Quand un propagandiste se laisse à dire la vérité

Il arrive parfois que la langue d’un propagandiste du (((système))) fourche et que par mégarde la vérité soit ainsi révélée. C’est ce qui est arrivé récemment sur le plateau d’Arte au sinistre Jean Quatremer qui depuis vingt-sept ans tient la rubrique « Europe » du torchon Libération. Quatremer, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, représente la quintessence de l’agent d’agit-prop au service du Machin de Bruxelles. Quand il ne chante pas l’avenir radieux que nous prépare la grosse Commission, il excommunie ex cathedra tous ceux qui exprimeraient le moindre doute ou simplement un peu de tiédeur par rapport au projet de fédéralisme « européen  .

Notre preux chevalier du politiquement correct était donc convié sur le plateau d’Arte à une de ces émissions de « débat » où tous les participants développent les mêmes points de vue, ce qui fait que même le téléspectateur le mieux disposé du monde est pris au bout de quelques instants d’une envie irrépressible de dormir. C’est à ce moment que notre propagandiste patenté s’est laissé allé. Peut-être avait-il oublié qu’il était filmé ?

Jean Quatremer :

Juste pour terminer, c’est que le problème de la caractérisation de ces agressions sexuelles, c’est exactement le même problème qu’on a eu en France pendant des années. Moi je me rappelle, un article, un truc absolument extraordinaire sur une affaire de tournante [Viol collectif] en banlieue parisienne, et tous les noms avaient été changés, ce qu’on fait régulièrement parce qu’on n’a pas encore le nom des personnes qui ont pratiqué la tournante, ils n’ont pas encore été identifiés ; et c’était tous des Alain, des Frédéric, des Marcel, des Maurice, sauf qu’en réalité c’était tous des Mohamed, des Hamed etc.

L’animateur de l’émission (prenant l’air de Tartuffe quand il tend à Dorine un mouchoir pour couvrir ses seins) :

Pourquoi on ne le donne pas ?

Jean Quatremer :

Parce qu’on a peur de déclencher le racisme… Il ne faut pas faire monter le populisme !

Ces propos en eux-mêmes ne constituent en rien une révélation. Tout le monde connaît la malhonnêteté des médias dominants. Nous en avons eu encore un exemple ce week-end quand radio et télévision ont répété en boucle que le terroriste d’Orly était « français »… Mais que ce soit un agent stipendié du système qui reconnaisse publiquement ce genre de manipulations est à noter.

Pour être honnête, ce n’est pas la première que Quatremer se prend à dire la vérité. En septembre dernier, il avait ainsi déclaré sur une radio belge : « Quand tu vas à Molenbeek, tu as un choc culturel et physique. On me rétorque qu’en France, nous avons les banlieues. C’est vrai, mais ici, c’est au centre de la capitale. À deux cents mètres de la Grand-Place, tu es en Arabie Saoudite. Il y a un truc qui ne va pas. »

Il m’est d’avis que si Quatremer poursuit dans cette voie, il se fera rapidement éjecté du (((système))).

Auteur: Procope

Partager cet article sur

Publier un commentaire

2 Commentaires sur "Quand un propagandiste se laisse à dire la vérité"

10000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
fantassin français
20 mars 2017 16 h 13 min

Eh ben voilà ! la vérité est enfin sortie de la bouche de ces vermines islamo-bolchéviques ! Nous avons raison, nous les nationalistes, de continuer le combat et il ne se terminera que lorsque les parasites auront été chassés et définitivement mis hors d’état de nuire ! Vive la France et vive l’Europe !

20 mars 2017 21 h 15 min

Techniquement tout les jours des vérités sont dites par ses agents du système mais à part nous personne ne le relève et le comprend. (((Ils))) savent que la masse ne s’en soucie guère et ne se préoccupe que de sa propre personne.

wpDiscuz