout pour maintenir la pression. À peine, Jean-François Jalkh, type même de l’apparatchik sans saveur et sans odeur, a-t-il été nommé président par intérim du FN que les médias ont lancé contre lui une accusation de blasphème contre le dogme des chambres à gaz.

Le Monde :

Dans un entretien en avril 2000 avec l’universitaire Magali Boumaza, retrouvé mardi 25 avril par le journaliste de La Croix Laurent de Boissieu, Jean-François Jalkh émet des doutes sur la réalité des chambres à gaz – ravivant une rhétorique négationniste dont Marine Le Pen essaye de débarrasser son parti depuis son accession à la présidence, en 2011.

Magali Boumaza n’a rien d’une universitaire mais tout d’une militante politique. Cette bougnoule, fille d’un permanent de la CGT, s’est surtout consacrée au syndicalisme étudiant durant ses interminables études. Elle a fini par soutenir en 2002 une thèse plus ou moins bidon en sciences politiques à l’Université de Strasbourg, sur les mouvements de jeunesse du Front national. C’est à ce titre qu’elle avait rencontré Jalkh en 2000. Depuis l’obtention de sa thèse, elle cumule des emplois de vacataires tout en consacrant le plus clair de son temps à faire de l’agit-prop contre les patriotes. Sûr et certain qu’elle obtiendra sa titularisation pour prix de sa dénonciation du méchant Jalkh… Ces gauchistes me donnent la nausée.

Auteur: Procope

Partager cet article sur

Publier un commentaire

12 Commentaires sur "Molle mobilisation des professionnels de l’antifascisme"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
27 avril 2017 22 h 11 min

Je suis d’accord qu’ils n’ont mobilisés que quelques types mais à Rennes 500 casseurs au cris de ni macron ni marine ( d’ailleurs ils sont contre la démocratie alors si ils refusent les résultats ! ) se sont réunis et rennes n’est pas la seule ville. Même si ils ne sont pas beaucoup ils arrivent quand même à mobiliser et si Marine venait à être élue ( ce qui est pour l’instant inenvisageable ) alors les manifestants seront plus nombreux.
Je ne suis pas sûr que si demain une manifestation pour défendre la race Blanche venait à être organisée il y aurait plus de gens que dans une manif de gauchos dégénérés…
Il faut reprendre la rue.

28 avril 2017 0 h 00 min

À Rennes, Nantes, Grenoble, Toulouse, etc. ce sont les antifas choyés par Manouel Vallche, qui ont cassé impunément à répétition durant le quinquennat qui se termine.

29 avril 2017 16 h 14 min

Oui d’ailleurs on remarque que ce sont toujours dans ses villes là que le bordel est de mise. Des nettoyages s’imposent en priorité dans certains coins de France…

29 avril 2017 22 h 05 min

L’image illustrant l’article montre une mobilisation à Toulouse, bastion gauchiste habituel. Rennes et Nantes ont beaucoup d’antifas ultra, mais ils sont très marginaux en dehors de ces centres.

Cela n’a rien à voir avec les manifestations monstres de 2002 qui ne regroupaient pas que des agitateurs professionnelles mais au contraire énormément de personnes ordinaires.

29 avril 2017 23 h 05 min

De nombreux enseignants étaient allés manifester avec leurs élèves sur le temps de classe (!)
Et toute la lie bigarrée y avait participé.
Mais cette fois-ci, il devient plus difficile de mobiliser
1. pour Micron
2. contre un F.N. très “ouvert à l’autre” : “gay”, un peu enjuivé et aux “banlieues patriotes” multicolores.
Et puis les multicolores ont tellement cassé la gueule et dépouillé (bolossé) les bobos, qu’organiser des manifs faisait basculer vers le F.N. les enfants des gauchistes.
Enfin, les bougnoules ne vont pas organiser des manifs qui pourraient être la cible d’attentats… de bougnoules ! Déjà qu’au Stade de France et à Nice, ils étaient nombreux (en plus des inutiles vigiles) parmi les adorateurs de l’équipe d’Afrique de France et de leur république…

