Une berlinoise des abysses va se marier avec le frère d’Anis Amri

Nous connaissons les putes à nègres et les putes à bougnes. Le stade ultime pour le moment, ce sont les putes à terroristes islamistes.

Le lundi 19 décembre, Anis Amri, racaille tunisienne, commettait l’attentat de Berlin avec son camion.

Sûrement très émoustillée par cette action de conquête, une dégénérée allemande s’apercevant qu’elle ne pouvait copuler avec le gremlin, qui venait d’être tué par deux vaillants policiers italiens nationalistes, a jugé bon de faire des avances à son frère, avec lequel elle compte désormais se marier.

Nous pouvons augurer que cette délicieuse personne a très bien assimilé une certaine coutume orientale, qui veut que l’on se marie avec le frère de son époux, si celui-ci décède. Si c’est le cas, elle s’était choisi l’époux rêvé en voyant les images du carnage de Berlin.

Daily Mail :

Une berlinoise est en passe de se marier avec le frère de l’assassin Anis Amri, et veut le ramener avec elle en ville. Cette femme, Susanne K., âgée de 34 ans avait connu sur Facebook Walid Amri, âgé de 31 ans, dans les jours qui suivirent l’attentat du lundi 19 décembre dernier, dans lequel 12 personne sont mortes et des douzaines d’autres ont été blessés quand Anis Amri avait fait rouler son camion sur un marché de Noël.

Certaines blanches reniées trouvent cela excitant

Ils se sont rencontrés sur un réseau social le jour de Noël – soit deux jours après que l’assassin eut été tué par la police à Milan. “Je lui ai envoyé un message de sympathie, à lui et à sa famille” a-t-elle dit au journal allemand Bild, à la suite de quoi le journaliste du journal fait remarquer : “Amri fut touché par ce gentil geste et ouvrit son coeur à l’étrangère”.

Et dire qu’il y a des gens qui sont touchés par cette romance de gargouilles de fin du monde ! Rien que pour cette remarque, le journaliste devrait être noyé.

Ce n’est pas fini, l’abjection continue :

Ils sont restés en contact en parlant français entre eux, puisuqu’il ne parle par allemand et qu’elle ne parle pas l’arabe. Il l’appelle “mon amour” et elle l’appelle “mon coeur”. Bild dit que le duo parle de mariage, mais manque d’argent. Suzanne K., mère de trois enfants, précise : “L’argent ne compte pas pour rien. Je ne peux pas tout financer, il le sait bien.”

Il pourra faire des braquages et empocher un salaire de l’État islamique. Le couple y songe certainement.

Le boudin malfaisant

Ses enfants ont comme père un palestinien et un kurde. “Maintenant, c’est un tunisien !” plaisante-t-elle.

Son projet est d’aller en Tunisie en été, de s’y marier et de rentrer à Berlin avec Amri – si les autorités le veulent bien.

Un proverbe russe dit que quand un fruit est tombé de la carriole, il est foutu.

Ce genre de fruit-là devrait être l’objet d’une campagne de stérilisation et de marquage physique, du genre scarification sur le front avec écrit : “Je trahis ma race”.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

6 Commentaires sur "Une berlinoise des abysses va se marier avec le frère d’Anis Amri"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Gregleblanc
16 avril 2017 6 h 01 min

Lol ou début je pensais sincèrement que c’était un Fake .

Ksenia
16 avril 2017 14 h 14 min

Cette Suzanne K. est déjà mère de 3 enfants bougnoules, cette PAB a trouvé là le beau-père idéal !
Il n’y a plus rien à faire contre cette malade mentale …à part la ficher comme terroriste et la surveiller de très près… L’interdire de séjour, elle et sa charmante famille dans toute l’UE serait préférable.

Les PA Terroristes existent aussi chez nous…Salah Abdeslam reçoit de nombreuses lettres d’amour, dont celles d’une correspondante à qui il semble fort attaché…

Peste et coryza
16 avril 2017 14 h 52 min

Pas surprenant : un terroriste sera toujours plus attirant pour une femme qu’un analyse programmeur…

Les romains avaient raison : les hommes construisent les civilisations, les femmes les détruisent.

Aujourd’hui, l’occident vit en gynocratie : les femmes ont le pouvoir…

Autant pour un homme, ramener par la force une femme issue d’une tribu hostile est un gage de virilité, autant il est très mal vu pour une femme de s’accoquiner avec un homme d’une tribu hostile.
Les femmes sont également plus influençables, plus conformistes, moins tribalistes que les hommes (déjà que les hommes français ont une conscience tribale faible, alors celle des femmes françaises…).
Ne pas oublier également l’hypergamie : le “nice guy” blanc n’est pas glamour pour la jeune blanche d’aujourd’hui, sauf qu’elle atteint les 30 ans, et qu’il lui faut un pigeon pour l’entretenir… Néanmoins, l’arrivée de commentatrices sur Suavelos est signe : les femmes reviennent, car le Faf devient glamour.

Triste à dire, mais “l’arriération” envahisseurs (aka : ils traitent les femmes comme de la m*rde) fait leur force, avec leur communautarisme..

L’avenir des blancs passe donc par la reprise en main des femmes par les hommes, et par la fin de la gynocratie.
Le mâle blanc doit se communautariser, et montrer ses muscles.

Peste et coryza
16 avril 2017 14 h 31 min

Hypergamie mal placée, c’est tout…

Vivre_ensemble
16 avril 2017 21 h 05 min

Noublions pas que la sélection naturelle est fascite… cette dégénérée pratique le dysgénisme à outrance en plus de s’exclure de sa communauté raciale…ça promet des lendemains qui chantent.

18 avril 2017 18 h 33 min

Que faire mes amis, que faire ?

wpDiscuz