Des enseignants se plaignent de l’hostilité envers la vermine afro-bougne lors des visites scolaires à Paris

Apparemment il existe des enseignants qui arrivent à apprécier les afro-bougnes auxquels ils font cours. Ne me demandez pas par quel miracle !

AFP 

Exaspérée de voir ses élèves regardés de travers, voire “humiliés” par des policiers devant toute la classe, une enseignante de Seine-Saint-Denis a lancé un appel contre “les discriminations en sorties scolaires” qui a rencontré un certain écho dans la communauté éducative.

Mercredi 1er mars, de retour d’un séjour scolaire à Bruxelles, “trois de mes élèves se sont fait contrôler par des policiers” à la gare du Nord, témoigne Elise Boscherel, enseignante à Epinay-sur-Seine, auprès de l’AFP.

Des contrôles, avec palpation et fouille des bagages, qu’elle estime “liés à leur apparence physique : Ilyas est d’origine marocaine, Mamadou d’origine malienne et Zakaria d’origine comorienne”, poursuit l’enseignante de 34 ans.

La plupart des criminels étant noirs et arabes, les noirs et arabes sont davantage contrôlés. C’est logique.

Ce n’est pas la première fois qu’Elise Boscherel fait face à “un contrôle d’identité ou à des comportements mal intentionnés de la part d’adultes dans les gares, dans le métro, dans le train ou dans les musées”.

Mais l’incident l’a décidée à lancer un appel à “tous les personnels d’éducation” pour les inciter à porter plainte. Elle réclame que l’Education nationale se saisisse du problème.

Sans quoi les profs de banlieue y réfléchiront à deux fois avant d’emmener leurs élèves au musée, craint-elle.

Ça arrangerait un peu tout le monde, non ?

Début décembre, une enseignante d’un lycée de Stains s’était plainte que ses élèves aient été réprimandés par un gardien du musée d’Orsay. Mais la direction avait assuré qu’il s’était contenté de les rappeler à l’ordre parce qu’ils étaient trop bruyants.

“Le regard qui est porté sur les élèves de banlieue peut être violent. L’an dernier, un bouquiniste des quais (de la Seine à Paris) a traité mes petits de sixième tout mignons de +racaille+, sans la moindre raison”, explique Céline Cres, qui enseigne également à Epinay.

Un jeune arabe ou nègre n’est pas “mignon” et s’il n’est pas déjà une racaille, a une probabilité élevée (quoique non certaine) d’en devenir une.

“Quand on discute entre profs de sorties sur Paris, on entend souvent la même remarque : nos élèves ont été regardés de travers, alors qu’ils se sont extrêmement bien tenus, quand d’autres groupes chahutaient et qu’on ne leur a rien dit. Comme si on présupposait une mauvaise tenue des jeunes de banlieue”, analyse-t-elle.

À supposer que ces élèves se soient bien tenus, peut-être que certaines personnes ne sont pas ravies de voir la France se transformer en cloaque afro-maghrébin ?

Ses élèves lui ont d’ailleurs confié qu’ils n’aimaient “pas aller sur Paris car ils ne s’y sentent pas bienvenus”.

Professeur de français à Saint-Denis, Anne Pellegrini n’a pas oublié cette remarque d’une responsable d’un haut lieu culturel parisien quand elle l’a vue “débarquer avec ses Terminale STI : +Vous les surveillez de près, hein?+”.

Ni de cette autre sortie : “Dans la boutique du musée, les vigiles étaient sur le qui-vive et serraient mes élèves de près”, raconte l’enseignante.

Une prudence louable.

Pour le sociologue Fabien Truong, ces crispations renvoient à la “question des différences de codes sociaux par rapport aux objets culturels”.

“Les jeunes de milieux populaires se sentent souvent écrasés par la grandeur des lieux. Prenez le Louvre, par exemple. Et quand on se sent écrasé, on essaie de relever la tête, on fait maladroitement face”, avance-t-il.

Le prétexte des classes sociales pour oublier le critère ici fondamental – qui est racial.