30 avril 2017 11 h 17 min

Oui je suis d’accord que la situation n’est pas la même. Le FN de Jean marie était aussi beaucoup plus radical sur les pd, les bougnoules et les juifs. Mais bon…
Moi je pense que les manifestations monstres seraient si Marine passe. Laissons passer les élections et nous verrons bien.

dissident
28 avril 2017 21 h 48 min

CES cretins sont au sommet de la degenerescence, quasiment aucun CPF parmi ces larves

28 avril 2017 22 h 59 min

.:TF1 met les bouchées doubles.

Dans le même JT, ils ont trouvé à parler, notamment, de :

– Oradour-sur-Glane avec une visite de Micron, où, selon les journaleux, des dizaines de Français auraient été tués par “des S.S. nazis” [sic !] (alors que Vincent Reynouard a gagné dans cette affaire en justice, lui qui a montré, mais ça n’est pas le seul, qu’une déflagration était venue de l’intérieur de l’église où des explosifs avaient donc été cachés, les soldats allemands n’ayant pas détruit l’église ni attaqué, ni brûlé les gens qui s’y trouvaient) ;

– propos “révisionnistes” passés et très anciens de Jean-François Jalkh, recueillis autrefois et distribués sur la place publique aujourd’hui par une Maghrébine. Il y reprenait la question de la non-faisabilité technique (soulevée devant la justice canadienne par le Rapport Leuchter). Mais TF1 a fait intervenir un “politologue” de pochette surprise qui a dit que ça montrait d’où venait le F.N. et patati et patata, parlant de racisme et d’ “antisémitisme”, alors que, pour ma part, je ne vois pas en quoi refuser les mensonges “historiques” serait être anti-juif, à moins d’associer ces derniers aux bobards et donc être anti-juifs soit-même…

– prétendu que ce second tour était “très différent de celui de 2002″… tout en n’exhibant, parmi les images d’époque que des pancartes de manifestants associant alors swastikas rouges et noires inclinées juxtaposées avec des caricatures de Jean-Marie Le Pen.
Mais est-ce vraiment différent, au vu de ces méthodes employées par .:TF1 ?

29 avril 2017 16 h 16 min

Ils sentent le vent tourner et ils veulent que les moutons rentrent vite dans la file alors vite ! Il faut diaboliser, il faut que des anciens propos controversés ressortent, il faut remettre des procès, des souvenirs qui font mal, qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire !!
Putains de médias de merde.

Earl Turner 31
29 avril 2017 21 h 12 min

En 2002 très peu de jeunes soutenaient le FN, en 2017 les jeunes ont beaucoup soutenu Mélenchon et Marine et pas tant que ça Macron.
Et comme ce sont surtout les jeunes qui manifestent dans la rue, il n’y a pas foule.

30 avril 2017 20 h 27 min

À Péronne, seule une quinzaine de personnes a répondu présent à l’appel de militants de la France Insoumise, de la Ligue des droits de l’homme et des jeunesses communistes. Le signe que l’attitude face au FN a bien changé depuis les manifestations de 2002.

Il y a quinze ans, des milliers de manifestants défilaient contre le Front national, qualifié au second tour de l’élection présidentielle de 2002. Aujourd’hui, la présence de Marine Le Pen ne provoque plus la même stupeur ni le même émoi.

Il reste malgré tout quelques irréductibles, comme à Péronne, dans la Somme, où la candidate du FN a recueilli 28,5% des suffrages.

À l’appel des militants de la France Insoumise, de la Ligue des droits de l’homme et des jeunesses communistes, un rassemblement s’est tenu contre Marine Le Pen. Il n’a toutefois rassemblé qu’une quinzaine de personnes, soit à peine plus que le nombre de militants frontistes qui tractaient au même moment sur le marché.

Source.

30 avril 2017 22 h 09 min

15 personnes 😀
C’est trop drôle, ça frise le ridicule.

wpDiscuz