Congrès de l’AfD : les partisans d’une “ligne dure” l’emportent

Alors que se jouait la présidentielle française, l’AfD, parti à peu près équivalent du FN en Allemagne (bien qu’à l’histoire très différente), organisait son congrès.

Le parti a connu des crises de direction à répétition : à l’été 2015 quand Frauke Petry a fait triompher une ligne anti-immigration qui a rapidement porté ses fruits à la faveur de la crise des migrants ; puis au début de l’été 2016 à cause d’un élu attaqué par les youpins puis enfin en ce début d’année après les commentaires très raisonnables de Björn Höcke qui ont suscité des demandes d’exclusion.

AFP :

Les populistes allemands de l’AfD, réunis en congrès, ont désigné un duo éclectique dimanche pour diriger la campagne des législatives de septembre : un septuagénaire appartenant aux durs du parti et une économiste homosexuelle de 38 ans.

Les quelque 600 délégués ont validé à 67,7% la désignation d’Alexander Gauland, 76 ans, et Alice Weidel.

Gauland je veux bien, mais pourquoi cette Weidel, d’ailleurs passée par (((Goldman Sachs))) ?

Cette décision intervient après des mois d’une guerre des chefs qui a culminé samedi avec la cuisante défaite de la co-présidente de l’Alternative pour l’Allemagne Frauke Petry. Sa motion destinée à empêcher une dérive vers l’extrême droite du parti n’a même pas été examinée.

M. Gauland, figure de proue des radicaux de l’AfD, est très apprécié de la base et est un habitué des sorties polémiques, comme lorsqu’il s’en prenait l’année passée au joueur noir de l’équipe nationale de foot, Jérôme Boateng.

Il accusait aussi les autres partis d’organiser le remplacement des Allemands.

Après sa désignation, dans un discours très posé, il a appelé son parti à l’unité. “C’était un congrès difficile (…) maintenant tous les conflits internes au parti doivent cesser”, a-t-il lancé, “à partir de maintenant nous allons nous concentrer sur nos adversaires politiques”.

Son binôme, Alice Weidel, peu connue du grand public, est une ancienne banquière de 38 ans, vivant en couple avec une femme. Elle fait partie de la direction de l’AfD bien que celui-ci n’a de cesse de défendre la famille et les couples dits “traditionnels”.

La jeune femme est l’une des architectes du programme économique libéral et anti-euro de l’AfD mais s’est aussi fait remarquer par ses discours très durs sur l’immigration.

Dans son allocution dimanche, en référence à l’attentat de décembre sur un marché de Noël de Berlin, Mme Weidel a dénoncé un “scandale”, car selon elle les Allemands ne peuvent plus célébrer “une fête chrétienne sans la protection de la police, de fusils mitrailleurs”.

Ce duo portera d’ailleurs jusqu’aux législatives du 24 septembre un programme résolument anti-islam et anti-immigration adopté lui aussi dimanche.

Ses cibles privilégiées sont les conservateurs (CDU) de la chancelière Angela Merkel, qui vise un quatrième mandat, et les sociaux-démocrates (SPD) de l’ex-président du Parlement européen Martin Schulz.

Capitalisant sur les craintes liées à l’arrivée de plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015-2016, l’AfD avait connu une envolée dans les sondages, atteignant 15%, un niveau sans précédent pour un parti de ce type dans l’Allemagne d’après-guerre.

Mais entre les crises internes, la baisse du flux migratoire et les polémiques sur le racisme et le nazisme, la formation a enregistré un repli depuis janvier (7 à 11% selon les études). La CDU et le SPD sont à environ 30% chacun.

L’objectif de l’AfD d’un résultat à deux chiffres et de devenir le troisième parti du pays est donc loin d’être acquis.

Pour se refaire, la formation, fondée en 2013, compte donc insister sur le danger que représenterait l’islam pour l’Allemagne. Le parti promet aussi la fermeture des frontières, la fin de la bi-nationalité, un durcissement du droit d’asile et des expulsions massives.

L’autre co-président de l’AfD Jörg Meuthen s’est assuré des applaudissements nourris en martelant que l’Allemagne risquait l’islamisation — “c’est mathématique”, selon lui — et que donc les Allemands pourraient devenir une “minorité” ethnique.

Un programme et des constats logiques, même si bien entendu les Allemands seront trop bêtes pour les porter au pouvoir.

La terreur politiquement correcte les poursuit jusque dans l’isoloir. On voit en France ; où “l’extrême-droite” est pourtant plus forte qu’en Allemagne ; qu’il est extrêmement difficile d’atteindre un seuil suffisant pour gouverner.

Je suis étonnée que l’AFP ne nous parle pas aussi de la “méchante” Von Storch, petite-fille d’un ministre d’Hitler ; le journaliste ne devait pas être en forme.

Le vice-président du Comité international d’Auschwitz, Christoph Heubner, a dès lors vivement dénoncé un congrès “où domine une tonalité d’extrême droite” en rupture avec “le consensus sociétal de l’Allemagne d’après-guerre”.

Le consensus de la haine de soi pour éviter de finir écrasés sous les bombes ?

Le parti, qui se veut aussi anti-élite, réclame par ailleurs plus de démocratie directe et une sortie de l’euro.

Pour la presse, avec la mise à l’écart de Frauke Petry, une télégénique et charismatique dirigeante, l’Alternative pour l’Allemagne a pris le risque d’hypothéquer ses chances aux législatives.

Il ne serait de toute façon pas arrivé au pouvoir. Il est ridicule d’affirmer qu’il n’atteindrait même pas les 5% nécessaires pour entrer au parlement.

[…]
Pour le moment Mme Petry reste à la tête du parti, mais elle se met en retrait de la campagne. La jeune femme de 41 ans doit par ailleurs bientôt accoucher de son cinquième enfant.

Parfait, elle pourra concentrer davantage son attention sur ce nouvel enfant – saluons au passsage cette performance, cinq enfants sains c’est très bien même si la natalité ne peut pas nous sauver à elle seule.

Dans l’ensemble, cette orientation moins transigeante de l’AfD n’est pas pour déplaire même si c’est peu important dès lors qu’on considère que le parti n’a aucune chance d’arriver au pouvoir ces prochaines années.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

1 Commentaire sur "Congrès de l’AfD : les partisans d’une “ligne dure” l’emportent"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Marcel
24 avril 2017 9 h 21 min

Ce serait bien de traduire cette vidéo en allemand, y’a du buz à faire.

https://www.youtube.com/watch?v=-kWKW2HG0xk

wpDiscuz