Emmener des nègres au Louvre, c’est donner de la confiture à des cochons.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

9 Commentaires sur "Des enseignants se plaignent de l’hostilité envers la vermine afro-bougne lors des visites scolaires à Paris"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
4 avril 2017 11 h 54 min

Emmener des nègres au Louvre, c’est donner de la confiture à des cochons. LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL

albert
4 avril 2017 21 h 00 min

Pour un bon citoyen de notre démocratie le Nègue n’existe tout simplement pas . Il est notre semblable
Pour l”Occident la diversité n’existe pas. Il la nie étant raciste sans même s’en rendre compte .
Ayant perdu le sens du réel , je vous laisse imaginer le sort qui nous attend .
Tout l’Occident est en proie à une névrose . L’origine de cette étrange maladie , nous la connaissons ..

Ksenia
4 avril 2017 20 h 24 min

Quand un essaim de frelons arrive dans un temple, on a envie de le chasser … !

Ces ‘ mignonnes ‘ racailles se font remarquer en faisant un boucan d’enfer dans des lieux où les visiteurs veulent pouvoir admirer en silence ou en chuchotant les œuvres présentées, se recueillir, méditer …et non pas pour subir le vacarme et le stress- mes poches, mon sac…

Les enfants Blancs, eux, sont respectueux, s’intéressent aux peintures /sculptures, certains viennent pour dessiner…

5 avril 2017 17 h 19 min

Sans parler des crachats et des chewing gum… d’ailleurs se sont les premiers à mettre de la musique de merde et pousser tout le monde. Enfin bref des racailles en devenir si ils ne le sont pas déja. Emmener ces saloperies au musée ne sert à rien à part faire chier les gens qui veulent vraiment visiter calmement le musée.
Je ne comprend pas comment les profs peuvent être autant ethnomasochistes en disant que leurs élèves sont mignons ? Nous sommes au plus haut point de la dégénérescence. Tout se perd dans ce pays et le ménage de printemps est à faire.

Jacot
4 avril 2017 22 h 51 min

« de la confiture à des cochons » Halal ou casher j’espère, quand même, merde !

ces Blancs afro-bougnes mentaux et/ou tafiolisés sont à rééduquer de toute urgence ou à expédier par bateaux avec leurs petits et grands chéris !

albert
5 avril 2017 8 h 41 min

Un grand philosophe , Aristote , a soutenu que ;
– certains hommes sont inéducables
– certains hommes sont naturellement des esclaves
Nos démocrasseux soutiennent des points de vue opposés . Ils sont in,capables d’argumenter autrement que par des peines de prison ….

5 avril 2017 17 h 23 min

Voyons voyons voyons Albert, Aristote a sûrement dit ça dans un moment douloureux de sa vie et ses propos ont du être mal interprétés… jamais les profs de philos ne nous auraient caché cela si ça avait été véridique.
Ah oui pardon on me dit dans l’oreillette que j’en fais trop, pour résumer : les nègres et les bougnoules sont des chances pour la France et les philosophes sont d’accord avec cela bien entendu. Prenez le cas de BHL par exemple…

Steph
6 avril 2017 12 h 03 min

Une rapide recherche sur Elise Boscherel m’a permis de savoir qu’elle était candidate PS, d’ailleurs, en binôme avec un nègre… mais ça on ne nous le dit pas !

Ces femmes n’ont évidemment pas la force mentale pour remettre en cause l’enfer dans lequel elles se trouvent.

Pour ma part, je me souviens d’une visite scolaire avortée à cause des nouarabes… la directrice du musée avait dit stop… c’était y’a 15 ans déjà…

Steph
6 avril 2017 12 h 03 min

Une rapide recherche sur Elise Boscherel m’a permis de savoir qu’elle était candidate PS, d’ailleurs, en binôme avec un nègre… mais ça on ne nous le dit pas !

Ces femmes n’ont évidemment pas la force mentale pour remettre en cause l’enfer dans lequel elles se trouvent.

Pour ma part, je me souviens d’une visite scolaire avortée à cause des nouarabes… la directrice du musée avait dit stop… c’était y’a 15 ans déjà…

wpDiscuz